Navigation – Plan du site
Autographes et documents

Autographes et documents

Anne-Marie Chouillet, Irène Passeron et François Prin
p. 283-295

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Notre rubrique, compte tenu des ambitions et de l’influence de l’Encyclopédie, des réactions qu’elle a suscitées et de l’importance du réseau de connaissances de ses auteurs, n’accueille pas que des documents émanant des seuls encyclopédistes ou les concernant exclusivement.

Afin de faciliter la consultation de cet ensemble nécessairement hétérogène, nous avons retenu un classement alphabétique. Chaque élément est suivi d’une référence renvoyant à une liste détaillée de catalogues qui se trouve à la fin du répertoire et d’un numéro renvoyant au catalogue cité. Les éventuelles interventions de la rédaction, qui ne peut garantir l’exactitude de toutes les copies de documents, sont entre crochets à la fin de la notice. Cette rubrique doit beaucoup aux personnes qui, fort aimablement, nous font parvenir des catalogues étrangers ou rares, ou nous apportent des compléments d’information sur ces manuscrits. Elles en sont ici vivement remerciées.

ADDENDA

Notre rubrique, déjà largement ouverte, ne saurait évidemment recenser tous les documents relatifs au xviiie siècle venus à notre connaissance et passant en vente ou sur catalogue. Encyclopédies, ouvrages originaux de Diderot ou D’Alembert et documents exceptionnels se rapportant à notre période sont signalés dans ce supplément à notre rubrique principale.

Texte intégral

Alembert, D’ (1717-1783)

1L.A.S. à MmeDu Deffand, « A Sans souci, le 25 [juin 1763] ; 3 p. in-4, cachet

2[Lettre publiée par Charles Pougens en 1799, voir Jean Le Rond D’Alembert, Inventaire analytique de la correspondance 1741-1783, OEuvres complètes, série V (Correspondance générale), vol. 1, établi par Irène Passeron avec la collaboration de Anne-Marie Chouillet et Jean-Daniel Candaux, CNRS Éditions, à paraître 2009, lettre 63.26]

3(Cat. Librairie Michel Bouvier n° 48, Paris, (février 2008, n° 78)

4L.A.S. à [Delandine] « Au Louvre, ce 2 février 1783 ».L.A.S., 3 p. petit in-4.

5Elle [l’Académie française] pense que dans la phrase proposée, et dans toutes celles du même genre, l’usage, en cela conforme à la syntaxe, autorise généralement l’imparfait au second membre, dans les cas même où la chose dont il s’agit n’est pas contingente ; mais qu’il y a cependant des cas où il est permis, et peut-être mieux d’employer le présent, surtout quand la chose dont il s’agit est une vérité incontestable, necessaire, & généralement reconnue, par exemple, une proposition de Géometrie &c ; ou quand le premier membre de la phrase exprime une assertion absolue, comme, j’ai prouvé, j’ai demontré &c. quoique la proposition ne soit pas même alors à l’abri de toute difficulté. En conséquence de ce principe, l’académie croit, Monsieur, que la phrase proposée dans votre lettre, ne portant ni le caractere d’une assertion absolue, ni celui d’une vérité incontestable,on doit mettre l’imparfait au second membre ». [Lettre publiée dans le Journal de la langue française, 1er octobre 1784, p. 74-76, où elle est non datée. Le destinataire est indiqué et la lettre commentée dans RDE 21, octobre 1996, p. 185-187, voir Jean Le Rond D’Alembert, Inventaire analytique de la correspondance 1741-1783, œuvres complètes, sérieV(Correspondance générale), vol. 1, établi par Irène Passeron avec la collaboration de Anne-Marie Chouillet et Jean-Daniel Candaux, CNRS Éditions, à paraître 2009, lettre 83.09]

6(Cat. « collection historique Jean Paul Barbier-Mueller », 16 décembre 2008, Benoît Forgeot expert, n° 11)

7L.A.S. à Servan, avocat général au parlement de Dauphiné à Grenoble. Paris, 4 mai [1765], 3 p. in-4, adresse, cachet.

