Navigation – Plan du site
Sur un Air d’Encyclopédie
10

Airs, en terme de Manège. La fabrique des articles consacrés à l’art équestre dans l’Encyclopédie

Frédéric Magnin
p. 117-136

Résumés

L’art équestre occupe une place importante dans l’Europe des Lumières. Les académies enseignent aux jeunes nobles une équitation de dressage très savante, bien loin des exigences de la guerre. Le cheval achevé et l’académiste accompli y exécutent des airs de manège plus ou moins relevés. Parallèlement, la production des oeuvres équestres connaît un essor sans précédent dans la seconde moitié du xviiie siècle. L’Encyclopédie reflète cet essor et propose un corpus considérable, par ordre alphabétique, sur le cheval et son utilisation, et bien évidemment sur les airs de manège. Dans l’Encyclopédie l’article « AIRS, en terme de Manège » se trouve bien loin de l’article AIR et de ses entrées. Rien ne justifie cependant cette déconnection, si ce n’est le choix fait ici d’utiliser le pluriel. C’est que l’étymologie du terme est moins évidente qu’il n’y paraît. Entend-on par « airs » les attitudes ou les allures du cheval ? les mouvements que lui fait exécuter l’écuyer au-dessus du sol ? ou bien y a-t-il une analogie avec la musique et la danse ? L’article AIRS et ses renvois offre l’occasion d’explorer la place de l’art équestre proprement-dit dans l’Encyclopédie. Le bilan est très contrasté, la compilation l’emportant largement sur la création. Outre l’hétérogénéité de forme et de fond qui résulte des vicissitudes éditoriales, ce qui frappe bien souvent, c’est la prise en compte tardive des auteurs contemporains comme La Guérinière. La contribution de Bourgelat fait exception, de même que le recueil de planches publié en 1769. Le retard est finalement comblé dans la Méthodique, quoique l’hétérogénéité demeure. En revanche les trois planches publiées dans cette édition mettent en avant les principes qui seront suivis à Saumur au siècle suivant.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 J.-P.Digard, Une histoire du cheval, art, techniques, société, Actes Sud, Arles, 2004.
  • 2 Dès 1677 Solleysel pouvait écrire « Je n’ai point aussi voulu traiter des Airs, ou manèges relevés, (...)

1Jean-Pierre Digard1 a montré la spécificité de l’Europe des Lumières dans l’histoire de la culture équestre, puisqu’elle était devenue un modèle original de « société à écuyers » dans laquelle s’était développée une équitation de dressage très savante qui n’avait plus grand-chose à voir avec la préparation au combat, bien que les académies d’équitation, chargées de l’éducation des jeunes nobles, aient pu continuer longtemps à le faire croire pour justifier de leur utilité2. Pendant cette période l’équitation s’éleva au rang d’un véritable « art équestre » où l’école française s’illustra tout particulièrement avec des écuyers comme La Guérinière (1688-1751) et Dupaty de Clam (1744-1782), dont l’influence est encore durable en France et à l’étranger.

  • 3 Voir en particulier D. Roche, « Les chevaux des philosophes : livres, culture équestre et société a (...)
  • 4 Baron de Bohan, Examen critique du militaire françois,Tome troisième,Genève, 1781, p. 37.
  • 5 Mottin de la Balme, Essais sur l’équitation, ou Principes raisonnés sur l’art de monter et de dress (...)

2De son côté Daniel Roche a parfaitement décrit, dans plusieurs ouvrages et articles3, les relations entre les livres, cette culture équestre, et la société à l’époque moderne. Avec 892 articles consacrés aux Equidés, l’Encyclopédie semble refléter largement l’essor de la production des oeuvres équestres dans la seconde moitié du xviiie siècle. Plus précisément, elle avait reproduit, si ce n’est amorcé, en son temps, un changement de la stratégie éditoriale au profit des brochures et des petits formats, a priori plus accessibles aux amateurs que les in-folio sur lesquels pourra ironiser le très critique et pragmatique baron de Bohan4. Avec l’Encyclopédie, c’est tout un corpus par ordre alphabétique sur le cheval, sa production, ses soins et son utilisation qui est mis à la disposition de l’amateur de chevaux. Dans ce corpus, la proportion consacrée à l’art équestre, aux « airs » et au manège occupe une place à peine moins importante que dans la production imprimée du siècle (24 %), expression de cette « société à écuyers » encore considérable. De savants écuyers militaires commeMottin de la Balme (1773) ou le baron de Bohan (1781) puisent largement dans l’Encyclopédie. Cela ne fait aucun doute ; ils y font référence pour des articles relatifs à différents domaines de la connaissance.Cependant, dans ses Essais sur l’équitation5,Mottin préfère négliger de faire connaître les erreurs qu’il a trouvées dans le « Dictionnaire Encyclopédique de France » et dans « celui d’Yverdun », parce que « les jeunes gens qui désirent s’instruire dans l’Art de dresser les chevaux ne lisent pas trop ces livres ». La disposition alphabétique des articles ne répondait peut-être pas à l’attente de ce lectorat à la recherche de manuels pratiques facilement consultables, et ce défaut sera en grande partie corrigé par le compromis réalisé par la Méthodique en 1786.Cependant, par-dessus tout, la majorité des cavaliers a toujours eu une certaine aversion pour une érudition qui ne lui paraît pas indispensable à l’exécution. D’où cet avertissement de l’auteur du volume Arts académiques de la Méthodique : « Il serait inutile de réfuter ici l’ancien préjugé, qu’on n’a besoin que de pratique pour conduire un cheval. Il ne pouvait régner que dans un temps où l’art était peu connu. Il l’est généralement aujourd’hui, & on ne doute plus qu’il ne faille le connaître pour le pratiquer. »

3Que l’Encyclopédie ait contribué ou non à une large divulgation de la science de l’équitation, il reste qu’elle constitue un état de l’art élaboré, utilisé et discuté par les philosophes à cheval dans leur effort de réflexion sur l’équitation et l’organisation de la cavalerie entre la guerre de Sept Ans et la Révolution. Effort de réflexion, analyses critiques et propositions de réformes dont l’influence se prolongera au moins jusqu’au milieu du xixe siècle. Il a donc semblé intéressant d’examiner, en prenant comme point de départ l’article AIRS et ses différents renvois, comment cet art équestre élevé à son apogée avait laissé son empreinte dans l’Encyclopédie, la maîtrise des airs de manège par les chevaux et leurs écuyers étant censée représenter l’aboutissement de l’équitation académique. Mais le corpus consacré à l’art équestre, comme les autres corpus que l’on pourrait extraire de l’Encyclopédie, est loin d’être homogène.

