Navigation – Plan du site
Sur un Air d’Encyclopédie
12

Perspective aérienne et science de l’air

Elisabeth Lavezzi
p. 149-162

Résumés

L’air, invisible pour l’homme ordinaire est visible pour le peintre et le savant. Peut-on en conclure que la perspective aérienne, phénomène optique lié à l’analyse de l’air, profite de ce savoir scientifique quand les auteurs décrivent le moyen pictural qui lui correspond ? Dans l’Encyclopédie, il est précisé que la perspective aérienne relève du coloris en peinture, mais l’explication savante reste limitée. Pourtant plusieurs exemples (La Hyre, Bouguer) montrent que le lien de la science à la perspective aérienne a été envisagé ; Watelet va dans ce sens également. Ainsi sur cette question, l’Encyclopédie semble en retrait ; mais cela s’explique par deux facteurs ; d’une part, l’étude de l’air n’avance plus car elle se heurte à des difficultés insurmontables ; d’autre part, en peinture, on cherche moins la vérité que la vraisemblance.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Edme Mariotte, abbé, L’Essai sur la nature de l’air, dans OEuvres, La Haye, 1740, 2 vol. in 4°, tom (...)
  • 2 C.-H. Watelet et p. -C. Lévesque, Dictionnaire des arts de peinture, sculpture et gravure, chez L. (...)

1Vers la fin du xviie siècle, dans son ouvrage intitulé Second essai sur la nature de l’air, Mariotte explique pourquoi l’air peut susciter uneprévention : « […] les enfants et les hommes grossiers ont bien de lapeine à être persuadés de son existence, parce que sa transparence leren[d] invisible »1. Pour l’enfant et l’homme grossier, rien n’existe là oùils ne voient rien ; à cette trompeuse évidence se substitue une perceptionparadoxale de cet élément à laquelle accèdent le peintre et le physicien,comme, un siècle plus tard, Watelet le signale au début de l’articlequ’il consacre à Air de son Dictionnaire2 : « L’air dont l’idée communeest celle d’un élément invisible, se rend cependant sensible aux regardsdes artistes-peintres, comme il le devient aux savants physiciens par lesobservations et par les expériences auxquelles ils se soumettent. » D’unauteur à l’autre, la question s’est modifiée. Alors que le constat initiald’invisibilité est le même, les conclusions tirées sont différentes : dansl’énoncé classique, l’air n’existe pas pour les uns, mais existe pour lesautres ; dans l’énoncé des Lumières, seuls quelques uns accèdent à lavisibilité d’un élément, invisible pour beaucoup. L’enjeu aussi a changé ;au xviie siècle, contrairement à l’ignorant, figuré par l’enfant et l’hommegrossier, le savant sait que la perception à l’oeil nu n’est pas un moyensuffisant de connaissance ; au xviiie siècle, Watelet distingue deux exercicesde l’organe visuel, selon qu’il est pratiqué par qui se contente devoir, ou par qui regarde, observe et soumet à épreuve.

  • 3 Mariotte, p. 181.
  • 4 Ibid., p. 307.

2Pour persuader tout un chacun de l’existence de l’air, Mariotte recourt à des constats, comme la résistance que l’air oppose aux corps très légers ; pour définir ses propriétés, il fait appel à des expériences, comme par exemple celle du tube de mercure, qui prouvent sa pesanteur ; pour déterminer sa couleur, il raisonne : « beaucoup de raisons […] doivent persuader qu’il est bleu : car les hautes montagnes éloignées paraissent bleues, […] l’air paraît bleu en un temps serein […] »3 ; dans son Traité de la nature des couleurs, il complète son explication « la lumière doit traverser un très grand espace d’air, pour faire apparaître cette couleur, à cause de la ténuité des parties qui la produisent »4. La démarche de Watelet est toute différente : l’invisibilité n’est qu’une idée commune qui résulte d’une perception commune,mais ni les peintres ni les physiciens ne la partagent parce que, eux, pour avoir observé et éprouvé cet élément, ont appris à le voir ; la perception évolue en fonction des activités perceptives et intellectuelles du sujet. Malgré tout, une échelle de sensibilité s’ordonne des premiers degrés qui sont le lot commun, aux plus élevés, partage du peintre et du physicien ; l’invisibilité de l’air n’est pas une donnée définitive de la nature et sa visibilité est une conquête de l’expérience : la perception pensée en procès inachevé est l’une des conditions nécessaires au voisinage du peintre et du physicien. L’intérêt qu’ils partagent pour l’air se prolonge-t-il par un échange de leur savoir ? Entre leur discours respectif, comment les connaissances circulent-elles ? Encore convient-il d’ajouter quelques précisions.

