Navigation – Plan du site
Comptes-Rendus

Grosse Lexika und Wörterbücher Europas: europäische Enzyklopädien und Wörterbücher in historischen Porträts.Textes réunis sous la direction de Ulrike Hass, Berlin,Walter de Gruyter, 2012, 533 p.

Jeff Loveland
p. 351-354

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Outre une préface d’Ulrike Hass, ce volume renferme vingt-sixchapitres, chacun consacré au « portrait » de l’un des plus importantsouvrages de référence de l’histoire moderne ; il s’agit surtout de dictionnaires,mais aussi d’encyclopédies et même de deux thésaurus. Puisquecertains chapitres traitent en même temps de deux titres apparentés, etpuisque certains titres s’appliquent à toute une série de réimpressions oud’éditions, le nombre de titres examinés atteint une trentaine, et lenombre d’éditions mentionnées va bien au-delà.La décision de présenterdictionnaires et encyclopédies dans un même recueil est justifiée parl’existence de formes hybrides, plus typiques, paraît-il, de l’Europe« romaine» que de l’Europe du nord (p. 1), de même que par desinfluences réciproques entre les pays européens. La place des encyclopédiesdans le recueil demeure quand même mineure : Hass compte dixneufchapitres consacrés à des titres lexicographiques contre sept à destitres encyclopédiques.

2Le corpus du volume souffre inévitablement d’un certain arbitraire.Conformément au titre, la plupart des chapitres traitent en effet de grosouvrages de référence, y compris du dictionnaire le plus long de l’histoire,le Woordenboek der Nederlandsche Taal, dont quarante-trois tomesparurent entre 1858 and 1998, et de l’encyclopédie la plus volumineusede l’histoire,Wikipédia. Pourtant, on cherchera en vain des chapitres surles plus volumineuses encyclopédies imprimées de l’Europe moderne :Johann Heinrich Zedler’s Universal-Lexicon (1732-1754), l’Encyclopédieméthodique (1782-1832) et l’Enciclopedia Espasa (1908-30). Pourl’ouvrage de Zedler, Hass signale seulement qu’il a été écarté au profitde l’Oeconomische Encyclopädie (1773-1858) de Johann Georg Krünitzet ses successeurs parce que celle-ci représente mieux les Lumièresallemandes (p. 10) ; l’Encyclopédie méthodique, pour sa part, est l’objetde quelques paragraphes dans le chapitre sur l’Encyclopédie (p. 123-125).D’après Hass, la concentration du recueil sur de « gros » ouvrages sejustifie par l’influence de ceux-ci sur les « petits » ouvrages (p. 6). En fait,partant sans doute de ce constat ainsi que de la relativité de la taille parrapport aux attentes de l’époque, Grosse Lexika traite également de« petits » titres d’une grande renommée, non seulement des thesaurus dePeter Mark Roget (1852) et de Franz Dornseiff (1933-1934), mais aussi,par exemple, des dictionnaires de la Crusca (1612) et de Samuel Johnson(1755).

3Comme l’avoue Hass lui-même, le corpus de Grosse Lexika est délibérémentcentré sur l’Allemagne, car le recueil, rédigé exclusivement en allemand, est surtout destiné à un public allemand désirant consulterencyclopédies ou dictionnaires. Vu la renaissance des gros dictionnaireset des grosses encyclopédies sur internet, ce public est probablement enpleine expansion ; en effet, presque tous les ouvrages de référence traitésdans le recueil,y compris les plus anciens, sont disponibles en ligne, et cesversions électroniques sont évoquées dans le recueil avec sérieux etpragmatisme. D’après Hass, qui en fournit des exemples, nous sommestous susceptibles de nous méprendre en consultant sans le connaître unouvrage de référence du passé, d’où l’utilité de ce recueil (p. 8). Il s’agitdonc avant tout d’un guide pratique et d’une synthèse de recherches déjàaccomplies, bien que certains chapitres fassent voir du nouveau.

4En ce qui concerne la géographie, le corpus est large, quoiqu’allemanden priorité : une dizaine de chapitres sont consacrés à des ouvragesen allemand, par rapport à quatre sur des ouvrages en anglais et unmoindre nombre sur des ouvrages en français, en italien, en danois, enukrainien, en espagnol, en néerlandais, en latin et en suédois.Une grandepartie du territoire de l’Europe est donc représenté ; le projet d’y inclureun chapitre sur la grande encyclopédie soviétique (1926-1947) estmalheureusement resté sans issue (p. 17n). Quelque allemande que soitla perspective, le célèbre « Konversationslexikon » n’est étudié que dansun seul chapitre voué à la série des« Brockhaus » ;l’absence d’une étudedes variantes de Meyer, de Pierer ou de Herder s’explique peut-être parl’attention prépondérante accordée à la lexicographie.

5Dans sa longue préface, Hass expose et défend sa conception del’ouvrage. L’idée du recueil serait venue de l’éditeur Walter de Gruyter,responsable d’ailleurs de l’un des ouvrages recensés, le Thesaurus linguaeLatinae (1900-). Tout en reconnaissant la valeur d’une vision plus internationale,voire globale, des « gros lexiques », Hass soutient que lesouvrages de référence bénéficient d’une unité particulière à l’échelleeuropéenne, unité due à l’émulation et à la communication entre lesintellectuels des divers pays. Dans plusieurs cas, le recueil nous permetde suivre en détail ces réseaux d’influences transfrontalières ; on voitsurtout l’importance de l’Oxford English Dictionary (1884-1928) et duDeutsche Wörterbuch (1854-1960) des frères Grimm. Quant aux encyclopédies,des remarques sur le rayonnement de l’Encyclopédie, de l’EncyclopaediaBritannica et du « Brockhaus » se trouvent dans les chapitresconsacrés à ces titres, de même qu’un aperçu de l’histoire générale del’encyclopédie européenne dans le chapitre sur l’Enciclopedia italiana(1929-1937) (pp. 407-410).

