Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Paolo Quintili : Matérialismes et Lumières. Philosophies de la vie, autour de Diderot et de quelques autres 1706-1789. Honoré Champion, 2009, 334 p., ISBN : 978-2-7453-1786-5, ISSN : 1259-4482.

Ann Thomson
p. 254-257

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage P. Quintili poursuit l’étude du matérialisme de Diderot entamée dans sa thèse, publiée chez Champion en 2001. L’ouvrage présent, comme l’indique son titre, élargit le domaine pour aborder cette philosophie dans ses rapports avec celle d’autres auteurs et avec la pensée scientifique, pendant la période que l’auteur appelle la « deuxième modernité » qui selon lui va de la mort de Bayle en 1706 à la Révolution française. Le titre du livre reflète le souci de l’auteur d’interroger le rôle joué par le matérialisme et par « les courants hétérodoxes de la pensée moderne » (p. 11) dans le processus d’établissement de la philosophie des Lumières. Le livre est divisé en deux parties, intitulées respectivement : « Les Lumières, de l’histoire des idées à l’histoire des sciences », et « Les matérialismes scientifiques des philosophes. Une nouvelle modernité ». Dans la première partie, un chapitre traitant de la querelle des anciens et des modernes et des manuscrits philosophiques clandestins est suivi d’un long chapitre consacré à la médecine à Montpellier, étudiée par rapport au développement du courant matérialiste et notamment par rapport au matérialisme de Diderot. Ce chapitre est suivi de deux petits chapitres sur Diderot et de La Mettrie, le premier concernant le stoïcisme et le deuxième sur l’idée de perfectibilité dans l’anthropologie des deux auteurs. Les chapitres de la deuxième partie portent sur : l’athéisme et le matérialisme de Meslier à Diderot ; « Mécanique et éthique eudémoniste dans l’Encyclopédie » ; la pensée critique des encyclopédistes à Kant ; et finalement deux chapitres sur la physiologie, l’un concernant la physiologie chez Diderot et dans certains articles de l’Encyclopédie et l’autre sur la physiologie des passions chez Buffon, Maupertuis et Diderot. À la fin de ce parcours l’auteur se croit autorisé d’affirmer l’importance du matérialisme – et notamment de ce que appelle le matérialisme vitaliste et biologique – dans la philosophie des Lumières, tout en soulignant à la suite d’autres la multiplicité des Lumières.

2Le problème que soulève une telle conclusion est que l’interrogation concernant l’apport des courants matérialistes à la philosophie des Lumières, proposée au début du livre, à laquelle l’auteur répond ainsi, appelait une discussion plus générale des « Lumières ». Cette discussion est esquissée en introduction, mais la littérature récente autour de la question est quasi absente de ces pages. Outre les synthèses du siècle dernier, l’auteur se limite à quelques références rapides à l’ouvrage de Jonathan Israël sur les « Lumières radicales » et semble ignorer le large débat historique (notamment mais pas exclusivement anglophone) de ces dernières années, ainsi que les spécificités nationales. Son ignorance des enjeux de ce débat limite donc singulièrement la portée de l’étude. Par ailleurs, il est difficile de tirer des conclusions plus larges sur le rôle joué par ce matérialisme en limitant l’enquête à un certain nombre de textes matérialistes connus et avant tout français, à l’exception de Vico et de Kant. Il aurait fallu également justifier plus en avant historiquement la périodisation adoptée ici et la description de l’ouvrage d’Antoine Maubec : Principes physiques de la raison et des passions des hommes (1709), pris comme point de départ de l’étude, comme « tournant dans les recherches » vers l’organicisme ou le vitalisme (p. 21). On peut d’ailleurs estimer que Quintili accorde dans son chapitre sur la médecine une importance plus grande à cet ouvrage qu’il ne la mérite, comme lien entre la philosophie hétérodoxe du début du siècle et les médecins de Montpellier.