4Elaboré sur plus de deux décennies par des collaborateurs bien différents et plus ou moins disponibles, dont l’enthousiasme a pu varier, il porte à la fois les marques et les défauts de sa fabrique. A plusieurs reprises il n’est même que la compilation plus ou moins heureuse des dictionnaires qui ont été mis à la disposition du public depuis la fin du xviie siècle. Il était donc important d’analyser la manière dont les articles ont été élaborés et de replacer ce corpus particulier dans la filiation des dictionnaires d’équitation des xviie et xviiie siècles.

Qu’est-ce qu’un air de manège ?

  • 6 A. Laurioux et G.Henry, Les hauts lieux de l’art équestre, Paris, Belin, 207 p. 
  • 7 La Guérinière, Ecole de cavalerie, Paris, Collombat, 1733.

5Il est d’abord nécessaire de rappeler ce qu’on entend par « air de manège », le terme n’étant plus guère usité de nos jours, si ce n’est par les écuyers ou les amateurs qui s’intéressent particulièrement aux fondements de l’équitation dite « de tradition française ». C’est le cas dans un ouvrage récent6 consacré aux quatre écoles d’équitation européennes « considérées, dans le monde entier, comme les héritières d’une « tradition équestre » dans ce qu’elle a de plus artistique, de plus accompli et de plus noble ». Cette tradition équestre dont se réclament aujourd’hui les écoles deVienne, Saumur, Lisbonne et Jerez n’est autre que « l’ancienne équitation » issue de l’équitation italienne du xvie siècle et dont l’apogée aurait été l’Ecole de Versailles au xviiie siècle. Comme le soulignent l’iconographie et les textes de l’ouvrage cité, les airs, et principalement les airs relevés, y occupent une place centrale.Quoiqu’ils aient pu évoluer selon les écoles et s’éloigner plus ou moins de leurs codes originels, la classification qui en est donnée reste celle de La Guérinière en 17337. Bernard Chiris a tenté, quant à lui, dans son manuel d’équitation, d’actualiser la définition des airs :

6Cependant, comme nous le verrons, ces définitions des airs, du moins dans leur acception la plus large, ne sont pas très éloignées de celles du xviiie siècle et de l’Encyclopédie.

Un terme de manège aux origines obscures

  • 9 E. Chambers, Cyclopædia, or, An universal dictionary of arts and science, The First Volume, London, (...)
  • 10 F.-A. de Garsault, Le nouveau Parfait maréchal, Paris,Despilly, 1741.
  • 11 Dictionnaire universel françois et latin,Tome premier, Nancy,Antoine, 1734, p. 243.

7L’article AIRS, en terme de manège, occupe une place singulière dans l’Encyclopédie. Dans le corps de l’ouvrage comme dans la table de Mouchon, l’article consacré aux airs de manège se trouve après AIRAIN, AIRE et AIRELLE, par conséquent bien loin de l’article AIR qui constituait le coeur des préoccupations du présent ouvrage. Rien ne justifie cependant cette déconnection, si ce n’est l’usage du pluriel qui, quoique fréquent dans les dictionnaires tant anciens que modernes, n’est pourtant ni obligatoire ni propre aux airs de manège. Ne dit-on pas « ce cavalier a bien rencontré l’air de ce cheval » ou bien « ce cheval prend l’air des courbettes » tandis qu’on parlera aussi bien, en terme de musique, des « airs de nos opéra » ou des « airs pathétiques » ? Airs est ici mis au pluriel simplement parce que deux des trois ouvrages consultés par les encyclopédistes l’avaient déjà adopté : Chambers (1728)9 et Garsault (1741)10. Le dictionnaire de Trévoux11 soulignait seulement à l’article Air : « On dit au pluriel, qu’un cheval a les airs relevés. »

8Appliqué à l’art équestre, le terme lui-même présente des origines obscures et une polysémie qui ne le distingue pas, de ce point de vue, des autres sens ou définitions qui lui sont donnés, par exemple en musique. Ecuyers et spécialistes de la culture équestre se perdent en conjectures lorsqu’ils tentent, implicitement, de préciser le sens du mot en fonction de ses origines.

  • 12 Decarpentry, cité par D.Diogo de Bragance, L’équitation de tradition française, Paris, Le Livre de (...)

9Ce terme serait-il relatif à l’attitude du cheval, à son apparence dans le mouvement, à son (ses) allure(s), c’est-à-dire à la manière de se mouvoir ? C’est la signification à la fois la plus évidente et la plus fréquemment exprimée ; c’est celle que retient, semble-t-il, l’Encyclopédie : « tous les mouvements, allures & exercices qu’on apprend au cheval de manège ». Air devient alors pour ainsi dire synonyme de manège, comme à l’article ACHEVER : « Cheval achevé, est celui qui est bien dressé, qui ne manque point à faire un certainmanége, qui est confirmé dans un air ou un manége particulier. » C’est également le sens que donnent les écuyers du xxe siècle quand ils le définissent comme « la stylisation des allures naturelles12 ». Il y a cependant une différence de degré considérable entre AIRS et Apparence, cette dernière faisant seulement référence à la beauté du cheval au repos, beauté parfois trompeuse et qui ne laisse en tout cas pas préjuger de la capacité du cheval à être dressé aux airs : « Apparence, belle apparence, (Manége.) se dit ordinairement d’un cheval qui, quoiqu’il paroisse très-beau, n’a cependant pas beaucoup de vigueur,& quelquefois même point du tout : on dit, voilà un cheval de belle apparence. (V) »

10Cette première signification n’est pourtant pas si évidente pour bon nombre d’auteurs du xviie siècle qui n’hésitent pas, en restreignant l’usage du terme air aux seuls airs relevés, à le relier au fluide gazeux, ou du moins à l’espace au-dessus du niveau du sol. Tel Antoine de Pluvinel qui instruisit le roi Louis XIII en l’exercice de monter à cheval. Il entrevoyait même là une symbolique qui illustre parfaitement le rôle des académies d’équitation dans la formation des élites :

  • 14 R. de Menou, Seigneur de Charnizay, La pratique du cavalier ou L’exercice de monter à cheval, Paris (...)
  • 15 Delcampe, L’art de monter à cheval, pour élever la noblesse dans les plus beaux Airs du Manege, Par (...)

