Navigation – Plan du site
Sur un Air d’Encyclopédie
6

L’air et la manière

Marie Leca-Tsiomis
p. 61-72

Résumés

AIR/Manières est un des premiers articles de « synonymes » que Diderot donna au tome I de l’Encyclopédie. Ces « synonymes » auxquels oeuvrèrent aussi plus tard D’Alembert et Jaucourt, et dont la source est souvent dans le traité de l’abbé Girard, constituèrent la première apparition de la langue commune dans ce dictionnaire uniquement voué, au départ, aux sciences, aux arts et aux métiers. À partir de cet article Air/manières, on peut soulever bon nombre des questions que posa l’approche synonymique dans l’Encyclopédie et en apercevoir certains des enjeux tant éditoriaux que philosophiques.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour un relevé précis des synonymes de Diderot, voir J. Proust, Diderot et l’Encyclopédie (1962) (...)

1La brève entrée Air, manières, de Diderot, nous donne l’occasion d’examiner de plus près ce que furent les articles de « synonymes » dans l’Encyclopédie en général et en particulier dans la pratique et dans la pensée de Diderot1.

  • 2 Voir ses articles FÉLICITÉ ou HEUREUX par exemple.

2Dans le Dictionnaire raisonné, les articles de synonymes regroupent les mots de sens voisin pour en marquer les nuances et les différences d’emploi. Dumarsais, Diderot, D’Alembert, Jaucourt, et, à sa façon, Voltaire2 composèrent de nombreux articles de synonymes. Ces synonymes, qui apparaissent dès le tome I, furent en fait les premiers articles largement consacrés à des mots de langue commune dans ce dictionnaire qui, au départ, devait être réservé aux sciences, aux arts et aux métiers. Encore faut-il remarquer combien cette apparition est particulière. Deux mots donc, d’abord, sur l’origine de ces articles de synonymes.

Les Synonymes Français de l’Abbé Girard

  • 3 Beauzée en donnera, en 1769, chez Le Breton, une version en deux volumes considérablement augmentée (...)

3Les encyclopédistes s’inspiraient des ouvrages de l’Abbé Gabriel Girard qui avait inauguré une approche tout à fait novatrice des significations. En 1736, avait paru la première édition de ses Synonymes Français, leurs significations et le choix qu’il en faut faire pour parler avec justesse, qui connut de nombreuses rééditions à Paris, en 1740, 1741 et 1749, édition utilisée par les encyclopédistes3.

  • 4 « Préface à l’édition de 1741 des Synonymes Français, Paris,Vve Houry, p. xvij.

4Ceux-ci perçurent la fondamentale nouveauté des travaux du grammairien Girard qui reposaient sur ce constat, je cite sa Préface : « Il n’y a point de mots assez parfaitement synonymes pour avoir, dans toutes sortes d’occasions, une force de signification entièrement semblable »4.

  • 5 Ibid., viij.

5S’il n’y pas donc dans la langue de mots substituables l’un à l’autre en toutes occasions, il s’agit de procéder à l’analyse des nuances qui différencient ces mots « frères par une idée commune » mais qui se distinguent « l’un de l’autre par une idée accessoire et particulière à chacun d’eux »5.

  • 6 Voir Dictionnaires en Europe, Dix-huitième siècle, 38, 2006, notamment les contributions de J. Breu (...)

