Navigation – Plan du site
Sur un Air d’Encyclopédie
4

Sur un air de Chimie dans l’Encyclopédie

Rémi Franckowiak
p. 31-46

Résumés

L’article AIR de l’Encyclopédie passe pratiquement sous silence les récentes considérations chimiques sur l’air, pourtant tout à fait remarquables : les parties intégrantes de l’air sont totalement dépourvues de la propriété d’élasticité et sont soumises aux lois des affinités chimiques comme celles de toute autre substance. L’air doit alors, insiste Venel dans son article CHYMIE, être appréhendé de deux manières par le philosophe de la nature : comme une partie constitutive des corps dotée de propriétés chimiques et comme une masse dotée de propriétés physiques, ou encore comme fixé et comme en expansion. Cette double approche de l’air recouvre en fait pour Venel la distinction qu’il propose entre chimie et physique (ordinaire) quant à la taille de leurs objets d’étude, mais doit également servir à souligner à la fois la particularité et la grande pertinence de la démarche de la première qui peut, elle aussi, « prêter au génie ». La question de la nature de l’air, commune aux deux disciplines, offre alors une illustration de la manière dont la chimie peut corriger les « erreurs » qui ont, selon Venel, défiguré la physique. L’article EXPANSIBILITE de Turgot peut-être ainsi perçu comme une réécriture de AIR, suivant les apports de la chimie ; tout corps étant en effet un air en puissance.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 2 Antoine François Fourcroy, CHIMIE, in Encyclopédie méthodique. Chymie, Pharmacie et Métallurgie, Pa (...)
  • 3 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 408b. J. J. Becher et G. E. Stahl étaient considérés par Venel, et (...)
  • 4 « Quam & loves & asini discernunt ».Voir,Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 409b. La Physica Subterran (...)

1C’est par ces mots que Gabriel-François Venel ouvre son article majeur CHYMIE dans le tome III de l’Encyclopédie de 1753, que Fourcroy d’ailleurs reproduira in extenso dans le Dictionnaire de Chimie de l’Encyclopédie Méthodique 2. Peu considérée, voire mal considérée, la chimie n’est pas jugée, selon l’auteur de la citation, à sa juste valeur, alors qu’elle devrait être placée au moins à l’égale de la « physique calculée », car elle aussi peut « prêter au génie ».Venel non seulement déplore mais conteste la suprématie exercée par les physiciens sur tout le champ de la philosophie naturelle, et pointe leur méprisante ignorance des ouvrages des chimistes lorsqu’il s’agit de traiter de sujets chimiques : « Quel physicien nomme seulement Becher ou Stahl ? » 3, lance-t-il. Aussi doit-on comprendre, selon lui, pourquoi les physiciens ontmanqué, entre autres, la nature de lamatière, l’essence de l’élasticité, la théorie de l’évaporation, et donc la véritable nature de l’air. Trop éloignés d’une réelle pratique expérimentale, ou, pour le dire autrement, se contentant de la contemplation des objets sensibles, se refusant à pénétrer – contrairement aux chimistes – « jusqu’à l’intérieur des corps », ne connaissant que leurs « surface & figure extérieure », ils sont voués à discerner les choses à la manière des boeufs et des ânes, suivant l’expression de J. J. Becher dans sa Physica Subterranea, que Venel se plaît à rappeler en latin 4. Aussi la physique, quels que soient ses mérites, ne pourra-t-elle jamais apporter de vues profondes sur un très grand nombre de phénomènes de la nature relevant en droit de la compétence de la seule chimie. Et l’auteur poursuit :

  • 5 Voir Rémi Franckowiak, Luc Peterschmitt, « La chimie de Homberg : une vérité certaine dans une phys (...)
  • 6 Voir p. xlvj du Discours historique sur l’origine & les progrez de la Chymie de cet ouvrage qui est (...)

2Le discours de Venel expose en fait, certes d’une manière plus radicale, le sentiment des chimistes de la première moitié du siècle sur le rôle essentiel joué par leur discipline – par son approche singulière de la nature – dans le progrès général des connaissances en philosophie naturelle, tels Wilhelm Homberg qui, en 1702 à l’Académie des Sciences, présentait les principes de la chimie comme pouvant seuls atteindre la « vérité certaine » dans une physique mécaniste « contestable »5, et l’auteur anonyme du discours historique qui précède le Nouveau Cours de Chymie suivant les principes de Newton & de Sthall (sic) de 1723, quiaffirmait que la « physique doit à la chimie une partie de ses découvertes»6. La chimie, selon Venel, peut donc légitimement revendiquernon pas uniquement une manière d’appréhender les phénomènes qui luisoit propre mais surtout un territoire distinct de la physique.

  • 7 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 409b.
  • 8 Le désignant étant le suivant : « Ent.Philos. ou Science. Science de la nat.Physique. Physiq. génér (...)
  • 9 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 416b.

3Une définition, à la fois précise et actuelle de la chimie s’impose alors effectivement. Cette définition de la science chimique, qui forme tout le propos de l’article CHYMIE, est en fait construite sur une série d’oppositions à tous les niveaux entre physique « ordinaire » et chimie – lesquelles forment chacune en réalité une partie de la Physique « universelle », « science générale des corps & des affections corporelles » –, afin de dégager le plus distinctement possible, par contraste, le propre de la chimie, pour la « placer au rang qu’elle mérite »7 ; l’opposition principale étant celle concernant leurs objets d’étude respectifs inscrite d’emblée dans le « désignant » qui complète l’entrée de l’Encyclopédie 8 : la chimie est science des petits corps, et la physique celle des grands corps ou encore celle des corps pris en grand. Ainsi Venel réclame-t-il la reconnaissance, non pas simplement de la spécificité de la chimie dans l’étude des corps inanimés, mais plus précisément, de sa compétence exclusive, car menant ses investigations à un niveau plus fondamental de la matière, c’est-à-dire au niveau des parties solitaires constituantes des corps, et non systématiquement dans leurvappréhension enmasse. La distinction entre physique et chimie se justifie alors effectivement pleinement, à partir du moment où les lois qui règlent les affections des corpuscules sont différentes de celles appliquées aux masses physiques ; si l’on applique les lois des unes aux autres, « tout ira mal »9. Par ailleurs, écrit Venel :

  • 10 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 419b.
  • 11 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 410a.