8« […] Je suis très flatté de l’approbation que vous voulez bien donner à l’ouvrage sur les jésuites, j’ai tâché de faire un ouvrage impartial et utile par le ridicule et l’odieux qu’il répand sur tous les gens de parti ; les conseillers convulsionnaires du parlement de Paris (le dernier de tous pour les lumières) jettent les hauts cris contre moi ; ils vouloient même dénoncer l’ouvrage,mais on leur a ri au nez, et j’espère qu’ils auront l’esprit de se taire.Ces animaux-là qui se font donner dans leurs greniers cent coups de baton pour la gloire de Dieu, trouvent mauvais qu’on leur donne par les oreilles quelques coups de plume pour l’honneur de la raison ; ils disent dans leurs extases qu’il faut frapper ou est la convulsion ; en ce cas ce seroit sur la tête qu’il faudroit porter les coups ;mais ils seraient assommés,& moi je serois pendu, et je ne veux ni l’un ni l’autre. Je suis bien fâché des incartades de Jean Jacques Rousseau. Quand on veut mettre le feu dans sa patrie, il faut réussir à peine de ne passer que pour un brouillon & une mauvaise tête ; je crains fort qu’il ne reste rien de l’éloquence de Rousseau, parce qu’il faut commencer par dire des choses vraies, raisonnables & utiles, avant que de les dire éloquemment. Si mes foibles productions ont quelque mérite, c’est parce que je ne perds jamais cette maxime de vue en écrivant ; [...] J’espère dans le courant de cette année donner encore quelques coups de collier pour l’avancement de la philosophie,mais les matières sont délicates […] ». [Lettre inédite, voir Jean Le Rond D’Alembert, Inventaire analytique de la correspondance 1741-1783, OEuvres complètes, série V (Correspondance générale), vol. 1, établi par Irène Passeron avec la collaboration de Anne- Marie Chouillet et Jean-Daniel Candaux, CNRS Éditions, à paraître 2009, lettre 65.38]

9(Cat. « collection historique Jean Paul Barbier-Mueller », 16 décembre 2008, Benoît Forgeot expert, n° 12)

Catherine II (1729-1796)

10Lettre autographe signée, adressée à un général-lieutenant. Sans date ; 3/4 page in-8 ; en allemand. Elle aimerait qu’il puisse lui donner l’opportunité de parler avec le landgrave, qu’il connaît depuis longtemps. Elle le charge de lui dire les choses dont ils ont parlé et qu’il sait qu’elles lui tiennent à coeur.

11(Arts et Autographes, n° 45, expert J.-E. Raux, [2008], n° 18071)

Duhamel du Monceau (1700-1782)

12L.A.S., 29 mai ; 2 p. in-4

13Mme Le Beau, en l’informant de la perte qu’elle vient de faire, lui rappelle qu’il s’est déjà porté à zèle à obliger Le Beau ; qu’il estimait sincèrement. « Mais nayant pas été à Brest depuis quil y occupoit la place de premier medecin mon suffrage ne peut pas balancer les menées de ceux qui ecrivent de Brest pour le desobliger.Ce qui me paroistroit de mieux dans cette circonstance cest quelle dit au ministre que vous Monsieur et moi avons eté en grande relation avec M. Le Beau tant qu’il excercoit au Canada et a la Louisiane et de le prier de sinformer de nous des sentimens que nous avons consu de son mari si le ministre nous mettoient a même de lui rendre justice nous le ferions avec grand plaisir »…

14(PIASA, vente aux enchères Drouot-Richelieu, 16-17 juin 2008, expert t. Bodin, n° 214)

Dumarsais César Chesneau (1676-1756)

15L.A.S., Paris 30 janvier 1737 ; 2 p. in-4

16Il apprend « avec douleur » le départ de son correspondant, alors qu’il voulait l’inviter à « manger un dindon de Perigord farci de trufes. […] Je soupai la veille avec des persones attachées au Roi de Pologne Stanislas I. J’apris que votre bail seroit continué jusqu’à la fin, apres quoi leRoi Stanislas feroit, en son nom, un bail en faveur des fermiers generaux du Roi de France. J’apris aussi que Mr de La Galeziere et Mr…partoient pour aller prendre possession de la Lorraine en qualité de commissaires des deuxRois. Ils feront prêter un serment actuel de fidélité pour le Roi Stanislas ensuite un serment de fidélité conventionel pour leRoi de France pour être exécuté après lamort duRoi Stanislas »… Un de ses bons et anciens amis sera « seul secrétaire d’Etat » de ce dernier, « par conséquent vous aurez sur lui tout le crédit que j’y aurai moi même »…

17(PIASA, vente aux enchères Drouot-Richelieu, 16-17 juin 2008, expert t. Bodin, n° 358)

Euler Léonard (1707-1783)

18L.A.S., Berlin 28 mars 1744 ; 1 p. obl. in-8.