3Dans l’article AIR de l’Encyclopédie, Landois, chargé de Air en peinture, atteste quatre acceptions pour lesquelles on se reportera à lacontribution de Pedro Pardo Jimenez dans ce volume. Alors que « l’impressionque fait un tableau » concerne plutôt la réaction du spectateur,les trois autres sens relèvent davantage du point de vue du peintre : l’air de tête vise l’expression, l’air d’un visage cherche la ressemblance, quantà la perspective aérienne, c’est une diminution de couleur qui signifiel’éloignement relatif des objets ; étant donné qu’un tableau ne représentejamais un espace qui soit à deux dimensions et sans air, elleconcerne toutes les oeuvres : son extension est générale. Moins connueque la perspective linéaire qui découle de la géométrie et relève dudessin, elle est aussi liée à un phénomène optique mais ressortit aucoloris. Dans l’article Perspective, (Peinture), de Jaucourt le rappelle :« On distingue donc deux sortes de perspectives, la linéaire et l’aérienne.

  • 5 Enc., XII, 436b.

4La perspective linéaire consiste dans le juste raccourcissement des lignes ; l’aérienne, dans une juste dégradation des couleurs […] »5. La perspective aérienne a un seul moyen, la couleur,mais deux objets ; en tant que perspective, elle doit représenter la profondeur de l’espace et les conséquences optiques de l’éloignement des objets ; en tant qu’aérienne, elle doit rendre la présence de l’air et son épaisseur ainsi que ses effets sur leur apparence.Tout tableau doit faire sentir la circulation de l’air comme Watelet le rappelle en termes radicaux dans la conclusion de son article AIR :

5La perspective aérienne est une partie intrinsèque de la peinture ; sans être spécialisée dans les lointains, elle s’y exerce à excellence. Mon étude qui se limite à la perspective aérienne consiste à faire des allers-retours, d’une part,du discours scientifique au discours pictural pour m’enquérir des échanges entre la perspective aérienne et l’analyse de l’air ; d’autre part, entre l’Encyclopédie et d’autres ouvrages, ceux-ci servant de viatique ou de loupe à celle-là. Je pars d’un constat : dans l’article AIR de l’Encyclopédie, les entrées scientifique et picturale sont juxtaposées ; j’émets une hypothèse : cette coexistence contient un potentiel d’échange qui demeure inexploité , car je présuppose que la perspective aérienne aurait pu utiliser davantage les données fournies par les expériences des savants. Ma contribution vise à analyser cette occasionmanquée, tant les signes de sa possibilité que les raisons de l’absence de sa réalisation.

  • 7 Suppl., I, 178a.
  • 8 Enc., XII, 436a.
  • 9 Il faut rappeler que, après la querelle des Poussinistes et des Rubinistes qui marque la vie de l’A (...)

6Dans l’Encyclopédie, plusieurs articles traitent de perspective aérienne.Ce terme désigne un phénomène comme le rappelle le Supplément : c’est « illusion d’optique qui change l’apparence des couleurs, des jours et des ombres dans les objets, suivant les différents degrés de leur éloignement7. » En peinture, elle est spécifiquement la représentation de ce phénomène optique, ce qui explique pourquoi Landois en parle dans l’article Air en peinture. L’article Perspective aérienne de de Jaucourt, plus précis, décrit les moyens de la représentation : « La perspective aérienne dépend surtout de la teinte des objets que l’on fait plus ou moins forte, ou plus ou moins claire, selon qu’on veut représenter l’objet plus ou moins proche. Voyez Couleur & Clair-obscur8. » Ce double renvoi suppose l’appartenance de la perspective aérienne au coloris9.

  • 10 Enc., IV, 333a.
  • 11 Enc., III, 658b.

7Dans COULEUR, la partie consacrée à Couleur locale en peinture intègre la perspective aérienne ; reprenant une idée de de Piles, Landois,après avoir donné la définition suivante : « Elle est appelée locale, parceque le lieu qu’elle occupe l’exige telle », précise : « La couleur locale estsoumise à la vérité et à l’effet des distances ; elle dépend donc d’unevérité tirée de la perspective aérienne10. » Comme tout objet à représenteroccupe un lieu dans un espace et se situe à distance de l’oeil, il n’ya pas de couleur locale sans perspective aérienne.Bien que Perspective aérienne renvoie à Clair-obscur (Peinture),dans celui-ci Landois la passe sous silence ; mais cet oubli est commecorrigé par COLORIS du même auteur. Reprenant en effet le rapportde la couleur locale d’un objet à sa position, il explicite ce qui restaitimplicite dans Couleur locale : pour représenter la place relative d’unobjet, deux facteurs interviennent, l’air et sa profondeur, l’effet de décolorationproduit par l’un étant proportionnel à l’autre : « l’air qui estentre nous et les objets nous les fait paraître de couleur moins entière, àproportion qu’ils sont éloignés de nous11 ». Landois ne dit certes rien debien original, mais il affirme que l’air est un objet obligatoire de lapeinture.