11Interprétation par défaut reprise presque sans hésitation par Menou de Charnizay, disciple et ami de Pluvinel, dans un chapitre intitulé Qu’il y a de diverses sortes d’Airs et pourquoi on appelle l’action que fait le cheval en maniant, Air : « … toutes lesquelles actions le cavalier a nommées airs, & a pris ce nom-là de l’élèvement que fait son Cheval en l’air,& dit-on celui manier, du plus bel air qui s’en approche le plus près, & qui s’élève le plus haut ; qui est, comme j’estime, la raison pour laquelle on se sert de ce nom, Air14. » Proposition répétée enfin par Delcampe quelques décennies plus tard, mais avec des termes presque identiques : « …on appelle cette façon de Manège Air, d’autant que le cheval s’élève en l’air,& celui qui s’élève le plus haut, doit selon ma croyance être dit le plus beau15. » Pierre Bayle n’écrivait-il pas que « les bêtes ont une posture qui leur fait regarder la terre » tandis que l’homme est naturellement tourné vers son Créateur ? Dans ce cadre de pensées et de croyances on comprend parfaitement l’importance des airs relevés pratiqués par des modèles de chevaux très anthropomorphiques, « portant en beau lieu », c’est-à-dire ayant l’encolure élevée et gardant la tête haute.

  • 16 Enc., I, 237a.
  • 17 « Quiconque n’a l’esprit à la musique ne sera jamais bon cavalier, d’autant qu’un cheval bien dress (...)
  • 18 W. Cavendish, Duke of Newcastle, A General System of Horsemanship, New York,Winchester Press, 1970, (...)
  • 19 Voir p. Franchet d’Espèrey,Lamain dumaître.Réflexions sur l’héritage équestre, Paris,Odile Jacob, 2 (...)
  • 20 E. LeGuin, Man and Horse in Harmony in The Culture of the Horse, Status, Discipline, and Identity i (...)
  • 21 Enc. II, 46a.
  • 22 C.-F. Menestrier, Traité des tournois, ioustes, carrousels, et autres spectacles publics, Lyon,Mugu (...)

12On peut enfin pressentir un troisième sens, curieusement un peu oublié par Pluvinel et ses continuateurs, et qui me conduit à évoquer les interrogations de J.-J. Rousseau dans son article Air, en Musique16 à propos du mot latin æra qui désignait originairement le nombre ou la mesure du chant avant de désigner le chant même, et d’où est venu le mot français Air et le mot italien Aria. Des écuyers de l’époque classique ne se privent pas, cependant, de rapprocher musique et art équestre. « We are at present speaking of musick, and he that has not a musical head can never be a good horseman.A horse well dressed moves as true, and keeps as regular time as any musician can17 » affirme le duc de Newcastle18. Quant à Cesare Fiaschi, écuyer de la Renaissance, il avait introduit des notations musicales dans son traité « pour tenter de restituer à l’image quelque chose du mouvement du cheval et du cavalier, la notion de cadence19 ». Ces liens entre la musique et les airs relevés de l’équitation ancienne, récemment analysés par la musicologue E. LeGuin20, sont parfaitement soulignés dans l’article Ballets de chevaux de l’Encyclopédie21. En fait c’est un texte tiré de l’ouvrage de Claude-François Menestrier, Traité des tournois, ioustes, carrousels, et autres spectacles publics, publié à Lyon en 166922.Ce texte, consacré aux « ballets de chevaux », montre de façon très explicite le lien entre airs de manège, danse et airs de musique.

  • 23 Ce n’est pas le cas de Charles Thiroux : « On peut, donc, assimiler les allures artificielles du ch (...)
  • 24 Enc., V, 388a.

13Si les écuyers du xviiie siècle semblent avoir, en partie du moins23, oublié ce rôle artistique des airs relevés et leur lien avec le spectacle musical, leur vocabulaire continue cependant – mais je n’ai pas la place de le développer ici – à décrire les allures des chevaux avec des termes qui sont parfois communs à lamusique et aumanège, comme par exemple dans cet extrait de l’article FALCADE24 de Bourgelat :

14Pour renforcer cette démonstration je renvoie le lecteur aux articles Cadence Cabriole, Contre-tems, ECOUTÉ, Pirouette, Terre a Terre, Tems etc. qui sont des termes de manège mais aussi de danse et/ou de musique.

La genèse de l’article Airs, de ses renvois, et des termes de manège en général

  • 25 Bien entendu les termes de manège ne sont pas répartis également entre les lettres de l’alphabet, c (...)

15Revenons à la genèse de l’article AIRS et de ses renvois. Sont analysés dans la figure 1 les articles de l’Encyclopédie concernant le Manège au sens large du terme, c’est-à-dire comprenant la maréchalerie, l’hippiatrique, les soins aux chevaux etc.On a distingué trois phases dans la succession des collaborateurs à l’Encyclopédie qui se sont remplacés sur ce thème.La première phase correspond à la période 1751-1755 pour laquelle Antoine Eidous a fourni la majorité des articles pour les lettres A-D. La seconde correspond principalement au travail de Claude Bourgelat de 1755 à 1757 pour les lettres E-G. La troisième phase est celle des contributeurs (principalement Louis de Jaucourt) qui ont tenté de suppléer le départ de Bourgelat. On remarque instantanément la masse d’articles compilée par Eidous, le grand nombre d’articles, souvent originaux,donnés par Bourgelat pour seulement quatre lettres, et la faible quantité d’articles de compilation, concernant, après Bourgelat, 19 lettres de l’alphabet25.

I. Période Eidous, 1751-1755

16Antoine Eidous avait collaboré avec Diderot avant l’Encyclopédie. Il fut ingénieur militaire en Espagne, puis traducteur et homme de lettres. Il s’est chargé dès le tome 1er de ce qui avait trait au manège, à la maréchalerie et à l’art du blason.Le blason occupe une place importante dans sa production (38 %), mais inférieure cependant aux matières équestres (61 %).Les articles sont généralement courts ou très courts. Ils empruntent aux différents dictionnaires de manège ou de cavalerie disponibles alors, avec parfois des mélanges, mais peu de retouches.

  • 26 Guillet, Les arts de l’homme d’épée, ou le Dictionnaire du gentilhomme, La Haye, Moetjens, 1695, p. (...)

