Navigation – Plan du site
Articles
7

Denis Diderot et Françoise de Graffigny : silence scénique et mirages de l’identique

Franck Cabane et Charlotte Simonin
p. 75-92

Résumés

Du siècle des Lumières à aujourd’hui, plusieurs critiques qui s’intéressent à Cénie de Françoise de Graffigny, qui triompha (25 représentations) à la Comédie Française en 1750, ont cru remarquer qu’elle annonçait la dramaturgie et l’esthétique sous-jacente du Fils naturel et du Père de famille, drames bourgeois de Diderot. Auteurs réputés pour leur liberté d’esprit, fréquentant parfois les mêmes « salons », Françoise de Graffigny et Denis Diderot sont des amateurs reconnus de spectacles théâtraux, raison pour laquelle ils sont l’un et l’autre souvent sollicités. Se sont-ils rencontrés? Se sont-ils lus? La Lorraine évoque les oeuvres de Diderot dans sa correspondance, mais elle ne semble pas l’avoir fréquenté, alors qu’elle connaît le tout Paris des Lettres, de Pellegrin à Voltaire, en passant par Crébillon fils. Par ailleurs, rappelons qu’elle meurt peu après la publication des pièces de Diderot. Pour sa part, le philosophe paraît bien silencieux sur le théâtre de la dramaturge. Après avoir repéré et analysé les références à Diderot dans la Correspondance de Mme de Graffigny, et rappelé le contexte polémique dans lequel s’inscrit la publication des pièces de Diderot, nous proposons un examen comparé des pièces de Françoise de Graffigny, Cénie et La Fille d’Aristide et de Diderot, Le Fils naturel et Le Père de famille. Après analyse, il apparaît que les deux auteurs composent, à partir d’une thématique commune, fréquentée par d’autres dramaturges, des textes de factures différentes, dont les orientations esthétiques et politiques sont également sensiblement différentes

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Françoise de Graffigny, Correspondance, édition sous la direction d’A. Dainard, E. Showalter et D. (...)
  • 2 Voir C. Simonin, «Vie privée, vie publique, hommes et femmes de lettres à travers la correspondance (...)
  • 3 Voir C. Volpilhac-Auger, « Montesquieu et Mme de Graffigny, regards croisés, regards obliques,ouHis (...)

1En dépit d’un goût commun pour le théâtre sous tous ses aspects et d’une production dramatique marquante, mais de volume réduit, Françoise de Graffigny et Denis Diderot ne se sont, semble-t-il, jamais rencontrés en personne. Des bruits ont couru, des polémiques se sont élevées, liés à un attrait partagé pour des thèmes que d’autres dramaturges avaient déjà exploités, mais les documents à ce sujet sont minces et ne permettent guère de trancher.Ouvrons les lettres deMme de Graffigny1, dans lesquelles se croisent au tournant du siècle, croqués sur le vif, par fines touches anecdotiques ou au travers d’aperçus mémorialistes dignes de Saint-Simon, la plupart des célébrités et des oubliés de la République des Lettres2.Y figurent entre autres,Montesquieu3,Marivaux, Crébillon et Fontenelle, homme d’expérience, fertile en histoires, Voltaire puis Fréron, mais aussiMme Bourette etMme du Boccage, ou encore Meunier de Querlon. Du plumitif au Phénix, beaucoup d’hommes et de femmes de lettres des années cinquante se trouvent ainsi ranimés pour notre plus grand bonheur, à une exception près toutefois, et non des moindres, Denis Diderot.

  • 4 Le 28 décembre 1745, Madame de Graffigny a ainsi pour partenaire aux cartes, Mme de Maux,future ami (...)
  • 5 Voir P. Enckell,« Le Comte de Caylus, ses amis et Les Étrennes de la Saint-Jean, 1738-1751 », RHLF, (...)
  • 6 Voir C. Dornier et D. Smith,« Duclos vu par Mme de Graffigny », Oxford, SVEC, 371, 1999, p. 221-256 (...)
  • 7 Cf. E. Showalter, Madame de Graffigny and Rousseau : between two Discours, Oxford, SVEC, CVXXV, 197 (...)
  • 8 La question de l’invention du drame ou du « genre sérieux » est complexe. Le théâtre de Nivelle de (...)

2Ce silence peut surprendre. Les deux auteurs évoluent en effet dans des milieux qui sont loin d’être étanches. Ils fréquentent l’un et l’autre, à des degrés divers, des personnalités aussi différentes voire opposées que Mlle Camasse, Mlle Quinault4, Helvétius ou le comte de Caylus5. En des périodes distinctes, ils ont noué, de façon provisoire ou durable, des liens d’amitié ou de travail avec des esprits de haut vol comme Duclos6,Turgot ou Rousseau7. Enfin, qui ne sait qu’ils ont consacré tous deux une partie non négligeable de leur temps à l’élaboration de nouvelles formes dramatiques, et qu’ils peuvent être considérés à ce titre comme des initiateurs du drame bourgeois8 ?

  • 9 Dans les années 1750 la vie salonnière de Madame de Graffigny est si intense et agitée qu’il arrive (...)

3Toutefois, si Mme de Graffigny oublie de « croquer » l’homme Diderot9, elle suit ses publications et le lit souvent avec plaisir en faisant part de ses réactions à Devaux. Le 26 mars 1746, elle signale dans sa prolixe Correspondance la publication des Pensées philosophiques, livre « mâle, énergique, concis, lumineux », dont le style l’enthousiasme :

  • 10 Graffigny, Correspondance,VII, 324-325.

4[…] Je viens d’arracher de mes mains, de jeter là, devant moi, le livre qui, de tous les livres, m’a fait le plus de plaisir. C’est moins pour les choses qu’il traite que pour la force, l’élégance, le naturel, la noblesse du style. Fuyez, rentrez dans le néant, Mons. DeVauvenargues et ne montrez jamais votre ignorante loquacité ! Tu devines bien qu’à cet enthousiasme je te parle des Pensées philosophiques10[…]

5Le 25 juillet 1749, elle s’indigne, en des termes bien peu amènes, de la publication de la Lettre sur les Aveugles, dont la pensée matérialiste athée visiblement l’effraie.Le 25mai 1757, elle badine au sujet des Entretiens sur le Fils naturel accusant Diderot de se fouetter « avec des plumes ». Mais, dans la lettre du 2 novembre 1758, elle reprend le ton de l’éloge et, avec un enthousiasme qui manifeste sa communauté d’esprit avec l’auteur du Père de famille, vante la poétique du Discours sur la poésie dramatique :

  • 11 Lettre du 2 novembre 1758 de Françoise de Graffigny à Devaux.

6[…] Tu me diras bien vite,mon ami, ce que tu penses du Diderot.Ah,mon Dieu, si nous avions eu de pareilles poétiques, quelles pièces nous aurions faites ! Les bonnes choses viennent toujours trop tard 11 […]

7Malheureusement, l’épistolière meurt quarante jours plus tard, le 12 décembre 1758, sans avoir eu le bonheur d’approfondir son goût pour le théâtre de Diderot, ni celui de voir des pièces qui ne seront représentées, à la Comédie Française, qu’en 1761 pour Le Père de famille et qu’en 1771, une fois seulement et sans succès, pour Le Fils naturel.

  • 12 Diderot, Le Fils naturel, Le Père de famille, Est-il bon ? Est-il méchant ?, éd. J. Goldzink, GF-Fl (...)
  • 13 Diderot, OEuvres complètes,AT, tome VII, p. 6.Voir E. Showalter, « Diderot and Madame de Graffigny’ (...)

