Navigation – Plan du site
Comptes-Rendus

Filósofos, filosofía y filosofías en la Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, Miguel A.Granadas, Rosa Rius, Pier Schiavo (eds),Actas del Congreso Internacional sobre la Encyclopédie, Barcelona, 16-17 de octobre de 2008, Universitat de Barcelona, 2009.

Stéphane Pujol
p. 336-340

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif se donne pour ambition de considérer, sous l’étendard de la « philosophie » au sens que les Lumières confèrent à ce mot, la pluralité de voix à l’oeuvre dans la grande entreprise encyclopédique. Cette publication constitue les Actes d’un colloque international qui s’est tenu à Barcelone en 2008 autour de l’Encyclopédie, et qui a réuni de nombreux chercheurs européens - espagnols et français pour la plupart. Les articles sont rédigés dans la langue des contributeurs (en français essentiellement, mais aussi en espagnol et en italien), complétés d’une bibliographie (un peu fourre-tout) et d’un index des noms, toujours utile. Signalons d’emblée la qualité d’ensemble de ces contributions, bien que d’ambitions inégales et malgré la faible densité conceptuelle de certaines d’entre elles, ainsi que la variété des thèmes abordés sans que la cohérence générale de l’ouvrage en soit affectée, qu’il s’agisse de considérer le projet proprement philosophique l’Encyclopédie, les rapports entre philosophie et religion, l’astronomie, la médecine ou le droit.