17C’est par conséquent Eidous qui est l’auteur de l’article AIRS de l’Encyclopédie, dont nous pouvons étudier la composition et la genèse (figure 2). Les sources d’inspiration de cet article sont des dictionnaires généraux ou des dictionnaires de manège. Aucune exploitation n’est faite des traités d’équitation du xviiie siècle, en particulier de l’Ecole de cavalerie de La Guérinière. Ceci est d’ailleurs vrai pour tous les autres articles signés (V). Le premier paragraphe est tiré mot pour mot du Dictionnaire des termes de cavalerie extrait du Nouveau Parfait maréchal d’A. Garsault (1741). Mot pour mot, mais avec une erreur qui pourrait éventuellement montrer que les airs de manège anciens sont peu familiers à Eidous (« le pas, le saut » au lieu de « le pas & saut », qui est un air complexe). Le second paragraphe est sans doute une traduction de Chambers qui introduit une certaine confusion dans l’article. Non que cette traduction soitmauvaise.Mais le point de vue adopté par Chambers n’est pas celui de la plupart des auteurs. Dans son Dictionnaire du gentilhomme26 qui a fourni la matière à beaucoup d’autres, Guillet définit la plus ou moins grande étendue du terme « air ». Pour lui, il n’y pas d’ambiguïté : les airs sont essentiellement relevés, mais on peut y inclure le terre à terre, et on peut aussi utiliser ce mot pour parler de la prédisposition naturelle d’un cheval à manier terre à terre. Mais Eidous écrit, en suivant Chambers : « les airs bas sont la démarche naturelle du cheval, telle que le pas, le trot, le galop, & le terre-à-terre ». Or cette phrase est en contradiction totale avec la précédente où il est dit, d’accord avec tous les écuyers, que « le pas naturel d’un cheval, le trot, & le galop, ne sont point comptés au nombre des airs de manège ». Par ailleurs le terre-à terre n’est jamais considéré comme une allure naturelle.

  • 27 (Liger), La Connoissance parfaite des chevaux… augmenté d’un nouveau Dictionnaire de Manège, & d’un (...)
  • 28 (Baron d’Eisenberg), Dictionnaire des termes du manège moderne. Pour servir de supplément à l’Art d (...)
  • 29 « Les chevaux de Manège dans les airs violens pourraient rompre les sangles si elles ne sont bien f (...)
  • 30 Par souci de simplification, j’appellerai souvent « Eisenberg » (1747) leDictionnaire des termes du (...)

18La suite de l’article reprend textuellement une partie de l’article AIR du Dictionnaire de manège de Liger (1741)27 ou bien de celui du Dictionnaire des termes du manège moderne (1747)28 puisqu’ils sont identiques. Trois petites modifications apparaissent. Une phrase très courte a été supprimée : « Airs violens ». C’est une citation tirée de Newcastle dans le dictionnaire de Trévoux (1734)29 qui n’avait plus de sens depuis que Liger l’avait tronquée pour son Dictionnaire de manège (1741). Une autre phrase n’a pas été reprise car elle avait déjà été retenue par Garsault (elle se trouve donc en début d’article).Une troisième phrase, enfin, a été supprimée parce qu’elle faisait double emploi avec la traduction de Chambers. Au total on a affaire à une compilation parfois maladroite, pour un résultat qui semble inférieur à l’article AIR donné par Guillet en 1678. Les autres articles d’Eidous relatifs au manège, et en particulier les renvois de l’article AIRS qu’il a lui-même traités, sont tirés d’» Eisenberg » (1747)30 ou de Liger (1741).

II. Période Bourgelat (1755-1757)

19Claude Bourgelat (1684-1779) collabore à l’Encyclopédie à partir de 1755. Il est présenté dans l’avertissement du tome V :

  • 31 (C. Bourgelat), Le nouveau Newcastle ou Nouveau traité de cavalerie, géométrique, théorique et prat (...)
  • 32 C. Bourgelat, Elemens d’Hippiatrique, ou Nouveaux principes sur la connoissance et sur la médecine (...)
  • 33 J. Proust,Diderot et l’Encyclopédie, Paris,Albin Michel, 1995, p. 22.

20Ecuyer de qualité, il avait publié en 1744 le Nouveau Newcastle31, petit traité d’équitation dont la valeur est unanimement reconnue, et qui sera réédité deux fois au cours du siècle. Mais c’est la publication de ses Elemens d’hippiatrique32 qui lui ont valu d’être nommé correspondant de l’Académie, et probablement de collaborer à l’Encyclopédie. Jacques Proust33 montre que Diderot ne semble pas avoir eu de relations bien amicales avec lui. Mais on trouve ça et là plusieurs mentions élogieuses du futur fondateur des écoles vétérinaires : « Un bon traité d’hippiatrique n’est donc pas l’ouvrage d’un esprit ordinaire ; pour s’en convaincre, on n’a qu’à parcourir ce que M. Bourgelat en a publié dans cet ouvrage [l’Encyclopédie] & dans son Hippiatrique. » Bourgelat pensait bien poursuivre sa collaboration. J’en veux pour preuve les nombreux renvois qu’il avait prévus dans ses articles et qui, souvent, n’ont pas été repris par des successeurs qui n’avaient ni les mêmes compétences ni la même manière d’envisager les choses (ex.UNION). Il semble que le départ de D’Alembert en 1758 ne soit pas étranger à celui de Bourgelat, avec qui il était ami. Il cessa de participer à la rédaction de l’Encyclopédie vers la même époque, mais sans rompre tout contact avec les encyclopédistes.

21Sa production est considérable. Elle est moins dispersée que celle d’Eidous et concerne toujours, de plus ou moins près, le cheval et son utilisation, les articles dédiés au manège proprement dit représentant environ 30 % de l’ensemble. Qualitativement, la contribution de Bourgelat n’a rien à voir avec celle d’Eidous, et ce à plusieurs égards :

221. La compilation d’Eidous était des plus neutres. Le style de Bourgelat est au contraire critique, voire mordant, même à l’occasion d’articles en apparence anodins. Qu’on en juge plutôt avec l’article ETRIVIERE :

  • 35 Enc., VII, 453a à 460a.
  • 36 Mottin de la Balme, Essais sur l’équitation, Paris, Jombert & Ruault, 1773, p. 353-355.

