Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Christophe Martin commente La Religieuse de Diderot, folio, foliothèque, Gallimard, 2010, 236 p. ISBN 978-2-07-039654-2.

Jean-Claude Bonnet
p. 238-240

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans son essai sur La religieuse, Christophe Martin investit avec beaucoup de brio le cadre complexe et subtil de la belle collection « Foliothèque » dirigée par Bruno Vercier. Il en tire le meilleur parti si bien qu’à propos d’une oeuvre pourtant très commentée ces dernières années, il nous donne un ouvrage plein de fraicheur et de perspectives stimulantes. Le riche intertexte qu’il évoque pour étayer ses analyses est toujours éclairant et en tout premier lieu les références à d’autres oeuvres de Diderot : la page du Supplément au voyage de Bougainville sur la « vengeance de la nature », par exemple, ou l’image de la volière (pour désigner les couvents) déjà présente dans La Promenade du sceptique en 1747. Quant à l’importante bibliothèque en quelque sorte virtuelle qui, sur un temps assez long, fait écho sur de nombreux points à La religieuse sans que Diderot la mentionne explicitement, elle est révélatrice d’un contexte foisonnant qui a compté à n’en pas douter dans la genèse de l’oeuvre. Pour accompagner son parcours, Christophe Martin s’appuie sur une littérature secondaire qu’il a sélectionnée avec une belle intuition critique. Le dossier de textes qu’il présente à la fin du livre aide à mieux comprendre l’histoire mouvementée de l’oeuvre, son esthétique, sa réception, et nous fournit des éléments utiles sur le thème de la vie conventuelle en littérature.

2Christophe Martin revisite La Religieuse avec une grande perspicacité qui tient à sa parfaite connaissance de la sphère romanesque et à sa maîtrise des questions formelles (le roman à la première personne, l’épistolarité, l’histoire des genres, etc). Il sait repérer les topoi qui sont ici à l’oeuvre et dont il signale les autres occurrences en amont ou en aval : comme ceux du « narrateur aveugle », des « épreuves de la vertu » ou de la « figure de l’ingénue ». Il fait des rapprochements extrêmement convaincants : par exemple, avec le récit de Tervire, dans La vie de Marianne, destiné à mettre en garde l’héroïne contre les dangers des couvents, ou bien de façon plus surprenante mais tout aussi lumineuse avec la Cendrillon de Charles Perrault.De toutes ces belles analyses, retenons ce qui concerne la fiction comme expérience existentielle (et non plus comme pédagogie morale) ou le « paradoxe » de La Religieuse qui est un ouvrage sans charge anticléricale et qui peut être envisagé de ce fait comme un roman chrétien (Fontanes tentera même d’enrôler Diderot lors de la promotion du Génie du christianisme). Les développements les plus réussis portent sur le renversement qu’opère Diderot en choisissant de « traiter sur un mode pathétique un sujet typiquement libertin » (p. 30) et plus particulièrement sur l’étonnante étrangeté de Suzanne. Ce rôle de belle indifférente (« étrangère à l’amour » comme le remarquait déjà Amaury-Duval), loin de se limiter à celui d’une innocente victime, comprend aussi des aspects indiscutablement pervers où se mêlent coquetterie et dénégation. Christophe Martin analyse avec beaucoup de finesse comment l’héroïne s’emploie constamment à faire spectacle et se décrit (pour un destinataire masculin) à travers le regard des religieuses. Le recours à la psychanalyse est très pertinent (et sans abus) pour définir ce qui est effectivement une clef du personnage : le rapport de Suzanne à sa mère.

3Ce « commentaire » permet ainsi de prendre en compte les multiples facettes de l’ouvrage dont la lecture restera par ailleurs toujours ouverte et jamais achevée comme il en va pour tous les grands livres. Le principe de cette collection, avec le montage et l’entremêlement de textes divers, convient tout particulièrement à la structure de La Religieuse et à l’énonciation qui y prévaut, elle-même si étagée et complexe. Christophe Martin définit très bien la part que Diderot réserve au lecteur en l’appelant à la vigilance envers une narratrice en vérité « peu fiable ». Parmi toutes les voix qu’il réunit pour cet ouvrage, on aura compris qu’il fait entendre magistralement la sienne.

Haut de page

Document annexe

  • CR-JCB (application/pdf – 101k)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Bonnet, « Christophe Martin commente La Religieuse de Diderot, folio, foliothèque, Gallimard, 2010, 236 p. ISBN 978-2-07-039654-2. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 46 | 2011, 238-240.

Référence électronique

Jean-Claude Bonnet, « Christophe Martin commente La Religieuse de Diderot, folio, foliothèque, Gallimard, 2010, 236 p. ISBN 978-2-07-039654-2. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 46 | 2011, mis en ligne le 06 novembre 2011, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rde.revues.org/4888

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Bonnet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org