Navigation – Plan du site
Comptes-Rendus

La peine de mort, Luigi Delia et Fabrice Hoarau (éds.), Corpus (Revue de philosophie), n° 62, 2012. ISSN : 0296-8916.

Pierre Crépel
p. 340-342

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro thématique de la revue Corpus contient une vingtaine de contributions de nature historique, philosophique ou juridique. Le xviiie siècle est central dans ces réflexions, en particulier l’ouvrage de Beccaria, Dei delitti e delle pene. Les auteurs examinent tant les positions des hommes célèbres (Montaigne, Petty, Davenant, Hobbes, Spinoza, Montesquieu, Rousseau, Voltaire, Mably, Filangieri, Sade, Kant, Fichte, Bentham,Guizot ...) que celles d’écrivains moins connus :ainsi sont abordés divers partisans précoces de l’abolition comme Gerrard Winstanley (1609- 1676) ou John Bellers (1654-1725), par Sabien Reungoat (p. 37-52), et Giuseppe Pelli (1729-1808), par Philippe Audegean (p. 135-156).

2La revue attaque le sujet par des voies diverses moins classiques, surtout dans la troisième partie, notamment à partir du théâtre ou de la médecine. Se dégage, chez les penseurs et dans la pratique, un mouvement général vers une certaine modération des châtiments, vers une remise en cause de « l’évidence » de la peine de mort; mais cela ne se réduit pas, bien entendu, à un simple combat entre progressistes abolitionnistes et conservateurs anti-abolitionnistes. En résumé, un ouvrage instructif, agréable et diversifié, dont on doit conseiller la lecture.

3Pour RDE, il nous paraît utile d’évoquer un peu plus précisément la place de l’Encyclopédie dans ce processus. Une précision chronologique préalable s’impose.Les dix derniers volumes de « discours » (t.VIII-XVII, lettres H-Z) ne paraissent qu’en décembre 1765, mais ce dictionnaire, planches mises à part, est de fait déjà terminé en juillet 1764 quand sort en librairie le petit traité de Beccaria, connu en France surtout à partir de 1765, puis de la traduction de Morellet en 1766 et des commentaires de Voltaire, notamment après le supplice du chevalier de La Barre. Il n’est donc pas étonnant de ne trouver aucune mention de l’auteur ni de l’ouvrage dans les dix-sept volumes de textes de l’Encyclopédie Diderot- D’Alembert. La situation est différente pour l’Encyclopédie d’Yverdon (1770-1780), d’autant plus que son principal metteur en scène, Fortunato Bartolomeo de Felice, est un proche du groupe milanais, et de même pour le Supplément (1776-1777) en partie inspiré d’Yverdon. Cela n’a évidement pas échappé à Luigi Delia qui montre bien (p. 245-264) la modification radicale de traitement de la peine de mort entre l’Encyclopédie de Paris et celle d’Yverdon. Comme LEsprit des lois est omniprésent dans les articles dits de droit naturel et de jurisprudence de l’Encyclopédie, l’examen de ces questions fournit un bon angle d’attaque pour étudier les continuités et les ruptures entre Montesquieu et Beccaria,comme le suggère notamment Francine Markovits (p. 107-134).

4Même s’ils se prononcent implicitement ou explicitement pour davantage de clémence et de modération dans les jugements, les rédacteurs de l’article Crime (Jaucourt, droit naturel ; Boucher d’Argis, jurisprudence) ne remettent pas vraiment en cause la peine de mort pour les crimes graves. La contribution originale de Piero Schiavo, « La médecine face à la peine de mort » (p. 341-358) examine les articles Anatomie (Diderot) et Cadavre (Toussaint, Diderot, D’Alembert), ainsi que divers autres, témoignant aussi de cette situation « pré-beccarienne ».

5Suivant ce qu’a noté le pasteur Mouchon dans sa Table (1780) aux mots Châtiment, Peine, Punition et Supplice, on aboutirait pour l’essentiel aux mêmes conclusions générales. Signalons, à ce titre, en guise de complément, les articles suivants de Jaucourt, relevés par le pasteur : Clémence, Décimation, Despotisme, Voleur, Wantage (qui décrit les lois d’Alfred le Grand).On pourra relever aussi, cette fois dans le Supplément, l’article Infanticide du médecin légiste de Montpellier Jean Lafosse (1742-1775), où Beccaria est cité et présent.

6Bien entendu, ce volume ne peut viser l’exhaustivité sur un tel sujet, mais on est toutefois étonné que Condorcet en soit absent, d’autant plus qu’ont été publiés et étudiés, depuis quelques décennies, de nombreux textes juridiques inédits où cet auteur évoque Montesquieu et Beccaria, par exemple un fragment sur les lois criminelles en France (Arithmétique politique. Textes rares ou inédits, Paris, INED, 1994, p. 230-235). Notons aussi, sur ce même auteur, deux thèses intéressantes, publiées mais peu connues, où la question est abordée directement ou indirectement : Gabriele Magrin, Condorcet : un costituzionalismo democratico, Milano, Franco Angeli, 2001, et Stephan Lüchinger, Das politische Denken von Condorcet (1743-1794), Bern, Haupt, 2002.

7On regrettera un peu que le volume ne se termine pas par un index des auteurs.Afin d’être utile, nous donnons ci-dessous un index relatif à l’Encyclopédie.

8L’Encyclopédie est évoquée de façon générale aux p. 87, 108, 117, 245-264 et 341-358. Voici la liste des articles cités dans la revue, avec les numéros des pages correspondantes :Anatomie (347, 352-357), Cadavre (345, 348), Crime (108, 122, 246-247), Exécuteur de la haute justice (318), Expérience (342, 352), Expérimental (342), Inflammation (349), Loi criminelle (108, 247), Loi du talion (247), Méchanicien (350), Oeconomie animale (349), Peine (116, 247), Sensibilité (351-352), Supplice (351-352), Talion (247). Sont cités les articles suivants du Supplément :Accusation secrète (251),Assassinat (258) ; de l’Encyclopédie d’Yverdon :Assassinat (253), Carcan (249-250), Peine (249, 251) ; de l’Encyclopédie méthodique. Jurisprudence : Assassin et Assassinat (257-258), Peine de mort (257, 260-263).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Crépel, « La peine de mort, Luigi Delia et Fabrice Hoarau (éds.), Corpus (Revue de philosophie), n° 62, 2012. ISSN : 0296-8916. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 47 | 2012, 340-342.

Référence électronique

Pierre Crépel, « La peine de mort, Luigi Delia et Fabrice Hoarau (éds.), Corpus (Revue de philosophie), n° 62, 2012. ISSN : 0296-8916. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 47 | 2012, mis en ligne le 05 octobre 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rde.revues.org/4962

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org