23Ce sens critique, il l’applique parfois à lui-même, reconnaissant avoir, autrefois, suivi à tort les idées de Newcastle à cause d’une déférence trop aveugle et d’un défaut de philosophie, de réflexion et de lumière (voir l’article GALOP35). Les lecteurs du Nouveau Newcastle et de l’Encyclopédie ne s’y trompent pas et perçoivent bien en Bourgelat, non un compilateur, mais un auteur dont la pensée évolue. A propos de la posture du cavalier décrite dans le premier ouvrage, Mottin de la Balme écrit36 :

242. Les articles de Bourgelat sont souvent longs,même sur des questions de détail, parce qu’ils cherchent à traiter l’ensemble de la question, si elle en vaut la peine, mêlant souvent approche biomécanique, historique, aspects matériels, hippiatrique et technique équestre.

253. Ils constituent enfin, et c’est là le plus important, une oeuvre à part entière dont on serait parfois bien en peine de trouver les éléments, même épars, dans les ouvrages de ses prédécesseurs et de ses contemporains.

26Malheureusement, la plupart des renvois prévus par Eidous pour les différents airs demanège ont été traités par Eidous lui-même, ou bien par des collaborateurs « généralistes » comme Jaucourt (figure 3). Nous pouvons seulement voir comment Bourgelat a traité les articles FALCADE et Galop Gaillard. Bourgelat hérite de ces deux articles prévus par les renvois d’Eidous. FALCADE lui inspire un très long article dont la rédaction est originale.Aucun auteur n’a écrit autant sur un air qui n’en est pas vraiment un et dont le nom est, dès cette époque, peu courant. Il est vrai que Bourgelat avait consacré une quinzaine de pages de son Nouveau Newcastle au Parer, c’est-à-dire à l’arrêt du cheval ; un chapitre qui devait beaucoup à Newcastle et à La Guérinière.

27Il est clair cependant que l’article FALCADE de l’Encyclopédie est nouveau et qu’il bénéficie de l’expérience accrue de son auteur dans les domaines de l’équitation et de l’hippologie. Galop Gaillard est une entrée du très long article GALOP qui, là encore, n’a rien d’une compilation, qui a été lu et discuté par les auteurs contemporains comme une oeuvre nouvelle, et qui a mérité de figurer en tant que telle dans la Méthodique de 1786. Galop Gaillard est un renvoi imposé par l’article AIRS d’Eidous.Bourgelat le traite donc,mais en exprimant son désaccord avec les auteurs (celui du dictionnaire d’Eisenberg et conséquemment Eidous) qui considèrent cette allure défectueuse comme un air alors qu’elle est le fait d’un cheval imparfaitement dressé :

28D’autres articles importants comme ENCOLURE et Epaule ne concernent pas directement les airs mais les assouplissements qui y préparent. Ils mériteraient d’être analysés en détail.

III. Période post-Bourgelat, à partir de 1757

29De la lettre G à la lettre Z, elle ne comprend qu’une soixantaine d’articles. Il y en aurait eu bien davantage si Bourgelat avait continué son entreprise. Quatre désignants nous concernent : Manège (23), Manège et maréchalerie (3), Maréchalerie (33) et Maréchalerie et manège (1). Il faut cependant prendre garde à ces désignants dont le contenu est relativement mouvant. Pour le Manège, les articles, souvent réduits au minimum, sont de Jaucourt quand ils sont signés. Dans ce cas ils portent le nom de la source : souvent Trévoux,mais parfois l’Ecole de cavalerie de La Guérinière, ce qui est nouveau mais tardif, cet ouvrage ayant été publié en 1733. On peut s’étonner que certains articles fondamentaux n’apparaissent pas, ou que leur contenu soit vieilli du fait des sources utilisées. C’est le cas du Passage, considéré par La Guérinière et nombre d’écuyers modernes comme un air bas, ou près de terre, et dont la description donnée ici ne correspond plus à la façon dont il est pratiqué à l’époque. L’entrée Terre-a-Terre est l’exemple même d’une compilation médiocre, voire bâclée. Pourtant cet air n’est pas négligeable puisqu’il sert de fondement aux airs relevés. Le rédacteur a d’abord trouvé bon de puiser à la fois dans Trévoux et dans « Eisenberg », ce qui entraîne des redites. Mais surtout la réécriture du texte d’» Eisenberg » contient plusieurs erreurs qui la rendent presque incompréhensible (par exemple « sur deux allures » au lieu de « sur deux pistes »).

30Les articles rangés sous le désignant Maréchalerie concernent très souvent le Manège s.s. Ils sont toujours anonymes (sauf HARAS de M. Genson) et sont souvent tirés d’ouvrages anciens, dictionnaire de Trévoux ou Parfait maréchal de Solleysel.

Les airs dans les planches « Manège et Equitation » de l’Encyclopédie.

  • 37 Manège et Equitation, Contenant trente-trois Planches Recueil de planches sur les sciences, les art (...)
  • 38 Voir sur Harguinier/Harguiniez l’article de Madeleine Pinault-Sørensen dans ce numéro.
  • 39 Dupaty de Clam, La science et l’art de l’équitation, démontrés d’après la nature ; ou Théorie et pr (...)
  • 40 Dupaty tenait à ce que les planches de son traité soient fidèles à ses principes. Les planches port (...)

31La sixième livraison du Recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux, et les arts méchaniques, avec leurs explications37 apporte uncontenu plus intéressant, en 1769, avec les belles planches Manège et équitation accompagnées d’explications qui, si elles n’ont pas l’originalitédes textes de Bourgelat, sont au moins conformes aux enseignementsdu temps et à l’Ecole de cavalerie de La Guérinière. Ces planches sontdues à M. Harguinier, un des méconnus38 de l’Encyclopédie. Dupaty deClam, le brillant écuyer fera appel à ses services en 1776 pour illustrer La science et l’art de l’équitation39 : « M. Harguinier, Professeur à l’EcoleRoyale de Dessein… possédait parfaitement l’anatomie de l’homme &celle du cheval, ainsi que tous les Arts qui ont quelque rapport au sien… »Pour son ouvrage, Dupaty fera dessiner Harguinier d’après nature etsous ses yeux40.On peut douter que la plupart des gravures de l’Encyclopédie aient été dessinées d’après nature,mais le résultat est de qualité, etces planches toujours très recherchées. Le texte rompt avec les compilationshabituelles des anciens lexiques. Il ne paraphrase pas entièrementLa Guérinière tout en en étant très proche quant au fond. « Le passage,nous dit-il, est un air près de terre dans lequel le cheval marche au pas ouau trot, plus écouté & raccourci que le pas ou le trot ordinaire. Il tient lesjambes plus long-tems en l’air & les pose naturellement par terre, en sortequ’il fasse peu de chemin & n’avance pas plus d’un pié à chaque pas qu’ilfait ». Cette définition n’a bien sûr plus rien à voir avec celle du texte del’Encyclopédie, dont j’ai déjà parlé, qui ne reprenait que quelques lignesdu Dictionnaire du manège moderne d’Eisenberg (1747).