19Il transmet à son correspondant une lettre de M. Bose de Wittemberg. « Il m’a aussi envoié un petit paquet avec des dissertations, et que vous recevres ou par Mr Strube, ou par Mr le Dr Geymuller »… Il annonce avoir « fait une remarque asses considerable sur la dernière comete, qui consiste en ce que la comete passant le 4me Mars par l’ecliptique a été fort proche de Mercure, en sorte qu’on pourroit avoir lieu de s’attendre d’un changement dans la route de cette planete. Le tems ne nous a pas encore permis d’observer Mercure pour nous assurer de cela. Si vos occupations vous permettent de reflechir sur cette circonstance et que vous la jugies digne de l’examiner par des observations, je vous prie de m’informer de vos decouvertes »… [Siegfried Bodenmann, responsable de la correspondance d’Euler, nous précise que cette lettre est inédite et quelle s’adresse très certainement à Joseph Nicolas Delisle, puisque celui-ci y répond expressément le 28 mars, réponse publiée par G. Bigourdan, Lettres de Léonard Euler, en partie inédites », in Bulletin Astronomique XXXIV, p. 258-319].

20(PIASA, vente aux enchères Drouot-Richelieu, 16-17 juin 2008, expert t. Bodin, n° 216)

Frédéric II (1712-1786)

21L.A.S.,Dresde 20 décembre 1748, à Maupertuis ;1 p. in-4.

22« Si ce n’etoit l’Amour de la paix qui me retient ici il y auroit longtems que j’aurais volé à Berlin, mais je me flate mon chér Maupertuis de vous aportér les palmes de la paix et l’olive tant desirée. Je suis si surchargé d’affaires que de trois jours je n’ai pû lire mon cher Ciseron, et que j’ai eté obligé de faire divorse avec les Muses pour m’adonér uniquement à ces ocupations dont Pope depeint si energiquement la veritable petitesse, et qui ne touchent que la vanité et l’ambition des Rois »...

23(PIASA, vente aux enchères Drouot-Richelieu, 20 novembre 2008, expert t. Bodin, n° 44)

Grimm Melchior, baron de (1723-1807)

24L.A.S., Paris 18 novembre 1791, à Louis-Hardouin Tarbé, 1 p. in-4.

25« Ministre Plénipe de Saxe Gotha près le Roi », il recommande au ministre, pour répondre « aux instances pressantes d’un de ses amis en province », M. Péchard, Secrétaire du District de Château-Thierry : « Il lui est recommandé comme un homme plein de probité, rempli de connaissances et particulièrement instruit dans ce qui regarde la science forestière »…

26(PIASA, vente aux enchères Drouot-Richelieu, 16-17 juin 2008, expert t. Bodin, n° 374)

Rameau, Jean-François (1716-1767), neveu de Jean-Philippe.

27L.A.S., Paris 20 juin 1762, [à Loppin de Gémeaux, avocat général honoraire au Parlement de Bourgogne] ; 1 p. in-4.

28Il l’assure de son désir fidèle de mériter sa bienveillance, « dans un tems ou elle me devient si necessaire puisque par elle, je puis me tranquiliser sur les objets de mes interests qui se trouvent sous vos yeux à la campagne où j’ai le plaisir de vous voir le Seigneur »… Il a une « extreme envie d’avoir a vanter votre justice et vos bontés »… 4 L.A.S. de son père Claude Rameau (1690-1761) au même, 1750 (6 pages in-4 ou in-8, adresses, avec qqs minutes de réponse).

29(Les Autographes, cat. vente t. Bodin, « Orgue », Paris, janvier 2009, n° 216)

Tronchin Théodore (1709-1781)

30L.A.S., 30 décembre, 1 p. et demie in-4.