  • 12 Enc., XII, 436a.
  • 13 Eloge de M. de la Hire, dans Histoire de l’Académie des Sciences depuis l’année 1666 jusques et y c (...)
  • 14 Ibid., p. 76.

8Comme la perspective linéaire qui est étayée sur la géométrie, la perspective aérienne s’appuie-t-elle sur un savoir scientifique ? Dans Perspective aérienne, de Jaucourt indique l’assise savante de cette partie de la peinture : « Cette méthode [renforcer la teinte en fonction de la proximité de l’objet] est fondée sur ce que plus est longue la colonne d’air à travers laquelle on voit cet objet, plus est faible le rayon visuel que l’objet envoie à l’oeil. Voyez Vision12. » Certes, on peut opposer Landois qui, dans l’entrée Air en peinture, signale comme seul facteur l’éloignement de l’objet à l’oeil, à de Jaucourt qui, dans Perspective aérienne, indique une cause un peu plus complexe, la longueur de la colonne d’air traversée ; mais ce dernier tait l’intervention des contenus hétérogènes qui y sont en suspension, et n’en dit pas plus, ce qui est en dire peu. Pour continuer l’enquête, sortons de l’Encyclopédie. Qu’à un moment donné de l’histoire, la perspective (linéaire et aérienne) ait été pour certains une préoccupation commune à la peinture et aux sciences, on en trouve une preuve dans l’» Eloge de M. de la Hire » prononcé en 1718 à l’Académie des sciences13. Philippe de la Hyre (18 mai 1640-21 avril 1718), fils du peintre Laurent de la Hyre (1606-1656), apprend dans sa jeunesse le dessin et la perspective « si nécessaire aux peintres, et cependant assez négligée », étudie la gnomonique « espèce de perspective », voyage en Italie, périple « presque nécessaire pour son art »14 et, passant parVenise, s’intéresse aux sections coniques d’Apollonius. Revenu à Paris, il aide G.Desargues et A. Bosse, produit divers ouvrages de mathématique, travaille aux cartes du royaume, s’intéresse aux nivellements, à l’astronomie, publie des traités, dont en 1682 un Traité de Gnomonique, et en 1689 une Ecole des arpenteurs. Devenu professeur à l’Académie d’architecture, il s’illustre encore avec les planisphères pour le roi de 1702, et les globes de Marly de 1704.

9Dans une telle variété d’intérêts, les esprits de l’époque ne voient que continuité ; l’auteur de l’éloge, en effet, explique pourquoi ce savant était aussi un bon paysagiste :

10Outre l’observation commune au peintre et au physicien que Watelet, on l’a vu, reprend à son compte, cette explication-ci est intéressante parce que, parlant du paysage, elle renvoie à la perspective aérienne, mais surtout parce que l’académicien envisage une continuité possible entre celle-ci et le regard du physicien. Entre la remarque de Mariotte et celle deWatelet par lesquelles nous avons commencé, s’intercale l’étape intermédiaire de ce propos sur La Hyre, paysagiste et physicien.

  • 16 Bouguer, « Epistre », Essai d’optique sur la gradation de la lumière, à Paris, chez Claude Jombert, (...)
  • 17 Ibid., p. 2.
  • 18 Ibid., p. 4.
  • 19 Ibid., p. 21.
  • 20 Ibid., p. 25.

11Une autre étape est franchie en 1729. Dans son Essai d’optique sur la gradation de la lumière, à propos duquel on se reportera à la contributiond’Arnaud Mayrargue dans ce volume, Bouguer, professeur enhydrographie, qui étudie « la vivacité de la lumière », met en valeur lanouveauté de son objet : si, en optique, on a jusqu’alors examiné la« direction des rayons », ou « la décomposition que souffre la lumière », lui veut « donner une théorie sur la transparence et sur l’opacité descorps, avec la méthode de comparer par le calcul et par l’expérience lesdiverses forces de la lumière16. » Il expose d’abord la règle de l’affaiblissementde la lumière selon l’éloignement de sa source : « la force de lalumière doit suivre la raison inverse des quarrés de la distance au corpslumineux ; parce que les espaces dans lesquels les rayons se trouventrépandus augmentent en raison directe de ces mêmes quarrés17. » Puis ildistingue cet affaiblissement de celui qui est produit « par la rencontredes parties grossières » , pouvant « intercepter plusieurs rayons dans unplus long trajet18. »Quand il veut mesurer l’air, il se heurte à la difficulté « [d’]appliquerces méthodes à l’air grossier que nous respirons ». S’inspirant alorsd’une expérience faite pour mesurer la lumière des astres que Mairan(1678-1771) a exposée dans les Mémoires de l’Académie Royale des sciences de 1721, il imagine un moyen de mesurer « la transparence d’unecertaine épaisseur d’air19. » Il établit ainsi une table de mesures ; commeles essais faits quand la lune est prête à se coucher présentent une tropgrande variété pour être concluants, il avance la cause suivante : « [cela]vient sans doute de ce que la partie basse de l’atmosphère est presquetoujours inégalement chargée de vapeurs20 ».