32La définition qu’il donne des airs, appelés aussi allures artificielles, est celle de La Guérinière, ainsi que sa classification. Il y a là une apparence de modernité et une clarté qui tranche avec la période précédente et qui annonce, par certains aspects, l’Encyclopédie méthodique :

  • 41 Dupaty de Clam, Pratique de l’équitation, ou art de l’équitation réduit en principes, Paris, Lacomb (...)
  • 42 Dupaty de Clam, La science et l’art de l’équitation, Paris,Didot, 1776, p. 344.
  • 43 o.c. p. 348.

33Les planches de Harguinier et leurs explications marquent une rupture caractérisée par la prise en compte tardive, dans l’Encyclopédie, de l’ouvrage de référence en la matière, l’Ecole de cavalerie (1733). Mais toutes ces gravures représentant les airs relevés témoignent en partie d’un temps déjà révolu. En 1769 Dupaty insistait sur l’extrême difficulté de dresser des chevaux correctement aux airs relevés « qui sont les suites d’un travail assidu & perfectionné : travail d’autant plus singulier, que peu de chevaux parviennent à faire de véritables courbettes, qui est le premier des airs & en même-tems le plus usité41. » Quelques années plus tard (1776) il insistera : « On exerce les chevaux aux Airs relevés plutôt pour la curiosité que pour une utilité réelle. Les Anciens aimaient ce genre de manège : aujourd’hui il est très négligé en France42. », ou encore : « Les anciens Ecuyers faisaient toutes sortes de figures à Courbettes. Aujourd’hui ces opérations n’ont lieu que dans les livres43. »

L’Encyclopédie méthodique (1786)

  • 44 Encyclopédie méthodique.Arts académiques.Equitation, escrime, danse, et art de nager, Paris, Pancko (...)
  • 45 C.A. Thiroux, Traité d’équitation, d’après les principes de M. Arnofe, ancien professeur ; Par M.Th (...)

34L’auteur du volume Arts académiques. Equitation, escrime, danse, et art de nager44 est inconnu. Le choix éditorial est clairement présentédans l’Avertissement. Parce que certaines méthodes conviennent mieux àcertains qu’à d’autres, plusieurs auteurs seront représentés. Avec son Ecole de cavalerie imprimée en 1733 et rééditée une douzaine de fois enun siècle, sans compter les abrégés, La Guérinière est l’auteur modernepar excellence. Il a ajouté le fruit de son expérience à ce que La Broue etPluvinel avaient rapporté d’Italie. Il sera complété par des auteurs plusmodernes encore : Dupaty de Clam, Bourgelat et le baron de Bohan,dont j’ai parlé, mais aussi Thiroux, fondateur à Paris d’un « manègebourgeois » et auteur, en 1780 d’un Traité d’équitation45. Les autres articles, plus courts, seront pris dans la première édition de l’Encyclopédie,ou plutôt dans le Dictionnaire des termes du manège moderne d’oùces articles avaient été tirés. On supprimera délibérément un grandnombre de planches qui « ont paru n’être que de luxe » car « la vue d’unbeau cheval, très agréable en gravure, n’enseigne point à le mener ». Ilrésulte de ce parti pris éditorial de nombreuses contradictions qui sontacceptables lorsque deux auteurs contemporains confrontent méthodeset points de vue différents, mais qui sont moins utiles lorsque des articlessont terriblement vieillis et décrivent sous un même nom un air biendifférent (PASSAGE par exemple).

35L’article AIRS principal comprend une vingtaine de pages et est construit de la façon suivante. Une introduction reprend, non pas l’article AIRS rédigé par Eidous pour la première édition de l’Encyclopédie, mais seulement l’article du Dictionnaire des termes du manège moderne qui l’avait en partie inspiré. L’auteur (ou les auteurs) de ce volume de la Méthodique ont en effet considéré, un peu exagérément, que les articles de l’Encyclopédie étaient tirés intégralement de ce dictionnaire. Le texte est repris in extenso avec la faute qui est reproduite partout depuis que Liger l’a commise en recopiant le dictionnaire de Trévoux (« léger du dedans » au lieu de « léger du devant »).Une phrase peut-être originale a été ajoutée : « On donne le nom d’airs aux mouvements continués d’un cheval » ; ce qui souligne l’importance de ce nous appelons aujourd’hui « la légéreté » : déterminé dans un air quelconque, le cheval doit continuer à se mouvoir uniformément. Cette phrase est suivie d’une définition des airs bas et des airs relevés tirée de l’Ecole de cavalerie de La Guérinière.

36À la suite de cette sorte d’introduction sont cités de larges extraits des ouvrages de La Guérinière, Thiroux et Dupaty de Clam concernant les airs bas et les airs relevés (que Thiroux appelle également « grands airs »).

37Chaque air, enfin, fait l’objet d’un développement particulier et d’un traitement très variable. La plupart (BALOTADE, COURBETTE, CABRIOLE, FALCADE, MEZAIR, PAS ET LE SAUT, PASSADE, PIROUETTE, TERRE-A-TERRE, VOLTE, VOLTERENVERSÉE…), comme annoncé dans l’Avertissement, reprennent mot pour mot le Dictionnaire des termes du manège moderne. Dans certains cas, des articles négligés dans la première édition sont donc un peu mieux traités dans la Méthodique (PIROUETTE). Des expressions trop vieillies ont parfois été supprimées. Curieusement, l’article FALCADE ignore l’article original produit par Bourgelat pour la première édition de l’Encyclopédie.Un autre article original de Bourgelat, Galop Gaillard, est également oublié alors que le très long texte du même auteur consacré à l’allure du GALOP est repris intégralement. A côté des airs proprement-dits on est également étonné de ne pas trouver l’analyse originale et intéressante qu’avait consacrée Bourgelat, en hippiatre et en écuyer, au cheval ENTIER, c’est-à-dire qui refuse de tourner par ignorance ou par malice : l’auteur de la Méthodique se sera contenté ici d’une brève définition d’après l’Ecole de cavalerie de La Guérinière.