4Il est toutefois à préciser que cette position affichée par le chimiste n’implique pas une chimie en opposition à la physique ; en effet comme l’observeVenel : « […] Le Physicien & le Chimiste disent […] des choses différentes, mais non contradictoires. Le Chimiste fait seulement un pas de plus […] »10. Toutes les erreurs qui, selon l’auteur, ont défigurées la physique, ont une « unique source ; savoir que des hommes ignorant la Chimie, se sont donnés les airs de philosopher & de rendre raison des choses naturelles, que la Chimie, unique fondement de toute la Physique, étoit seule en droit d’expliquer […] »11.

  • 12 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 412b.
  • 13 Voir Venel, CHYMIE, Enc, t. III, p. 413b. Venel précise par ailleurs (p. 412a et b) : « […] il me s (...)
  • 14 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 410b. Fourcroy est encore de cet avis en 1795, quand il écrit dans (...)
  • 15 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 409a.
  • 16 Comme pour l’Abbé (JeanAntoine) Nollet (Leçons de physique expérimentale, 1745, t. 3), pour qui la (...)
  • 17 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 409a.

5Le territoire de la chimie n’est donc pas contigu à celui de la physique suivant une recension horizontale des phénomènes, mais est inscrit dans chacun de ces derniers, voire les traverse tous. La ligne de démarcation entre chimie et physique ordinaire passe en effet entre les deux niveaux de structure des corps : entre l’agrégé, soit la masse qui pousse, pèse, résiste, et la partie intégrante inaltérable ou corpuscule constitutif de l’agrégé ; ou encore entre les qualités extérieures dites « physiques » ou « accidentelles » comme la gravité spécifique – qui « peuvent périr sans que le corpuscule soit détruit »12 – portées par le corps tangible, et les qualités intérieures dites « chimiques » – appartenant par essence aux parties solitaires composant et définissant proprement le corps, faisant de celui-ci ce qu’il est et non pas un autre (comme la salinité, sapidité, solubilité des sels, ou la métallicité de l’or, ou encore la forme particulière des cristaux du nitre, et son aptitude à être dissout par l’acide vitriolique) – portées par le corpuscule trop petit pour être discerné par les sens ; tant il est vrai,suivantVenel,qu’il se peut qu’aucune des qualités sensibles d’un corps n’appartienne à ses éléments constitutifs, comme certains corpuscules peuvent ainsi être volatilisés, sans qu’aucun ne soit en réalité par lui-même volatil 13. Autrement dit, « les affections des principes de la composition des corps [sont] essentiellement diverses de celles des corps agrégés ou des masses »14. Dans ce contexte, on comprend aisément que la question de la véritable nature de l’air – à la suite de ses récents développements – serve également Venel dans sa tentative de définir la chimie, à la fois comme mode de pratique particulier de la physique et comme source de progrès des connaissances en philosophie naturelle, et d’exposer la supériorité de ses vues sur les phénomènes. Elle illustre parfaitement, en contraste avec la physique ordinaire, la « manière propre & indépendante » de la chimie d’étudier la nature, ce que Venel nomme « cette liberté, droit acquis par la possession & justifiée par la nature même de son objet »15. L’air passe effectivement pour un exemple de choix dans l’exposé de l’article CHYMIE, car c’est un objet d’étude commun au physicien et au chimiste ; l’un l’identifiant simplement et traditionnellement à l’air atmosphérique perçu uniquement à travers ses propriétés mécaniques, autrement dit à un corps singulier doué de la qualité absolue d’expansibilité 16, l’autre à un élément participant de la composition des agrégats, soumis comme tout autre corps aux lois des affinités, qui peut acquérir un état aériforme en dehors de toute combinaison, celui-là même qui intéressera Lavoisier.Aussi bien pour l’air que pour tout autre corps, dans cette chimie « philosophique », « raisonnée, profonde, transcendante », les chimistes « osent porter la vûe au-delà des objets purement sensibles »17. Venel écrit que :

  • 18 Ces deux mémoires (séances des 2 mai et 5 août 1750) seront publiés dans le tome II desMémoires de (...)
  • 19 Sur les affinités, voir Michelle Goupil, Du Flou au clair ? Une Histoire de l’affinité chimique, éd (...)
  • 20 Voir la thèse de doctorat de Christine Lehman, Gabriel-François Venel (1723-1775). Sa place dans la (...)