  • 21 Ibid., p. 34.
  • 22 Ibid., respectivement p. 62 et 56.
  • 23 Ibid., p. 146.
  • 24 Ibid., p. 153.

12Dans la section suivante, il explique la transparence de l’air : « il ne contient que fort peu de parties grossières » ;malgré tout, il doit contenir des « parties solides [qui] transmettent elles-mêmes la lumière21 ». Tout en gardant le principe selon lequel la lumière diminue à l’infini « sans qu’elle puisse jamais se détruire tout à fait », il fixe une graduation proportionnelle valable pour chaque corps pris isolément : « les corps qui ne diffèrent entre eux que par leur densité, sont plus transparents les uns que les autres, précisément en même raison que leur dilatation est plus grande ou en raison inverse de leur densité22 ». Pour mesurer la « transparence de l’atmosphère », il faut donc « découvrir les masses d’air que traversent les rayons de lumière qui nous viennent des astres23 », puis faire appel aux tables établies, tout en adoptant l’idée de Mariotte selon laquelle « les condensations de l’air [sont] exactement proportionnelles aux pesanteurs dont il est chargé24 » ; il compose ainsi une table des masses d’air contenues dans l’atmosphère et des forces qu’a la lumière des astres après avoir traversé ces masses. Dans cette analyse de la gradation de la lumière, l’air intervient en tant que corps traversé et Bouguer imagine les moyens de mesurer l’effet de celui-ci sur celle-là. Or, il n’a pas l’intention de s’en tenir là ; dans la préface, il émet une idée qui ne prend sa valeur qu’après la lecture de l’ouvrage et rejoint notre propos :

13Bien qu’il n’ait pas encore réalisé ces études, il publie son essai parce qu’il a conscience d’être le premier à mesurer la lumière et à marquer « l’entrée d’un chemin qu’il ne restera qu’à suivre ». Son projet d’appliquer à la peinture la mesure de la lumière traversant l’air, qui aboutirait à une table de la dégradation des couleurs selon l’éloignement, témoigne du désir de fournir un savoir scientifique précis à la perspective aérienne ;ainsi,il vabien au-delàdupropos tenupar l’académicien sur La Hyre, le fait que cela soit resté à l’état de projet n’étant pas notre préoccupation pour l’instant.

  • 26 André Félibien, Entretiens, Paris, chez Coignard, 1679, p. 24.
  • 27 Watelet,Dictionnaire, tome I, p. 44.

14L’idée de mesurer la gradation des couleurs pour servir la perspective aérienne trouve probablement son modèle dans le fondement optico-géométrique de la perspective linéaire, en dépit de leur différence étant donné l’origine et la nature mathématiques de celle-ci. En ce qui concerne la perspective aérienne, il faut savoir que la tendance scientifique dont nous traitons coexiste avec une tendance qui doute que cette partie de la peinture puisse s’endetter envers quelque savoir annexe que ce soit.Telle est l’opinion défendue parAndré Félibien dans le cinquième de ses Entretiens ; selon lui, contrairement à la perspective linéaire qui a des règles, l’aérienne s’y dérobe car elle dépend de facteurs tropmultiples, « de la disposition de l’air, de la lumière qui les éclaire, & encore de la force même des couleurs26 ». L’immensité des calculs à prévoir a peutêtre empêché Bouguer de les réaliser mais pas de les imaginer. Dans l’article AIR de son Dictionnaire,Watelet analyse la perspective aérienne avec une précision qui n’aurait pas déplu à Bouguer. Après avoir affirmé que l’air « produit sur l’apparence des corps, les effets les plus marqués et les plus intéressants pour l’Artiste qui veut imiter exactement cette apparence », il énumère les actions des « atomes que nous appelons invisibles » : « adoucir la teinte des objets, joindre à leurs couleurs propres, des nuances qui lui appartiennent [la nuance éthérée], rendre enfin les formes plus ou moins caractérisées, plus ou moins indécises27.

  • 28 Ibid., p. 45.
  • 29 Ibid., p. 48-49.
  • 30 Ibid., p. 45.
  • 31 Histoire, tome I, consacré à l’année 1679, édité en 1723, p. 278.