6Quand les Synonymes français parurent, l’on ne disposait de rien de semblable pour aucune langue. D’où le succès de l’ouvrage : D’Alembert, dans son « Eloge » de Girard, parlera du « suffrage unanime de l’Europe entière » ; en quelques années il fut adapté dans la plupart des langues d’Europe » 6.En fait, les conceptions de Girard ouvraient la voie à ce qui deviendra, chez Saussure, le concept de valeur (on s’en souvient : la valeur d’un terme est définie par les autres termes du système ; leur caractéristique la plus exacte est d’être ce que les autres ne sont pas ; ce sont les différences qui identifient). À l’époque, la démarche distinctive de Girard s’opposait nettement à celle que suivaient, pour leur dictionnaire, les Académiciens dont les définitions reposaient souvent sur la synonymie. En effet, la synonymie, cette « providence du lexicographe » comme la nomme Quemada, dispense d’avoir à composer une véritable définition. Ainsi pouvait-on lire dans le premier Dictionnaire de l’Académie, de 1694, la définition de MOT : « Parole, terme, diction » ; celle de PAROLE : « Mot ; celle de TERME, « Mot, diction » ; et celle de DICTION : Mot, terme particulier ». On voit comment tourne le cercle vicieux des définitions synonymiques, par usage d’équivalents sémiques approximatifs.

  • 7 Des tropes ou des différens sens dans lesquels on peut prendre un même mot dans une même langue, (1 (...)

7Au contraire, enseignait Girard, la différenciation des synonymes « bannit les idées vagues et tous les à peu-près », « apprend à dire les choses » ; elle « rend le langage intelligible », et « empêche de s’égarer dans l’étude des sciences ». Il s’agissait donc d’acquérir la justesse d’expression qui suppose la réflexion sur le sens et l’analyse méthodique des idées communes et des idées accessoires. Girard n’était pas logicien, mais ses préoccupations l’étaient. Et l’on perçoit bien ce qui, dans sa démarche, put attirer les encyclopédistes : la réflexion sur le terme propre, l’effort d’élucidation porté sur les bizarreries de la langue naturelle, la possibilité de mettre les capacités d’analyse au service du véhicule de la pensée, en accord, d’ailleurs, avec le grammairien philosophe en titre,Dumarsais,qui, consacrait la dernière observation de son Traité des Tropes aux synonymes, et renvoyait, pour ce qui regarde la langue française, à l’ouvrage de Girard7. Sans doute faudrait-il rappeler que cet intérêt des encyclopédistes rencontrait aussi le souci enseigné par Locke d’éviter ce qu’il nommait les « propositions frivoles », qui, purement verbales, n’enseignent rien sur les choses.Enfin, comment ne pas souligner que cet intérêt s’inscrit aussi dans cette passion plus générale pour la langue qui fut commune aux encyclopédistes ? La réflexion sur les synonymes en tout cas anime, on le sait, quelques-uns des passages essentiels de l’article DICTIONNAIRE de D’Alembert et de l’article ENCYCLOPÉDIE de Diderot.

8Air, Manières est le seizième article de synonymes du tome I (liste en annexe), les quinze premiers étant également de Diderot qui s’est indéniablement inspiré ici de l’article de Girard :

  • 8 Même remarque pour les articles AMANT, AMOUREUX ; ANTIPATHIE, haine, aversion, répugnance ; APPAS, (...)

9Que nous montre la comparaison des deux articles sur la façon dont Diderot travailla à partir de Girard ? Comme son modèle, Diderot ne donne pas l’idée commune aux deux mots – plus tard, il exigera que ce sens commun soit fourni dès l’abord, comme D’Alembert qui, lui, le fournira en général plus systématiquement. Pas plus queGirard,Diderot n’indique que le mot « air » revêt ici un sens figuré. Il utilise tous les syntagmes fournis par les Synonymes français, cite tous les verbes que peuvent gouverner l’un et l’autre des synonymes, et leurs collocations ; et, surtout, il résume. La condensation et la parataxe si caractéristiques de l’écriture diderotienne transforment une longue page de l’abbé en un paragraphe dense et alerte8.On notera surtout une intervention personnelle de Diderot dans la dernière partie du texte :

10À partir du mot de Girard « bon courtisan », la réflexion diderotienne dérive vers des considérations sur l’être et le paraître qui apparentent l’article de grammaire à une réflexion morale ; la chose, en elle-même n’a rien d’étonnant, puisque c’est une tendance constante chez Girard comme chez nos encyclopédistes, tendance qui remonte à la grande tradition des grammairiens moralistes du xvii siècle ; mais, pour qui s’intéresse à la pensée deDiderot, on aura reconnu, dans cette évocation associant soudain le comédien et le courtisan, les prémisses de ce qui, vingt ans plus tard, sera un des grands thèmes du Paradoxe sur le comédien : le comédien et le courtisan, ces « pantins merveilleux » dotés du « malheureux talent de plaire à tous ». Indéniablement, l’Encyclopédie fut bien l’atelier de l’écrivain Diderot.