6Venel ne fait ici aucun renvoi à l’article AIR de D’Alembert paru deux ans plus tôt, si peu en phase avec l’état d’avancement des connaissances chimiques du milieu du xviiie siècle, ni d’ailleurs, de manière générale à aucun autre article chimique des deux premiers tomes de l’Encyclopédie. Il devait pourtant bien l’avoir à l’esprit, lui qui devait sa fulgurante notoriété dans le milieu scientifique parisien et les honneurs qu’il en avait retirés, à ses travaux sur l’air et à D’Alembert. En 1750, quatre ans seulement après ses débuts en chimie sous la direction de Guillaume-François Rouelle avec lequel il met au point un dispositif pour collecter et mesurer l’air qui se dégage de substances ou lors d’opérations chimiques,Venel lit à l’Académie Royale des Sciences deux « Mémoires sur l’analyse des eaux de Seltz ou Seltzer »18, dans lesquels il analyse et recompose l’eau de Seltz par combinaison d’air, dégagé par l’action d’un acide sur un alkali, et d’eau commune, et où il montre que cet air obéit parfaitement aux lois des affinités chimiques qui représentent alors le grand sujet de la chimie de ce siècle19, le rabaissant de ce fait au rang de substance capable de combinaison, comme toute autre substance chimique ordinaire. À la suite de cette lecture qui le fait connaître des académiciens, D’Alembert lui propose une collaboration dans l’Encyclopédie, d’abord occasionnelle, d’après son Discours Préliminaire de 1751, pour les sujets relevant de la minéralogie, puis officielle pour l’ensemble de la chimie dès 1753. En 1752, il déposera pour lui auprès du secrétaire perpétuel de l’Académie deux plis, l’un cacheté sur l’élasticité de l’air, l’autre non cacheté sur l’analyse végétale qu’il lira en séance l’année suivante20.

  • 21 Voir D’Alembert, AIR, Enc., t. I, p. 235a. La Chimie médicinale, contenant la manière de préparer l (...)
  • 22 L’édition consultée de Ephraïm Chambers,Cyclopaedia : or an UniversalDictionary of Arts and Science (...)
  • 23 Ou Dictionnaire Universel François et Latin. J’ai consulté les deuxième (1721), troisième (1732) et (...)
  • 24 Paul-Jacques Malouin,Chimie médicinale, Paris, 1755, p. 52 : « L’air fait partie de tous les corps, (...)

7Venel regrettait, dans l’article CHYMIE, que l’opinion des physiciens sur les chimistes n’ait pas changé depuis le dernier tiers du siècle précédent.Or, l’articleAIR est justement composé par des physiciens ; il ne pouvait à cet égard pas le satisfaire. Les quelques passages sur la chimie dans cet article de 1751 sont presque tous tirés de l’article correspondant de la Cyclopædia de Chambers qui évoquent encore les cinq principes chimiques (les Huile, Esprit, Sel, Eau et Terre), alors presque totalement abandonnés des chimistes 21, et relatent plusieurs expériences extrêmement anciennes de J.-B. Van Helmont (mort en 1646) et de R.Boyle (mort en 1691)22. Il est alors permis de penser que, en ce milieu du xviiie siècle, le grand public n’ayant rien trouvé sur la nature chimique de l’air dans, par exemple, les différentes éditions du Dictionnaire de Trévoux23, n’en connaissait vraisemblablement pas beaucoup moins que les physiciens sur le sujet.Toutefois, la question doit être posée de savoir si quelque chose pouvait réellement être connu à cette date sur l’air en chimie.Paul-Jacques Malouin, le collaborateur pour les articles de chimie des deux premiers tomes de l’Encyclopédie, ne semble pas avoir abordé le sujet ; il se contentera, dans la seconde édition de 1755 de sa Chimie médicinale, d’enregistrer le fait, sans en prendre la mesure, que « l’air fait partie de tous les corps », et davantage des corps solides suivant les travaux de Stephen Hales 24. Sauf à suivre les cours de chimie – privés ou publics au Jardin du Roi – de Rouelle, les connaissances chimiques sur l’air semblent à cette époque encore trop récentes pour s’être répandues en dehors du cercle des chimistes et de quelques physiciens. Il n’en reste pas moins que l’article AIR, ne disant mot, ou presque, sur la nature aussi nouvelle que surprenante de l’air, découverte à la fin des années 1720 et dont les implications chimiques ont été fortement développées à partir de la décennie suivante pour se poursuivre jusqu’aux travaux de Lavoisier, donnerait raison à Venel au sujet de cette « incuriosité » qu’il dénonce dont souffre la chimie.

8À partir de la fin des années 1730, la théorie dominante et originale sur laquelle s’appuient les chimistes français réunis autour de Rouelle est celle des quatre éléments constitutifs de tous les corps (Feu, Air, Eau, Terre auxquels se joint parfois un cinquième, la Terre Mercurielle). Ces éléments ne présentent qu’une vague ressemblance avec ceux de la philosophie antique ; ils s’enracinent davantage dans les pensées chimiques de Becher et de Stahl, et trouvent un écho dans la structure des Elementa Chimiae de Herman Boerhaave, plus physicien que chimiste pour le mêmeVenel dans son article CHYMIE. L’innovation de Rouelle, selon toute apparence, à la fin de la première moitié du siècle réside dans le développement du rôle purement chimique attribué à l’air élémentaire – rôle similaire à celui des trois (ou quatre) autres éléments –, et ce pour une grande part sous l’influence des travaux de Stephen Hales sur l’air contenu dans les corps végétaux et animaux. Le propos de Hales dans son ouvrage, Vegetable staticks, or an Account of some statical experiments on the sap in vegetables, paru en 1727 et traduit en français par Buffon en 1735 avec un titre plus explicite, La Statique des Vegetaux, et l’analyse de l’air, renouvelle la vision que l’on avait de la nature de l’air.