31Il n’y a « point de maux de nerfs dans les païs où on ne fait pas usage de boissons chaudes. Cette verité de fait me paroit meriter la plus grande atention. L’usage des boissons tiedes ou chaudes n’est pas ancien, il date du commencement de l’an 1500,& c’est ce qui explique pourquoi les anciens medecins ni font aucune mention des maladies de nerfs, devenues si frequentes & si generales de nos jours. Je sens fort bien que d’autres causes ont concourues,& que la mollesse de nos moeurs y contribue. L’art gymnastique ni negligé, & notre cuisine meurtriere y font beaucoup. Puisque Madame ne dit mot, il faut nous taire,& ne pas reveiller le chat qui dort »…

32(PIASA, vente aux enchères Drouot-Richelieu, 16-17 juin 2008, expert t. Bodin, n° 263)

Voltaire (1694-1778)

33L.A., Lunéville, 1er septembre 1749, [à Charles-Augustin Ferriol, comte d’Argental], 1 p. et demie in-4.

34« Il y a bien longtemps qu’on me fait attendre le decret celeste, je ne scais encor ce que je dois penser de Rome sauvée. Jattends vos ordres pour avoir une opinion. Madame du Chastelet n’est point encore acouchée, mais Fulvie lest. Je luy ay donné un enfant tout venu au lieu de la presenter avec un gros ventre qui ne seroit qu’un sujet de plaisanterie pour nos petits maitres. Jay aussi raboté quelques vers. En attendant je vous envoye Nanine telle que vous avez voulu quelle fut vous trouverez des sinets a chaque endroit où vous avez ordonné des corrections. Je suis a lebauche du cinquieme acte d’Electre et d’Electre sans amour. Je tache den faire une piece dans le goust deMerope. Mais jespere quelle sera d’un tragique superieur […] Mr de Curi m’a ecrit qu’on avoit ordonné un beau tombau pour tres haut et tres puissant prince Ninus roy d’Assirie. Detachez je vous en prie Mr de Bachaumont aux Srs Sloth. Sloth signifie paresseux en anglais. Il mande aussi quon jouera Nanine a Fontainebleau. Je ne serai pas faché que Madame de Pompadour la voye. Je vous prie de donner la piece a Mlle Gossin qui fera transcrire par Minet les changements qui sont d’une trop petite ecriture et qui aura la bonté de les faire porter sur les roles. Quand je songe a touttes les peines que je donne a mes anges, je suis épouvanté »… [Pléiade III, p. 98-99]

35(Les Autographes, cat. vente t. Bodin n° 126, Paris, été 2008, n° 295)

36L.A.S. « V », Strasbourg 13 juillet 1758 « en partant », à Madame Denis, aux Délices, à Genève ; 3 p. in-4, adresse avec petit cachet cire rouge.

37Il part sous la pluie de Strasbourg, où il a acheté une berline. Parmi les causes de son retard à partir, outre des emplettes et sa « chetive santé », il a attendu des éclaircissements sur l’acquisition projetée de Champignelle : « Cette terre est si pres de la cour du roy de Pologne qu’il avait fallu comme vous savez, lui demander dabord son agrément. Il y avait eu aussi d’autres préliminaires a remplir. Je me trouvais dans l’impossibilité absolüe de faire sécrettement mon marché, et la fatalité de ma destinée est que touttes mes démarches sont publiques. On m’a averti que cette publicité pourait bien renchérir la terre. Mais si elle est trop chere, je ne l’acheterai pas. Pourvu que je vive avec vous, il n’importe que ce soit dans le pays de Lothaire, ou de GuillaumeTell »… Il a vu « le général des Saxons », qui « a fait veritablement la retraitte des dix mille. Il echapa lannée passée aux Prussiens avec dix mille hommes, les conduisit au fond de la Hongrie, et les a amenéz en France. Il y en a quatre mille à Strasbourg. Ils sont mieux vétus que nos trouppes, et paraissent plus sages qu’on ne disait. Je crois le Roi de Prusse aussi embarassé a présent quil létait lannée passée au même mois de juillet, il a fait mourir son frere de chagrin, il pourait bienmourir de même.Mais aussi tant qu’il aura des trouppes il peut encor gagner des batailles ; et le prince de Soubise peut toujours en perdre. Il avance vers la Hesse, et il peut encor trouver notre petit prince Henri.L’armée de Clermont est encor sans general.Dieu nous soit en aide »… Il réclame des nouvelles à la cour de Manheim, et en particulier de son petit neveu : « Monsieur de Florian lit les guerres de Grenade en espagnol ? »… [Pléiade V, p. 167-168, extraits seulement]

38(PIASA, vente aux enchères Drouot-Richelieu, 16-17 juin 2008, expert t. Bodin, n° 496)

39L.S. au château de Ferney par Genève 22 mars 1765, [ à Pierre-Charles, marquis de Plessis-villette], de la main de Wagniere ; 2p. in-4.

