Navigation – Plan du site
Comptes-Rendus

Werner Raupp, Denis Diderot.Weiss man je, wohin man geht ?, « Humanismus – neu entdeckt », Rottenburg am Neckar, Diderot-Verlag, 2009, 480 p. ISBN : 978-3-936088-95-3.

Pierre Chartier
p. 331-334

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En Allemagne aussi, Diderot est à l’honneur. Mais on n’a pas attendu 2013 pour le fêter. Sous l’impulsion de Werner Raupp, la maison d’édition portant le nom du philosophe, Diderot Verlag, a publié il y a quelques années Denis Diderot,«Weiss man, wohin man geht ? » (Denis Diderot « Est-ce que l’on sait où l’on va ? », 2008, réédité en 2009), premier de la collection « Humanismus – neu entdeckt » (Humanisme – redécouvertes). Cette anthologie (« Lesebuch ») réunie par Werner Raupp propose de larges extraits de textes de Diderot, certains traduits pour l’occasion, accompagnés de nombreux témoignages, de source principalement allemande, du xviiie siècle à nos jours. Comme il le rappelle en introduction, Peter Prange avait déjà tenté l’entreprise sous une autre forme avec son roman Die Philosophin (La Philosophe), consacré à Sophie Volland. Pour reprendre une formule célèbre de Diderot luimême, il s’agit dans les deux cas de rendre la philosophie populaire. Denis Diderot, «Weiss man, wohin man geht ? » veut contribuer à faire reconnaître outre-Rhin le Philosophe responsable de l’Encyclopédie, « auteur du siècle » et figure majeure de l’Aufklärung européenne.

2Ce serait un juste retour des choses, ou du moins une reprise bienvenue. Non seulement Diderot a cultivé tout particulièrement parmi ses contemporains l’amitié d’artistes, d’« intellectuels » et de personnalités de culture ou d’origine germaniques, dont certains lui ont été proches ou très proches (Wille, Grimm, d’Holbach), d’autres moins (Meister, Gessner…), mais c’est en terres allemandes que celui que la censure rendait en son pays méconnaissable a trouvé très tôt des lecteurs fervents, des traducteurs, des admirateurs, et quels ! La présence à la cour princière de Gotha ou d’ailleurs de la Correspondance littéraire, puis les relations privilégiées de Diderot avec la cour de Russie, y ont fortement contribué. Ces circonstances ont été une chance, sans doute, mais cette chance n’a été possible que parce qu’il y a eu, de manière réitérée, rencontre. Cette rencontre heureuse s’est manifestée par des traductions et des réflexions du plus haut intérêt. Le moins qu’on puisse dire est que l’équivalent n’existait pas en France au même moment ! Nous savons tout cela, la thèse de Roland Mortier, Diderot en Allemagne (1750-1850), PUF, 1954, et le récent ouvrage d’Anne Saada nous ont permis de le savoir mieux encore, en mesurant l’ampleur et la portée de ces débats en terres germaniques, fluctuants au cours des temps, entre ses partisans et ses détracteurs, sur fond mêlé d’adulation et de procès des Lumières.

3Pour ce qui est des contemporains favorables, et pour nous en tenir aux plus notables, que Werner Raupp cite inégalement, on compte Herder, pratiquant et défendant Diderot ; plus encore Lessing, admirateur de l’oeuvre philosophique et traducteur du théâtre, dont il mesure l’importante nouveauté (Das Theater des Hernn Diderot avant La Dramaturgie de Hambourg) ; Goethe, bien sûr, lecteur et traducteur avec Schiller des Salons et des Essais sur la peinture, dont des extraits sont publiés dans Die Propyläen, découvreur extasié de Jacques le fataliste, redécouvreur, traducteur et commentateur enthousiaste du Neveu de Rameau, que publie Cramer en première mondiale traduite, alors que la guerre européenne bat son plein et que l’image de la France est de plus en plus controversée chez les libéraux mêmes ; son ami Schiller, non moins admirateur en Diderot du philosophe de l’art et du conteur, traducteur lui-même de l’histoire de Madame de La Pommeraye ; Friedrich Schlegel lecteur attentif et incisif de Jacques du côté du «Witz » ; Hegel commentateur inspiré faisant dans sa Phénoménologie de l’esprit le sort exceptionnel que l’on sait au Neveu de Rameau, dont il a lu la traduction de Goethe : ces grands esprits ont diversement célébré en Diderot un maître, un écrivain et un témoin hors pair, le plus et le moins français des Français.

