Skip to navigation – Site map
Comptes-Rendus

Entre belles-lettres et disciplines. Les savoirs au xviiie siècle, Franck Salaün et Jean-Pierre Schandeler (éds.),Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du xviiie siècle, 2011, 202 p. ISBN : 978-2-84559-088-5.

Franck Cabane
p. 346-350

Index terms

Top of page

Full text

1Le recueil d’articles, Entre belles-lettres et disciplines. Les savoirs au xviiie siècle, conçu sous la direction conjointe de F. Salaün et J.-P. Schandeler, offre, pour des esprits curieux, une moisson d’idées neuves, des perspectives stimulantes, et des plongées instructives dans le monde mouvant des institutions, comme dans l’imaginaire économique, scientifique et, plus largement, philosophique. F. Salaün et J.-P. Schandeler ouvrent une brèche, sans pour autant céder à la polémique, dans les analyses foucaldiennes d’usage, quand le terme « discipline » est utilisé. Citons-les brièvement : «A bien y regarder, les compétences qui sont de l’ordre du savoir n’ont pas au xviiie une identité aussi forte que celle qui, depuis la première moitié du xixe siècle, est assignée à une « discipline ».» Dans leur introduction, titrée « La publication des savoirs à l’âge des belles-lettres », ils mettent en garde les chercheurs contre les nouveaux « formalismes» qui pourraient masquer « des contraintes mieux connues à l’âge des belles lettres » et proposent un examen solidement étayé des « malentendus» qui entourent l’usage des termes « belles-lettres » et « discipline ». Ce texte d’ouverture très convaincant, qui, pour notre grand plaisir, fait la part belle à Diderot, D’Alembert et Fontenelle, pourrait soulever quelques questions de pure curiosité sur la rupture « des règles de la sociabilité savante » lors de la Révolution, ou, point mineur de l’argumentaire, sur l’usage que les auteurs du xviiie siècle ont pu faire du Parallèle des Anciens et des Modernes. Gageons qu’un nouvel ouvrage viendra combler cette attente.

2Les neuf articles que comporte le recueil, groupés par trois dans un plan tripartite, sous les rubriques : « instituer », « figurer », « publier », sont issus de communications effectuées dans le cadre souple du séminaire sur la publication des savoirs au xviiie siècle et le phénomène des Lumières animé à Montpellier par F. Salaün et J.-P. Schandeler. Les sujets traités portent sur des domaines de connaissances variés. L’économie politique est abordée sous un angle très précis dans l’article d’amorce composé par Dinah Ribard, titré « Le réel du projet . Les savoirs, l’écriture et le travail des projets de monts-de-piété en France », qui examine la problématique religieuse et politique qui sous-tend les projets de monts-de-piété et qui éclaire avec finesse en particulier les éléments qui en ont jalonné, et parfois ralenti la réalisation et l’institutionnalisation. L’article est très bien mené, passionnant même sous plusieurs aspects, malgré l’aridité intrinsèque du sujet. Il faut ici savoir gré à D. Ribard de nous guider avec précision et rigueur dans les savoirs juridico-économiques dont la maîtrise est imposée par le sujet, en usant d’un style nerveux et « dialectique » qui maintient l’attention en éveil, comme dans la formule finale « En entrant dans le réel, le mont-de-piété a ainsi finalement été détaché du travail qui s’accomplissait dans les projets, et qui en constituait le réel », piquant l’esprit de ses lecteurs, les désarçonnant de temps en temps, quand l’attention faiblit, mais les ramenant toujours à bon port. Figurant en deuxième position dans la rubrique « instituer », l’article fort bien documenté de Robert Mankin, portant sur le déclin des belles-lettres, saisi à travers la réflexion de l’historien anglais Edward Gibbon, mérite d’être lu avec attention, même si le style peut, par endroits, paraître rocailleux. R. Mankin y développe certaines des idées esquissées dans son édition de l’Essai sur l’étude de la littérature (1761), ouvrage de jeunesse de Gibbon, et précise l’usage que celui-ci fait des Réflexions générales (1751) de Nicolas Fréret dans sa charge contre « les beaux esprits », terme qui désigne de manière ironique les « philosophes» et, au tout premier chef, D’Alembert, contempteur de l’érudition. Une partie importante de l’article est consacrée à l’examen précis des conceptions divergentes des deux penseurs, même si, parfois, le souci de défendre Gibbon conduit à des prises de position qui mériteraient sans doute d’être mieux étayées. En tout état de cause, cet article devrait réveiller l’intérêt pour un auteur que R. Mankin estime encore bien trop méconnu. En fin de partie, l’article de Marc J. Ratcliff, de très bon niveau, éclaircit « la généralisation de l’intérêt des savants pour le langage », évoquant, graphiques à l’appui, la « nouvelle culture lexicographique » qui se met en place au xviiie siècle, synthétisant les débats de la période à partir de l’opposition Linné/ Buffon, et surtout conceptualisant le « tournant linguistique » qui en résulte.