40« Aiant l’honneur […] de posseder Monsieur vôtre fils dans ma chaumiere aux pieds des Alpes, j’ai cru que vous trouveriez bon de que saisisse cette occasion de vous faire souvenir de moi. Je croirai manquer à mon devoir si je ne vous disais pas coombien monsieur vôtre fils m’a paru pénétré pour vous de la tendresse respectueuse qu’il vous doit. […] Oserait-je vous dire, Monsieur, que c’est quelquefois un grand bonheur d’avoir fait quelques fautes dans sa jeunesse ? On en connaît mieux leprix de ses devoirs. »… [Pléiade VII, p. 1106]

41(PIASA, vente aux enchères Drouot-Richelieu, 16-17 juin 2008, expert t. Bodin, n° 497)

42Enveloppe autographe ; 1 feuille in-8 repliée en trois, sceau de cire rouge aux armes, marque postale Genève.

43« A Monsieur Monsieur Tiriot chez madame de la Poplinière, rue Ventadour, Butte St Roc, à Paris ».

44(PIASA, vente aux enchères Drouot-Richelieu, 16-17 juin 2008, expert t. Bodin, n° 498)

45Manuscrit,OEuvres diverses 1767-1768, vol. petit in-4 de 694 p. chiffrées, reliure de l’époque veau fauve.

46Copie de textes de philosophie clandestine, certains de Voltaire : Doutes sur la religion [Gueroult de Pival], suivies de l’Analyse du Traité théologico-politique de Spinosa, par le comte de Boulainvilliers, Londres, 1767 ; Le diner du compte de Boulainvilliers ; Pensées détachées de Mr labbé de St Pierre ; l’Americain sensé par hasard en Europe… ; Saul et David, tragédie (d’après l’anglais), L’Homme aux quarante écus ;Analise de la religion chretienne par DuMarsais ; Cathechisme de l’honnête homme, ou Dialogue entre un caloyer et un homme de bien, traduit du grec vulgaire p. D.L.F.R.C.D.C.D.G. ; Sermon des Cinquante ; Homélies prononcées à Londres en 1765 dans une assemblée particulière ; Examen important par Milord Bolingbroke écrit sur la fin de 1736 ; Dialogue du douteur et de l’adorateur, par l’abbé de Tilladet ; Les dernières paroles d’Epictète à son fils ; Idées de LaMothe Le vayer ;Abrégé de la vie de Jean Meslier…puis : Théologie portative [Holbach], Pensées philosophiques [Diderot] et des pièces de Voltaire : Epitre à Uranie, L’Ecclesiaste, Prescis du cantique des cantiques, le Marseillois et la Lion parM. de St Didier, Les trois empereurs en Sorbonne par l’abbé de La Caille ; puis Le Coeur par lechevalier de Boufflers suivi de 3 pièces en vers ; La religion naturelle, poèmede Voltaire.Une table des matières détaillées conclut le volume.

47(PIASA, vente aux enchères Drouot-Richelieu, 16-17 juin 2008, expert t. Bodin, n° 499)

Schouvallow [Chouvalov]

48Ivan Ivanovitch à [Voltaire], Saint-Pétersbourg 2 juillet 1759 ; 3 p. in-4.

49A propos des documents qu’il fournit àVoltaire pour son Histoire de Pierre le Grand. « Je suis fort flatté des reproches obligeans que vous voulés bien mefaire sur ma lenteur à vous envoier les mémoires que vous souhaités ; maissoïés assuré […] qu’aucune occupation ne peut me distraire des objets sur lesquels vous avés la complaisance de vous en raporter a mes soins, & quepuisque vous voulés bien donner les vôtres au succès du projet que j’ai faitpour le bien & la gloire de ma nation, je ne négligerai jamais rien de ce quipourra en accélerer la réussite.C’est le seul moïen par lequel je puisse espererd’être utile à ma Patrie & j’avouerai toujours avec gloire monsieur que jevous en dois tout le mérite. […] enfin vous avés reçû les mémoires que j’avaiseû l’honneur de vous envoier à l’egard de l’histoire de Kamtchatka » […] « jen’ai rien plus à coeur. J’attendrai au reste l’hiver avec bien de l’impatience parl’esperance que vous me donnés, monsieur, de voir le fruit de vos travaux.Quelle satisfaction d’admirer les actions éclatantes d’un Héros & de les voirtracées par une plûme comme la vôtre. L’histoire & l’historien seront dignesà la fois de l’attention de toute l’Europe »…Est jointe une l.a.s. du marquis de Villette à l’architecte Chalgrin, à proposdes travaux dans la maison que Voltaire veut habiter « aussitôt qu’elle seraprete » (1 p. in-8, adresse).