9Buffon note en préface à sa traduction :

10Hales, se revendiquant clairement newtonien,avait en effet constaté que :

11C’est ainsi, selon lui, par l’expression d’une force attractive interparticulaire que, par exemple, les corpuscules acides et sulfureuses fixent et soumettent les particules aériennes et élastiques. Hales pose alors la seule conclusion qui s’impose :

  • 28 Le terme de « rouellien » est justifié, puisque Rouelle a formé à la chimie toute une génération de (...)
  • 29 D’Alembert se réfère certes également dans son article AIR à un air élément, mais en référence à la (...)
  • 30 Si l’agrégé est « parfait » ; voir Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 411a.
  • 31 Au moment où sort le premier tome de l’Encyclopédie, Malouin, alors collaborateur pour les articles (...)
  • 32 Voir Pierre Crépel, « Faut-il brûler le pasteur Mouchon ? », RDE, n° 31-32, 2002, p. 201-232.
  • 33 Pierre-Joseph Macquer, AIR, Dictionnaire de Chimie, 1766, p. 62 : « est-il [l’air] décomposé par l’ (...)
  • 34 Venel dans l’article EAU (Chimie) note (Enc., 1755, t. V, p. 189a) : « Boerhaave, & plusieurs autre (...)
  • 35 Voir Venel, EAU (Chimie), Enc., t. V, 190b.

12L’article AIR de l’Encyclopédie, en dehors des passages pris de Chambers, cite il est vrai Hales, mais très rapidement et sans l’enthousiasme d’un Buffon, au sujet simplement des quantités d’air extraites des végétaux, de la compression de volumes d’air et de la perte de son élasticité en présence uniquement de certaines vapeurs ; il reste, toujours est-il, silencieux sur l’innovation chimique d’alors, c’est-à-dire la reconnaissance d’un air comme élément chimique, autrement dit comme constituant de la matière. Ce silence est remarquable puisque, pour Venel, ou tout autre chimiste rouellien 28, l’air considéré au niveau d’une de ses parties individuelles perd toutes les caractéristiques attribuées à l’air pris en masse, c’est-à-dire l’air atmosphérique ; l’air n’est plus à ce niveau de l’air, il est totalement dépourvu de la propriété d’élasticité, propriété pourtant « distinctive » selon l’article de D’Alembert 29. En conséquence, l’air doit être appréhendé en chimie de la même manière que n’importe quelle substance lorsque perçue dans sa quantité ; c’est-àdire selon Venel dans CHYMIE comme un « agrégé », défini « comme un amas de corpuscules non contigus, disposés à des distances égales »30. Aussi l’air pour les chimistes doit-il être considéré de deux manières : comme une partie constitutive des corps dotée de propriétés chimiques et comme substance dotée de propriétés physiques, ou, comme fixé et comme en expansion, ou encore, comme élément des corps et comme instrument naturel des opérations chimiques sur les corps. Cet article AIR de 1751 offre, dans une certaine mesure, un témoignage en creux, du fait même de l’absence d’allusion à la théorie chimique, de la toute récente innovation dans cette discipline 31.On comprend alors aisément, qu’aucun renvoi à AIR n’apparaîtra dans des articles de Venel traitant de l’état aériforme de la matière, tels que CLYSSUS, DISTILLATION, EAU, EFFERVESCENCE, ESPRIT, FIXATION, FIXE, et GAS – ni d’ailleurs dans leur reprise dans l’index analytique de l’Encyclopédie du pasteur Mouchon, qui pourtant propose parfois ses propres renvois 32. Pierre-Joseph Macquer, dans ses Elémens de Chimie Théorique de 1749, puis dans sonDictionnaire de Chimie de 1766, affirme, quant à lui,parfaitement la nature chimique de l’air (dont l’élémentarité – on peut le préciser – est déjà remise en question dans ce dernier ouvrage paru six ans avant le début des travaux de Lavoisier sur la décomposition de l’air atmosphérique33). Il y a fort à parier que si Venel avait dû écrire pour sa discipline l’article AIR (Chimie), celui-ci aurait sans doute ressemblé dans sa forme à l’article EAU (Chimie). L’eau, elle aussi, « dans son être solitaire & distinct », existe bien physiquement, comme élément ou premier principe concourant à la formation des corps, même très durs. Pas plus l’air élémentaire que cette eau, dont la transformation l’un en l’autre n’est possible pourVenel, ne doit être envisagée comme une masse revêtue de qualités sensibles, c’est-à-dire comme un corps physique ; s’il l’est, l’eau désigne alors un « instrument méchanique, ou si l’on veut physique34 » : comme agent physique donc,et non agent chimique35. Mais bien entendu Venel n’a pu écrire cet article AIR (Chimie) » puisqu’il ne fait sa véritable entrée dans l’Encyclopédie que par la lettre C, ce qui dans une certaine mesure, lui a permis de présenter plus facilement la chimie, dans ses différents articles parus au rythme imposé de l’ordre alphabétique, en prenant constamment appui sur l’article majeur CHYMIE dont le discours délivre tous les éléments de base de la science chimique. Ainsi la lecture de l’article CHYMIE est-elle primordiale pour la compréhension chimique de la nature de l’air, car préparant les articles importants suivants : DISTILLATION et EFFERVESCENCE où intervient l’air et sur lequel des informations complémentaires sont apportées.

13La distillation est présentée comme une pratique de séparation, une à une, des substances combinées plus ou moins fortement entre elles en un corps soumis à l’action du feu, sous forme de vapeurs. Par exemple, la distillation du vitriol de mars non préalablement calciné fait apparaître dans l’ordre, de l’eau de cristallisation, un phlegme acide, de l’air, puis un acide plus concentré. Venel a d’abord supposé que l’ordre de succession des produits de la distillation se faisait suivant leur degré de volatilité. Mais, cela n’est pas vrai dans la majeure partie des cas :

  • 36 Venel, DISTILLATION, Enc., t. IV, 1057a.