15 » Le peintre doit considérer attentivement quatre facteurs, « la vaguesse de l’air, sa légèreté, sa transparence ; enfin cette nuance éthérée […] qui modifie toutes les couleurs et l’éclat même de la lumière28» ; la vaguesse adoucit les contours parce qu’elle résulte de « l’ondulation continuelle des globules imperceptibles de l’air » ; la transparence de l’air, qui permet de voir les objets, les couvre « d’un léger voile » selon « l’interposition plus ou moins considérable de l’air » ; la légèreté dépend des « vapeurs » ou « légers brouillards » que contient l’air.29 CertesWatelet ne mène pas plus avant son explication scientifique et s’intéresse essentiellement à la démarche du peintre, mais l’énumération des quatre facteurs suppose le phénomène analysable et ne nie pas a priori la possibilité d’une quantification.De plus, il se réfère à des données dont les savants se préoccupent. Par exemple, quand il écrit que la couleur de l’air est un « léger azur »30 qui « s’observe dans les lointains » et domine souvent « sur la couleur des montagnes », il reprend un propos tenu dans l’Histoire de l’Académie des sciences qui renvoie lui-même à un énoncé de Mariotte cité au début de notre étude : « M. Mariotte prétendait qu’il est bleu,mais cette couleur ne peut paraître qu’au travers d’une grande épaisseur. C’est par cette raison, selon lui, que les hautes montagnes éloignées paraissent bleuâtres, et que le ciel nous paraît bleu31. »

  • 32 Enc., IV, 1051b.
  • 33 Enc., IV, 1051b.
  • 34 Enc., IV, 1052a.
  • 35 Enc., IV, 1052b.

16Bien que l’article de Watelet se caractérise moins par une explication physique du phénomène de la perspective aérienne que par la désignation de l’existence de cette explication, il est plus précis que Perspective aérienne de de Jaucourt dans l’Encyclopédie. On a vu plus haut que ce dernier rend compte du phénomène en établissant un rapport inverse entre la longueur de la colonne d’air qui sépare l’objet de l’oeil et la force du rayon qui va de l’objet à l’oeil (plus la colonne d’air est longue, moins le rayon sera fort). Or, cette explication paraît sommaire si on la compare à celle que produit Formey dans Distance apparente des objets également de l’Encyclopédie. Parmi les six facteurs de la perception de la distance, le quatrième est « la force avec laquelle les couleurs des objets agissent sur nos yeux32 ». Or, en le développant, Formey expose un débat. Pour certains, la force de la couleur sur nos yeux « doit être en raison réciproque doublée de leur distance33 » car telle est la mesure à laquelle la lumière décroît.Mais d’autres opposent l’objection suivante : s’il est vrai que la force de la lumière diminue avec la distance, il l’est aussi que la grandeur de l’image rétinienne décroît en même proportion ; en conséquence, ces deux facteurs s’annulent ; de là, l’objet devrait paraître toujours aussi lumineux à diverses distances. Or cela ne se vérifie pas, il faut donc supposer qu’un autre facteur intervient, le milieu traversé. La lumière diminue « proportionnellement à l’opacité du milieu à travers lequel [le faisceau lumineux] passe » ; ce milieu étant l’air impur, la force de la lumière décroît en le traversant : « les objets doivent toujours paraître moins lumineux et plus teints de la couleur du milieu à travers lesquels ils sont aperçus34 ». Puis Formey conclut : « C’est en suivant ce principe, que les habiles peintres représentent sur un même plan des objets à diverses distances, en augmentant ou en diminuant la vivacité des couleurs, selon qu’ils ont dessein de les faire paraître plus proches ou plus éloignés35. » Notre attention est retenue moins par ce bilan, bien banal, que par le débat sur les causes, autrement subtil, et auquel pourtant de Jaucourt ne s’est pas intéressé.

17De Jaucourt signale que le phénomène à la base de la perspective aérienne s’explique scientifiquement, mais il le fait de façon moins méthodique que Watelet dans son Dictionnaire et surtout en ne tenant pas compte des informations que contient l’Encyclopédie. En fait, les articles sont juxtaposés : aucune relation n’est établie entre le long article AIR et l’entrée Air en peinture que nous avons citée plus haut, notamment en ce qui concerne la perspective aérienne. Comment comprendre cette absence de lien d’autant plus surprenante que, comme nous l’avons vu, l’assise scientifique de la perspective aérienne a été envisagée ?

18La perspective aérienne entretient avec l’étude de l’air une relation distante parce que, aux xviie et xviiie siècles, la mesure de la couleur se heurte à des difficultés et que l’air est un objet d’étude problématique, comme le montre la contribution d’Alain Coste. Dans l’article de l’Encyclopédie, D’Alembert en effet distingue deux airs, le « vulgaire ou hétérogène » et le « propre ou élémentaire » ; d’une part « [l]’air élémentaire, ou air proprement dit, est une matière subtile, homogène et élastique, qui est la base, pour ainsi dire, et l’ingrédient fondamental de tout l’air de l’atmosphère, et qui lui donne son nom » ; d’autre part :

  • 37 Mariotte aussi distingue l’air de ce qui s’y trouve : « On ne doit pas dire aussi que l’air soit co (...)
  • 38 Enc., I, 226a.