8La Correspondance connue de Diderot ne contient, en revanche, aucune mention explicite de Mme de Graffigny, ni de ses ouvrages. Le parcours de l’oeuvre fictionnelle, philosophique et politique de Diderot conduit à un constat similaire, exception faite d’une mention rapide de Cénie dans la version définitive d’Est-il bon ? Est-il méchant ?12, qui date de la fin des années soixante-dix. Seule une information de seconde main, fondée sur quelques propos rapportés de Diderot sur Cénie, figurant dans l’édition Assézat-Tourneux des OEuvres complètes13, accrédite l’idée que Diderot connaissait bien cette pièce et l’estimait ; idée invérifiable, bien sûr,mais séduisante et très probablement vraie.Cette absence de références explicites de la part du philosophe a suscité des interrogations, des doutes, et continue d’alimenter des polémiques autour de la parenté thématique et structurelle de Cénie et du Fils naturel, d’une part, et du Père de famille et de La Fille d’Aristide, d’autre part. Diderot n’aurait, selon certains, que trop eu le temps après 1758, n’eût-ce déjà été le cas de 1750 à 1758, de voir, ou de lire Cénie et de constater la parenté de cette dernière avec ses propres pièces.

  • 14 Les polémiques firent rage. Les propos ironiques de Fréron sur le silence de Diderot en donnent la (...)

9Les trames dramatiques et les thématiques des quatre pièces en prose de Mme de Graffigny et de Diderot, Cénie et La Fille d’Aristide, Le Fils naturel et Le Père de famille, toutes jouées et parues en l’espace de huit ans, de 1750 à 1758, doivent donc être comparées et leurs enjeux dramaturgiques et philosophiques étudiés de manière précise. Il faudra se souvenir que le débat sur l’influence que les pièces deMme de Graffigny, en particulier Cénie, ont pu, selon certains, exercer sur Diderot s’est ouvert dans le cadre des polémiques déclenchées par des anti-philosophes aux plumes acérées comme Palissot et Fréron14. Le dossier instruit contre Diderot est donc originellement pour le moins partisan. Chemin faisant, nous évoquerons ce que disent les principaux critiques, du siècle des Lumières à aujourd’hui, du rapport entre nos deux auteurs, tout en considérant qu’au fil des années l’histoire littéraire a eu tendance à instituer comme vérité ce qui n’était initialement qu’hypothèse ou supposition.

  • 15 Voir Francis Lamport, « Lessing traducteur et critique de Diderot » in Études sur le Fils naturel, (...)
  • 16 Voir C. Simonin et D. Smith,« Les fortunes de Cénie en France et à l’étranger », in Ris, masques et (...)

10Avant d’entrer dans le vif du sujet, il n’est pas inutile de faire une mise au point sur l’accueil réservé aux pièces des deux dramaturges. Si La Fille d’Aristide, qui avait été lue aux acteurs de la Comédie Française dès 1756 et dont le sujet était bien connu dans la République des Lettres, ne fut pas accueillie lors de sa représentation comme Mme de Graffigny l’aurait souhaité, le succès rencontré par Cénie fut, en revanche, considérable. Rééditée, traduite et adaptée à travers toute l’Europe, Cénie fut représentée vingt-cinq fois à la Comédie Française en 1750, et reprise une quarantaine de fois jusqu’en 1762. Pour leur part, les deux pièces de Diderot furent loin d’emporter, comme on sait, les mêmes suffrages. Violemment critiquées par certains, qui virent en Diderot le chef de file des encyclopédistes, la pierre angulaire des officines de l’athéisme et des presses clandestines, Le Fils naturel et Le Père de famille ne manquèrent pourtant pas d’enthousiastes défenseurs, Grimm et Lessing au premier chef15. Rappelons, pour l’anecdote, qu’au beau milieu du combat encyclopédique Le Père de famille parvint à séduire, lors de sa parution, en 1758, un censeur érudit comme Lavirotte, qui avait été chargé de la vérification institutionnelle du texte. Souvenons-nous aussi enfin que les pièces de théâtre des deux écrivains constituèrent des événements théâtraux en France, mais également à l’étranger.Ainsi, après que Cénie eut connu plus de treize adaptations et traductions différentes à travers l’Europe, l’intérêt pour le théâtre de Diderot s’étendit à son tour jusqu’en Russie16.

11Le combat mené par Diderot pour faire reconnaître la qualité de son théâtre fut néanmoins d’une rudesse sans précédent. Il fut en effet suspecté à tort, rappelons-le, d’avoir littéralement plagié de bout en bout la comédie de Goldoni, Il Vero amico, publiée en 1751, six ans avant la publication du Fils naturel. Diderot fit d’ailleurs le point sur ces accusations dans son Discours de la poésie dramatique, en 1758, en reprenant les pièces du dossier et en détaillant son propre travail :

  • 17 Discours de la poésie dramatique in OEuvres esthétiques, édition P. Vernière, Garnier, p. 222-223.V (...)

12[…] Quoi qu’il en soit, de cette portion d’une farce en trois actes, j’en fis la comédie du Fils naturel en cinq ; et mon dessein n’étant pas de donner cet ouvrage au théâtre, j’y joignis quelques idées que j’avais sur la poétique, la musique, la déclamation, et la pantomime ; et je formai du tout une espèce de roman que j’intitulai Le Fils naturel, ou les épreuves de la vertu, avec l’histoire véritable de la pièce17 […]

  • 18 Les attaques essuyées par Diderot furent d’une extrême violence. Un pamphlétaire anonyme, probablem (...)

13De fait, comme l’a démontré Busnelli, Il vero amico lui offrait un cadre qu’il réaménagea, réorienta et même démultiplia, en suggérant dans les Entretiens des modifications de registre du Fils naturel. En polygraphe joueur qui se met en scène dans son propre texte, il joua ainsi sur la plasticité de sa pièce. C’est dans cette perspective qu’il faut considérer les prolongements de l’aveu paradoxal d’originalité, qui a suivi la polémique initiée par Palissot autour du pillage de Goldoni. Mme de Graffigny qui nourrissait une admiration inquiète à l’égard de Diderot était bien informée des polémiques qui empoisonnaient régulièrement la vie théâtrale18. Les accusations lancées contre Diderot ne lui échappèrent pas, comme l’atteste la lettre du 25 mai 1757 à Devaux :

  • 19 Lettre de Mme de Graffigny à Devaux du 25 mai 1757. p. 493-501.

14[…] T’ai-je dit que Le Fils Naturel est tiré presque scène pour scène de Goldoni ? C’est Laugier qui a fait cette découverte. Je serais fâchée que cela lui [à Diderot] fît du tort du côté de l’intérêt, mais c’est une terrible sottise de tromper ainsi le public et avec tant d’arrogance. Ce Goldoni a un Père de famille que je lis actuellement. Il est certain qu’au moins il a donné à Diderot les idées du naturel qu’il nous prêche comme s’il était de lui19 […]

  • 20 A. Courbet rapporte, dans un article de la revue Lotharingia, des propos de la lettre de Laugier : (...)

15Il faut noter qu’Alexandre-Louis Laugier lui signala dès mai 1757, deux mois avant l’article venimeux de Fréron dans L’Année Littéraire, des ressemblances entre la pièce de Diderot et celle de Goldoni. Ce qui occasionna une brouille avec le milieu encyclopédiste,au sujet de laquelle Laugier lui adressa, le 3 décembre 1757, quelques mots d’excuses et de réconfort, non dépourvus d’arrière-pensées20.

16Les langues se délièrent, sans prendre garde qu’elles pouvaient fourcher. Jean-Jacques Rousseau a fait état dans ses Confessions des tensions engendrées par cette polémique dans l’entourage des deux protagonistes, sans pour autant en rendre compte avec toute l’objectivité nécessaire. Il y signale, au livre IX des Confessions, les bruits queMme de Graffigny avait fait courir à cette occasion, selon lui, sur sa rupture avec Diderot, alors en pleine tourmente encyclopédique :

  • 21 Rousseau, Confessions in OEuvres complètes, tome I,« Les Confessions et autres textes autobiographi (...)

17[…] Outre l’orage excité contre l’Encyclopédie, il en essuyait alors un très violent au sujet de sa pièce que, malgré la petite histoire qu’il avait mise à la tête, on l’accusait d’avoir prise en entier de Goldoni. Diderot, plus sensible encore aux critiques que Voltaire, en était alors accablé. Mme de Graffigny avait même eu la méchanceté de faire courir le bruit que j’avais rompu avec lui à cette occasion21 […]

18Rien pourtant, dans la Correspondance de cette dernière, ne vient avérer cette supposée médisance. Dans le droit fil des attaques menées à l’occasion de l’affaire Goldoni, le silence de Diderot à l’égard des pièces de Mme de Graffigny a parfois été interprété comme le refus marqué de reconnaître une dette, le symptôme d’un emprunt qui n’avait pas été assumé. Mais un examen précis des trames dramatiques des pièces des deux auteurs, comparées deux à deux, révèle l’absence de fondements objectifs du discours récurrent sur la similitude voire la grande proximité de ces ouvrages.