14Aussi, encore une fois, faut-il distinguer, suivant Venel, entre l’expérience physique que l’on a d’un corps et l’expérience chimique.Ce n’est pas parce qu’un corps est volatil dans sa constitution en masse que sa distillation sera plus aisée. La vaporisation représente, quel que soit le corps vaporisé – et l’air est à ce niveau perçu comme un corps comme les autres –, « un mode ou une espèce de raréfaction par le feu »36 : il est ainsi démontré que de l’air pris dans une union mixtive éprouve davantage de difficulté qu’une huile par exemple à recouvrer un état expansif.

15L’article EFFERVESCENCE nous renseigne enfin sur ce qu’il reste à savoir sur l’air d’un point de vue chimique, c’est-à-dire d’un air perçu comme une substance ordinaire, présenté ici suivant l’analogie avec la chimie des corps salins : un air qui se combine, se désunit et précipite, un air qui perd ses propriétés comme l’acide perd les siennes en se fixant sur une base. Le mouvement de l’effervescence, pour Venel,

16Ce serait donc une idée fausse de regarder l’effervescence, qui d’ailleurs diffère de l’ébullition, comme un mouvement résultant des chocs des corps les uns contre les autres suivant une certaine force d’attraction. L’effervescence s’explique plutôt par le dégagement violent de fluides, tel que « l’air rassemblé en bulles ». Venel s’appuie ici fortement sur les expériences de Hales qu’il commente et cherche à améliorer pour mesurer exactement la quantité d’air dégagée mais aussi absorbée lors de ce phénomène.

  • 37 Turgot, EXPANSIBILITE, 1756, Enc., t. VI, 277a.
  • 38 Turgot suit ici également sur ce point la position de Venel dans CHYMIE (et de Rouelle dont il a su (...)

17À l’issue du cinquième tome de l’Encyclopédie, tout est dit, peut-on remarquer, sur ce qu’il y a à savoir sur l’air considéré chimiquement : une substance chimique supplémentaire fait son apparition, un être singulier disparaît. Le moment se présente donc – pour revenir à l’ouverture du discours de Venel dans CHYMIE – de corriger les erreurs des physiciens par les nouvelles connaissances amenées par la chimie, « unique fondement de toute la physique ». L’article AIR peut être alors réécrit dès le sixième tome ; il le sera par un physicien formé à la nouvelle chimie de Rouelle, Anne Robert Jacques Turgot, qui ne se contentera plus – pour reprendre là encore une expression deVenel – de « de se donner les airs de philosopher » sur l’air. L’air, de la manière dont il était traité dans le tome premier, a vécu ; privé de toute propriété qui lui soit exclusive, l’air pris en masse passe désormais pour une substance plus ou moins ordinaire qui ne mérite plus vraiment un article particulier. Il importe seulement de considérer dans un point de vue cette fois chimico-physique, non plus l’air en tant que substance,mais l’état aériforme, un des trois états que peut revêtir n’importe quel corps suivant les conditions de température et de pression. L’air est mort, vive l’expansibilité. L’article EXPANSIBILITE (Physique) de 1756 de Turgot peut être ainsi regardé, suivant le point de vue d’un Venel, comme la réécriture, voire la correction de l’article AIR de 1751. Désormais, pour Turgot – même si l’air paraît être le seul corps auquel l’expansibilité apparaisse « au premier coup-d’oeil appartenir constamment » –, cette propriété dans tous les autres corps,pour lesquels elle paraît moins attachée à leur substance comme un caractère particulier de leur nature, n’en est pas moins tout aussi « accidentel & dépendant de circonstances étrangères »37.L’air en effet ne diffère aucunement des autres corps, tout aussi aptes à devenir expansibles à un certain degré de chaleur ; la chaleur – et non une force de répulsion abstraite, mathématique38 –étant en effet pour lui seule cause de l’expansibilité, que l’air perd lors de son engagement dans une union mixtive ; il est précisé que :

18Simplement,

19Turgot écrit :

20Généralisant son sentiment, Turgot – renvoyant à l’occasion à DISTILLATION et EFFERVESCENCE – poursuit par l’affirmation que tous les corps peuvent se présenter sous un état liquide, aériforme et solide ; tout dépend de la distance séparant leurs particules, laquelle varie suivant le degré de chaleur appliqué. Turgot, à la suite de Venel, mais pour la physique, prive ainsi l’air de sa position privilégiée, faisant, cette fois-ci, de tout corps un air en puissance. L’air est mort, vive l’air ; et bientôt vive les airs.

  • 39 Le rôle de l’air par rapport à celui d’un principe feu dans le phénomène de calcination avait déjà (...)
  • 40 Guyton de Morveau,AIR, Supplément, t. I.