19Les substances hétérogènes viennent soit des corps célestes, soit de la terre37. Partant du constat selon lequel l’atmosphère est la seule réalité à laquelle l’homme a accès, même si sa base est composée d’air élémentaire (« cet air n’existe nulle part pur de tout mélange »), D’Alembert tire une conclusion lourde de conséquences : « il n’y a pas moyen d’examiner l’air seul et épuré de toutes les matières qui y sont mêlées38 ».

  • 39 Enc., I, 233a.
  • 40 Enc., I, 234a.
  • 41 Enc., I, 226a.

20Mais il y a plus ; l’air est instable : « En effet, le degré de chaleur, la gravité de l’air ; et conséquemment son élasticité et son expansion ne restant jamais les mêmes pendant deux minutes de suite, il faut nécessairement qu’il se fasse dans tous les corps une vibration, ou une dilatation et contraction perpétuelles39. » Comment analyser un élément aussi variable, comment faire abstraction de ses substances hétérogènes ? D’Alembert n’en vient-il pas à comparer l’air qui nous entoure à « un chaos et un assemblage de toutes les espèces de corps créés40 » ? L’air à l’état pur n’existant nulle part, sa connaissance ne semble-t-elle pas hors de portée.D’ailleurs, tout en prenant acte des savoirs acquis, D’Alembert constate leur limite : « quant à la nature et la substance de l’air, nous n’en savons que bien peu de choses41 » ; et la description de l’atmosphère chaos augure mal de l’avenir. Au milieu du siècle, comme l’a montré Rémi Franckowiak dans sa contribution, on change de conception : l’air n’est plus considéré comme un corps simple mais comme mélange fractionnable en gaz aux diverses propriétés ; à l’étude de ce supposé élément dont on découvre l’inexistence, se substitue l’analyse de ses constituants chimiques. Par conséquent, l’article de l’Encyclopédie est l’un des derniers énoncés à soutenir encore l’existence d’un air élémentaire et à qualifier d’hétérogène l’air atmosphérique qui se révèlera le seul existant.

  • 42 Par exemple Godin pour la Table des mémoires (1660-1730) en 1730, ou Demours pour la Table des mati (...)
  • 43 On peut en trouver un autre signe les Nouvelles expériences du vide avec la description des machine (...)
  • 44 Histoire, tome I, consacré à l’année 1679, édité en 1723, respectivement p. 270 et 271.
  • 45 Histoire, tome II, consacré à l’année 1696, édité en 1733, p. 267.

21Cette évolution m’a paru sensible dans l’Histoire de l’Académie des sciences. Quand, dans l’ensemble des tables, j’ai voulu repérer lesmémoires qui concernent l’air, il m’a semblé qu’une évolution se dégageait; certes, les tables ne sont pas toutes établies ni par le même auteur,ni selon les mêmes principes42, mais une courbe s’esquisse que nousallons suivre grâce à quelques exemples. D’abord, dans les premiersvolumes, la nouveauté de cette étude s’impose43.Ainsi, le tome I consacréà l’année 1679 contient un mémoire « Sur la nature de l’air », élémentdont la connaissance est récente, précise-t-on ; certaines remarquesébauchent une explication scientifique de la perspective aérienne, parexemple « l’air qui touche la surface de la Terre est le plus condensé,puisqu’il est chargé du poids de tout l’air supérieur44 ». Le tome IIrapporte aussi une étude faite en 1696 « Sur la pesanteur et le ressort del’air45 ».

  • 46 Histoire, tome à l’année 1703, édité en 1705, p. 101.

22Suit une phase d’approfondissement, où l’on s’interroge, par exemple, sur les conséquences de certaines propriétés de l’air ; ainsi dans le tome consacré à l’année 1703, Amontons envisage que des tremblements de terre puissent être causés par le ressort de l’air, hypothèse déductible du fait « que nous ne connaissons point encore les bornes de la condensation de l’air, non plus que de sa dilatation […]46 ». En 1711, sous le titre « Sur la cause de la variation du baromètre », un débat est mené sur le poids de l’air quand il pleut. Le 19 avril 1719, Mairan prononce un « Mémoire sur la cause générale du froid en hiver et de la chaleur en été » où certaines analyses éclairent indirectement la perspective aérienne ; il commence par décrire comment les rayons lumineux, en traversant l’air, s’affaiblissent en fonction de la longueur du trajet parcouru. Puis il fait intervenir les substances qui flottent dans l’air voisin de la terre :

23Le débat suscité par cette explication est rapporté dans la partie « Histoire » du volume consacré à l’année 1721. Enfin s’amorce dans les années cinquante un courbe descendante : le terme air disparaît des tables dès 1758, ce dont il ne faut pas tirer de conclusion sans nuance puisque, comme me l’a signalé Christine Lehman, en 1766 paraît un traité sur l’air de de Machy, intitulé L’air du chimiste.