19Précisons la trame de Cénie, qui exploite conjointement les thèmes du retour du père disparu, des épreuves de la vertu et surtout de la mère gouvernante. Cette pièce débute sur une intrigue ourdie par Méricourt, soutenu par la servante Lisette, en vue d’obtenir la main de Cénie, un parti susceptible de réduire ses embarras financiers.Mais,pour Méricourt, convaincre son oncle Dorimond, père putatif de Cénie, s’avère plus difficile que prévu, car Cénie est amoureuse et aimée en retour de Clerval, son frère cadet. Pour triompher dans son entreprise, il projette alors de discréditer Clerval et Orphise, gouvernante et mère de Cénie, dont le mari Dorsainville a disparu lors d’une campagne malheureuse aux Indes. Marque ultime de cynisme, espérant pousser son avantage, Méricourt n’hésite pas à produire une lettre authentique prouvant que Mélisse, l’épouse décédée de Dorimond, a feint une grossesse et fait passer Cénie pour leur enfant. Mais, au terme du quatrième acte,Méricourt est évincé de façon définitive par Clerval, et au cinquième, la pièce se dénoue sur une scène de reconnaissance de Cénie, Orphise et Dorsainville, dont la paternité est enfin révélée. L’intrigue de la pièce repose sur la mise au jour de l’infamie et du cynisme de Méricourt et sur le réinvestissement tâtonnant, douloureux, puis lumineux, d’une histoire familiale fragmentaire par Cénie.

20La relation de complicité fervente que la dramaturge établit entre Orphise et sa fille Cénie est le coeur vivant de la pièce. Cette alliance, qui entremêle protection, éducation et progressive autonomie, contraste fortement avec la fragilité du couple scénique artificiel formé par Méricourt et Lisette. Mais c’est au travers de cette opposition que la dynamique de reconnaissance prend place. Les trois autres personnages masculins, Dorsainville et Clerval, d’une part, Dorimond, d’autre part, évoluent dans ce contexte. Dorimond prend conscience de l’esprit d’intrigue de son neveu, Méricourt, pendant que Clerval et Dorsainville, compagnons d’infortune aux Indes, affermissent leurs liens en France en devenant beau-père et gendre. Mme de Graffigny use ainsi du schéma classique de la double action dramatique, en étoffant, aspect déterminant du théâtre du xviiie siècle, la place accordée au drame familial, drame qui s’achève dans ce cas sur une scène de comédie, au sens classique, autrement dit sur une scène de mariage annoncé.

  • 22 Cette scène de reconnaissance repose sur l’exploitation d’un topos dramatique que Molière avait uti (...)

21Une lecture précise du Fils naturel permet de se rendre compte qu’à partir d’une thématique voisine la pièce de Diderot n’est ni bâtie sur la même trame que Cénie, ni engagée dans les mêmes problématiques philosophiques. L’amorce, les péripéties, le dénouement en sont tout à fait différents.Le Fils naturel débute par une tentative de fuite de Dorval, qui vient de prendre conscience de la passion, réciproque, qu’il éprouve pour la jeune Rosalie, future femme de son ami Clairville, alors même qu’il aurait dû être le témoin de leur mariage. Symétriquement, Constance, tutrice de Rosalie, sage et aimante soeur aînée de Clairville, découvre à Dorval ses sentiments pour lui, à la suite d’un quiproquo de lettre qu’elle croit lui être adressée, où Dorval révèle ses sentiments amoureux à Rosalie. Le projet amoureux de Dorval et Constance, qui espéraient l’un et l’autre affermir et prolonger les sentiments naissants entre Clairville et Rosalie, se trouve ainsi bousculé de manière inattendue et très brutale. La fin de la pièce, marquée par le retour de Lysimond, père de Rosalie et, secrètement, de Dorval, éclaire cette attirance mutuelle, puisque la jeune femme est en fait la demi-soeur de Dorval. Ainsi l’harmonie fallacieuse des sentiments qui les unissaient s’explique finalement par une proximité de constitution, un lien du sang révélé par la présence du père22. Comme nous pouvons le constater, la pièce de Diderot qui s’achève sur le retour du père blessé et spolié, qui mourra peu de temps après son retour, diffère sensiblement du dénouement heureux retenu parMme de Graffigny, qui avait choisi d’évincer le neveu et frère scélérat, Méricourt, et d’aménager une double reconnaissance familiale.

  • 23 Sur la question du déni de l’inceste, voir l’article de S. Lojkine, « De la tragédie de l’inceste à (...)
  • 24 Deux personnages du Préjugé à la mode se nomment Constance et D’Urval. La proximité onomastique ave (...)

22En outre, les portées philosophiques des dénouements de Cénie et du Fils naturel ne sont pas du même ordre. La scène de reconnaissance finale entre Rosalie et Dorval prend sens dans la philosophie matérialiste de Diderot, puisqu’elle permet de pointer l’emprise constante des causes physiologiques. Saisies dans cette perspective, la montée progressive, au fil de la pièce, de la tension entre Dorval et Clairville, la subtilité de leurs liens entre fraternité, paternité et jalousie, ne sont pas de même nature que la rivalité amoureuse traditionnelle opposant l’aîné Méricourt au cadet Clerval dans Cénie. À travers la passion soudaine et réciproque de Dorval pour sa demi-soeur Rosalie, Diderot développe mezzo voce la question de l’inceste23. Enfin, sur un autre plan, la parenté formelle des noms, Clerval/Dorsainville, d’une part, Dorval/Clairville, d’autre part, ne doit pas faire oublier que cette onomastique est aussi celle de l’époque, comme le prouve, entre autres, l’usage qu’en a fait, en 1735, Nivelle de la Chaussée dans sa comédie Le préjugé à la mode 24.

23Les choix de registres sont également bien différents. Alors que Diderot met au premier plan, dans Le Fils naturel, une méprise fondamentale traitée dans un registre sombre qui se dénoue brutalement après le dernier acte, Mme de Graffigny retient le registre de la comédie sérieuse pour développer la question de la reconnaissance filiale en se servant des petites menées et des vicissitudes de Méricourt comme contrepoint théâtral. Le Fils naturel éclaire en particulier le désir de fuite, tragique, en un sens, de Dorval, qui tente en vain de s’éloigner de Rosalie – le premier acte lève partiellement le voile sur l’ampleur de cet attachement. La scène d’exposition de Cénie dévoile, pour sa part, les méprisables intentions de Méricourt et distille le doute sur les chances de réalisation de son stratagème. Sous cet angle, l’amorce de Cénie qui repose sur le tandem de ce dernier et de la servante vive et étourdie,mais diligente, n’est pas sans rappeler les jeux subtils des maîtres et des valets, qu’affectionnait Marivaux dont Mme de Graffigny connaissait très bien les oeuvres.

  • 25 Voir l’article de J. Candler Hayes, « Subversion du sujet et querelle du trictrac : le théâtre de D (...)