21La publication des tomes de l’Encyclopédie prend fin juste au moment où des corps aériformes de nature distincte de celle de l’air atmosphérique sont reconnus,et où l’élémentarité de ce dernier commence à être mis en doute. L’ouvrage a toutefois permis à la chimie de se montrer dans toute son actualité en ce troisième quart du xviiie siècle, et de marquer sa place dans le champ des sciences de la nature, à travers, en particulier, la question de la nature de l’air. Une redécouverte des textes de Stahl et de livres d’autres Allemands directement dans leur traduction française a peut-être projeté sur le phlogistique un éclairage qu’il n’avait pas auparavant en France, tout en reportant sur lui la propriété de volatilité absolue détenue quelque temps plus tôt par l’air 39. Les tomes de Supplément de l’Encyclopédie paraissent à partir de 1776 dans une période alors de plus faible unité des chimistes, partagés par des polémiques, telles que celle qui occupa Guyton de Morveau et Roux au sujet d’une pesanteur spécifique du phlogistique plus faible que celle de l’air, et la remise en cause de ce fluide subtil par Lavoisier. En ce qui concerne la chimie, les articles du Supplément se présentent comme une oeuvre, non plus d’une communauté, mais centrée sur la position d’un seul individu, Guyton de Morveau, l’unique rédacteur des articles de chimie, qui à cette date semble délaisser quelque peu la chimie pneumatique. Son article AIR (Physiq.Chym.)40 (qui, lui, renvoie à AIR de 1751) va ainsi presqu’à contre-courant du travail des chimistes européens sur les airs ; tout juste définit-il l’air fixe. Auteur du premier tome de 1786 du dictionnaire de chimie de l’Encyclopédie Méthodique, il manifestera sa conversion aux vues lavoisiennes à mi-course, justement à l’article AIR. Aussi peut-on dire, qu’avant ce moment, « l’erreur » dans laquelle était plongée « les physiciens ignorant la chimie » au sujet de la nature de l’air était, sans doute à la plus grande satisfaction de Venel, réglée depuis 30 ans.

  • 41 Voir Franckowiak, o.c. in n. 8.

22Décidément, le tome premier de l’Encyclopédie, avec AIR, ALCHYMIE, AIGLE CELESTE, ALLIAR AERIS, AME DE SATURNE, etc., est un tome à oublier très rapidement pour un chimiste tel queVenel 41 ; il lui donne pourtant l’occasion, en particulier grâce à la question de l’air, de montrer que la chimie peut, elle aussi, suivant son expression, « prêter au génie ».

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Gabriel-François Venel, CHYMIE, Enc., 1753, t. III, p. 408a et b.

2 Antoine François Fourcroy, CHIMIE, in Encyclopédie méthodique. Chymie, Pharmacie et Métallurgie, Paris, t. III, an IV, p. 262-302.

3 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 408b. J. J. Becher et G. E. Stahl étaient considérés par Venel, et de manière générale par l’ensemble de ses contemporains chimistes, comme les fondateurs de la chimie moderne.

4 « Quam & loves & asini discernunt ».Voir,Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 409b. La Physica Subterranea de Johann Joachim Becher paraît d’abord en 1667 ; mais sans doute Venel se base-t-il sur l’édition de 1738 de sa republication par Georg Ernst Stahl, l’édition la plus importante pour les chimistes français d’alors.

5 Voir Rémi Franckowiak, Luc Peterschmitt, « La chimie de Homberg : une vérité certaine dans une physique contestable », Early Science and Medicine 10/1 (2005), p. 65-90.

6 Voir p. xlvj du Discours historique sur l’origine & les progrez de la Chymie de cet ouvrage qui est sans doute attribué à tort à Jean-Baptiste Senac. La nécessité de défendre et justifier la chimie se fera encore sentir près de trente ans après la parution de l’article CHYMIE deVenel. Pierre-Joseph Macquer note ainsi, dans l’avertissement de la seconde édition de 1778 de son Dictionnaire de Chymie (t. I, p. vj-vij) : « J’ai encore à demander grace pour quelques digressions dans lesquelles j’ai été comme entraîné par le désir de justifier la Chymie,&sur-tout les Savans qui ont cultivé&qui cultivent cette belle Science avec autant de zele que de succès, contre les imputations qui leur ont été faites dans ces derniers temps. J’avoue que je n’ai pu voir de sang froid que, dans un temps où les Chymistes semblent ne mériter que des éloges & des encouragemens par les travaux pénibles auxquels il se livrent,& les progrès rapides qu’ils font faire à la Science, des Ecrivains de nos jours aient cherché à les avilir ; les uns, d’un ton majestueux & méprisant, qui en impose ; les autres, d’un style bas, injurieux & grossier […] ».

7 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 409b.

8 Le désignant étant le suivant : « Ent.Philos. ou Science. Science de la nat.Physique. Physiq. générale. Physiq. particul. ou des grands corps & des petits corps. Physiq. des petits corps ou chimie ».Voir Rémi Franckowiak, « La chimie dans l’Encyclopédie : une branche tour à tour dépréciée, réévaluée et autonome », RDE, n° 40-41 (2006), p. 59-70.

9 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 416b.

10 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 419b.

11 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 410a.

12 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 412b.

13 Voir Venel, CHYMIE, Enc, t. III, p. 413b. Venel précise par ailleurs (p. 412a et b) : « […] il me suffit d’établir qu’il est au moins possible de concevoir une masse formée par des particules qui n’ayent aucune des propriétés qui se rencontrent dans la masse comme telle ; qu’il est très-facile de se représenter une masse d’or, c’est-à-dire un corps jaune, éclatant, sonore, ductile, compressible, divisible par des moyens méchaniques, rarescible jusqu’à la fluidité, condensable, élastique, pesant dix-neuf fois plus que l’eau ; de se représenter un pareil corps, dis-je, comme formé par l’assemblage de parties qui sont de l’or,mais qui n’ont aucune des qualités que je viens d’exposer […] ».

