Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Groffier Ethel, Un encyclopédiste réformateur. Jacques Peuchet (1758-1830), Québec, Les Presses de l’université Laval, 2009, 440 p.

Pierre Crépel
p. 182-183

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Jacques Peuchet est encore jeune en 1781, au moment où Panckoucke fait imprimer le prospectus de l’Encyclopédie méthodique ou par ordre de matières. Comme on sait, la publication de cet ensemble d’environ deux cents volumes s’étale sur un demi-siècle jusqu’en 1832 et connaît de multiples rebondissements, dont la mort du libraire-imprimeur, la mort ou le retrait de plusieurs directeurs d’ouvrages, diverses restructurations. Les événements politiques eux-mêmes ont rendu indispensables des changements importants dans des domaines tels que l’histoire et la jurisprudence.

2Peuchet ne fait pas partie de la liste des rédacteurs mentionnés par le premier prospectus, mais on a de lui trois volumes : deux du Dictionnaire de Police et Municipalités (1788-1791) et un de l’inachevé Assemblée Nationale Constituante (1792)…qui ne comporte que la lettre A.

3C’est un monarchiste constitutionnel, un révolutionnaire modéré, qui se méfie de plus en plus du peuple,mais il souhaite prévenir et empêcher les abus de l’autorité ; il montre aussi des préoccupations sociales souvent en avance sur son temps, en direction des pauvres, des femmes, des enfants, d’une libéralisation des moeurs. Favorable aux débuts de la Révolution, il s’en détache assez vite et l’évolution de ses opinions est plus qu’implicite dans les deux dictionnaires cités de l’Encyclopédie méthodique. On en trouvera une présentation respectivement aux chapitres 11 (par Fanny Siam) et 14 (par Edna Lemay) de l’ouvrage de référence sur la Méthodique : Claude Blanckaert, Michel Porret, Fabrice Brandli (dir.), L’Encyclopédie Méthodique (1782-1832). Des Lumières au positivisme, Genève, Droz, 2006.

4Toutefois, il n’existait pas d’étude approfondie d’ensemble sur Peuchet. C’est ce à quoi s’attache Ethel Groffier dans un livre en quatre parties : I. L’homme et ses convictions, II. Le juriste réformateur, III. L’économiste et le statisticien, IV. Le polygraphe et le journaliste. L’ouvrage est complété par des annexes, bibliographies et index. Il traite de tous les aspects du personnage, en citant les sources avec précision.

5Peuchet a beaucoup écrit, presque exclusivement sur des sujets politiques, géographiques, commerciaux, juridiques, administratifs, il l’a fait sous diverses formes : statistiques, historiques, pamphlétaires et aussi « alphabétiques », publiant des dictionnaires, des vocabulaires, des séries dites « bibliothèques ». C’est surtout au titre de ces genres qu’il intéresse RDE, le lecteur de la revue y retrouvera de vieilles connaissances : non seulement Diderot et D’Alembert, mais plus encore les abbés Morellet et Raynal. Parmi les approfondissements que la lecture d’E. Groffier peut suggérer, nous en signalerons deux en particulier. D’abord la de Police et Municipalités sur des sujets en effervescence à la fin du XVIIIe siècle, par exemple la mendicité, les femmes ou l’éducation : la puissance de la réflexion sociale de Peuchet y apparaît à son avantage et elle doit être mise en relation, bien entendu, avec le mouvement issu des débuts de la Révolution. Ensuite, il convient aussi de se pencher sur le Dictionnaire universel de la géographie commerçante (1799-1800) et le Vocabulaire de même nom (1801) : en quoi ces ouvrages sont-ils la réalisation et la continuation directe du projet de Dictionnaire de Commerce de l’abbé Morellet ? en quoi portent-ils la marque personnelle de Peuchet ? en quoi diffèrent-ils des volumes de l’Encyclopédie méthodique se rapportant à des thèmes voisins ?

6Par son sérieux, par son sens de l’équilibre, par sa volonté de couvrir les aspects divers de la vie et de l’oeuvre, par sa dimension raisonnable, l’ouvrage d’E. Groffier nous fournit à la fois un travail de référence, un livre agréable et une incitation à étudier au moins un échantillon assez vaste des (nombreux) ouvrages de Peuchet.

7La bibliographie est abondante. Nous voudrions seulement signaler, à titre d’information, deux recueils complémentaires qui n’y figurent pas et portent sur des sujets connexes voire communs : la thèse de Christophe Salvat, Formation et diffusion de la pensée économique libérale française : André Morellet et l’économie politique du dix-huitième siècle, université Lyon 2, 14 janvier 2000, et l’ouvrage collectif sous la direction de Thierry Martin, Arithmétique politique dans la France du XVIIIe siècle, Paris, INED, 2003.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Crépel, « Groffier Ethel, Un encyclopédiste réformateur. Jacques Peuchet (1758-1830), Québec, Les Presses de l’université Laval, 2009, 440 p. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 45 | 2010, 182-183.

Référence électronique

Pierre Crépel, « Groffier Ethel, Un encyclopédiste réformateur. Jacques Peuchet (1758-1830), Québec, Les Presses de l’université Laval, 2009, 440 p. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 45 | 2010, mis en ligne le 15 janvier 2011, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/4767

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org