Navigation – Plan du site
Autographes et documents/Bibliographie

AUTOGRAPHES ET DOCUMENTS

Christian Albertan et Anne-Marie Chouillet

Entrées d’index

Haut de page

Notes de la rédaction

Notre rubrique, compte tenu des ambitions et de l’influence de l’Encyclopédie, des réactions qu’elle a suscitées et de l’importance du réseau de connaissances de ses auteurs, n’accueille pas que des documents émanant des seuls Encyclopédistes ou les concernant exclusivement.

Afin de faciliter la consultation de cet ensemble nécessairement hétérogène, nous avons retenu un classement alphabétique. Chaque élément est suivi d’une référence renvoyant à une liste détaillée de catalogues qui se trouve à la fin du répertoire et d’un numéro renvoyant au catalogue cité. Les éventuelles interventions de la rédaction, qui ne peut garantir l’exactitude de toutes les copies de documents, sont entre crochets. Cette rubrique doit beaucoup aux personnes qui, fort aimablement, nous font parvenir des catalogues étrangers ou rares. Elles en sont ici vivement remerciées.

Texte intégral

1CATHERINE II, Impératrice de Russie.

2—  L.S. au roi de Naples (Ferdinand III, fils de Charles III d’Espagne), Tsarkoe Selo 22 août 1783, 1 p. 1/2 40/26 cm, en russe, transcription jointe. Beau document.

3Catherine II a donné la réponse à sa missive à son plénipotentiaire le duc de Saint Nicolas qui lui a réitéré l’assurance de la sincère et indéfectible amitié de Ferdinand. Elle s’en remet à lui pour témoigner en sa personne qu’elle souhaite également une union toujours plus grande. Le duc de Saint Nicolas, pendant tout le temps de son ministère à sa cour a acquis sa complète approbation par sa conduite sage et modeste et par le zèle minutieux qu’il a mis à répandre l’amitié et la bonne entente entre leurs deux cours. (Cat. 4, n° 47484)

4LALANDE (Joseph Jérôme Lefrançois de). Notes autographes. Décembre 1789 et s.d.

51 p. 1/2 in-12, sur 3 ff. distincts (le premier monté sur le deuxième et celui-ci collé attaché par un angle au troisième), ratures et corrections.

6 Recherches sur l’homme au Masque de fer.

7« J’ai vu des personnes très instruites qui croyoient que l’homme au masque de fer était un frère aîné de L. XIV né dans un temps où Louis 13 ne couchoit point avec sa femme et où l’on ne pouvoit couvrir l’équivoque de sa naissance, au lieu qu’on prît des mesures quand elle fut grosse de son second fils pour que le roy crût cet enfant à lui... Ce n’est ni le duc de Vermandois, ni le comte de Beaufort, ni le duc de Monmouth... M. d’Argenson a été le dernier du secret. M. de Fontenelle croyoit que c’était un fils du card. Mazarin et de la reine, qui se marièrent pendant la Régence... Le duc de Richelieu a communiqué à un ami et celui-ci à un homme de lettres, l’ab. Soulavie, les lettres de la fille du Régent, Me de Valois, duchesse de Modène avec qui il couchoit, qui portent qu’elle avoit été obligée de se laisser approcher – enculer – trois fois par son père pour en tirer le secret que c’était un frère jumeau de L. 14 que Richelieu fit soustraire pour éviter la discution de primogéniture, et empêcher que l’un fût cath. et l’autre protestant... Le card. de Richelieu le fit élever jusqu’à 19 ans en Bourgogne. Il surprit une lettre à son gouverneur, il se croyait bâtard du roi ; alors le card. Mazarin le fit enfermer à Pignerol dans le temps que L. 14 était à S. -Jean-de-Luz pour se marier ; il ressemblait pafaitement à Louis 14...

8Lalande semble relire l’histoire du Masque de fer dans une perspective critique à l’égard du pouvoir, et s’interroge sur d’autres secrets d’État : « L’histoire secrette du Régent, du card. Dubois, de mad. de Tencin, de leurs danses à nud, de leurs flagellations lubriques, est entre les mains de l’abbé... On y voit que tous les gens employés dans les affaires étaient des scélérats ». (Cat. 5, n° 84)

9NOUVELLES À LA MAIN. - Manuscrit daté « du 22 mai 1769 ». 3 pp. 1/4, infime déchirure marginale avec atteinte à 2 lettres.

10Le présent exemplaire évoque un projet de mont-de-piété, un chanoine parisien trouvé en un « mauvais lieu », l’effervescence politique en Angleterre, les opérations militaires en Corse, l’affaire de la Compagnie des Indes, les fêtes du prince de Conti et les dernières publications.

11La Corse, la Cour et Voltaire. « ... Un courrier arrivé de Bastia a appris le succès que les François ont commencé à avoir en Corse. Toute la sierre d’Anebio a été soumise avec sept villages; Gorgo a été reprise sans coup férir, et nous sommes maîtres des débouchés de l’Into et du fleuve de Quolo [sic pour les noms propres]. On espère que M. de Vaux pourra enfin soumettre toute la Corse... Monsieur le Prince de Conty a donné des fêtes à L’Isle-Adam, à l’occasion du mariage de M. le duc de Chartres; ce prince, la princesse, et les autres princes y ont assisté. 1l y a eu des opéra-comiques, des bals, des jeux, et tout y a été magnifique. Il est venu de Hollande de la boutique du libraire Rey qui paroît avoir entrepris de détruire la religion, beaucoup d’ouvrages hardis, tels qu’un Essai sur la nature et la destination de l’âme humaine par Collins, le tom. 4e de L’Évangile de la raison, où il y a beaucoup de morceaux de Voltaire ...Tous ces ouvrages sont pernicieux. On a imprimé à Genève Le cri des nations, petit écrit de M.de Voltaire contre les prétentions des papes, et en même tems une profession de foi qu’il a faite à l’occasion de ses pâques... »

12(Cat. 5, n° 95)

13PALISSOT DE MONTENOY (Charles) (1730-1814).