24De surcroît, à l’inverse de l’auteur de Cénie, Diderot écarte de sa pièce les personnages traditionnels de manipulateurs et d’intrigants pour ne conserver que des caractères contrastés, tous orientés, quoique diversement, vers la réalisation d’actions vertueuses fortement contrariées par le sort25. De ce point de vue,Méricourt n’a pas d’équivalent dans Le Fils naturel, même si le sous-titre en est, rappelons-le, Les Épreuves de la Vertu.À l’instar de Méricourt, Orphise ne possède pas non plus d’équivalent dans Le Fils naturel, à moins de considérer Constance, « jeune veuve » selon la liste des personnages, dont Rosalie est devenue « [l]a compagne, [l]a pupille, [l’]élève » à la suite du décès de sa tante « une Américaine fort âgée », comme son homologue. Diderot ne laisse pourtant planer aucune ambiguïté à ce sujet. Le lien de complicité maternelle ou sororale qui les unit et que Diderot développe dans Le Fils naturel fait ainsi pendant au lien mère/fille exploré, avec tout le brio qu’on lui connaît, parMme de Graffigny.Toutefois, sans doute avec le désir de rivaliser dans ce nouveau Pays de Tendre avec l’auteur de Cénie, Diderot dédouble son champ d’exploration, selon une posture intellectuelle qui lui est coutumière, en croisant l’examen du lien Constance/Rosalie avec celui du lien frère/soeur. Sa pièce dévoile ainsi en Dorval,comme son titre le laissait attendre, le fils naturel de Lysimond. Il n’en est pas moins vrai que, sur des trames différentes, les deux dramaturges travaillent dans la même direction, sans concertation certes, mais dans l’esprit propre au milieu du siècle, qui vise à développer un théâtre nouveau.

25Le lien d’inspiration directe qu’on pourrait être tenté d’établir entre Le Père de famille (1758) et La Fille d’Aristide (1758) n’est guère plus probant.Mme de Graffigny fait débuter sa comédie par un imbroglio politique et sentimental consécutif à la mort d’Aristide. Proscrit de la ville d’Athènes, exilé à Mégare, Aristide finit par recevoir, en raison de ses qualités, tous les honneurs. Cléomène, l’un des personnages principaux de la pièce, philosophe et ami d’Aristide – qu’il a suivi dans son exil –, s’est vu confier par celui-ci, au moment de sa disparition, la mission de protéger sa fille Théonise. Mais Cratobule, beau-frère de Cléomène, tente,de son côté,de discréditerThéonise, en intriguant auprès de Phérès, fils de Cléomène, puis du Sénat. Théonise est restée, pour sa part, très attachée à Trazile, le fils de Cratobule, valeureux guerrier qu’on croyait mort, mais qui réapparaît et s’impose progressivement. Dans la scène d’exposition, Phérès s’inquiète, auprès de Cratobule, des nombreux refus essuyés de la part de son père au sujet du mariage qu’il envisage. Cratobule attise son inquiétude en lui montrant l’imprévoyance de Cléomène, le crédit grandissant de Théonise, et surtout l’influence de Parménon, esclave affranchi formé par Aristide. Parménon aura un rôle capital dans la résolution de l’intrigue, en renversant les plans de Cratobule et en rendant à Théonise la liberté qu’elle avait résolu de perdre pour protéger, dans un bel acte d’abnégation, son tuteur imprévoyant Cléomène. La pièce se conclut sur le mariage annoncé de Théonise et Trazile, après l’accueil triomphant réservé à celui-ci par les sénateurs ; décision est alors prise de construire une statue en mémoire d’Aristide, « le plus juste des Grecs ».

  • 26 Mme de Graffigny inscrit sa pièce dans un cadre grec qui peut sembler artificiel, et qui n’est pas (...)

26Ainsi, Mme de Graffigny choisit d’organiser sa pièce autour de la rivalité familiale et politique de Cratobule et Cléomène, en se servant de l’absence puis du retour de Trazile comme ressort dramatique principal. La péripétie déterminante de la pièce consiste en une tentative d’enlèvement de Théonise, fomentée par Cratobule, maladroitement secondé de Phérès, qui échoue grâce à l’intervention inopinée de Trazile, dissimulé chez Cléomène ; ce qui sert à relancer l’action de façon conventionnelle, en jouant sur l’incognito et en pointant les défauts du philosophe26. Face aux personnages d’intrigants peu scrupuleux comme Cratobule et Phérès, la dramaturge campe des personnages qui incarnent la vertu politique. L’affranchi Parménon et surtout Théonise, qui décide de sacrifier sa liberté, pour éviter une amende humiliante à Cléomène, symbole d’un désaveu public, en fournissent deux exemples marquants. La vertu d’Aristide, célébrée au terme de la pièce, brille alors à nouveau à travers l’action héroïque de Théonise, et contraste avec les atermoiements de Cléomène, qui refusait, contrairement à son ami Aristide, de s’engager dans les affaires de la cité.

  • 27 Diderot s’entretient volontiers de théâtre avec Sophie Volland. Dans une lettre du 1er décembre 176 (...)
  • 28 Diderot, friand de ce genre de « contrastes », fournit des explications sur l’opposition des « père (...)

27Hormis la thématique commune portant sur les différends familiaux27, les similitudes du Père de famille avec la trame dramatique de La fille d’Aristide sont pour le moins ténues. Le Père de famille débute par une scène de vie quotidienne et domestique, une partie de trictrac disputée par Cécile et Germeuil, amoureux l’un de l’autre, sous le regard inquisiteur du Commandeur d’Auvillé, oncle par alliance de Cécile et beau-frère du père de famille, Monsieur d’Orbesson. La scène d’exposition met d’emblée l’accent,comme il se doit, sur le coeur de l’intrigue : les absences récurrentes de Saint-Albin, fils de M. d’Orbesson, qui vient, une fois de plus et de trop, de se rendre incognito auprès d’une jeune femme d’origine modeste, Sophie, dont il est secrètement amoureux. Cette idylle soulève l’indignation du Commandeur, qui y décèle une mésalliance qui pourrait ruiner la famille d’Orbesson. À la fin du troisième acte, le Commandeur éclate en violents reproches à l’égard du Père de famille, en l’accusant de manquer de prévoyance et d’oublier l’honneur de la lignée.Mais il apprend, coup de théâtre final, que Sophie est sa nièce.Diderot fonde donc principalement sa pièce sur l’opposition du commandeur d’Auvillé et de Monsieur d’Orbesson, en concentrant l’analyse sur le cadre moral et concret dans lequel s’effectue l’exercice de l’autorité paternelle28. Il reprend le schéma dramaturgique classique des impératifs divergents des sentiments amoureux et des sentiments filiaux, en organisant sa pièce autour de la reconnaissance progressive de l’honnêteté et des vertus domestiques de Saint-Albin.

28Des différences substantielles sont observables. Ainsi, tandis que Diderot exploite dans Le Père de famille, comme il l’avait fait dans Le Fils naturel, la structure de la double liaison amoureuse,Mme de Graffigny se concentre dans La Fille d’Aristide sur un seul couple, Théonise/Trazile, en reprenant le schéma de la liaison unique Cénie/Clerval. En outre, si la péripétie centrale du Père de famille, en l’espèce la dissimulation de Sophie dans la maison du père de Saint-Albin, à l’instigation de Cécile et Germeuil, pourrait faire songer à celle, centrale aussi, de La Fille d’Aristide, fondée sur l’installation incognito de Trazile dans la maison de Cléomène, les trames dramaturgiques sont, dans le détail, tout à fait différentes, tout comme l’éclairage qu’elles apportent sur l’évolution des caractères. De La Fille d’Aristide au Père de famille, nous passons de l’exaltation de la vertu politique d’une exilée héroïque, Théonise, à l’exaltation de la rectitude morale d’une jeune femme, Sophie, dont la force d’âme tranche avec les arrangements hypocrites du Commandeur.

29La Fille d’Aristide s’établit, comme nous l’avons signalé, sur un conflit d’intérêts politique et amoureux. Les questions conjointes de la citoyenneté et de l’exil sont au coeur de l’intrigue, puisque l’objectif de Cratobule est de déchoir Théonise et de réduire à néant la vie philosophique de Cléomène. Symboliquement, il s’agit pour lui de reprendre le pouvoir familial, mais, évoquée en fin de pièce, la décision prise par le Sénat de construire une statue commémorative au « plus sage des Athéniens », lui inflige une sévère défaite. L’opposition de Cratobule et Cléomène n’obéit pas, comme on le constate, aux mêmes déterminations que celle du Commandeur d’Auvillé et du père de famille,M.d’Orbesson. Le conflit amoureux, qui structure La Fille d’Aristide, est rattaché de manière très explicite au conflit politique. L’absence de Trazile, douloureusement ressentie par Théonise, est ainsi évoquée, au premier acte, au moment d’un déplacement au temple, lieu où pouvoirs religieux et politique se croisent. Cette absence/présence de Trazile sera modulée tout au long de la pièce.La brouille des deux personnages sur fond de quiproquo, en fin de troisième acte, est suivie au quatrième, de la réhabilitation amoureuse de Trazile, qui s’agenouille aux pieds de Théonise. Le code chevaleresque,médiatisé par les épopées romanesques, est réinvesti avec subtilité par Mme de Graffigny.

