Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Patrice Bret et Brigitte VanTiggelen : Madame d’Arconville. Une femme de lettres et de sciences au siècle des Lumières. Préface d’Elisabeth Badinter, Hermann, 2011, 198 p., ISBN : 978 2 7056 8085 5.

Irène Passeron
p. 270-272

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Comme le rappellent Elisabeth Badinter dans sa préface et PatriceBret dans son introduction, il était temps de se pencher sur le cas deMarie-Geneviève d’Arconville (1720-1805), même si, ou plutôt parceque, aux dires de celle-ci, suivant les mots de Mme d’épinay, « une femmeparfaite est celle dont on n’entend jamais parler ». Ce précepte de bonne conduite s’applique, on le comprend, aussi bien à la vertu des femmes qu’à leur travail.

2Mais le moyen de résister, pour une jeune femme qui déborde d’énergie, d’idées, de compétences savantes, et qui cherche donc, nécessairement, dans une morale de « l’être utile », une forme de reconnaissance ? Car la seule postérité d’un homme ou d’une femme de génie neréside-t-elle pas dans ses écrits ? La vue de sa première production imprimée lui fait écrire : « J’eus tant de plaisir à la voir et surtout à la lire que je ne pus m’empêcher de la baiser de tout mon coeur » (p. 26).Mme d’Arconville n’en freint certes jamais la règle de l’anonymat, que ce soit pour publier un Essai sur la putréfaction fondé sur de nombreuses expériences (certainement pas la plus féminine des pratiques…) pas davantage pour ses Pensées et réflexions morales sur divers sujets, ni même ses dizaines de traductions de romans ou d’essais anglais etitaliens. Mais elle ne faisait pas secret non plus de son intense activité, scientifique et érudite, puisque sa curiosité et son attrait pour les sources et le travail bien fait la conduisait à assister aux cours privés ou publics,à enquêter dans les bibliothèques, à commanditer les graveurs. Ses contemporains disaient que « son style avait de la barbe », sans doute la barbe de la recherche sans fioriture de la vérité, expérimentale commemorale.

3Ce recueil de contributions répond par de multiples voies d’approche à la double question formulée en une, « Mme d’Arconvilleest-elle une femme des Lumières ? », puisque l’on peut se demander à lafois si l’activité de cette grande bourgeoise conservatrice relève des Lumières et/ou si sa personnalité est la marque d’un changement d’aspirationféminine. La « Présidente », fille d’un fermier général, épouse de parlementaire, s’avoue volontiers antiphilosophe, prône une morale classique de sensibilité janséniste mais n’en lit pas moins Rousseau et Voltaire, reçoit dans son salon Turgot et Malesherbes. Les traductions en allemand de ses traités, Des Passions et De l’Amitié, en 1770, ont même pu être attribués à Diderot.Il fallait donc bien au moins l’intérêt conjugué de nombreux chercheurs et des deux éditeurs de ce recueil d’articles et d’informations inédites, pour apporter des éclairages contrastés sur son activité mal connue de traductrice et savante, passant avec souplesse de l’étude de l’anatomie à celle de la chimie, du registre de la morale à celui de l’histoire.»

4Ecrire à tout prix », quel besoin incongru pour une petite fille qui n’apprend à lire qu’à huit ans, se marie à quatorze (tôt, comme les aristocrates,par comparaison, seules 4 % des femmes se marient avant 17 ans sous l’Ancien Régime) met au monde son premier enfant à seize, son troisième à vingt. Une jeunesse d’études hors des collèges masculins,certes, mais dans le monde des salons et bientôt au cours du Jardin du roi,participant à des expériences menées dans des cabinets de physique, intervenant dans le monde de l’imprimé en pleine expansion.