  • 46 Les proportions du manège dessiné ici sont bien différentes de celles préconisées par La Guérinière (...)
  • 47 L’Avertissement précise à propos de ce calcul : « S’il n’a pas une grande utilité pour la pratique, (...)

38Les planches de la Méthodique répondent aux objectifs annoncés et, plus clairement que le texte,prennent le parti de la modernité. Aucune place n’est laissée aux super fluités du manège et aux airs relevés. Il s’agit ici de donner les bases rationnelles d’une équitation en pleine mutation, principalement suivant les principes de M. d’Auvergne, de l’Ecole militaire de Paris.On insiste sur la posture et l’à-plomb du cavalier, indispensables à la parfaite union de l’homme et du cheval, et sur la mise en main. La première planche présente six des sept gravures tirées de l’ouvrage publié cinq ans plus tôt par Bohan et figurant les allures naturelles du cheval. La septième gravure se trouve sur la planche suivante. Cette seconde planche est consacrée à la position du cavalier à cheval d’après Bohan et Dupaty de Clam. Toutes les gravures sont reprises de leurs ouvrages respectifs. La troisième et dernière planche présente encore des figures extraites de Bohan (un plan de terre46, des schémas illustrant l’à-plomb du corps de l’homme à cheval et un cavalier montrant la manière de se servir de la bride), deux dessins présentant le cheval dans la main et hors de la main, tirés du traité de Thiroux, et enfin cinq autres illustrations servant à l’article de M. Dez, professeur de mathématiques à l’Ecole militaire, pour le calcul des forces de la puissance du mors47.

  • 48 Pour les différentes éditions des différents ouvrages on se reportera à l’ouvrage de référence : Gé (...)
  • 49 Excepté du temps de Bourgelat.
  • 50 Cours d’équitation militaire à l’usage des corps de troupes à cheval, approuvé par S. Exc. Le Minis (...)

39L’analyse de l’article AIRS et de ses renvois était l’occasion d’explorer la place de l’art équestre proprement-dit dans l’Encyclopédie. Le bilan qualitatif est assez décevant pour un équitant ; il est en tout cas très contrasté. La compilation l’emporte largement sur la création (figure 448), et on peut imaginer que si Bourgelat avait collaboré plus longtemps au projet, l’Encyclopédie elle-même aurait constitué un traité d’équitation très novateur. Outre l’hétérogénéité de forme et de fond qui résulte des vicissitudes éditoriales, ce qui frappe surtout, c’est un décalage temporel considérable dans la prise en compte des auteurs contemporains, et donc un décalage probable49 jusqu’en 1769, et même après, avec ce que devait être la réalité de l’équitation enseignée dans les manèges. Le retard est comblé dans la Méthodique, quoique l’hétérogénéité demeure. En revanche les trois planches publiées dans cette édition mettent résolument en avant les principes qui seront suivis à Saumur et développés dans le Cours d’Equitation militaire50 de 1830. Elles annoncent donc, dans une certaine mesure, la fin de la « société à écuyers » et le triomphe d’une équitation militaire moins élitiste.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 J.-P.Digard, Une histoire du cheval, art, techniques, société, Actes Sud, Arles, 2004.

2 Dès 1677 Solleysel pouvait écrire « Je n’ai point aussi voulu traiter des Airs, ou manèges relevés, qui ne sont point nécessaires à la guerre. Je veux toutefois vous les nommer tous afin que vous en puissiez savoir parler, et que vous les sachiez distinguer les uns d’avec les autres par leurs propres noms, quand vous en verrez dans les célèbres et bonnes Académies, et entre toutes celles de l’Europe, dans la fameuse Ville de Paris. » J. de Solleysel, Le parfait maréchal, Paris,Didot, 1754, p. 397.

3 Voir en particulier D. Roche, « Les chevaux des philosophes : livres, culture équestre et société au xviiie siècle », Dix-huitième siècle, 37, 2005, p. 161-178.

4 Baron de Bohan, Examen critique du militaire françois,Tome troisième,Genève, 1781, p. 37.

5 Mottin de la Balme, Essais sur l’équitation, ou Principes raisonnés sur l’art de monter et de dresser les chevaux, Paris, Jombert & Ruault, 1773.

6 A. Laurioux et G.Henry, Les hauts lieux de l’art équestre, Paris, Belin, 207 p. 

7 La Guérinière, Ecole de cavalerie, Paris, Collombat, 1733.

8 B. Chiris, L’art de monter à cheval, Paris, Belin, 2003, p. 315-316.

9 E. Chambers, Cyclopædia, or, An universal dictionary of arts and science, The First Volume, London, Knapton, 1728, p. 53-54.

10 F.-A. de Garsault, Le nouveau Parfait maréchal, Paris,Despilly, 1741.

11 Dictionnaire universel françois et latin,Tome premier, Nancy,Antoine, 1734, p. 243.

12 Decarpentry, cité par D.Diogo de Bragance, L’équitation de tradition française, Paris, Le Livre de Paris, p. 163.

13 A. de Pluvinel, Le manège royal, Paris, Bibliothèque des Introuvables, 2004, p. 63. (Première édition 1623).

14 R. de Menou, Seigneur de Charnizay, La pratique du cavalier ou L’exercice de monter à cheval, Paris, Loyson, 1651, p. 112.

15 Delcampe, L’art de monter à cheval, pour élever la noblesse dans les plus beaux Airs du Manege, Paris, Nicolas Le Gras, 1690, p. 155.

16 Enc., I, 237a.

17 « Quiconque n’a l’esprit à la musique ne sera jamais bon cavalier, d’autant qu’un cheval bien dressé va aussi juste et garde bien ses temps qu’aucun musicien saurait faire. »

18 W. Cavendish, Duke of Newcastle, A General System of Horsemanship, New York,Winchester Press, 1970, p. 93. (fac-similé de l’édition de 1743).

19 Voir p. Franchet d’Espèrey,Lamain dumaître.Réflexions sur l’héritage équestre, Paris,Odile Jacob, 2007, p. 100.

20 E. LeGuin, Man and Horse in Harmony in The Culture of the Horse, Status, Discipline, and Identity in the EarlyModernWorld,K. Raber and t. J.Tucker eds., PalgraveNew York, MacMillan, 2005, p. 175-196.