  • 29 Diderot, Discours de la poésie dramatique in OEuvres esthétiques, p. 231. Voir P. Frantz, L’Esthéti (...)

30Ce double conflit d’intérêts amoureux et politique n’existe pas dans Le Père de famille, du moins sous la forme que nous venons d’analyser. En mettant l’accent sur la sphère ludique, à l’occasion de la partie de trictrac de Clairville et Constance, saisie in medias res dans la scène d’exposition, Diderot fait porter l’attention du spectateur sur l’intimité familiale, selon le principe du quatrième mur qu’il a conceptualisé dans les Entretiens29. Par ailleurs, les disparitions fréquentes de Saint Albin n’ont ni la fonction dramaturgique, ni la portée psychologique de l’absence de Trazile, personnage qui fait office, ainsi que nous l’avons indiqué, de deus ex machina.De surcroît, les conditions sociales intermédiaires, de la paysannerie à la bourgeoisie, que Diderot dépeint sans les caricaturer tranchent fortement avec les conditions sociales abordées selon d’autres modalités par Mme de Graffigny.

  • 30 Elles mettent en scène, en prose, des héros qui ne sont pas des aristocrates sur fond d’intrigue ce (...)
  • 31 Diderot, Le Fils naturel (IV, 3), éd. J. Goldzink, op. cit., p. 82.
  • 32 Cénie (IV, 5), p. 364, in Cénie, p. 315-372, in Femmes dramaturges en France (1650-1750), Pièces ch (...)

31L’examen des spécificités des pièces de Diderot et deMme de Graffigny ne doit cependant pas faire oublier que ces deux dramaturges ont puisé dans une thématique commune30. Rappelons d’abord que la thématique du fils naturel et/ou de la fille naturelle est couplée dans Le Fils naturel et Cénie avec celle de la disparition des géniteurs. Ces pièces renvoient à une réalité sociale massivement attestée, celle des orphelins, et à la réflexion éthique qui s’y associe. Le motif du secret, les appuis comme les oppositions qui structurent l’une et l’autre pièce, en particulier les marques discursives de la souffrance psychologique chez Rosalie et Cénie, qui ont fourni des arguments aux défenseurs d’une dette de Diderot à l’égard de l’auteur de Cénie, se rattachent à cette thématique. Quelques similitudes en découlent, sinon dans l’énonciation, du moins dans les paroles de Rosalie et Orphise. Le bilan que Rosalie, amère, dresse pour Constance : (« Madame les malheureux sont fiers, importuns, ombrageux. On s’accoutume peu à peu au spectacle de leur douleur. Bientôt on s’en lasse »31) rappelle celui, aux résonances autobiographiques, que Mme de Graffigny place dans la bouche d’Orphise, lorsque celle-ci met en doute la générosité de Clerval envers Cénie (« On veut tout entreprendre pour les malheureux : insensiblement on s’accoutume à les voir, on se refroidit, et l’on devient comme les autres hommes »32). De la même manière, certaines symétries et équivalences se retrouvent dans les scènes de reconnaissance qui marquent les dénouements des deux pièces.

  • 33 Sur ce sujet, se reporter à S. Marchand, Théâtre et pathétique au xviii e siècle, Paris, Champion, (...)

32Il est aussi des moments de connivence majeure entre les pièces qui tiennent aux sujets et aux personnages privilégiés à l’époque. Les personnages du père de famille et du philosophe agissant dans un cadre domestique en fournissent deux exemples33. L’exaltation de la figure paternelle est ainsi partie intégrante de La Fille d’Aristide qui se conclut par l’érection d’une statue à la gloire d’Aristide, traduisant la reconnaissance d’une trajectoire vertueuse, au double sens moral et politique du terme. Ce monument, symbole de libération politique et de reconnaissance historique de la virtú, fait écho au prologue du Fils naturel, qui mentionne la volonté paternelle de commémoration de l’unité familiale retrouvée :

  • 34 Diderot, Le Fils naturel, éd. J. Goldzink, op. cit., p. 43.

33[…] Oui mon enfant. Il ne s’agit point d’élever ici des tréteaux, mais de conserver la mémoire d’un événement qui nous touche, et de le rendre comme il s’est passé… Nous le renouvellerions nous-mêmes tous les ans dans cette maison, dans ce salon34 […]

34Mais, s’il peut être tentant de rapprocher la commémoration dramatique évoquée dans Le Fils naturel et la statue édifiée à la mémoire d’Aristide dans la pièce de Mme de Graffigny, le contexte introduit une différence notable. En effet, mise en abyme dans Le Fils naturel, la transmission mémorielle s’effectue en présence de Diderot, observateur silencieux, placé en coulisse, au seuil même du texte qu’il vient de composer.

  • 35 Voir C. Simonin, « Cléomène et Caton, deux figures de philosophes dans le théâtre de Mme de Graffig (...)
  • 36 Voir A. Coudreuse, Le Goût des larmes, Paris, PUF, 1999, « La tentation du silence », p. 290-295.

35Pour sa part, le philosophe, second type de personnage commun aux pièces des deux écrivains, est respectivement représenté par Dorval, à la lucidité tranchante et mélancolique dans Le Fils naturel,par Dorsainville assailli par de cruels doutes dans Cénie, et par Cléomène35, figure taciturne qui « donne la torture [au] bon sens pour en tirer de l’esprit », d’après Cratobule, dans La Fille d’Aristide. De Dorval à Dorsainville, passent d’une certaine manière le poids de l’histoire ainsi que le recul que permet d’acquérir l’expérience du monde36. La quête en mineur de Dorsainville, qui retrouve sa fille, n’est pas de ce point de vue sans analogies avec celle de Dorval, engagé à représenter rituellement le souvenir des retrouvailles avec Lysimond, pour le maintien de la mémoire familiale. Enfin, par certains aspects,Théonise et Dorval ne sont pas non plus sans affinités.

  • 37 Voir, sur ce point, l’article de Pierre Chartier « Le Fils naturel et ses entretiens, un roman de D (...)
  • 38 Voir à propos de l’explicit de Jacques le Fataliste, l’analyse de J. Berchtold in Les Prisons du ro (...)

36Cette thématique commune ne prend pourtant sens qu’en considérant l’ensemble des quatre textes au sein des dispositifs esthétiques mis en oeuvre par les deux auteurs. Diderot accorde une importance de tout premier ordre aux Entretiens sur le Fils naturel et au Discours sur la poésie dramatique, textes d’escorte qu’il considère comme naturellement liés aux pièces qu’ils servent à examiner et à modifier sur certains points37. Ses productions littéraires développent un jeu vivant d’anamorphoses ; son théâtre est construit sur des différences, des virevoltes continues, des variations qui en remanient la cohérence d’ensemble. Aussi ne se prive-t-il pas d’imaginer diverses fins pour Le Fils naturel dans les Entretiens et de projeter des transformations du Père de famille dans le Discours, à l’image de ce qu’il proposera, quinze ans plus tard, dans Jacques le Fataliste38. Cette démarche esthétique s’inscrit pour Diderot dans un projet philosophique fondé sur la lutte contre les idées de perfection et de fixité, en vue de récuser le dogme religieux de la « création ».

  • 39 Les cercles dans lesquels Mme de Graffigny était engagée en témoignent. Voir E. Showalter, François (...)
  • 40 Voir M.-E. Plagnol-Dieval, Madame de Genlis et le théâtre d’éducation au xviii e siècle, SVEC n° 35 (...)