3En conclusion, M.-J. Ratcliff formule une hypothèse, qui pourra sans doute paraître provocatrice : « Face au tournant linguistique, les disciplines savantes n’ont été ni unifiées, ni traitées avec la même efficace durant le xviiie siècle […]. J’ose donc dire que la République des sciences n’a jamais existé, bien que, sous l’ancien régime de la République des lettres, certains rameaux détachés aient pu devenir, au gré de leurs réformateurs, une République d’un champ spécialisé – mais non pas des sciences. » La richesse de cet article ne doit pas en masquer le caractère très tranché, mais mutatis mutandis également fort stimulant, ainsi qu’en témoigne la chute, assez iconoclaste, développée sous l’égide de S. Mercier : « Engloutie sous l’emprise du langage standardisé, la République des lettres a disparu, et ce n’est désormais que dans le champ de la littérature que, peut-être, un seul saurait tout faire ».

4La deuxième partie intitulée « figurer» permet de cerner, sous divers angles, « l’image du savant et celle du philosophe », images qui « contribuent à la définition et à la légitimation du travail intellectuel ». Nous reprenons ici les termes utilisés dans l’introduction générale par F. Salaün et J.-P. Schandeler, pour synthétiser les articles de Sayaka Oki et Olivier Ferret. Défendre l’utilité des sciences peut en fait se décliner de manière fort différente ; les points de vue académiques divergents de Fontenelle (1699) et de Condorcet (1771) l’attestent,comme le démontre avec élégance S. Oki, qui pointe, en conclusion de son article, une « spécificité du siècle des Lumières » dans l’usage du lieu commun de « l’utilité des sciences » - utilité qui doit trouver, selon Condorcet, son débouché naturel dans l’action politique du monarque. Pour sa part, Olivier Ferret répond, dans son article, à une question simple d’apparence : « Qu’est-ce qu’un “philosophe” d’après les éloges académiques de D’Alembert ? », question qu’il prend pour titre et qui lui permet de cerner, par touches légères, ce qu’il nomme « l’entrisme de D’Alembert ». L’analyse des stratégies énonciatives adoptées par D’Alembert dans ses éloges (O. Ferret renvoie en note aux journées d’études sur les éloges académiques organisées par Pierre Crépel et Catherine Volpilhac-Auger, en 2003,à Lyon) est d’une grande clarté. Cet article bien conçu, très stimulant, écrit avec beaucoup d’élégance, tombe à point nommé, tout comme le précédent, au moment où les publications scientifiques des OEuvres complètes de Fontenelle et D’Alembert sont désormais bien engagées, bien qu’à un rythme différent. Le dernier article de la seconde partie, de la plume de Daniel Droixhe, a la teneur d’un petit essai de trente pages consistant, stimulant aussi, et chargé d’une belle érudition. À partir de l’étude d’un dialogue de Delisle de Sales intitulé Drame raisonnable, figurant dans une contrefaçon liégeoise de La Philosophie de la nature, et surtout à partir de la confrontation de ce texte avec, entre autres, les textes de Benoît de Maillet et La Mothe le Vayer sur l’homme-marin, et ceux de Buffon, De Pauw et Maupertuis sur le nègre blanc, D. Droixhe examine, de manière très approfondie, les ambiguïtés de la représentation de « l’échelle des êtres » et les limites de « l’orthodoxie affichée par Delisle de Sales ». Très bien agencé, cet article offre des intertitres qui piquent la curiosité du lecteur pressé, notamment lorsqu’il s’agit de pointer dans les sous parties finales les stratégies d’esquive de l’auteur en matière de transformisme (« Delisle de Sales, Voltaire et la magnificence de la nature »,« Delisle de Sales, Robinet et la tentation transformiste », « Comment se débarrasser de Robinet ? »). Outre l’humour perceptible dans les intertitres que nous venons de citer, cet article intègre les suggestions de Laurent Loty sur la position de précurseur de Rétif, « auteur d’une théorie générale de la transformation des espèces ».