5Une femme de contradictions certainement, et c’est bien ce qui en fait l’intérêt et suscitera très certainement de nouvelles études sur les manuscrits inédits dont il est souvent question dans cet ouvrage, considérés comme perdus jusqu’à ce qu’ils passent en vente en 1980 et sous traits aux chercheurs jusqu’à ce qu’une copie puisse en être acquise en2008 par l’Université de Trois-Rivières au Canada (index thématiquep. 152). Ces douze volumes manuscrits des Pensées, Réflexions et anecdotes retracent sa « faim canine de faire » et surtout de faire autrement,si ce n’est mieux que les traditionnelles occupations dévolues aux femmes de son rang. On sent la délectation qu’elle a à mettre en scène la rédactionde son Histoire de Marie de Médicis qu’elle aurait dicté en totalité en exécutant au petit point tout un mobilier de salon (p. 25)…

6Un des aspects les plus intéressants de son activité est celui de traductrice-expérimentatrice « au croisement de l’ambition féminine etde la science appliquée » (p. 73), à rapprocher des travaux d’anatomie de Marie-Marguerite Biheron, précisions gommées par les biographes du xixe siècle, qui ne voient guère en elle qu’une mondaine virant « dévote,mais sacrifiant beaucoup aux plaisirs de l’esprit ». Ses recherches en collaboration avec Poulletier de la Salle et Macquer, ses prises de positiondans les controverses sur la validité des catégories chimiques et son esprit critique entrent en contradiction avec les codes de modestie féminine qu’elle prône par ailleurs. Une autre dimension de la traduction est décrite par de nombreuses contributions du recueil : l’« infidélité » au texte initial que Mme d’Arconville conjugue avec une volonté pédagogiquede faire voir et comprendre par planches, tables et glossaire, mais aussi par une adaptation au public français, en littérature ou en science,et plus librement encore, à ses propres visées . Cette « adaptation » peut prendre une forme matérielle (choix de format, de qualité de papier) oustylistique, ajoutant préface, commentaires et notes. L’analyse fine du travail à l’oeuvre dans ces traductions montre qu’il est possible de conjuguer anonymat et volonté d’être auteur. Elle montre également que Mme d’Arconville convoque dans ces textes un « salon virtuel » d’auteurs qu’elle fait dialoguer par l’intermédiaire de ses commentaires, convocation qui lui permet d’asseoir sa propre autorité tout en faisant paroled’auteur.

7Un seul petit regret, la médiocre qualité des illustrations et les coquilles qui auraient chagriné la présidente Thiroux d’Arconville, si préoccupée de la qualité des gravures de ses ouvrages ! Mais on ne se lasse pas de parcourir sa bibliographie où se côtoient genres (romans,histoire, science, poésie, théâtre, morale) en originaux ou en traductionset l’on ne peut que se réjouir que la voie soit ainsi ouverte à de nombreuses autres recherches. L’on pourrait par exemple suggérer d’interroger plus avant les différentes modalités de cette (auto)censure de l’expression féminine que Mme d’Arconville rappelle dans ses Mémoires de littérature,de morale et de physique, en 1775 : « il y a toujours à perdre pour une femme à se déclarer auteur, et très peu à y gagner ». S’agirait-il par là surfond d’une vertu générale d’humilité féminine, de régler la juste mesure et la position convenable d’une femme scientifique ? Comment s’articulent les stratégies de renvois ou de dénis au travers des constats biographiques,des appels à la sagesse commune ou à une autorité morale tels qu’on les lit, autre exemple, dans cette lettre de Mme Lavoisier à Antoine Le Blanc de Guillet du 20 décembre 1781 « je me souviens de cette maxime d’un homme dont j’aime fort les ouvrages et cherche à suivre les préceptes : que la meilleure femme du meilleur monde connu est celle dont on ne parle point » ?

Haut de page

Document annexe

  • CR-IP (application/pdf – 79k)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Passeron, « Patrice Bret et Brigitte VanTiggelen : Madame d’Arconville. Une femme de lettres et de sciences au siècle des Lumières. Préface d’Elisabeth Badinter, Hermann, 2011, 198 p., ISBN : 978 2 7056 8085 5. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 46 | 2011, 270-272.

Référence électronique

Irène Passeron, « Patrice Bret et Brigitte VanTiggelen : Madame d’Arconville. Une femme de lettres et de sciences au siècle des Lumières. Préface d’Elisabeth Badinter, Hermann, 2011, 198 p., ISBN : 978 2 7056 8085 5. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 46 | 2011, mis en ligne le 06 novembre 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rde.revues.org/4881

Haut de page

Auteur

Irène Passeron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org