37De leur côté, les deux pièces de Mme de Graffigny prennent sens dans cet opus que constituent aujourd’hui son roman, ses pièces et sa Correspondance retrouvée, dont l’un des axes majeurs est la revendication d’une autonomie sociale pour les femmes qui soit en accord avec la reconnaissance définitive de leur autonomie intellectuelle39. Son théâtre, qui, par certains aspects pionniers, comme les piécettes envoyées à Vienne, annonce les Magasins de Mme Le Prince de Beaumont et le théâtre d’éducation de Mme de Genlis40, souligne la détermination féminine dans la conquête d’un statut d’égale. Les deux pièces qu’elle présente sans leur adjoindre, à l’inverse de Diderot, de péritextes autres que ses dédicaces, au comte de Clermont pour Cénie et à Marie-Thérèse d’Autriche pour La Fille d’Aristide, font écho à certains passages de ses Lettres d’une Péruvienne :

  • 41 Françoise de Graffigny, Lettres d’une Péruvienne, éd. présentée, établie et annotée par J. Mallinso (...)

38[…] En général, il me semble que les femmes naissent ici bien plus communément que chez nous avec toutes les dispositions nécessaires pour égaler les hommes en mérite et en vertu. Mais, comme s’ils en convenaient au fond de leur coeur et que leur orgueil ne pût supporter cette égalité, ils contribuent en toute manière à les rendre méprisables soit en manquant de considération pour les leurs soit en séduisant celles des autres41 […]

39De fait, dans le droit fil des propos de son héroïne, la dramaturge démontre dans sa pièce que seule la reconnaissance politique, et non un simple renversement éthique, modifie les habitudes et détruit les préjugés : La Fille d’Aristide s’intitulait ainsi originellement Théonise ou Les Effets de la prévention.

40Enfin, pour mesurer les spécificités du théâtre de nos deux auteurs, les implications politiques respectives de leurs pièces doivent être considérées avec attention. La question des « conditions » est, comme l’on sait, centrale pour Diderot, qui souhaite, ainsi qu’il le précise dans les Entretiens, leur donner droit de cité, en se dégageant du théâtre de caractère. Il tient à conférer une forte visibilité à ce que nous pourrions nommer les conditions modestes dans un théâtre à caractère politique qu’on ne saurait réduire à l’apologie du bon père de famille. Les pièces deMme de Graffigny, Cénie et La Fille d’Aristide sont, de leur côté, revêtues d’une signification plus abstraite, moins engagée, même si elles construisent les bases d’une véritable émancipation féminine.

  • 42 Voir le passage des Entretiens où André commente les libertés prises par Dorval avec la vérité (OEu (...)

41C’est dans ce contexte que la relation maître/valet ou maître/ domestique prend, nous semble-t-il, toute sa signification. Dans ce domaine, les perspectives politiques qui sous-tendent les pièces de Mme de Graffigny et de Diderot sont sensiblement divergentes. Mme de Graffigny s’empare avec beaucoup de finesse de l’héritage des pièces de Marivaux, comme l’attestent le jeu de Lisette et Méricourt dans Cénie, et la présence de Dromon et Thaïs, personnages de second ordre, dans La Fille d’Aristide, mais la dynamique d’affranchissement de la tutelle du maître semble inexistante, à une exception près, celle de Parménon, personnage d’affranchi assez peu conventionnel. Pour sa part, Diderot exploite dans Le Fils naturel, à travers le serviteur André, attaché à Lysimond, les ressources du pathétique qu’offre le type du domestique dévoué et sensible. Mais il tient surtout à conférer à ce personnage une consistance réelle, une humanité profonde, en mettant l’accent sur une condition, dont il souligne fortement le caractère contraint dans les Entretiens 42.

  • 43 Voir, à ce sujet, le dossier de premier ordre, rassemblé par A.-M. Chouillet : « Dossier du Fils na (...)
  • 44 Voir, pour une étude des similitudes et différences de La Gouvernante et de Cénie, les articles res (...)
  • 45 Pourquoi ne pas y ajouter Le Fils Naturel de Dumas, pièce en quatre actes et en prose, jouée et par (...)

42Les polémiques qui se sont développées après l’accusation de plagiat lancée contre Le Fils naturel ont longtemps polarisé les débats et ont, jusqu’à une période très récente, largement contribué à désorienter les analyses, en campant face à face deux ennemis, qui ne songèrent sans doute jamais à l’être, du moins sous la forme qu’on leur a prêtée. Interprété de manière abusive, le silence de Diderot a sans doute lui-même contribué à toute une série de dénégations voire de refus quasi-épidermiques de réponses argumentées43. Certes, au tournant des Lumières, pour ceux qui souhaitaient affaiblir le camp des philosophes, tout argument était bon. Mais à l’aube du tricentenaire de Diderot, il nous semble que l’esprit qui anima ces vaines polémiques s’épuise enfin. Le temps nous paraît donc venu de considérer d’un oeil neuf la connivence théâtrale silencieuse de Diderot et deMme de Graffigny, en suggérant une édition conjointe de La Gouvernante de Nivelle de la Chaussée, de Cénie de Mme de Graffigny 44, d’Il vero Amico de Goldoni et du Fils naturel de Diderot 45. Cette édition groupée autour d’une thématique commune permettrait de souligner les singularités de ces quatre pièces ; et elle aurait une autre vertu, celle de montrer qu’il convient de se méfier des mirages de l’identique.

Haut de page

Notes

1 Françoise de Graffigny, Correspondance, édition sous la direction d’A. Dainard, E. Showalter et D. Smith, Oxford,Voltaire Foundation (Vol. I-XIII parus). Pour les lettres non encore parues, mais obligeamment fournies par l’équipe Graffigny, nous précisons simplement la date. Nous modernisons l’orthographe des citations. Nous adressons de sincères remerciements au Professeur D. Smith pour ses commentaires avisés sur cet article.

2 Voir C. Simonin, «Vie privée, vie publique, hommes et femmes de lettres à travers la correspondance de Françoise de Graffigny » in Pauvre Diable, Destins de l’homme de lettres au xviii e siècle, sous la direction d’H. Duranton, Presses Universitaires de Saint-Étienne, 2006, p. 97-108.

3 Voir C. Volpilhac-Auger, « Montesquieu et Mme de Graffigny, regards croisés, regards obliques,ouHistoire d’un Persan et d’une Péruvienne », in Françoise de Graffigny, femme de lettres, écriture et réception, Oxford,Voltaire Foundation, 2004, p. 149-158.

4 Le 28 décembre 1745, Madame de Graffigny a ainsi pour partenaire aux cartes, Mme de Maux,future amie de Diderot.Toutes deux s’amusent à tricher contreMlle Quinault (Graffigny, Correspondance, tome VII, p. 169).

5 Voir P. Enckell,« Le Comte de Caylus, ses amis et Les Étrennes de la Saint-Jean, 1738-1751 », RHLF, 101 :1, 2001, p. 123-134 ; voir D. Masseau, « Caylus, Diderot et les philosophes », in Le comte de Caylus, les Arts et les Lettres (1692-1765), Amsterdam/NY, Rodopi, 2004, p. 45-57.

6 Voir C. Dornier et D. Smith,« Duclos vu par Mme de Graffigny », Oxford, SVEC, 371, 1999, p. 221-256.Duclos etTurgot, proches amis de Françoise de Graffigny, sont habitués à être reçus chez elle à bras ouverts,et sans façon. Elle surnomme le premier« LaRancune » et le second « Le Métromane ». Quant à Helvétius, « Le Génie », c’est en grande partie grâce à elle qu’il devient, en 1751, l’époux de«Minette », sa petite-nièce Anne-Catherine de Ligniville, qu’elle avait élevée en Lorraine et hébergée à Paris dès septembre 1746 (Voir Correspondance générale d’Helvétius, tome V, Oxford,Voltaire Foundation, 2004).

7 Cf. E. Showalter, Madame de Graffigny and Rousseau : between two Discours, Oxford, SVEC, CVXXV, 1978 (Une édition Des Saturnales figure en fin d’ouvrage). Voir aussi, Diderot – Rousseau. Un entretien à distance, sous la direction de F. Salaün, Desjonquères, 2006.