6Les chapitres sont ordonnés de manière chronologique. En effet, ilssont repartis en quatre groupes correspondant plus ou moins audix-septième siècle (deux chapitres), au siècle des Lumières (sixchapitres), au dix-neuvième siècle (onze chapitres) et au vingtième et vingt-et-unième siècles (six chapitres). Toutefois, la chronologie n’est qu’approximative, car plusieurs titres ont été publiés pendant plus d’unsiècle et plusieurs titres ont donné lieu à des rééditions dans des périodesultérieures. Ainsi, bien que le chapitre sur la Encyclopaedia Britannicasoit rangé sous la rubrique de « l’impulsion des Lumières », il s’occupedavantage des éditions récentes que de celles du dix-huitième siècle. Les chapitres du recueil sont plutôt homogènes, abordant au minimum lesthèmes suivants : la « biographie » de l’ouvrage, c’est-à-dire l’histoire deses origines et de sa parution ; la conception de l’ouvrage, même si on afini par la modifier dans la pratique ; sa structure et son contenu ; desconseils pour ceux qui veulent s’en servir maintenant ; et une bibliographie.Quelques uns des grands thèmes concernant les dictionnaires sontles problèmes de l’ordre alphabétique pour les langues allemandes et lestensions entre des perspectives normatives et prescriptives d’une part etentre des perspectives diachroniques et synchroniques d’autre part.Dans le cas des encyclopédies, les auteurs des chapitres étudient surtout les programmes et les rapports entre les éditions, les abrégés et d’autres« rejetons » d’un même ouvrage ou d’une même société ; la présentation de telles filiations est l’un des points forts du recueil.Pour les spécialistes de l’Encyclopédie, le chapitre de Ulrich Hoinkes ne recélera pas grand-chose de nouveau, mais il couvre leprogramme, l’évolution et les « éditions » de l’Encyclopédie, même s’ils’y glisse de petites inexactitudes : par exemple, que le prospectus de1749 annonçait dix volumes de textes en plus des deux volumes deplanches (p. 118) ; que D’Alembert ne s’occupait plus que des mathématiquesà partir du troisième tome ; et que Diderot aurait recruté Jaucourten 1759 (p. 120). Selon Hoinkes, le lecteur d’aujourd’hui risque d’êtrebien surpris dans sa consultation de l’Encyclopédie par les sauts entrethèmes à l’intérieur des articles, sauts qu’il met en rapport avec leprogramme de Diderot et de D’Alembert ainsi qu’avec la généralité desspécialisations intellectuelles des encyclopédistes (p. 129). Ce quidistingue peut-être le plus ce chapitre de celui d’un autre expert sur lemême sujet, c’est l’insistance de Hoinkes sur la philosophie du langage,en particulier celle de Condillac,commeprincipe animateur de l’Encyclopédie; les arguments de Hoinke à cet effet sont développés plus longuementdans son Philiosophie und Grammatik in der französischenAufklärung (1991). En outre, à la différence des autres chapitres durecueil, celui-ci se termine par des conseils de lecture pour rapprocherl’Encyclopédie de notre époque : en premier lieu la lecture des études del’histoire culturelle et intellectuelle, et en second lieu la lecture du texteoriginal.

7L’Encyclopédie mise à part, Grosse Lexika contient des chapitressur les titres suivants « des Lumières » : l’Encyclopaedia Britannica, l’Oeconomische Encyclopädie, le premier dictionnaire du danois (1793-1905), le Dictionary de Johnson et deux dictionnaires séminaux deJohann Christoph Adelung (1793-1801) et de Joachim Heinrich Campe(1807-1811). Ces chapitres méritent d’être comparés à ceux, moinspratiques et moins homogènes, du numéro spécial de la revue Dixhuitièmesiècle sur « Les Dictionnaires en Europe » (2006), revue qui, ilest vrai, n’était pas un dictionnaire. Pour les lecteurs peu disposés às’aventurer dans un voyage plus élargi dans dictionnaires et des encyclopédieseuropéens, ce que permet avec avantage le présent recueil, lechapitre sur le Trésor de la langue française se recommande en ce qu’ilmontre comment en tirer un maximum de connaissances historiques etlinguistiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jeff Loveland, « Grosse Lexika und Wörterbücher Europas: europäische Enzyklopädien und Wörterbücher in historischen Porträts.Textes réunis sous la direction de Ulrike Hass, Berlin,Walter de Gruyter, 2012, 533 p. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 47 | 2012, 351-354.

Référence électronique

Jeff Loveland, « Grosse Lexika und Wörterbücher Europas: europäische Enzyklopädien und Wörterbücher in historischen Porträts.Textes réunis sous la direction de Ulrike Hass, Berlin,Walter de Gruyter, 2012, 533 p. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 47 | 2012, mis en ligne le 05 octobre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rde.revues.org/4966

Haut de page

Auteur

Jeff Loveland

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org