11Dans Air, Manieres,Diderot utilise et cite le traité de Girard.Mais la plupart de ses articles de synonymes ne proviennent pas des Synonymes français : il s’en explique dans l’article AL :

12C’est dire que d’une façon générale, le traité de Girard a essentiellement été pour Diderot l’occasion d’acquérir une méthode. En effet les leçons du synonymiste,Diderot les appliqua à des domaines dont Girard lui-même ne s’était jamais approché, je pense au vocabulaire technique. Ainsi dans le premier tome, différencie-t-il ACRIMONIE, ÂCRETÉ ; ABSORBER, ENGLOUTIR ; ADHÉRENT, ATTACHÉ, ANNEXÉ ; AMENUISER, ALLÉGIR, AIGUISER (« termes communs à presque tous les arts mécaniques » ) ; plus tard, c’est au sein d’articles souvent marqués en « Art Mécanique » que le descripteur des arts fournira les différences entre ÉCARTER, ÉLOIGNER, SÉPARER (Arts mécaniq.), ou entre Echancrure, entaille, encoche et cran. L’horloger Jean Romilly différenciera également VIBRATION d’OSCILLATION. (Horlog.), et Jaucourt, distinguera,par exemple EBULLITION, EFFERVESCENCE, FERMENTATION, (Gramm.& Chimie).

  • 10 Voir RDE 31-32 sur Les branches du savoir dans l’Encyclopédie.

13On notera au passage,pour poursuivre la réflexion collective menée depuis quelques années sur la polysémie des désignants10,que la mention « grammaire » ici, et dans bien d’autres articles, indique le traitement synonymique du terme considéré alors que la mention « chimie » renvoie au domaine d’emploi du terme : il s’agit donc de deux démarches bien différentes.

14L’entrée synonymique air,manières est la quatrième après l’adresse AIR. Rappelons au passage la distinction entre ces deux termes : l’» adresse » est la réalisation qui suit le terme mis en vedette en grande capitale et les « entrées » sont les réalisations annoncées par la petite capitale. Ainsi dans le cas qui nous intéresse AIR est l’adresse et elle comporte dix entrées, dont Air manières

15La pratique est variable au tome I. Il arrive que l’article de synonymes constitue une adresse unique (p.e ; ABOMINABLE, ADMETTRE) ; ou bien qu’il constitue une entrée seconde ainsi l’adresse ACCÈS, fournie par Dumarsais, est suivie de l’entrée synonymique Accès puis de l’entrée Acces en médecine, puis comme « terme usité à la Cour de Rome », puis en « droit canonique ».

  • 11 Pour plus de détails voir le chapitre « De Girard au Trévoux », Ecrire l’Encyclopédie, op. cit.
  • 12 Ou même 39, si l’on considère comme deux articles AUGMENTER, agrandir et AUGMENTER, croître.
  • 13 Nous nous appuyons sur la liste des articles de Diderot établie par J. Proust et J. Lough au volume (...)

16L’activité de Diderot en matière de synonymes cependant assez intense au début, ralentit progressivement11. Le tome I comporte 38 articles portant la mention « synonymes »12, le tome VIII un seul, et, en l’état actuel des connaissances13, il semble que Diderot n’en ait plus fourni aux neuf derniers tomes. J. Proust et J. Lough attribuent l’abandon des synonymes à la tâche d’historien de la philosophie que s’imposa Diderot, ainsi qu’à la suppléance, très active en la matière, de Jaucourt. Je pense qu’il a eu également d’autres motifs pour procéder à ce qui ne me paraît pas seulement un transfert de tâches mais aussi, plus profondément, un changement de perspectives. En bref, Diderot eut, selon moi, des raisons d’éditeur et des raisons de philosophe.