8 La question de l’invention du drame ou du « genre sérieux » est complexe. Le théâtre de Nivelle de la Chaussée comme celui de Destouches en constituent des moments importants. Le drame bourgeois théorisé par Diderot, nommé par certains « tragédie bourgeoise », est influencé par la « domestic tragedy » de Lillo et Moore.Voir Nivelle de la Chaussée, Destouches et la comédie nouvelle au xviiie siècle, direction de J. Dagen, C. François-Giappiconi, S. Marchand, PUPS, 2012.Voir M. Buffat (éd.), Diderot, l’invention du drame,Klincksieck, 2000 ; J.Chouillet,La Formation des idées esthétiques de Diderot, 1745-1763, Armand Colin, 1973, p. 466-468 ; A. Mesnil, Diderot et le drame : théâtre et politique, PUF, 1995.

9 Dans les années 1750 la vie salonnière de Madame de Graffigny est si intense et agitée qu’il arrive qu’elle rencontre et même fréquente des gens qu’elle oublie de mentionner. C’est le cas du jeune Autrichien Iselin, en voyage en France, avec qui elle discute à de nombreuses reprises, qui consigne le fait dans son Journal sans que son nom soit même cité dans la Correspondance de l’épistolière. Toutefois, il est permis de penser qu’étant donné la célébrité de Diderot, et connaissant la curiosité de Devaux pour les auteurs parisiens, elle l’aurait signalé (voir E. Showalter, «Mme de Graffigny en 1752 », in Françoise de Graffigny, femme de lettres, écriture et réception, op. cit., p. 50-59).

10 Graffigny, Correspondance,VII, 324-325.

11 Lettre du 2 novembre 1758 de Françoise de Graffigny à Devaux.

12 Diderot, Le Fils naturel, Le Père de famille, Est-il bon ? Est-il méchant ?, éd. J. Goldzink, GF-Flammarion, 2005, p. 219. Le titre de Cénie apparaît, acte I, scène 5, au cours d’une discussion entre Mme de Chépy et sa femme de chambre, Mlle de Beaulieu, comédienne à ses heures, « un peu folle, mais [qui] fait ses rôles à ravir ». Après cette brève mention, à défaut d’un passage de Cénie, le personnage déclame un extrait du Philosophe marié de Destouches (1727), où la servante Finette fait l’apologie des femmes.

13 Diderot, OEuvres complètes,AT, tome VII, p. 6.Voir E. Showalter, « Diderot and Madame de Graffigny’s Cénie », French Review, 39, 1965, p. 394-397 ; et du même auteur « « Madame a fait un livre » : Madame de Graffigny, Palissot et Les Philosophes », RDE, 23, p. 109-126.

14 Les polémiques firent rage. Les propos ironiques de Fréron sur le silence de Diderot en donnent la mesure : « M. Diderot se serait fait beaucoup d’honneur s’il n’avait pas eu l’air de donner comme une nouveauté une distinction qui est rebattue, et surtout s’il avait rappelé avec un juste éloge Mélanide et Cénie, pièces du genre sérieux qui ont précédé la naissance du Fils Naturel » (Fréron, L’Année littéraire, 1761, tome IV, p. 308). Voir la très riche édition d’O. Ferret, qui fournit, outre le texte de la pièce, une vingtaine de pamphlets contemporains : La comédie des Philosophes et autres textes, réunis, présentés et annotés par O. Ferret, PU de Saint-Étienne, « Lire le 18e siècle », 2002.

15 Voir Francis Lamport, « Lessing traducteur et critique de Diderot » in Études sur le Fils naturel, op. cit., p. 171-180. Signalons également que Lessing, qui appréciait beaucoup Cénie, critiqua la traduction allemande de cette pièce par Luise Gottsched. Voir, pour une synthèse sur la réception des pièces en Allemagne, l’ouvrage de R. Mortier, Diderot en Allemagne (1750-1850), PUF, 1954 ; et également A. Saada, Inventer Diderot, CNRS éd., 2003, chapitre « construction d’un auteur dans l’Allemagne des Lumières », p. 135-148.

16 Voir C. Simonin et D. Smith,« Les fortunes de Cénie en France et à l’étranger », in Ris, masques et tréteaux, aspects du théâtre du xviii e siècle, Mélanges en hommage à David A.Trott, études réunies et éditées par M. Girou-Swiderski, S. Massé et F. Rubellin, Canada, 2008, p. 323-349. Voir P. Zaborov, « Le théâtre de Diderot en Russie » in Colloque international Diderot (1713-1784), Paris, Aux Amateurs de livres, 1985,

17 Discours de la poésie dramatique in OEuvres esthétiques, édition P. Vernière, Garnier, p. 222-223.Voir, pour un examen très détaillé du dossier,M.-D. Busnelli, Diderot et l’Italie. Reflets de vie et de culture italiennes dans la pensée de Diderot, Droz, 1970, p. 75-160. Voir, au sujet des réécritures, M. Cook et M.-E. Plagnol-Dieval, Réécritures 1700-1820,Actes du colloque d’Exeter (2000), Peter Lang, « French Studies », 2002.

18 Les attaques essuyées par Diderot furent d’une extrême violence. Un pamphlétaire anonyme, probablement Palissot, s’attaqua sans ménagements aux Entretiens : «Au lieu de ces humbles préfaces dont tant de pièces sont lâchement accompagnées, à la place de ces Examens, où Corneille convenait sottement des défauts de son ouvrage, vous avez pris le parti de relever vous-même les inimitables perfections d’une comédie dont vous êtes à la fois le sujet, l’auteur et l’acteur ; vous avez voulu encore être son panégyriste […]. M. de la Chaussée,Mme de Graffigny qui se sont exercés dans ce genre n’ont fait que donner des pièces ; vous, Monsieur, vous donnez des Lois… Ne peut-on pas dire que ce genre n’est créé et n’existe réellement que du moment qu’on a su lui donner un titre ? Colomb découvrit les Indes Occidentales : Amerigo Vespuce vint après lui qui leur donna son nom : peut-être de même le genre sérieux devait il prendre le vôtre […]. » (Supplément d’un important ouvrage, ou scène dernière du Fils Naturel, avec une lettre à Dorval, portant l’indication satirique « à Venise, chez François Goldino, à l’enseigne del Fido Amico, mars 1758 », p. 58-59). Voir, à ce sujet, le dossier constitué par Kate Tunstall sur Le Fils naturel (Études sur Le Fils naturel et Entretiens et sur Le Fils naturel, N. Cronk (éd.),Voltaire Foundation, 2000, p. 210-324).

19 Lettre de Mme de Graffigny à Devaux du 25 mai 1757. p. 493-501.

20 A. Courbet rapporte, dans un article de la revue Lotharingia, des propos de la lettre de Laugier : « Je suis pourtant fâché de vous avoir brouillé, quoique innocemment, avec cet aréopage, mais pourquoi veulent-ils nous faire accroire que des vessies sont des lanternes ? » (A. Courbet, « Lettres d’A. Laugier, médecin lorrain à la cour impériale de Vienne, à Madame de Graffigny (1756-1758) », Lotharingia 9, 1999).

21 Rousseau, Confessions in OEuvres complètes, tome I,« Les Confessions et autres textes autobiographiques », Gallimard, « Pléiade », p. 460. Dans la Lettre à D’Alembert, Rousseau avait reproché à la dramaturge d’entretenir certains aspects de la polémique à ses dépens (Lettre à D’Alembert in OEuvres complètes, tome V, « Écrits sur la musique, la langue et le théâtre », Gallimard,« Pléiade », p. 44, en note).

22 Cette scène de reconnaissance repose sur l’exploitation d’un topos dramatique que Molière avait utilisé dans Dom Garcie de Navarre en 1661. Dans cette comédie héroïque, Dom Sylve, rival de Dom Garcie et soupirant de la princesse Elvire, découvre à la fin qu’il est son frère, Dom Alphonse, et que l’attirance qu’ils éprouvaient l’un pour l’autre était l’effet d’un lien du sang.