3Reste l’étude du courant de la pensée matérialiste : quelle est la contribution de ce livre à la compréhension du matérialisme à l’oeuvre dans les philosophies de la vie du xviiie siècle ? Si cet ouvrage a le mérite de situer l’apport de la physiologie dans le contexte plus large des questionnements philosophiques importants de l’époque, l’impression d’ensemble est en même temps celle de la dispersion et de l’étroitesse.

4– Dispersion, car on ne saisit pas toujours en quoi les thèmes abordés dans les différents chapitres permettent d’avancer l’étude centrale, ni la logique qui a présidé à la division en parties. Ainsi le premier chapitre de la deuxième partie, qui traite du rapport entre l’athéisme et le matérialisme et où il n’est question ni de vitalisme ni de physiologie, est suivi d’un chapitre sur les machines dans l’Encyclopédie, dans lequel la question centrale de l’étude est également absente. Par ailleurs, plusieurs thèmes importants sont abordés pour être rapidement abandonnés : par exemple, si la préformation est évoquée (p. 145-6), le débat fondamental autour de la génération n’est guère abordé.

5– Etroitesse, car l’auteur se limite en général aux auteurs et aux textes déjà étudiés par d’autres tout en n’engageant que rarement le débat avec ses prédécesseurs. Si certains critiques sont cités longuement, d’autres sont passés totalement sous silence. Pour ce qui est de la médecine de Montpellier, peu d’études récentes sont citées.On trouve en effet des renvois à l’ouvrage important de Roselyne Rey, mais son interprétation de Boissier de Sauvages est balayée au détour d’une note comme « viciée d’une certaine incohérence » (p. 112), sans autre explication. L’ouvrage revisite en général, au moyen de nombreuses citations souvent très longues, certaines des grandes questions liées au matérialisme du xviiie siècle, mais sans tenir compte de tout un pan de la littérature existante qui aurait permis en outre d’élargir le domaine d’investigation.

6Finalement ce livre, trop souvent défiguré par des maladresses d’expression et des généralisations hâtives, promet plus qu’il ne réussit à fournir. Ceci tient surtout à l’approche adoptée, dont titre de l’ouvrage est un reflet fidèle, et qui s’explique sans doute par le fait qu’il s’agissait à l’origine d’un document de synthèse pour une « Habilitation à diriger des recherches » française. L’auteur nous livre des études ponctuelles de quelques questions prises séparément les unes des autres sans justifier le choix des questions et des auteurs étudiés. En outre, en traitant souvent ces sujets de façon assez rapide, et parfois de deuxième main, il n’évite pas toujours des approximations et des inexactitudes. Ainsi le rapprochement entre Diderot et La Mettrie se fonde en partie sur une lecture erronée de l’oeuvre de ce dernier.

7Dans l’ensemble, l’auteur nous livre une collection d’articles traitant d’aspects divers de la pensée du xviiie siècle autour de Diderot. Malgré l’intérêt évident des questions abordées et de certains des développements, P. Quintili n’atteint pas le but plus large affiché : de démontrer l’importance du rôle des courants matérialistes (terme qui demande d’ailleurs à être défini plus précisément) dans l’élaboration de la pensée du xviiie siècle.

Haut de page

Document annexe

  • CR-AT (application/pdf – 84k)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ann Thomson, « Paolo Quintili : Matérialismes et Lumières. Philosophies de la vie, autour de Diderot et de quelques autres 1706-1789. Honoré Champion, 2009, 334 p., ISBN : 978-2-7453-1786-5, ISSN : 1259-4482. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 46 | 2011, 254-257.

Référence électronique

Ann Thomson, « Paolo Quintili : Matérialismes et Lumières. Philosophies de la vie, autour de Diderot et de quelques autres 1706-1789. Honoré Champion, 2009, 334 p., ISBN : 978-2-7453-1786-5, ISSN : 1259-4482. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 46 | 2011, mis en ligne le 06 novembre 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/4854

Haut de page

Auteur

Ann Thomson

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org