14 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 410b. Fourcroy est encore de cet avis en 1795, quand il écrit dans l’article CHIMIE du Dictionnaire de Chimie de l’Encylopédie méthodique (p. 307-308) : La chimie « ne peut faire aucune de ses opérations, aucune de ses recherches sur les corps en masse ; il faut qu’elle fasse disparoître d’abord leur propriétés physiques, leur solidité leur étendue, il faut qu’elle les fasse passer de l’état de sujets physiques à l’état de sujets chimiques ; elle n’agit que lorsqu’à raison de leur petitesse les corps échappent aux expériences physiques, elle n’opèrent que sur des molécules qui échappent aux sens, comme au calcul ; elle ne laisse jamais les corps dans l’état où elle les a pris, mais elle en change perpétuellement la forme, le tissu, la nature & toutes les propriétés intimes. De-là est venu cet axiôme que là où finit le physicien, commence le chimiste ; ubi desinit physicus, ibi incipit chemicus. Elle trouve ainsi dans chaque corps naturel des différences essentielles que la physique n’y considère point ; elle s’occupe de tous en particulier ; tandis que la physique ne les voit qu’en général&dans leur ensemble ; elle réduit les corps à leurs principes&à leurs éléments par une analyse ou une séparation réelle de leurs molécules ; après les avoir séparés, elle recombine de nouveau ces principes par l’opération générale qu’on nomme synthèse ; elle met en contact,& molécules à molécules, tous les corps de la nature les uns avec les autres & réciproquement.Voilà pourquoi quelques savans modernes croient devoir désigner la chimie sous le nom de physique particulière ; pour l’opposer & la comparer en même temps à la physique générale ou la physique expérimentale, telle qu’elle est aujourd’hui considérée […] ».

15 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 409a.

16 Comme pour l’Abbé (JeanAntoine) Nollet (Leçons de physique expérimentale, 1745, t. 3), pour qui la propriété naturelle d’élasticité d’un volume d’air pourrait s’expliquer par la forme spiralée de ses parties (p. 181), qui note que : « […] l’air a des propriétés constantes, des caractères inaltérables […]. Il est donc naturel de penser que l’air est une espèce de substance particulière dont la nature est fixe, que ses parties intégrantes sont homogènes, ou que ses principes sont unis de tout tems, pour ne céder à aucun des efforts que nous pourrions faire pour le décomposer » (p. 178).

17 Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 409a.

18 Ces deux mémoires (séances des 2 mai et 5 août 1750) seront publiés dans le tome II desMémoires de Mathématique et de Physique, présentés à l’Académie Royale des Sciences par divers Savans,& lûs dans ses Assemblées, 1755, p. 53-79 et p. 80-112.

19 Sur les affinités, voir Michelle Goupil, Du Flou au clair ? Une Histoire de l’affinité chimique, édition du C.T.H.S., Paris, 1991; Allistair Duncan, Laws and Order in Eighteenth-Century Chemistry,Clarendon Press,Oxford, 1996; etMiGyung Kim,Affinity, That Elusive Dream, A Genealogy of the Chemical Revolution: Cambridge (Mass.): TheMIT Press, 2003.

20 Voir la thèse de doctorat de Christine Lehman, Gabriel-François Venel (1723-1775). Sa place dans la chimie française du XVIIIe siècle, soutenue à l’Université de Paris Xle 28 janvier 2006, p. 16, 26 et 43.

21 Voir D’Alembert, AIR, Enc., t. I, p. 235a. La Chimie médicinale, contenant la manière de préparer les remedes les plus usités, et la methode de les employer pour la guérison des maladies, de 1734 (et 1755 pour la seconde édition) de p. -J. Malouin est undes rares ouvrages de chimie d’alors à faire encore état des cinq principes chimiques.

22 L’édition consultée de Ephraïm Chambers,Cyclopaedia : or an UniversalDictionary of Arts and Sciences, est la cinquième, de 1742. Un autre chimiste ancien indirectementcité dans l’articleAIR est Blaise deVigenère (mort en 1596) à travers le récit de sonexpérience d’évaporation du sel commun par dissolutions et évaporations répétées. Lachimie dans cet article, si elle n’est pas réduite à sa dimension expérimentale, est bien celledu siècle précédent qui voyait en l’air une matrice pouvant accueillir différents corps enson sein.

23 Ou Dictionnaire Universel François et Latin. J’ai consulté les deuxième (1721), troisième (1732) et cinquième (1752) éditions.Voir R. Franckowiak, « La chimie dans les dictionnaires et encyclopédies aux xviiie siècle : une incuriosité peu philosophique », in C. Lehman, F. Pépin (éd.). Chimie et Encyclopédie, Corpus, revue de philosophie 58 (à paraître).

24 Paul-Jacques Malouin,Chimie médicinale, Paris, 1755, p. 52 : « L’air fait partie de tous les corps, non seulement des fluides, mais aussi des solides ; & même M. Hales a trouvé que les solides contiennent plus d’air, que n’en contiennent les fluides ».

25 Stephen Hales, La Statique des Vegetaux, et l’analyse de l’air. Experiences nouvelles lûes à la Societé Royale de Londres ParM.Hales D.D.&Membre de cette Societé. Ouvrage traduit de l’Anglois, par M.De Buffon, de l’Académie Royale des Sciences, Paris,1735, préface du traducteur, p. vij-viij.Le propos de l’ouvrage de Hales – du moins dans satraduction française – semble avoir été immédiatement reçu par les chimistes ; il est mêmerepris par Malouin, comme on l’a vu.

26 Hales, préface, ib., p. xvi-xvij.

27 Hales, ib., p. xvij.

28 Le terme de « rouellien » est justifié, puisque Rouelle a formé à la chimie toute une génération de chimistes et d’intellectuels parisiens ; ainsi est-il permis de dire que la chimie du deuxième tiers du xviiie siècle en France se confond avec la chimie popularisée par Rouelle, même si des divergences peuvent être relevées entre les chimistes qui ont reçu son enseignement. Sur Rouelle, voir Rhoda Rappaport, « G.-F. Rouelle: An eighteenth-century chemist and teacher », Chymia, 6, (1960), p. 68-101.

