Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Marian Hobson : Diderot and Rousseau : networks of Enlightenment, edited and translated by Kate E.Tunstall and CarolineWarman,Voltaire Foundation/University of Oxford, SVEC, 2011, 04. ISSN : 0435-2866.

Fabrice Moulin
p. 257-259

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Le volume édité et traduit par Kate E.Tunstall et CarolineWarman rassemble une quinzaine d’articles de Marian Hobson dont les publications s’étendent sur plus de trente ans (de 1973 à 2005). Sans doute un lecteur francophone pourra regretter de lire ici dans une traduction anglaise des articles originellement parus, pour la plupart, en français. Mais le seul bénéfice de leur regroupement et de leur désormais facile consultation dissipe bien vite un tel regret. En outre, plus qu’une simple collection d’articles, le volume permet d’apprécier, pour ainsi dire « de haut », la cohérence de la carrière de Marian Hobson, et de prendre la mesure de la considérable contribution qu’elle laisse aux études diderotiennes. Dix des quatorze articles portent en effet sur Diderot. Deux des cinq parties thématiques lui sont exclusivement consacrées (I. Le paradoxe sur le comédien. II. Le Neveu de Rameau III. Causality (études sur Jacques le fataliste, et de Second discours de Rousseau) IV. Aesthetics (dont une étude sur la Lettre sur les sourds et muets et une confrontation des théories de la musique de Rousseau et de Kant) V. Measurment : qui comprend des études plus récentes sur la notion de proportion dans les théories esthétiques.)

2L’amplitude et la profondeur de vue avec laquelle Marian Hobson aborde la littérature des Lumières, l’inscrit dans la grande tradition de l’histoire des idées, celle qui ne sépare pas la littérature des autres aspects de la pensée (comme le rappellent judicieusement les éditrices au seuil de l’ouvrage : « langage and literary forms think »). Les textes de Diderot et de Rousseau sont toujours envisagés dans leur vaste contexte culturel, au carrefour des discours philosophiques et scientifiques (la biologie, la médecine, ou encore les mathématiques). Avec une maîtrise et une virtuosité assez extraordinaires, Marian Hobson se joue des frontières entre les disciplines, convoquant aux côtés de Diderot et Rousseau, aussi bien Kant que Lacaze, Laplace ou Bernouilli, ou encore Rameau et Soufflot. Ici, l’auteur éclaire la dynamique narrative de Jacques le fataliste à la lumière des théories des probabilités (« Jacques le fataliste, the art of the probable ») ; là (« Sensibility and spectacle : the medical context for the Paradox ») elle confronte le modèle du jeu de l’acteur dans Le Paradoxe sur le Comédien (notamment la question du contrôle de l’acteur sur son jeu et sur soi) avec les théories philosophiques de la liberté et du déterminisme telles qu’elles émergent des querelles sur la notion de sensibilité ou sur le rôle du diaphragme chez Bordeu, Haller, ou Lacaze ; ailleurs (« Pantomime spasm and parataxis : le Neveu de Rameau »), elle propose une lecture biologiste du Neveu à travers la notion de spasme (notion clef, qui est au coeur de la réflexion sur le contrôle réciproque et mutuel du corps par l’esprit). Le spasme permet de rendre compte à la fois des comportements contrastés du Neveu (de l’acteur maître de soi au mime agi par ses propres mouvements) et des émotions extrêmes qu’ils provoquent (du rire à l’indignation), mais aussi de la dispersion du texte lui-même dont le style en parataxe relève, bien au-delà d’un effet de plume, d’un véritable choix épistémologique.

3C’est là que Marian Hobson croise aussi l’influence de Jacques Derrida, avec qui elle partage cette capacité à se tenir au plus près de la matérialité des textes pour faire jaillir la pensée des linéaments de l’écriture et du style. Il ne s’agit alors pas seulement pour elle d’éclairer un texte par son contexte, mais de montrer comment les choix syntaxiques ou stylistiques, les choix de formes et de discours participent pleinement de la pensée philosophique et scientifique de Diderot. Ainsi, en suivant pas à pas le jeu complexe et asymétrique des pronoms personnels dans le Neveu de Rameau, (« Deictics and dialectics in Le Neveu de Rameau ») Marian Hobson les relie à la thématique du renversement des positions et, plus profondément, à une étrange réversibilité, dans la pensée biologique de Diderot, entre passivité et activité, notamment dans le domaine de la perception visuelle (« l’oeil ne voit qu’un point, mais ce point le fixe », affirme Diderot dans ses Observations sur Hemsterhuis).

4D’une étude à l’autre, Marian Hobson communique à son lecteur sa fascination toujours renouvelée pour le style de Diderot. Chose remarquable, en cherchant à restituer le caractère perpétuellement mouvant et déceptif de l’écriture de Diderot (qui procède, comme elle le montre bien, par déplacements, contradictions, et revirements), elle lui donne en même temps sens et clarté.Àl’image de cette analyse du style « rococo » de Diderot (« Philosophy and rococo style »), dans laquelle Marian Hobson rattache l’absence d’unité, l’irrégularité et les déroutants décrochements de l’écriture aux postulats les plus fondamentaux de la philosophie de Diderot : le refus d’une harmonie déiste et d’un quelconque ordre qui régirait l’univers ou l’expérience sensible. Ultime preuve que les choix de plume sont affaire de philosophie.

Haut de page

Document annexe

  • CR-FM (application/pdf – 79k)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Moulin, « Marian Hobson : Diderot and Rousseau : networks of Enlightenment, edited and translated by Kate E.Tunstall and CarolineWarman,Voltaire Foundation/University of Oxford, SVEC, 2011, 04. ISSN : 0435-2866. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 46 | 2011, 257-259.

Référence électronique

Fabrice Moulin, « Marian Hobson : Diderot and Rousseau : networks of Enlightenment, edited and translated by Kate E.Tunstall and CarolineWarman,Voltaire Foundation/University of Oxford, SVEC, 2011, 04. ISSN : 0435-2866. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 46 | 2011, mis en ligne le 06 novembre 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://rde.revues.org/4867

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org