50(PIASA, vente aux enchères Drouot-Richelieu, 16-17 juin 2008, expert t. Bodin, n° 500)

Wagnière Jean-Louis (1739-1802)

51P.A.S., avril 1761 ; 2 p. in-4.

52Calcul des sommes dépensées en frais de port des envois ou autres qu’il effectue pour Voltaire, pour les mois de mars et avril 1761 : « mars le 24e Monsieur m’a donné les susdites à 57£ pour solde jusqu’à aujourd’huy ».

53(Les Autographes, cat. vente t. Bodin n° 125, Paris, printemps 2008, n° 294)

D’Alembert, Jean Le Rond (1717-1783)

54Elémens de musique, théorique et pratique, suivant les principes de M. Rameau, éclaircis et simplifiés, à Lyon, Bruyset, 1766, in-8, veau moucheté.

55(Cat. vente Lyon 3 juillet 2008, J. Chenu, B. Scrive, A. Bérard commissaires, n° 402)

56[Après la première édition de 1752,D’Alembert a fait publier une « nouvelle édition revue, corrigée et considérablement augmentée » en 1762, édition plusieurs fois réimprimée par la suite]

Diderot Denis

57Pensées philosophiques, La Haye [Paris], Aux dépens de la Compagnie, 1746. In-12, veau marbré et glacé, dos lisse orné de compartiments à filets dorés, triple filet d’encadrement à froid sur les plats, tranches rouges.

58(Cat. vente Lyon 3 juillet 2008, J. Chenu, B. Scrive, A. Bérard commissaires, n° 301)

59Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voyent, Londres, 1749. In-12, broché, couverture de papier dominoté de parution, 150 p. (titre inclus), 6 fig. gravées hors texte, non rogné. Edition à la date de l’originale, illustrée de 6 figures.

60(Hatchuel, cat. 48 [2008], n° 52)

61Lettre sur les sourds et muets. A l’usage de ceux qui entendent & qui parlent. Avec des additions , S.l., 1751. In-12, plein-veau de l’époque, dos lisse orné de compartiments fleuronnés, tranches jaspées, (2), 400, (12) p. d’errata et table, 2 planches (sur 5).Edition originale, de quatrième émission, avec l’adjonction à partir de la p. 242 des textes supplémentaires qui suivent la Lettre sans interruption.

62(Hatchuel, cat. 48 [2008], n° 53)

63Pensées sur l’interprétation de la nature, s. l., 1754. In-12, veau moucheté et glacé, dos à nerf orné, tranches rouges.

64(Cat. vente Lyon 3 juillet 2008, J. Chenu, B. Scrive, A. Bérard commissaires, n° 303)

65Le Père de famille, comédie en cinq actes et en prose.Avec un discours sur la poésie dramatique. A Amsterdam, 1758, in-8, veau porphyre, dos à nerfs orné, tranches jaspées.

66(Cat. vente Lyon 3 juillet 2008, J. Chenu, B. Scrive, A. Bérard commissaires, n° 302)

Galiani (Ferdinando) et Diderot

67Dialogues sur le commerce des bleds, Londres [Paris, Merlin], 1770, in-8 de (2) ff. 314 p. (1) f. d’errata : veau porphyre, dos

68lisse orné, pièce de titre de maroquin vert, triple filet doré encadrant les plats,

69coupes filetées d’or, tranches marbrées.

70(Cat.Livres et documents anciens, Librairie Benoît Forgeot, Paris 2005, n° 53)

71Le fils naturel, ou les épreuves de la vertu, comédie en cinq actes et en prose.A Amsterdam, Pierre Erialet, 1771, in-8 br. de 58 p. 