29 D’Alembert se réfère certes également dans son article AIR à un air élément, mais en référence à la pensée grecque antique.

30 Si l’agrégé est « parfait » ; voir Venel, CHYMIE, Enc., t. III, p. 411a.

31 Au moment où sort le premier tome de l’Encyclopédie, Malouin, alors collaborateur pour les articles de chimie, ne peut faire entendre ici ce point de vue chimique sur l’air puisqu’il ne le partage pas ; sa chimie, plutôt obsolète à cette date, ne réserve à l’air qu’un rôle discret et mécanique. On peut, par ailleurs, s’interroger sur le sentiment de D’Alembert au sujet des quatre éléments des corps avancés par les chimistes puisqu’il n’en parle effectivement pas dans AIR ;mais les rattache,dans l’article second ELEMENS, à la philosophie antique en précisant demanière ambiguë que « cette opinion,quoiqu’abandonnée depuis, n’étoit pas si déraisonnable, car il n’y a guère de mixte dans lequel la Chimie ne trouve ces quatre corps, ou du moins quelques-uns d’eux. […] Aujourd’hui les Philosophes sages reconnoissent […] qu’on ignore en quoi consistent les éléments des corps » (Enc., 1755, t. V, p. 498a). L’article juste suivant, ÉLÉMENT OU PREMIER PRINCIPE (Chimie), est, quant à lui, vide et renvoie simplement à PRINCIPE.

32 Voir Pierre Crépel, « Faut-il brûler le pasteur Mouchon ? », RDE, n° 31-32, 2002, p. 201-232.

33 Pierre-Joseph Macquer, AIR, Dictionnaire de Chimie, 1766, p. 62 : « est-il [l’air] décomposé par l’acte de la combustion ? Si la chose est ainsi, l’air n’est donc pas un corps simple : de quelle nature sont les principes ? que deviennent-ils ? ».

34 Venel dans l’article EAU (Chimie) note (Enc., 1755, t. V, p. 189a) : « Boerhaave, & plusieurs autres physiciens, disent que l’eau est cachée dans un grand nombre de corps où il est merveilleux de la trouver,& cela (car Boerhaave s’explique) parce que ces corps n’ont aucune des qualités extérieures de l’eau, qu’ils ne sont ni mous ni humides, mais au contraire très-secs & très-compacts, tels que le plâtre employé, le vieux mortier, les parties très-dures des animaux, les bois les plus durs gardés dans des lieux secs & chauds pendant des siecles entiers, &c. Ceci est admirable en effet, comme tous les phénomenes naturels sont admirables, comme l’existence de l’univers est admirable, mais non pas étonnant, unique, incroyable ; puisque c’est au contraire un fait dérivé très-naturellement de cette observation générale, que les principes constituans des corps ne sont jamais sensibles, tant qu’ils sont actuellement combinés,& que l’eau ne se manifeste pas plus par ses caracteres sensibles dans l’esprit-de-vin rectifié, ou dans une huile, qui dans le tartre ou la stalactite, quoique les premieres substances soient liquides & humides, & que les dernieres soient seches & consistantes : en un mot, que l’eau puisse être renfermée dans des corps secs & durs, cela n’est un phénomene isolé, un objet d’admiration, stupendum, mirabile, (Boerhaave, el. chem. de aquâ, t. I. p. 314. ed. de Cavelier) que pour quiconque ne sait envisager un corps que sous l’image d’une masse revêtue de qualités sensibles, pour qui l’eau est toûjours une substance molle & fluide (sous une certaine température), un corps physique, un aggregé. Nous insistons sur les inconvéniens de cette mauvaise & très-peu philosophique acception, toutes les fois que l’occasion s’en présente, parce qu’on ne sauroit trop rappeller aux amateurs de la chimie (lectori philochimico), que la façon de concevoir contraire, est absolument propre & nécessaire au chimiste. Voyez la partie dogmatique de l’article CHIMIE ».

35 Voir Venel, EAU (Chimie), Enc., t. V, 190b.

36 Venel, DISTILLATION, Enc., t. IV, 1057a.

37 Turgot, EXPANSIBILITE, 1756, Enc., t. VI, 277a.

38 Turgot suit ici également sur ce point la position de Venel dans CHYMIE (et de Rouelle dont il a suivi les cours de chimie) qui distingue le corps agrégé pouvant subir l’action de la force de répulsion newtonienne et la particule solitaire qui subira celle de la chaleur : « Les corpuscules peuvent être écartés les uns des autres par la chaleur, cause avec laquelle on n’a plus besoin de la répulsion de Newton ; les masses ne s’éloignent pas les unes des autres par la chaleur. Voyez FEU » (CHYMIE, Enc., t. III, p. 413b).

39 Le rôle de l’air par rapport à celui d’un principe feu dans le phénomène de calcination avait déjà été discuté dans l’article MATIERE IGNEE OU MATIERE DU FEU du tome X de 1765 de l’Encyclopédie, signé Formey. L’article PHLOGISTIQUE n’apparaîtra quant à lui que dans le Supplément de l’Encyclopédie.

40 Guyton de Morveau,AIR, Supplément, t. I.

41 Voir Franckowiak, o.c. in n. 8.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémi Franckowiak, « Sur un air de Chimie dans l’Encyclopédie », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 44 | 2009, 31-46.

Référence électronique

Rémi Franckowiak, « Sur un air de Chimie dans l’Encyclopédie », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 44 | octobre 2009, document 4, mis en ligne le 13 octobre 2009, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rde.revues.org/4558 ; DOI : 10.4000/rde.4558

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org