  • 48 Histoire de l’Académie Royale des Sciences et Belles Lettres de Berlin, tome X consacré à l’année 1 (...)

24De même, on peut citer, dans l’Histoire de l’Académie royale des sciences et belles lettres de Berlin, en 1753, dans la « Classe de philosophie expérimentale», un mémoire de Sulzer (auteur des articles d’esthétique quiseront traduits dans le Supplément), intitulé « Nouvel essai sur la mesuredes hauteurs par le moyen du baromètre 48 » ; ayant perfectionné lesmoyens utilisés par Pascal, il rend compte d’expériences sur la compressionet la dilatation de l’air en fonction de sa température et établit untableau.

25La courbe que nous avons ébauchée permet de comprendre que, après avoir fourni des résultats qui soulèvent l’enthousiasme, l’étude de l’air, notamment celle de sa composition, est si difficile à mener à cause de sa complexité et de sa variabilité qu’elle conduit à repenser la nature de ce supposé élément. Les problèmes posés par l’étude de l’air et par la mesure de ses effets constituent l’une des raisons pour lesquelles la perspective aérienne est peu adossé aux énoncés produits par les savants.

  • 49 C.-H.Watelet,Dictionnaire, tome I, p. 49.

26Certes, contrairement à ce qu’ont rêvé certains savants, un faisceau de facteurs freine la connaissance de l’air et empêche d’obtenir des tables précises et fiables qui auraient été nécessaires pour servir la perspective aérienne ; néanmoins, symétriquement, dans les discours sur la peinture, non seulement la tradition de la réticence à la mesure mathématique se perpétue parallèlement à la valorisation de l’appréciation « à l’oeil » (l’un des enjeux étant de laisser la peinture au peintre et de lui reconnaître un savoir spécifique), mais encore un obstacle majeur est constitué par une règle spécifique explicitée par Watelet. Dans l’article AIR de son Dictionnaire, après avoir conseillé au peintre d’observer la nature, il précise en quoi consiste la spécificité picturale de cette activité. Il part d’un constat que nous avons rencontré aussi chez les savants ; les nuances de la perspective aérienne sont en nombre tel qu’il vaut mieux renoncer à leur étude méticuleuse : « On ne peut entrer dans les détails d’effets que produisent les vapeurs habituelles, ou ces légers brouillards qui modifient l’air et qui lui donnent une couleur plus ou moins sensible. » En conséquence, l’objet de l’observation par le peintre change : celui-ci ne doit pas être attentif à chaque phénomène en particulier, mais au contraire aux seuls phénomènes récurrents, aux « effets qui se présentent le plus souvent les mêmes dans certaines heures du jour, dans certaines saisons 49 ». L’artiste ne s’intéresse pas à la nature telle qu’elle se présente dans son immense variété, mais à ses aspects fréquents : il ne copie pas la réalité, il représente une construction faite à partir d’un choix ; le critère de sélection étant la fréquence, l’élaboration qui en résulte est une sorte de réduction, qui n’est pas d’ailleurs sans rapport avec celle qui, de la diversité des phénomènes physiques, tire une règle.

27La finalité de la règle picturale n’est pas d’atteindre la plus grande extension possible comme dans les sciences mais de demeurer dans les limites de la vraisemblance ; comme la vraisemblance est ce que le spectateur s’est habitué à voir, ses limites sont celles de l’expérience supposée du spectateur :

28Ainsi, la vérité picturale qui est la vraisemblance n’est pas la vérité physique, tirée de la réalité qu’observe et étudie le savant.Watelet, après avoir commencé son article en rapprochant l’artiste et le savant dans une commune et paradoxale sensibilité à la visibilité de l’air, finit en opposant les deux régimes de vérité auxquels chacun aboutit et qui dépendent de leur finalité respective, le savoir pour l’un, quel que soit l’écart qu’il entretient avec les idées reçues, et la conformité à l’habitude pour l’autre. La peinture, qui au départ est un champ du savoir, ne doit être à la fin qu’une confirmation de ce que le supposé spectateur connaît déjà : la vraisemblance ainsi conçue interdit l’exploration. Le propos de Watelet éclaire ce qui, dans l’Encyclopédie, se fait sentir sans se dire dans AIR et Air en peinture, mais que de Jaucourt explicite dans Perspective en peinture :

29En fin de compte, la perspective aérienne est un phénomène dont la science rend compte de façon générale et vague mais suffisante pour le but que la peinture se fixe, non la découverte de la vérité mais la représentation de la vraisemblance.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Edme Mariotte, abbé, L’Essai sur la nature de l’air, dans OEuvres, La Haye, 1740, 2 vol. in 4°, tome I, p. 149. L’Essai sur la nature de l’air date de 1676.