21 Enc. II, 46a.

22 C.-F. Menestrier, Traité des tournois, ioustes, carrousels, et autres spectacles publics, Lyon,Muguet, 1669.

23 Ce n’est pas le cas de Charles Thiroux : « On peut, donc, assimiler les allures artificielles du cheval, autrement dit, son travail, à la danse de l’homme ; …/… C’est du résultat de ces différentes combinaisons artificielles du cheval, combinaisons connues, en équitation, sous le nom d’erres de manège, que les premiers maîtres, de notre art, ont composé, ce que l’on appelle, encore aujourd’hui, le travail de la hauteécole, et dont, à l’instar de la danse, ils ont formé trois classes, qui sont, les erres terre à- terre, les erres relevées, les grandes erres. » (C. Thiroux, Equitation. œuvres complètes de Charles Thiroux, citoyen français, Jacob, Versailles, An VII, p. 127. Paradoxalement, Thiroux remplace air par erre, terme qui évoque seulement le train, l’allure du cheval.

24 Enc., V, 388a.

25 Bien entendu les termes de manège ne sont pas répartis également entre les lettres de l’alphabet, cependant les disproportions sont ici flagrantes.

26 Guillet, Les arts de l’homme d’épée, ou le Dictionnaire du gentilhomme, La Haye, Moetjens, 1695, p. 5. (Première édition, 1678).

27 (Liger), La Connoissance parfaite des chevaux… augmenté d’un nouveau Dictionnaire de Manège, & d’une table des matières très étendue, Paris, par la Compagniedes Libraires, 1741, p. 6. La première édition, en 1712, ne contenait pas le dictionnaire.

28 (Baron d’Eisenberg), Dictionnaire des termes du manège moderne. Pour servir de supplément à l’Art de monter à cheval du Baron d’Eisenberg,Amsterdam,Arkstée etMerkus, 1747, p. 4.Ce supplément dont on ne connaît pas l’auteur avec certitude (Liger ?)avait été publié et vendu antérieurement avant d’être joint à la Description du manège moderne dans sa perfection du Baron d’Eisenberg.

29 « Les chevaux de Manège dans les airs violens pourraient rompre les sangles si elles ne sont bien fortes, ce que ne fera jamais un cheval qui va l’amble. » (Dictionnaire universel françois et latin,Tome premier, Nancy,Antoine, 1734, p. 243.)

30 Par souci de simplification, j’appellerai souvent « Eisenberg » (1747) leDictionnaire des termes du manège moderne.

31 (C. Bourgelat), Le nouveau Newcastle ou Nouveau traité de cavalerie, géométrique, théorique et pratique, Lausanne et Genève, Marc-Michel Bousquet, 1744, 190 p. 

32 C. Bourgelat, Elemens d’Hippiatrique, ou Nouveaux principes sur la connoissance et sur la médecine des chevaux, Lyon,Declaustre et Duplain, 1750, 1751 et 1753.

33 J. Proust,Diderot et l’Encyclopédie, Paris,Albin Michel, 1995, p. 22.

34 Enc., V, 83b. L’article complet compte près de quatre colonnes de texte.

35 Enc., VII, 453a à 460a.

36 Mottin de la Balme, Essais sur l’équitation, Paris, Jombert & Ruault, 1773, p. 353-355.

37 Manège et Equitation, Contenant trente-trois Planches Recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux, et les arts méchaniques, avec leurs explications. Sixièmelivraison, Paris, Briasson et Le Breton, 1769.

38 Voir sur Harguinier/Harguiniez l’article de Madeleine Pinault-Sørensen dans ce numéro.

39 Dupaty de Clam, La science et l’art de l’équitation, démontrés d’après la nature ; ou Théorie et pratique de l’équitation fondées sur l’anatomie, la méchanique, la géométrie, et la physique, Paris,Didot, 1776, p. 24.

40 Dupaty tenait à ce que les planches de son traité soient fidèles à ses principes. Les planches portent généralement la mention « Dupaty naturam explicavit, Harguinier expressit ».

41 Dupaty de Clam, Pratique de l’équitation, ou art de l’équitation réduit en principes, Paris, Lacombe, 1769, p. 204.

42 Dupaty de Clam, La science et l’art de l’équitation, Paris,Didot, 1776, p. 344.

43 o.c. p. 348.

44 Encyclopédie méthodique.Arts académiques.Equitation, escrime, danse, et art de nager, Paris, Panckouke, 1786, 445 p. 

45 C.A. Thiroux, Traité d’équitation, d’après les principes de M. Arnofe, ancien professeur ; Par M.Thiroux son élève, tenant, à Paris l’Ecole brevetée du Pont-aux-Choux,Paris, Jombert, 1780-1782-1784.

46 Les proportions du manège dessiné ici sont bien différentes de celles préconisées par La Guérinière et conservées dans les planches de l’Encyclopédie en 1769. Dans son Examen critique du militaire françois (1781) Bohan regrettait que les manèges construits depuis la paix de 1762 l’aient été en s’inspirant des planches de La Guérinière. Il souhaitait que l’on donne aux manèges la plus grande longueur possible pour l’instruction des troupes à cheval : la vitesse est en effet la propriété de la cavalerie, non la pratique des airs relevés.

47 L’Avertissement précise à propos de ce calcul : « S’il n’a pas une grande utilité pour la pratique, il est du moins curieux pour la science. »

48 Pour les différentes éditions des différents ouvrages on se reportera à l’ouvrage de référence : Général Mennessier de la Lance, Essai de bibliographie hippique donnant la description détaillée des ouvrages publiés ou traduits en latin et en français sur le cheval et la cavalerie, Paris,Dorbon, 1971, 2 tomes dont suppl., 758, 736, et 64 p. , (première édition 1915-1921).

49 Excepté du temps de Bourgelat.

50 Cours d’équitation militaire à l’usage des corps de troupes à cheval, approuvé par S. Exc. Le Ministre de la Guerre, Saumur,Dubosse, 1830.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Magnin, « Airs, en terme de Manège. La fabrique des articles consacrés à l’art équestre dans l’Encyclopédie », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 44 | 2009, 117-136.

Référence électronique

Frédéric Magnin, « Airs, en terme de Manège. La fabrique des articles consacrés à l’art équestre dans l’Encyclopédie », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 44 | octobre 2009, document 10, mis en ligne le 13 octobre 2009, consulté le 19 août 2017. URL : http://rde.revues.org/4567 ; DOI : 10.4000/rde.4567

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org