Navigation – Plan du site
1

Présentation

Pierre Chartier
p. 3-4

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1On trouvera dans ce numéro de RDE un nuancier d’articles portant sur l’Encyclopédie, sur D’Alembert et sur Diderot. Des enquêtes et analyses de type variées s’y succèdent qui, dans leurs différences, s’équilibrent et ne laissent pas parfois de se ressembler.

2A partir d’échantillonnages,Alain Cernuschi révèle la transformation d’articles de l’Encyclopédie issus de la Cyclopaedia de Chambers mais inspirés, parfois de manière redoublée, en amont ou en aval, par des Mémoires de l’Académie des Sciences.Du côté des mathématiques, c’est le développement vers le Supplément puis vers la Méthodique qui retient Christian Gilain. Il y note, d’un dictionnaire à l’autre, la complexité des désignations et des arbres figurés en une période où s’affirme l’analyse. S’agissant du baron d’Holbach, le propos d’Alain Sandrier concerne un autre type de comparaison : entre les nombreuses contributions « philosophiques » que le baron a élaborées pour l’Encyclopédie, puis celles qu’il a insérées dans l’Histoire des deux Indes, puis au service de son entreprise de plus en plus affirmée de militantisme clandestin. Leur teneur est sensiblement différente à la mesure, après 1765, de la lutte anti-religieuse et politique menée par d’Holbach.

3D’Alembert, relayé par Condorcet, Bossut et Charles, ne pouvait pas ne pas paraître dans l’article de Christian Gilain. Il est en outre, lui Jean Le Rond, enfant trouvé, le référent général d’un tout autre type de recherches, celui que Françoise Launay a consacré à sa « famille », et particulièrement à Etiennette-Gabrielle Pontieux, plus connue sous le nom de madame Rousseau, femme d’un vitrier, sa mère adoptive. On suit tel Watson, c’est-à-dire avec admiration, les résumés précis et les patientes investigations d’une historienne et enquêtrice avisée.

4Et puis Diderot… Le Philosophe est convoqué selon trois chefs : comme amateur (fort tiède, ou mitigé) des voyages au loin et au près (Eszter Kovacs) : comme auteur ironique des Salons, entre art et nature, entre rire et émotion (Laurence Mall) : et comme lecteur des romans de Richardson (Shelley Charles) : où l’on apprend que sa lecture en « traduction fidèle » (de Grandison notamment), à la différence des belles infidèles en réduction de l’abbé Prévost, a joué dès la décennie de 1750 un rôle à réévaluer dans la conception et le contenu de l’Éloge de Richardson.

5Que d’hypothèses, que de pistes, que de précisions nouvelles, que d’éclaircissements à la lecture de ce numéro. Nous voilà prêts à de nouveaux et passionnants déchiffrements au siècle de Diderot, d’Holbach, d’Alembert et de l’Encyclopédie.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Chartier, « Présentation », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 45 | 2010, 3-4.

Référence électronique

Pierre Chartier, « Présentation », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 45 | 2010, document 1, mis en ligne le 13 janvier 2011, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/4716

Haut de page

Auteur

Pierre Chartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org