2 C.-H. Watelet et p. -C. Lévesque, Dictionnaire des arts de peinture, sculpture et gravure, chez L. F. Prault, Paris, 1792, tome I, p. 44, abrégé en Dictionnaire.

3 Mariotte, p. 181.

4 Ibid., p. 307.

5 Enc., XII, 436b.

6 C.-H.Watelet,Dictionnaire, tome I, p. 51.

7 Suppl., I, 178a.

8 Enc., XII, 436a.

9 Il faut rappeler que, après la querelle des Poussinistes et des Rubinistes qui marque la vie de l’Académie Royale de Peinture des années 1670 à la fin du xviie siècle, le xviiie siècle adopte une conception coloriste de la peinture, héritée de de Piles : ce n’est pas le dessin mais le coloris qui, composé des couleurs et du clair-obscur, constitue la spécificité de cet art.

10 Enc., IV, 333a.

11 Enc., III, 658b.

12 Enc., XII, 436a.

13 Eloge de M. de la Hire, dans Histoire de l’Académie des Sciences depuis l’année 1666 jusques et y compris l’année 1787, in 4°, 112 volumes, s.l. n.d., volume consacré àl’année 1718, Paris, 1719, p. 76-89.Abrégé en Histoire.

14 Ibid., p. 76.

15 Ibid., p. 86.

16 Bouguer, « Epistre », Essai d’optique sur la gradation de la lumière, à Paris, chez Claude Jombert, 1729, non paginé.

17 Ibid., p. 2.

18 Ibid., p. 4.

19 Ibid., p. 21.

20 Ibid., p. 25.

21 Ibid., p. 34.

22 Ibid., respectivement p. 62 et 56.

23 Ibid., p. 146.

24 Ibid., p. 153.

25 Ibid., préface non paginée.

26 André Félibien, Entretiens, Paris, chez Coignard, 1679, p. 24.

27 Watelet,Dictionnaire, tome I, p. 44.

28 Ibid., p. 45.

29 Ibid., p. 48-49.

30 Ibid., p. 45.

31 Histoire, tome I, consacré à l’année 1679, édité en 1723, p. 278.

32 Enc., IV, 1051b.

33 Enc., IV, 1051b.

34 Enc., IV, 1052a.

35 Enc., IV, 1052b.

36 Enc., I, 225a.

37 Mariotte aussi distingue l’air de ce qui s’y trouve : « On ne doit pas dire aussi que l’air soit composé des vapeurs et des poussières qui y sont diluées […] »,OEuvres, 1740, p. 180.

38 Enc., I, 226a.

39 Enc., I, 233a.

40 Enc., I, 234a.

41 Enc., I, 226a.

42 Par exemple Godin pour la Table des mémoires (1660-1730) en 1730, ou Demours pour la Table des matières contenues dans l’histoire et les mémoires de l’Académie des Sciences depuis l’origine jusques et y compris 1740, Paris, 1747, 10 vol. in 4°.

43 On peut en trouver un autre signe les Nouvelles expériences du vide avec la description des machines qui servent à le faire, dans l’ouvrage de Denis Papin,Expériences du vide, à Paris chez Jean Cusson, 1674. Pour une esquisse générale, on se reportera àl’Histoire générale des Sciences, sous la direction de René Taton, Paris, PUF, 1957-8,tome II « La Science moderne ».

44 Histoire, tome I, consacré à l’année 1679, édité en 1723, respectivement p. 270 et 271.

45 Histoire, tome II, consacré à l’année 1696, édité en 1733, p. 267.

46 Histoire, tome à l’année 1703, édité en 1705, p. 101.

47 Histoire, tome consacré à l’année 1719, édité en 1721, p. 113-114.

48 Histoire de l’Académie Royale des Sciences et Belles Lettres de Berlin, tome X consacré à l’année 1753, à Berlin chez Haude et Spener, 1755, p. 114-123.

49 C.-H.Watelet,Dictionnaire, tome I, p. 49.

50 Ibid., p. 49-50

51 Enc., XII, 437a.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabeth Lavezzi, « Perspective aérienne et science de l’air », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 44 | 2009, 149-162.

Référence électronique

Elisabeth Lavezzi, « Perspective aérienne et science de l’air », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 44 | octobre 2009, document 12, mis en ligne le 13 octobre 2009, consulté le 28 mars 2017. URL : http://rde.revues.org/4571 ; DOI : 10.4000/rde.4571

Haut de page

Auteur

Elisabeth Lavezzi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org