5La dernière partie intitulée « publier » est intéressante à plus d’un titre.Elle offre, tout d’abord, un aperçu des difficultés qui attendent ceux qui veulent rendre compte du discours savant, en feignant d’oublier que les expérimentations, les observations doivent par principe intégrer un facteur subjectif. L’article d’amorce, écrit par Catherine Volpilhac- Auger et titré « Moi, je, Montesquieu… Questions d’ethos », met ainsi en valeur, de façon convaincante, la « composante littéraire » des textes académiques et scientifiques de Montesquieu, à partir d’un examen rigoureux et nuancé du substrat énonciatif qui les sous-tend. L’« écriture » de ces textes, qui « apparaît comme participant pleinement du processus scientifique », marque ainsi la résistance du philosophe devant les vérités qui, pour d’autres, doivent s’imposer sans examen critique. Catherine Volpilhac-Auger souligne ici que, dans les textes de Montesquieu, « le je peut offrir cette exception, ce grain de sable qui interdit à la machine de fonctionner et en prouve la faiblesse ». Pour sa part, l’article particulièrement documenté de Jeanne Peiffer sur les interactions entre les différentes formes de publication des savoirs et la production de ces derniers, donne un coup de projecteur sur l’usage que des mathématiciens de tout premier ordre, Leibniz, Huygens et Johann Bernouilli font des publications savantes, en l’espèce les Acta eruditorum de mai 1690 et de juin 1691. Partant de problématiques investies depuis 2005 avec Jean Pierre Vittu, elle revient sur le sujet des querelles de priorité et met en particulier l’accent sur la « stratégie de diffusion du problème de la chaînette » adoptée par Leibniz pour élargir le cercle des initiés. Enfin, l’article de clôture, écrit par Christine Théré, renoue avec le domaine de connaissances de l’article d’ouverture du recueil, celui de l’économie politique, mais à nouveaux frais ; la perspective en est différente et le sujet d’une autre nature. C. Théré y examine l’accroissement de la publicité accordée aux écrits économiques et financiers, à partir d’un corpus délimité de textes d’éloges sur Gournay, Quesnay et Sully. Elle montre en particulier que ces éloges, qui contribuent à l’édification du Panthéon des Lumières, servent avant tout à promouvoir les idées des physiocrates. Signalons, pour finir, que cet article offre un panorama raisonné, précis et synthétique, sur les divers éloges de Sully, composés pour le prix de l’Académie Française de 1763, en détaillant, bien sûr, l’éloge de Thomas, mais en accordant aussi toute sa place à un éloge peut être moins connu, celui de Mlle Mazarelli.

6Comme nous le signalions dans l’amorce de ce compte rendu critique, la moisson est riche. Nous recommandons par conséquent chaleureusement et sans réserves la lecture de ce recueil, bien conçu, très documenté, qui donne la parole à des professeurs et des chercheurs d’horizons très divers, mais animés du même souci encyclopédique. Espérons que cet ouvrage, dirigé de main de maître, sera suivi de nouvelles publications de même rang.

Top of page

References

Bibliographical reference

Franck Cabane, « Entre belles-lettres et disciplines. Les savoirs au xviiie siècle, Franck Salaün et Jean-Pierre Schandeler (éds.),Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du xviiie siècle, 2011, 202 p. ISBN : 978-2-84559-088-5. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 47 | 2012, 346-350.

Electronic reference

Franck Cabane, « Entre belles-lettres et disciplines. Les savoirs au xviiie siècle, Franck Salaün et Jean-Pierre Schandeler (éds.),Ferney-Voltaire, Centre international d’étude du xviiie siècle, 2011, 202 p. ISBN : 978-2-84559-088-5. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [Online], 47 | 2012, Online since 05 October 2012, connection on 25 May 2017. URL : http://rde.revues.org/4965

Top of page

About the author

Franck Cabane

By this author

Top of page

Copyright

Propriété intellectuelle

Top of page
  • Logo CNL
  • Revues.org