  • 14 Le problème de l’intégration du traité de Girard dans l’Encyclopédie est celui posé par l’intégrati (...)

17À l’éditeur d’abord, les synonymes imposèrent en effet une série de difficultés. Je n’en aborderai ici que deux. La première est l’impossibilité de retrouver un mot dans le dictionnaire.Ainsi, par exemple, « dénonciateur », « accusateur », « délateur » sont-ils regroupés à l’adresse DÉNONCIATEUR. Mais ni l’article ACCUSATEUR ni l’article DELATEUR ne renvoient à l’article de synonymes qui les a réunis tous trois. Du coup, la distinction synonymique faite entre ces trois mots est perdue pour deux lecteurs sur trois. De même Gracieux qui est de Voltaire ne renvoie pas à Agréable gracieux de Diderot, etc. C’est, on le voit, un problème majeur de lisibilité et de cohérence de la nomenclature alphabétique14 que l’existence de ces « mots semi-cachés ».

  • 15 Article ENCYCLOPÉDIE, DPV,VII, 230.

18Pour obvier à cet inconvénient il y aurait eu deux possibilités. Soit il fallait installer des renvois vers les articles de synonymes, mais la possibilité de tels renvois suppose un immense travail éditorial prévisionnel, que Diderot s’est tant de fois lamenté de n’avoir pu accomplir, pensons à son leitmotiv d’éditeur, « posséder toute sa copie »15. Soit il fallait avoir recours à une table à entrées multiples – Girard en avait bien sûr une, fort pratique. Mais dans les conditions où s’acheva l’Encyclopédie la confection d’une telle table était difficilement envisageable. Et ce n’est que, plus tard, grâce à la Table du pasteur Mouchon (dont p. Crépel nous a appris à admirer la patiente minutie) que seront répertoriés les synonymes et que les mots cachés ne le seront plus.

19Ce n’est pas le seul problème que les synonymes durent poser à l’éditeur. Si le principe de l’adresse multiverbale dissimule au lecteur les mots qui ne sont pas à l’initiale, le défaut inverse est également constaté. Le changement d’ordre des mots dans l’adresse produit des doublons : ainsi, par exemple, trouve-t-on, au tome I, AVANTAGE, profit, utilité, de Diderot au tome I et au tome 17, UTILITÉ, PROFIT, AVANTAGE, signé de Jaucourt et mêmement inspiré de Girard ! Il est vrai qu’entre le premier et le dernier tome quinze ans étaient passés…

20Pour le lecteur en quête de nuances précises, cette double approche de mots synonymes est assez troublante. C’est le cas de AUDACE, hardiesse, effronterie de Diderot au tome I, refait par D’Alembert, au tomeV, en EFFRONTÉ, AUDACIEUX, HARDI. Il en est de même pour ALLARME, TERREUR, EFFROI de Diderot, que D’Alembert reprend sous l’adresse EFFRAYÉ, ÉPOUVANTÉ, ALLARMÉ, et de même aussi d’AFFLICTION, chagrin, peine, de Diderot et DOULEUR, CHAGRIN, TRISTESSE, AFFLICTION, DÉSOLATION, de D’Alembert. Emulation entre collègues, intérêt partagé pour les nuances, certes, mais il s’agit cependant de bévues éditoriales qui montrent d’ailleurs que la répartition des responsabilités entre éditeurs ne fut sans doute pas toujours des plus harmonieuses. Témoin une lettre irritée de Diderot au libraire Le Breton, lettre non datée, probablement de 1752, au plus tard de 1753 :

21En effet, CONTENT, SATISFAIT […] de D’Alembert fait double emploi avec CONTENTEMENT de Jaucourt. Ces difficultés n’empêchèrent pas les synonymes de garder leur place dans l’Encyclopédie, mais il est plus que probable que cette situation ne devait guère satisfaire le principal responsable de l’édition.