23 Sur la question du déni de l’inceste, voir l’article de S. Lojkine, « De la tragédie de l’inceste à l’imaginaire du discontinu », in Diderot, l’invention du drame, Klincksieck, 2000, p. 134-135.

24 Deux personnages du Préjugé à la mode se nomment Constance et D’Urval. La proximité onomastique avec la pièce de Diderot est indéniable.Nivelle de la Chaussée est mentionné dans le Paradoxe sur le comédien et aussi dans une lettre du 23 août 1769 à Sophie Volland. Voir, sur cette onomastique considérée comme la signature « subliminale » d’une dette de Diderot, la thèse de C. François-Giappiconi, Nivelle de La Chaussée (1692-1754), un dramaturge précurseur méconnu (Paris, Champion, à paraître).

25 Voir l’article de J. Candler Hayes, « Subversion du sujet et querelle du trictrac : le théâtre de Diderot et sa réception », RDE, 6, 1989, p. 105-117.

26 Mme de Graffigny inscrit sa pièce dans un cadre grec qui peut sembler artificiel, et qui n’est pas sans évoquer sur certains points le cadre latin des Saturnales ; ce choix, reconnaissons-le, ne manque ni d’intérêt ni, bien sûr, de charme.

27 Diderot s’entretient volontiers de théâtre avec Sophie Volland. Dans une lettre du 1er décembre 1760 qui lui est adressée, il évoque la représentation à Marseille du Père de famille à partir d’informations glanées dans une gazette : « Entre autre chose qu’on y dit et qui me font plaisir, c’est qu’à peine la première scène est-elle jouée, qu’on croit être en famille et qu’on oublie qu’on est devant un théâtre. » (Corr., tome 3, p. 280).

28 Diderot, friand de ce genre de « contrastes », fournit des explications sur l’opposition des « pères » dans son Discours de la poésie dramatique, et prend plaisir aussi à recomposer des scènes ou des entractes entre les personnages principaux de sa pièce (Discours de la poésie dramatique in OEuvres esthétiques, p. 243-248).

29 Diderot, Discours de la poésie dramatique in OEuvres esthétiques, p. 231. Voir P. Frantz, L’Esthétique du tableau au dix-huitième siècle, Paris, PUF, 1998, p. 32.

30 Elles mettent en scène, en prose, des héros qui ne sont pas des aristocrates sur fond d’intrigue centrée sur la famille, la filiation et la moralité. D’autres dramaturges ont puisé dans cette thématique. À propos du Fils naturel, J. Goldzink suggère que « la fable du Fils naturel dans ce qu’elle ajoute de décisif à Goldoni peut être définie comme un procès de socialisation, le passage de l’exclusion familiale à la fondation d’une famille. » (Diderot, Le Fils naturel, Le Père de famille, op. cit., p. 43).

31 Diderot, Le Fils naturel (IV, 3), éd. J. Goldzink, op. cit., p. 82.

32 Cénie (IV, 5), p. 364, in Cénie, p. 315-372, in Femmes dramaturges en France (1650-1750), Pièces choisies, tome I, textes établis, présentés et annotés par Perry Gethner, Paris-Seattle-Tübingen, Gunter Narr Verlag, Biblio 17, 1993.

33 Sur ce sujet, se reporter à S. Marchand, Théâtre et pathétique au xviii e siècle, Paris, Champion, 2009, p. 243-248. Dans La Fille d’Aristide, si Trazile, l’absent « actif », est l’initiateur de cette trajectoire vertueuse, fondée sur l’exaltation de la figure paternelle, Théonise en est, sans machiavélisme aucun, la grande bénéficiaire. L’accent mis sur la fonction paternelle est, rappelons-le,déterminant pour la constitution du drame bourgeois.

34 Diderot, Le Fils naturel, éd. J. Goldzink, op. cit., p. 43.

35 Voir C. Simonin, « Cléomène et Caton, deux figures de philosophes dans le théâtre de Mme de Graffigny » in Le Philosophe sur les planches : l’image du philosophe dans le théâtre des Lumières 1680-1815, 2003, p. 55-67.

36 Voir A. Coudreuse, Le Goût des larmes, Paris, PUF, 1999, « La tentation du silence », p. 290-295.

37 Voir, sur ce point, l’article de Pierre Chartier « Le Fils naturel et ses entretiens, un roman de Denis Diderot » in Diderot, l’invention du drame, op. cit., p. 101-112.

38 Voir à propos de l’explicit de Jacques le Fataliste, l’analyse de J. Berchtold in Les Prisons du roman, Droz, 2000, p. 702-703. Pour un examen des variations sur Le Fils naturel, voir F. Cabane, L’Écriture en marge dans l’oeuvre de Diderot, Paris, Champion, 2009, p. 67-71 et p. 84-90.

39 Les cercles dans lesquels Mme de Graffigny était engagée en témoignent. Voir E. Showalter, Françoise de Graffigny : her life and works, SVEC, 2004 :11 et J. Mallinson (éd.), Françoise de Graffigny, femme de lettres : écriture et réception, Oxford, Voltaire Foundation, 2004.

40 Voir M.-E. Plagnol-Dieval, Madame de Genlis et le théâtre d’éducation au xviii e siècle, SVEC n° 350, Oxford,Voltaire Foundation, 1997.

41 Françoise de Graffigny, Lettres d’une Péruvienne, éd. présentée, établie et annotée par J. Mallinson, Oxford,Voltaire Foundation, 2002, p. 203.

42 Voir le passage des Entretiens où André commente les libertés prises par Dorval avec la vérité (OEuvres esthétiques, éd. Vernière, op. cit., p. 107-110). Sur ce point précis, il serait utile de comparer les propos de Diderot et Mme de Graffigny quant à la fonction et à l’intérêt dramaturgiques de ces personnages hérités de la comédie antique et considérés à tort comme subalternes.

43 Voir, à ce sujet, le dossier de premier ordre, rassemblé par A.-M. Chouillet : « Dossier du Fils naturel et du Père de famille », Oxford, SVEC, 208, p. 73-166. Même s’il peut être utile de reprendre ces questions à nouveaux frais, des études très documentées ont été menées à bien sur les polémiques dont Diderot a fait l’objet. Voir K. Tunstall « dossier sur Le Fils naturel » in N. Cronk (éd.) Études sur Le Fils naturel et Entretiens et sur Le Fils naturel,Voltaire Foundation, 2000, p. 210-324. Voir J. Balcou, Fréron contre les philosophes, Droz, 1975, p. 127-134. Enfin, au sujet des dénégations, observons que le Dictionnaire Diderot (1999) ne compte pas d’entrée « Graffigny ».

44 Voir, pour une étude des similitudes et différences de La Gouvernante et de Cénie, les articles respectifs de C. François-Giappiconi : « Une géante et ... un myrmidon ? Françoise de Graffigny et Pierre-Claude Nivelle de La Chaussée, à propos de Cénie et de La Gouvernante » in Françoise de Graffigny, femme de lettres : écriture et réception, Voltaire Foundation, 2004, p. 169-178 ; et de C. Simonin, « Cénie et La Gouvernante : de troublantes similitudes », in Nivelle de la Chaussée, Destouches et la comédie nouvelle au xviii e siècle, op. cit., p. 293-305. Ces articles montrent qu’un thème commun et quelques similitudes ne doivent pas masquer les différences notables d’un texte à l’autre.

45 Pourquoi ne pas y ajouter Le Fils Naturel de Dumas, pièce en quatre actes et en prose, jouée et parue exactement un siècle plus tard, en 1858, où Dumas fils reprend le thème de la bâtardise et de la transmission paternelle ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Franck Cabane et Charlotte Simonin, « Denis Diderot et Françoise de Graffigny : silence scénique et mirages de l’identique », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 47 | 2012, 75-92.

Référence électronique

Franck Cabane et Charlotte Simonin, « Denis Diderot et Françoise de Graffigny : silence scénique et mirages de l’identique », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 47 | 2012, document 7, mis en ligne le 09 octobre 2012, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rde.revues.org/4929 ; DOI : 10.4000/rde.4929

Haut de page

Auteurs

Franck Cabane

Articles du même auteur

Charlotte Simonin

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org