4On sait que la réputation de Diderot « tête allemande », popularisée par Sainte-Beuve, provient pour une large part de cette relation privilégiée. Werner Raupp s’inscrit dans cette ligne, qu’il poursuit dans les deux sens, de l’aller et du retour, du don et du contre-don. S’il cite Goethe (« Diderot, ein einzig Individuum ») et Lessing, qui ont compris et apprécié Diderot mieux que tout autre, s’il évoque Jacobi, Lavater et jusqu’à Hoffmann, s’il s’appuie sur les témoignages ultérieurs, comme celui de Börne, s’il publie par exemple une lettre du Philosophe à Carl- Philip Emmanuel Bach afin qu’il lui vende, au bénéfice de sa fille Marie- Angélique, quelques nouvelles sonates de sa composition, l’éditeur de ce volume met également l’accent sur des témoignages ou des travaux ultérieurs : à juste titre Karl Rozenkrantz, le premier biographe de Diderot, et plus récemment Hans-Magnus Enzensberger. En somme, ce manuel permet à qui le feuillette, à qui le lit en pays de langue allemande, de se persuader (à neuf ou à nouveau) de l’importance de Diderot dans le concert européen d’alors,mais aussi de son apport nullement tari dans le monde actuel. L’Allemagne, patrie de grands poètes, de grands musiciens et de grands philosophes, doit pouvoir se réapproprier Diderot, cette tête cosmopolite des Lumières qu’elle a découverte avant tout autre.

5Pour atteindre cet objectif, Werner Raupp reconnaît avoir modernisé certains des passages cités. C’est de bonne guerre, Diderot pour sa part n’a pas fait moins. Un spécialiste regrettera sans doute que l’article « Génie » ne soit pas rendu à Saint-Lambert (avec hypothèse de l’interventions de Diderot ?), que le portrait de Fragonard ne soit pas explicitement donné pour ce qu’il dit être : un « portrait de fantaisie », que fasse défaut la Lettre sur les sourds et muets, que Le Neveu de Rameau soit daté de 1761-1762, alors que les plus avertis disputent de la date de sa composition, et qu’en tout état de cause mainte allusion qui y est faite à des événements ou des personnes postérieurs de dix à douze ans à cette date montre qu’il y a eu remaniement, peut-être écriture tardive, contemporaine de Jacques le fataliste. Peu importe, dira-t-on. L’amateur d’aujourd’hui est visé, son information et son plaisir sont l’objet de cet ouvrage doté d’un index et de notes d’excellente qualité. L’éditeur glisse de brèves présentations biographiques entre les extraits qu’il a réunis, et qui couvrent l’ensemble des productions de Diderot dans sa diversité non seulement thématique (nous la connaissons, elle est impressionnante) mais éditoriale : textes parfaitement exotériques, ou à demi cachés, ou à demi clandestins, ou tout à fait ésotériques, de l’Encyclopédie au Neveu de Rameau. Chez Diderot, autant la palette des compétences est large, autant ce nuancier est complexe, il mêle non sans leurres le public et le personnel, le travail d’équipe ou pour une équipe et l’écrit plus intime, voire secret, mais à portée universelle. On conçoit qu’un recueil de morceaux choisis tende à considérer a posteriori l’oeuvre comme un ensemble, enfin déployé aux yeux du public ultérieur. Sur ce point, cependant, l’ouvrage rassemblé par Werner Raupp échappe à la critique. Il fait entendre que les conditions d’écriture et de composition de l’oeuvre de Diderot restent des sujets de réflexion actuels, brûlants même dans notre xxie siècle.La liberté de penser,de composer et d’écrire est plus que jamais à l’ordre du jour.