22D’autres raisons, philosophiques celles-ci, me paraissent également déterminantes dans ce qui conduisit Diderot à s’éloigner de la rédaction d’articles de synonymes. Girard pourchassait d’abord, on l’a dit, « le vague » et l’» à peu-près »,mais non ce que Diderot appelle les « notions fausses ». Le travail du synonymiste est de rendre compte de la spécialisation d’un emploi, mais il n’a pas, en principe, à juger l’usage, a fortiori à juger l’usage social.Ainsi,Girard proposait la différence suivante entre les mots « Bassesse » et « Abjection » :

23Ces définitions provoquèrent, chez Diderot, la véhémente prise à partie du mot « bassesse » et du mot « abjection » :

  • 18 S.Auroux a relevé « le caractère social d’une telle pratique : il s’agit avant tout de produire des (...)
  • 19 DPV, VII, p. 222, souligné par nous. Il est intéressant de noter que, lorsque Beauzée donnera son é (...)

24Que le philosophe récuse ces « notions fausses », que le citoyen s’indigne de la transmission des préjugés par l’apprentissage de ces mots qu’il finit par confondre dans une même réprobation, le synonymiste, lui, n’en était pas moins fondé à signaler la distinction que l’usage social et langagier mettait entre « abjection » et « bassesse »18. L’intervention de Diderot dans cet article indique une des limites atteintes par la démarche de distinction synonymique : enregistrer l’usage pour en fixer les nuances entre en opposition avec le caractère que, dans l’article ENCYCLOPÉDIE, Diderot prescrivit à un bon dictionnaire ; ce caractère est de changer la façon commune de penser19. Certes, la contradiction entre la tâche de transmettre l’état des choses et la volonté de le transformer ne se manifesta pas seulement dans le traitement des synonymes.Mais dans la mesure où cette approche est d’abord fondée sur « l’usage », elle rétrécit sérieusement l’interrogation notionnelle. Et Diderot sut trouver d’autres moyens que le geste d’indignation pour s’en prendre à la « façon commune de penser ».

25Enfin, la raison majeure de cet abandon du travail de synonymiste tient à l’évolution de la pensée de Diderot sur la langue commune et sur le rôle de l’Encyclopédie en la matière ; je ne reviendrai pas ici sur cette question, mais je dirai simplement que pour constituer ce qui allait devenir son dictionnaire de langue commune, le système de regroupements synonymiques ne convenait évidemment plus etDiderot se tourna donc vers la définition des mots isolés de la langue. Il ne cessa pourtant pas de mettre en pratique la méthode deGirard, et, quand on observe les procédés définitionnels qu’il mit en oeuvre, on s’aperçoit de l’apport essentiel de cette méthode. J’en prendrai quelques exemples comparatifs. Celui du mot « gaillard », pour lequel le Dictionnaire de Trévoux proposait les synonymes : « Enjoué, gai ». Pour Diderot, au contraire,

26Au mot DÉLIÉ, que d’autres dictionnaires définissait comme « délicat »,Diderot met en garde :

27Cet enrichissement apporté à la définition par délimitation des définis avec des termes voisins Diderot sut l’employer dans des circonstances où l’enjeu du sens s’avérait des plus redoutables. Je ne résiste pas au désir d’en donner deux exemples : les articles CRÉDULITÉ (sans indication de désignant) et IMPIE (Gramm.). Dans CRÉDULITÉ, la définition s’enrichit de la confrontation

28Suit alors une des plus remarquables différenciations qui se puisse lire entre des mots qu’un certain usage donne comme synonymes :

29L’article IMPIE, quant à lui, établit une rigoureuse distinction de valeur entre les mots « impie » et « incrédule » :

  • 24 Le Trévoux, suivant Furetière, citait les Psaumes : « L’impie a dit au fond de son coeur, Il n’y a (...)
  • 25 Cité par G. Roth, Corr., t. I, p. 135.