72(Le Jardin des Muses, cat. n° 21 [mai 2008], n° 223) (autre ex. identique, Hatchuel, cat. Les Lumières, [2007], n° 31)

73— OEuvres de théatre. Avec un discours sur la poésie dramatique. Paris, Duchesne et Delalain, 1771, 2 vol. in-12.

74(Le Jardin des Muses, cat. n° 21 [mai 2008], n° 513)

75Les Bijoux indiscrets,Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1772, 2 tomes reliés en un volume in-8, pleine basane marbrée de l’époque, dos lisse orné de fleurons dorés, pièce de titre de veau blond, (8), 389 p. , frontispice et 6 planches hors texte.

Diderot et Betzky, (Hatchuel, cat. 48 [2008], n° 54, )

76Ivan Ivanovitch Les plans et les statuts des différents établissements ordonnés par sa majesté impériale Catherine II pour l’éducation de la jeunesse, et l’utilité générale de son empire. Ecrits en langue russe par Mr. Betzky & traduits en langue françoise, d’après les originaux, par M. Clerc […],Amsterdam, Marc-Michel Rey, 1775, 2 t. en un vol. in-4.

77(Hatchuel, cat. 46 [2008], n° 19)

78La Religieuse, Paris,Buisson, An cinquième de la République [1796]. In-8, pleine percaline violine, dos lisse orné d’un petit fleuron doré, pièce de titre de veau noir, daté en queue (dos lég, insolé, reliure « Pierson » vers 1880), (2) f. de faux titre et titre, 411 p. 

79(Hatchuel, cat. 47 [2008], n° 45)

Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers

80— Paris, Briasson, 1751-1780, 33 vol. in-folio, 17 de textes, 12 de planches, 4 de suppléments. Reliure en veau porphyre, les dos à nerfs ornés, les tranches rouges. Les 2 vol. de tables absents.

81(Cat. vente Lyon 3 juillet 2008, J. Chenu, B. Scrive, A. Bérard commissaires, n° 300)

82— Paris [Genève], chez Briasson, David, Le Breton, Durand, 1751-1777, 32 vol. in-folio, 21 de textes, 11 de planches. Veau marbré de l’époque, dos à nerfs ornés. Exemplaire de la contrefaçon de Genève sans le supplément de planches ni les 2 vol. de tables.

83Cat. Livres rares, Librairie Michel Bouvier n° 51, Paris, [mars 2009], n° 59

Liste des Catalogues :

841. PIASA, vente aux enchères Drouot-Richelieu, 16-17 juin 2008, expert t. Bodin

852. PIASA, vente aux enchères Drouot-Richelieu, 20 novembre 2008, expert t. Bodin

863. Les Autographes, cat. vente t. Bodin n° 125, Paris, printemps 2008

874. Les Autographes, cat. vente t. Bodin n° 126, Paris, été 2008

885. Les Autographes, cat. vente t. Bodin, « Orgue », Paris, janvier 2009

896. Cat. vente Lyon 3 juillet 2008, J. Chenu, B. Scrive, A. Bérard commissaires

907. Cat. vente aux enchères Drouot-Richelieu, « collection historique Jean Paul Barbier-Mueller », 16 décembre 2008, expert Benoît Forgeot

918. Le Jardin des Muses, cat. n° 21 [mai 2008]

929. Librairie Hatchuel, cat. 47 [juin 2008]

9310. Librairie Hatchuel, cat. 48 [déc. 2008]

9411. Cat. Livres rares, Librairie Michel Bouvier n° 48, Paris, [février 2008]

9512. Cat. Livres rares, Librairie Michel Bouvier n° 51, Paris, [mars 2009]

9613. Cat. Livres et documents anciens, librairie Benoît Forgeot, Paris 2005

9714. Arts et Autographes, n° 45, expert J.-E. Raux, [2008]

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Chouillet, Irène Passeron et François Prin, « Autographes et documents », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 44 | 2009, 283-295.

Référence électronique

Anne-Marie Chouillet, Irène Passeron et François Prin, « Autographes et documents », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 44 | octobre 2009, mis en ligne le 13 octobre 2009, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/4606

Haut de page

Auteurs

Anne-Marie Chouillet

Articles du même auteur

Irène Passeron

Articles du même auteur

François Prin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org