14— L.A.S., signée aussi par de Courtade (à M. de Marville), (7 février 1750), 8 p. in-4°.

15Pièce des plus curieuses, où ils formulent une plainte en escroquerie contre le chevalier de La Morlière (le fameux littérateur). Ils donnent les plus piquants détails sur la vie et les moeurs de ce .personnage, qui a refusé de donner satisfaction à M. de Courtade, qui l’avait provoqué. « Un pareil sujet est bien pernicieux dans une ville où la crédulité des marchands est une espèce de fonds assuré pour ces chevaliers d’industrie. »

16(Cat. 2, n° 85)

17VOLTAIRE.

18— Lettre signée « V » avec six lignes autographes, adressée à Théodore Tronchin. Les Délices (Suisse), 18 avril 1756, 3 pages 1/2 in-8°. Lettre célébrant l’inoculation que Théodore Tronchin venait de pratiquer sur les enfants du duc d’Orléans. Elle est partiellement rédigée en vers:

19« Depuis que vous m’avez quitté,

20Je retombe dans ma souffrance

21Mais je m’immole avec gaité,

22Quand vous assurez la santé

23Aux petits-fils des rois de France [...].

24Une vieille duchesse anglaise aima mieux autrefois mourir de la fièvre que de guérir avec le quinquina, parce qu’on appelait alors ce remède la poudre des jésuites. Beaucoup de dames jansénistes seraient très fâchées d’avoir un médecin moliniste. Mais, Dieu merci, messieurs vos confrères n’entrent guère dans ces querelles, ils guérissent et tuent très indifféremment les gens de toute secte. »

25Voltaire rajoute de sa main après sa dictée : « Vos deux enfants me sont venus voir aujourd’hui. Je les ai reçus comme les fils d’un grand homme. Mille compliments à Mr de La [Batte, biffé] si vous avez le temps de lui parle Je vous embrasse tendrement. » Lettre éditée dans la correspondance de Voltaire par Théodore Besterman, d’après l’original peut-être olographe conservé à la bibliothèque de Saint-Pétersbourg dans lequel « M. de la [Batte] » est remplacé par «M. de Labat ». Besterman n’ayant pas vu la lettre, il semble que l’originale soit celle-ci et que Saint-Pétersbourg ne possède qu’une copie. Rare. [Best. D 4446]

26— Lettre autographe signée « Voltaire » à Louis-Gaspard Fabry, maire de Gex [dans le département actuel de l’Ain]. Ferney, 3 janvier [1761]. 1 p. in-folio, adresse au dos. Belle lettre évoquant Turgot, puis un curé criminel. Voltaire admirait Turgot, même si son opinion sur les théories physiocratiques fut mitigée et changeante (il n’en retenait que l’axiome principal, le primat agricole). Leurs relations furent excellentes : Turgot, une fois devenu contrôleur général (1774), accorda à Voltaire que le pays de Gex fût détaché de la Ferme générale de Bourgogne, pour échapper au paiement de la gabelle. D’autre part, Voltaire soutint Turgot quand celui-ci se vit fragilisé par la critique de ses réformes ministérielles.

27« Je crois... avoir eu déjà l’honneur de vous mander que Mr de Montigni [alors intendant des Finances, fils de Trudaine] et Mr Turgot le maître des requêtes se sont chargez de presser auprès de M. de Trudaine [alors membre du conseil royal des Finances] la conclusion de l’affaire de notre petite province contre le Sr Sédillot... Je ne sçais pas trop quand notre nouvel intendant arrivera. Mais je regretterai toujours que vous n’aiez pas eu Mr de Turgot...

28L’avanture du curé de Moens est encor plus grave et plus criminelle qu’on ne me l’avait dit [les poursuites tardaient contre celui-ci, meurtrier d’un homme]. Elle a été bien mal entamée par les plaignants. Mais ils avaient eu tant de coups de bâton sur la tête que leur cervelle en était ébranlée...

29Je vous supplie... de vouloir bien dans l’occasion donner vos ordres pour les chemins de Ferney, et pour le chemin de Ferney à Tournai. J’y contribuerai plus que personne... »

30Lettre en grande partie inédite ; elle est très partiellement éditée, d’après copie, par Theodore Besterman, [Best. D 9516].

31(Cat. 5, n° 129)

32LISTE DES CATALOGUES

331. Arts et Autographes Maison J.-E Roux.

342. Autographes. Librairie de l’Echiquier, novembre 2004.

353. Autographes. Librairie de l’Echiquier, janvier 2005.

364. Lettres autographes Charavay, novembre 2004.

375. Les Neuf Muses, catalogue La Légende des siècles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Albertan et Anne-Marie Chouillet, « AUTOGRAPHES ET DOCUMENTS », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 38 | avril 2005, mis en ligne le 09 avril 2009, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://rde.revues.org/4519

Haut de page

Auteurs

Christian Albertan

Articles du même auteur

Anne-Marie Chouillet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org