30« Il ne faut pas confondre… » On sait jusqu’où la vigilance catholique s’exerça, par endroits, à l’égard de tout ce qui n’était pas d’une stricte orthodoxie et on sait combien la théologie polémique s’embarrassait peu de nuances dans ce domaine, mais tendait, au contraire, à ramasser en un même sac toutes les espèces d’hétérodoxes, de sceptiques, et d’agnostiques.Aussi, en un temps où la qualification d’» impie » entraînait le recours aux poursuites les plus sévères, était-il de première importance de circonscrire le plus étroitement possible la signification du terme et, donc, les conséquences politiques de son emploi24. Quand, dans son Journal, d’Argenson évoque l’affaire de la thèse de Prades et qu’il indique que le « grand orage contre le Dictionnaire Encyclopédique vient des Jésuites , il rappelle l’arme utilisée : « Que fait-on contre les auteurs de ce grand et utile livre ? On les accuse d’impiété 25.

31« Impie », « incrédule » : la distinction entre synonymes servit chez Diderot à construire de stricts réquisitoires contre l’amalgame, en même temps que des plaidoyers pour la défense de l’Encyclopédie elle-même et de ses auteurs.

32Que les enjeux politiques et philosophiques traversent l’entreprise synonymique rappelle simplement qu’il y a toujours eu lieu, pour les encyclopédistes et pour Diderot en particulier, de questionner le rapport des signes et des choses. Sur un plan plus général, l’Encyclopédie ayant été le premier dictionnaire français à mettre en pratique la distinction synonymique héritée de Girard, ce sont les synonymes de l’Encyclopédie qui passeront dans l’édition du Trévoux de 1771, puis dans laMéthodique et, de là, se transmettront augmentés par Beauzée, puis par Guizot, à la plupart des dictionnaires universels du xixe siècle.

Les premiers articles de « synonymes » de l’Encyclopédie

  • 1 ABOMINABLE, DÉTESTABLE, EXÉCRABLE, synonymes

  • 2 ABSOLUTION, pardon, rémission, synonymes

  • 3 ABSORBER, engloutir, synonymes

  • 4 ACCÈS, avoir accès, aborder, approcher +++

  • 5 ACRIMONIE, ÂCRETÉ, synonymes

  • 6 ACTION ACTE (Grammaire) +++

  • 7 ADHÉRENT, attaché, annexé

  • 8 ADMETTRE, RECEVOIR

  • 9 ADORER, honorer, révérer

  • 10 ADOUCIR, mitiger

  • 11 ADRESSE, souplesse, finesse, ruse, artifice, considérées comme synonymes +++

  • 12 AFFECTATION, AFFÉTERIE

  • 13 AFFLICTION, chagrin, peine, synonymes

  • 14 AGRÉABLE, GRACIEUX, considérés grammaticalement +++

  • 15 AJOUTER, AUGMENTER +++

  • 16 AIR, MANIÈRES, considérés grammaticalement +++

33Tous ces articles sont de Diderot. Ceux qui proviennent de la consultation des Synonymes français de Girard sont marqués par +++.On notera la diversité de la typographie et des marques.

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Pour un relevé précis des synonymes de Diderot, voir J. Proust, Diderot et l’Encyclopédie (1962) réed.Albin Michel, 1995, p. 555-562. Sur ceux de D’Alembert, voirS.Auroux,» D’Alembert et les synonymistes »Dix-huitième siècle,16,1984,et B.Quemada, Les Dictionnaires du français moderne, (1539-1863) Paris, Didier, 1968, p. 509-510. Je mepermets de renvoyer aussi au chapitre « De Girard au Trévoux » d’Écrire l’Encyclopédie, SVEC, 1999.