2Dans un bel article intitulé « La philosophie dans Encyclopédie : le projet et l’article », Martine Groult, montre d’abord le « renversement de perspective » que le projet encyclopédique impose au système baconien qu’il prend pourtant comme point de départ et comme référence avouée. Elle signale ensuite les tensions qui existent au sein de l’ouvrage encyclopédique, entre les déclarations programmatiques fixées par le Prospectus (1750) de Diderot et le Discours préliminaire (1751) de d’Alembert, et la conception de la philosophie sous-jacente dans les articles d’auteurs anonymes, qui « introduisent dans l’Encyclopédie d’autres philosophies que [celle] qui soutient l’ordre encyclopédique » (p. 17). L’article Philosophie, probablement rédigé par Formey, véhicule ainsi une conception wolfienne et leibnizienne de la philosophie, en rupture notoire avec celle que cherchent à promouvoir les éditeurs dans les textes préliminaires, ainsi qu’avec celle qui se déploie globalement dans les autres articles qui composent une grande partie de l’ensemble. Contrairement à la volonté de Wolff et d’une partie de la philosophie allemande, l’Encyclopédie n’a pas pour ambition de faire de la philosophie une science. Elle vise surtout à la définir comme « le savoir de la différence construit sur la logique de la multiplicité des rapports » (p. 17). L’article de Walter Tega,« Caratteristica universale, esprit géométrique e nuevo enciclopedismo. Considerazioni intorno a Leibniz e a d’Alembert », s’attarde sur le moment où d’Alembert, suite à la condamnation des pouvoirs politiques et religieux qui a pour conséquence l’interruption de la publication de l’Encyclopédie en 1759, abandonne le projet éditorial mené en commun avec son ami Diderot pour se consacrer à la rédaction de son Essai sur les Éléments de Philosophie. Walter Tega examine ainsi les caractéristiques du projet encyclopédique conçu par Leibniz à travers une série de traités, pour le comparer à la fois à l’Encyclopédie et à l’Essai de d’Alembert. Dans un article intitulé « D’Alembert : el nuevo intelectual entre “biopolitica” y “capitalismo” de imprenta », Gonçal Mayos s’intéresse à la figure du savant géomètre, pour signaler sa triple identité d’académicien et d’homme de science au service de l’État, d’intellectuel critique co-éditeur de la grande oeuvre « philosophique » du siècle, et de promoteur d’un despotisme éclairé. L’auteur montre la capacité de d’Alembert à utiliser ses prérogatives institutionnelles pour défendre des actions réformatrices, mais on pourrait objecter qu’il n’est ni le premier, ni le seul à jouer de cette position sous l’Ancien Régime. L’article de Miguel A. Granadas aborde la question de la grande transformation de l’image de l’univers qui a commencé avec la publication de l’ouvrage de Copernic en 1543, et qui se poursuit dans l’Encyclopédie. Son article, intitulé « La revolución astronómicocosmólogica en la Encyclopédie », signale l’intérêt que d’Alembert consacre à cette histoire, à partir de la relecture d’articles de la Cyclopaedia de Chambers. Au fil de ses interventions, le grand géomètre en profite pour défendre le principe d’autonomie et de liberté de la science contre les attaques de l’Église au nom d’un prétendu dogme d’infaillibilité. Dans son article « Philosophie et Religion dans l’Encyclopédie », Mariafranca Spallanzani montre que, malgré la variété des collaborateurs concernés par la question de la religion, l’Encyclopédie offre une expression cohérente de l’esprit philosophique, en tant qu’elle s’efforce de présenter et d’ordonner les connaissances à partir des facultés rationnelles des hommes sans recourir à tout critère de transcendance.L’auteur souligne le fait que l’histoire sacrée et la théologie sont soustraites à la Révélation pour entrer dans le cadre d’une entreprise rationnelle qui les appréhende comme des phénomènes anthropologiques inscrits dans l’histoire de la philosophie, et par la même, analysables selon les mêmes critères philologiques que ceux utilisés par la critique historique.C’est ce que confirme l’analyse d’articles tels que Critique, Agnus scythicus, Erudition, Certitude, qui constituent un subtil contrepoint aux stratégies de détournement utilisés par les encyclopédistes pour contourner la censure dans des articles plus sensibles tels queAthées,Athéisme,Théologie, Révélation, Christianisme. Dans sa contribution consacrée à « Lamédecine dans l’Encyclopédie », Piero Schiavo signale le dialogue à l’oeuvre dans l’Encyclopédie entre les différentes doctrines médicales du temps. Celles-ci proposent des interprétations contrastées de la physiologie humaine,depuis la tradition mécaniste, jusqu’au vitalisme de l’école de Montpellier, dont les théories seront largement relayées par les collaborateurs de l’Encyclopédie à partir du volume VIII. Plus concrètement, l’analyse de la catégorie de la mélancolie permet de montrer comment la critique de l’explication mécaniste de cette affection offre à Diderot un argument contre le dualisme cartésien (article Ame), et représente un premier pas vers le « matérialisme vitaliste » qui s’exprimera plus tard dans le Rêve de d’Alembert. Par ailleurs, l’Encyclopédie constitue une contribution importante à l’histoire de la mélancolie en approfondissant l’étiologie de cette maladie. Dans son article « Montaigne, ‘auteur paradoxal’, y la Encyclopédie », Jordi Bayod souligne la fortune de l’auteur des Essais dans l’Encyclopédie et son influence chez de nombreux auteurs, repérable non seulement à travers l’examen de thèmes particuliers tels que les rapports