6Cette « liberté de penser », s’appuyant sur une puissance dialectique d’auto-analyse critique inégalée en son temps, n’est pourtant pas exactement l’axe de ce Denis Diderot. Nous ne saurions en faire grief à son éditeur, tant les modes de présentation d’un auteur aussi riche que Diderot peuvent différer sans le trahir.L’écart est cependant sensible.Ce qui caractérise cet ouvrage, semble-t-il, c’est l’inscription du Philosophe dans une tradition humaniste ouverte, tolérante et généreuse. En fait, telle est l’orientation de la collection tout entière, dont ce livre est la tête de pont. C’est ce qui explique aussi la place accordée, en fait d’épilogue et sous le nom de « Gedankensplitter », à des « éclats » disposés sans ordre de pensées brèves et d’aphorismes de toutes époques, de toutes sortes d’auteurs, dont…Werner Raupp lui-même. L’éditeur invite même le lecteur hésitant à commencer par là.En effet, ce recueil, premier d’une série, donne le ton, fort honorable, qui est celui d’un courant européen d’inspiration réformée et réformiste, résistant et combatif, engagé et anti-fanatique. Juste combat, mais vastes bataillons. En quelque façon la version allemande « de gauche » de ce qu’a pu être, sous sa forme française infiniment plus « modérée », le Diderot de René Pomeau. Cela relègue un peu dans l’ombre la collaboration à la « boutique holbachique » (non tue, certes), la belle rêverie matérialiste du Rêve de D’Alembert, la puissance physiologico-poétique du Paradoxe sur le comédien (dont l’importance est à mon sens sous-estimée), ainsi que l’ambivalence politique de l’Histoire des deux Indes, entre service comptable de l’État et audacieuses harangues « philosophiques ». Or ces écarts et ces ambivalences, historiquement déterminés, sont ceux mêmes des Lumières, que Diderot porte à un point d’incandescence dialogique inégalé, comme Hegel l’a le premier reconnu.

7Le Diderot de la collection « Humanisme – redécouvertes », qui fait la part belle (et elle est belle, l’auteur de ces lignes ne saurait en disconvenir !) à l’amateur d’art et à l’écrivain, me paraît laisser un peu de côté le philosophe matérialiste athée qu’est devenu Diderot. Ce philosophe-là, bien sûr, n’était ni dogmatique ni systématique. Il aimait inventer et rire, plus encore que prêcher et pleurer. Ces traits nous attachent à lui, et il n’y a rien là queWerner Raupp ne sache, et d’ailleurs ne dise ou fasse dire aux extraits qu’il choisit. Mais c’est une question de point de vue, d’angle d’attaque. Pour lui (et comment le contredire ?), ce qui compte d’abord, c’est le chemin emprunté, la voie tracée, invitant à suivre le penseur et acteur des Lumières, à l’imiter si nous pouvons, à nous inspirer de lui. «Weiss man je, wohin man geht ? », « Sait-on où l’on va? »,demande après Jacques le sous-titre en première de couverture ; à quoi répond la quatrième : « Lire Diderot à notre époque, c’est apprendre davantage, par expérience, où l’on peut aller…» Cette réponse est justement dynamique et concrètement, rationnellement aventureuse : en cela nul doute que Diderot, l’écrivain philosophe, s’y reconnaîtrait.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Chartier, « Werner Raupp, Denis Diderot.Weiss man je, wohin man geht ?, « Humanismus – neu entdeckt », Rottenburg am Neckar, Diderot-Verlag, 2009, 480 p. ISBN : 978-3-936088-95-3. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 47 | 2012, 331-334.

Référence électronique

Pierre Chartier, « Werner Raupp, Denis Diderot.Weiss man je, wohin man geht ?, « Humanismus – neu entdeckt », Rottenburg am Neckar, Diderot-Verlag, 2009, 480 p. ISBN : 978-3-936088-95-3. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 47 | 2012, mis en ligne le 05 octobre 2012, consulté le 17 août 2017. URL : http://rde.revues.org/4959

Haut de page

Auteur

Pierre Chartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org