2 Voir ses articles FÉLICITÉ ou HEUREUX par exemple.

3 Beauzée en donnera, en 1769, chez Le Breton, une version en deux volumes considérablement augmentée, notamment de l’apport des articles de « synonymes » parus, entre temps, dans l’Encyclopédie. En l’an IX de la République, il publiera le Dictionnaire Universel des Synonymes de la langue française, en 3 volumes – le syntagme « dictionnaire universel » conservant encore tout son prestige…

4 « Préface à l’édition de 1741 des Synonymes Français, Paris,Vve Houry, p. xvij.

5 Ibid., viij.

6 Voir Dictionnaires en Europe, Dix-huitième siècle, 38, 2006, notamment les contributions de J. Breuillard, et celle de J.-C.Abramovici.

7 Des tropes ou des différens sens dans lesquels on peut prendre un même mot dans une même langue, (1730), plus connu sous le titre Traité des Tropes, édition consultée,Paris, 1977, p. 240-247.

8 Même remarque pour les articles AMANT, AMOUREUX ; ANTIPATHIE, haine, aversion, répugnance ; APPAS, attraits, charmes, ATTACHEMENT, attache, dévouement, etc.Voir les notes, DPV.

9 DPV, V, 316-17

10 Voir RDE 31-32 sur Les branches du savoir dans l’Encyclopédie.

11 Pour plus de détails voir le chapitre « De Girard au Trévoux », Ecrire l’Encyclopédie, op. cit.

12 Ou même 39, si l’on considère comme deux articles AUGMENTER, agrandir et AUGMENTER, croître.

13 Nous nous appuyons sur la liste des articles de Diderot établie par J. Proust et J. Lough au volume V, DPV. Cependant, si l’on se réfère à la liste complémentaire qu’ils donnent des « articles non signés qu’on pourrait peut-être attribuer à Diderot », ibid., p. 211-220, on constate, sauf erreur, que seuls deux articles concernent des synonymes (MANIÈRES, FAÇONS au tome X, QUOTIDIEN, JOURNALIER au t. XIII). Ce qui tend à confirmer le constat fait plus haut.

14 Le problème de l’intégration du traité de Girard dans l’Encyclopédie est celui posé par l’intégration de tout ouvrage ne reposant pas sur un classement alphabétique ; a contrario, tout classement alphabétique participe, en puissance, du dictionnaire.

15 Article ENCYCLOPÉDIE, DPV,VII, 230.

16 Corr., IV, p. 14.

17 Article BASSESSE, abjection, O.C. DPV, VI, 128.

18 S.Auroux a relevé « le caractère social d’une telle pratique : il s’agit avant tout de produire des phrases qui présentent les mots apparentés en usage différenciés. Le synonymiste est d’abord un praticien de la langue ». S. Auroux, « D’Alembert », op. cit, p. 95.

19 DPV, VII, p. 222, souligné par nous. Il est intéressant de noter que, lorsque Beauzée donnera son édition revue et augmentée des Synonymes, en 1769, il reprendra bon nombre d’articles de Diderot, ou de modifications apportées à Girard par Diderot, mais qu’il passera sous silence sa remarquable intervention dans BASSESSE, abjection.

20 DPV, VII, 315.

21 DPV, VII, 10.

22 DPV, CRÉDULITÉ,VI, 520-521.

23 DPV, VII, 507-508.

24 Le Trévoux, suivant Furetière, citait les Psaumes : « L’impie a dit au fond de son coeur, Il n’y a point de Dieu ».Or, c’est très exactement la définition inverse que Diderot fournit : « “, quitte à introduire” l’hétérodoxe » en troisième terme.

25 Cité par G. Roth, Corr., t. I, p. 135.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Leca-Tsiomis, « L’air et la manière », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 44 | 2009, 61-72.

Référence électronique

Marie Leca-Tsiomis, « L’air et la manière », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 44 | octobre 2009, document 6, mis en ligne le 13 octobre 2009, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/4561 ; DOI : 10.4000/rde.4561

Haut de page

Auteur

Marie Leca-Tsiomis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org