Navigation – Plan du site
Chroniques

Glane D’Alembertienne Du « fascheux inconveniant »des inhumations précipitées

Françoise Launay
p. 153-154

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1En 1782, D’Alembert faisait figurer la demande suivante au début de son testament :

  • 2 Françoise Launay, « D’Alembert et la femme du vitrier Rousseau, Etiennette Gabrielle Ponthieux (ca (...)

2L’académicien est alors moins exigeant,quant aux délais à respecter, que l’une des propriétaires du vitrier Rousseau, rue Michel-le-Comte, que nous avons croisée lors de nos recherches sur la nourrice de D’Alembert 2.

  • 3 Testament de Marie Eleonore de Machault, en date du 31-01-1728, déposé le 30-09-1728,AN,MC/ET/LII/2 (...)

3Dame Marie Eleonore de Machault, veuve de messire François Guérapin de Vauréal, « indisposée de corps trouvée assise dans un fauteuil pres la cheminée d’une chambre au premier estage de la maison ou elle demeure, ayant vue sur le jardin de la maison toutes fois saine d’esprit memoire et entendement »3, dicte en effet à son notaire, en 1728, les instructions suivantes :

  • 4 Nicolas P. Adelon et al., Dictionnaire des sciences médicales, Paris Panckoucke, 1820, Tome 43, p.  (...)
  • 5 Louis Sébastien Mercier, Tableau de Paris,Amsterdam, 1788,Vol. 10, p. 316
  • 6 Alfred Franklin, Dictionnaire historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis (...)

4La dame de Vauréal, qui ne demande pas d’autopsie comme D’Alembert, prend ses précautions. En effet, « tout le monde sait que rien n’est plus insupportable que le chatouillement de la plante des pieds. C’est aussi sur cette partie que, pour ramener le principe vital, on applique avec succès des sinapismes. Enfin, dans les morts douteuses, on conseille d’inciser la plante du pied, pour s’assurer qu’il existe encore un peu de sensibilité »4. Les « croque-morts » dont l’appellation populaire n’est attestée qu’à partir de 1788 pour désigner les valets d’église qui clouaient les cercueils5, n’étaient en vérité que les successeurs des « faisneurs », « faisniers » ou autres « crocheteurs » 6 chargés de transporter les morts, et ils ne mordaient en rien leurs pratiques.

Haut de page

Notes

1 Testament de D’Alembert en date du 23-07-1782, déposé le 29-10-1783,AN,MC/ ET/LXXXIII/618.

2 Françoise Launay, « D’Alembert et la femme du vitrier Rousseau, Etiennette Gabrielle Ponthieux (ca 1683-1775), supra, p. 77 et sv.

3 Testament de Marie Eleonore de Machault, en date du 31-01-1728, déposé le 30-09-1728,AN,MC/ET/LII/235.

4 Nicolas P. Adelon et al., Dictionnaire des sciences médicales, Paris Panckoucke, 1820, Tome 43, p. 162.

5 Louis Sébastien Mercier, Tableau de Paris,Amsterdam, 1788,Vol. 10, p. 316

6 Alfred Franklin, Dictionnaire historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le treizième siècle, Paris,Welter, 1906, p. 238.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Launay, « Glane D’Alembertienne Du « fascheux inconveniant »des inhumations précipitées », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 45 | 2010, 153-154.

Référence électronique

Françoise Launay, « Glane D’Alembertienne Du « fascheux inconveniant »des inhumations précipitées », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 45 | 2010, mis en ligne le 14 janvier 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rde.revues.org/4741

Haut de page

Auteur

Françoise Launay

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org