entre scepticisme et Révélation par exemple, mais aussi dans la façon dont les éditeurs convoquent et confrontent des opinions contraires et des croyances fortement établies.Dans son important article « Droit et politique dans l’Encyclopédie », Francine Markovitz montre que les juristes ne sont pas les seuls à s’exprimer sur les questions relatives à la constitution et à la règlementation des pouvoirs. Selon elle, l’Encyclopédie renouvelle les voies d’accès au débat : l’articulation du politique et du théologique qui caractérise la monarchie de droit divin « passe par d’autres voies que la recherche du fondement et la source de l’autorité politique, à savoir la recherche de la fonction et de l’utilité ». Se dessinent ainsi trois modes d’accès à la détermination du droit politique : le premier renvoie à l’opposition entre droit positif et droit naturel et ainsi à la division majeure qui caractérise le droit naturel, entre Grotius et Hobbes d’un côté, et Locke et Pufendorf de l’autre ; le second est celui de la théorie des richesses et le débat entre physiocrates à la recherche d’un ordre naturel des sociétés et leurs adversaires ; le troisième est à situer dans les liens entre le pouvoir religieux et le pouvoir civil, à travers l’histoire du corps sacerdotal. Francine Markovitz signale en outre la présence constante de Montesquieu dans ce débat. Le texte de Luigi Delia aborde, comme son titre l’indique, « la torture judiciaire dans l’Encyclopédie », et il s’applique à souligner la spécificité et la complémentarité des points de vues proposés sur le sujet par Boucher d’Argis et par le chevalier de Jaucourt. Le premier, juriste de formation, ne propose pas de lecture axiologique de la torture, mais s’en tient à des considérations historiques et techniques. Son entrée Question ou Torture (Jurisprudence), se présente comme une synthèse à la fois descriptive et explicative.Le second, en revanche, accompagne le mouvement réformateur des Lumières en défendant nettement l’abolition de la torture judiciaire. Dans l’entrée Question (Procédure criminelle), Jaucourt fustige les positions les plus conservatrices de la tradition juridique et considère la torture comme une pratique contraire à l’humanité au nom des principes du droit naturel. Son argumentation est intéressante à plus d’un titre, notamment parce qu’elle annonce celle de Cesare Beccaria, et l’hypothèse de Luigi Delia est que l’auteur Dei delitti et delle pene a pu avoir en tête l’article de l’Encyclopédie au moment de rédiger le célèbre chapitre XVI de son traité. La dernière contribution de cet ouvrage porte sur la philosophie politique de Diderot, laquelle fait l’objet d’une réévaluation constante depuis quelques années. En développant, dans une contribution stimulante intitulée « Jusnaturalisme et républicanisme dans la philosophie politique de Diderot », l’idée selon laquelle Diderot endosserait une forme de républicanisme qui intègre des éléments jusnaturalistes radicaux, Christopher Hamel se place dans le sillage des travaux de G. Goggi et d’I. Imbruglia. Relisant l’entrée Autorité politique, où Diderot affirme qu’ « aucun homme n’a reçu de la nature le droit de commander aux autres » et que « la liberté est un présent du ciel, et chaque individu a le droit d’en jouir aussitôt qu’il jouit de la raison », Hamel voit poindre deux idées qui trouveront une formulation plus conséquentes dans les textes ultérieurs : la dénonciation, par principe, de toute forme de despotisme politique, y compris celui qui est dit « éclairé », et le droit constitutionnel des peuples à déposer leur gouvernement. Christopher Hamel signale néanmoins deux points de divergence avec les travaux de Goggi et d’Imbruglia : lepremier concerne l’interprétation du droit de résistance dont on a coutume de chercher l’origine chez Locke, tandis que Hamel choisit de la relier à la pensée des républicains anglais du xviie siècle ; le second concerne la question de l’évolution de la pensée politique de Diderot et l’importance qu’il faut accorder selon lui aux textes de l’Encyclopédie pour en montrer la continuité, plus que ne le font les commentateurs qui s’intéressent davantage aux textes tardifs.

3L’ensemble de cet ouvrage qui touche à des aspects majeurs de la pensée des Lumières, mérite donc de retenir toute l’attention des chercheurs, qu’ils soient, ou non, spécialistes de l’Encyclopédie, de Diderot et de ses principaux collaborateurs. Cette réussite tient sans doute au fait qu’il associe à des universitaires confirmés les travaux de jeunes doctorants ou docteurs, tant il est vrai qu’une saine émulation produit souvent des fruits positifs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Pujol, « Filósofos, filosofía y filosofías en la Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, Miguel A.Granadas, Rosa Rius, Pier Schiavo (eds),Actas del Congreso Internacional sobre la Encyclopédie, Barcelona, 16-17 de octobre de 2008, Universitat de Barcelona, 2009. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 47 | 2012, 336-340.

Référence électronique

Stéphane Pujol, « Filósofos, filosofía y filosofías en la Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, Miguel A.Granadas, Rosa Rius, Pier Schiavo (eds),Actas del Congreso Internacional sobre la Encyclopédie, Barcelona, 16-17 de octobre de 2008, Universitat de Barcelona, 2009. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 47 | 2012, mis en ligne le 05 octobre 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://rde.revues.org/4961

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org