Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Denis DIDEROT, Éléments de physiologie

Annie Ibrahim

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Denis DIDEROT, Éléments de physiologie, texte établi, présenté et commenté par Paolo Quintili, Honoré Champion, Paris, 2004, 500 p.

2Voilà une édition séparée des Éléments de physiologie, ce texte si précieux par la place qu’il occupe dans l’élaboration du matérialisme de Diderot, la dernière, après Le Rêve, et par son objet: sous l’allure d’un traité de physiologie, écho de la grande physiologie de Haller, cette apparente accumulation de notes foisonnantes et dispersées, fiévreusement rassemblées dès 1765 par son auteur jusqu’à sa mort, a une tout autre ambition. L’introduction de Paolo Quintili souligne qu’en tâchant de situer l’homme dans son milieu biologique et de définir sa nature vivante et pensante, le « philosophe » mêle à la physiologie animale et humaine des vues audacieuses et profondes de psychologie, de médecine, de morale et de métaphysique. Il les rapporte à la configuration ultime de son matérialisme d’un type si particulier, dans le contexte du siècle des Lumières.

3Cette œuvre était devenue difficilement accessible à l’honnête homme : d’abord éditée dans le volume IX des Œuvres Complètes Assézat-Tourneux, elle parut en 1964 chez Marcel Didier dans la remarquable édition critique présentée et annotée par Jean Mayer, désormais introuvable en librairie. Reprise dans le tome XIII de l’édition des Œuvres Complètes par Roger Lewinter au Club français du livre, elle a été enrichie et augmentée par son auteur pour le volume XVII des Œuvres Complètes de DPV chez Hermann et est donc uniquement consultable en bibliothèque, pour le commun des mortels.

4Ni l’introduction de cette réédition ni les commentaires en notes ne dissimulent la dette de Paolo Quintili à l’égard de Jean Mayer ; cette réédition témoigne au contraire de sa fidélité à l’égard des interprétations de son prédécesseur et de sa méthode d’établissement du texte, confortées par le Diderot homme de science, paru à l’Imprimerie bretonne, à Rennes, en 1959.

5Depuis cette date, les études diderotiennes se sont considérablement développées et précisées. Sans aucunement trahir le passé, Paolo Quintili, en retournant aux manuscrits, fait bénéficier son édition savante des Éléments de ces apports nouveaux et de ses propres interprétations et interrogations.

6Il s’agit d’éclairer l’architecture curieuse de ce triptyque – Des êtres, Éléments et parties du corps humain, Phénomènes du cerveau – et le détail non moins surprenant de cette oscillation entre conjectures spéculatives, paraphrases des Elementa de Haller et descriptions anatomiques.

7Paolo Quintili rappelle, dans son introduction, à la lumière des premières œuvres de Diderot et des articles de médecine et de physiologie de L’Encyclopédie, la genèse du « matérialisme biologique » des Eléments. Parmi les nombreuses influences capitales qui l’ont nourri, au rang desquelles la lecture des matérialistes de l’Antiquité compte sans doute autant que celle de ses contemporains, on ne saurait oublier les conversations avec ses amis médecins et la fréquentation de leurs écoles d’anatomie. Importance des chimistes, des médecins, des philosophes contemporains de Diderot : les aspects de leurs doctrines qui ont le plus contribué à la conception « proto-transformiste » du monde naturel proposée par les Eléments sont rappelés dans l’introduction et en notes. Trois visions dominantes éclaireraient cette œuvre ultime :

8– La temporalisation de la « chaîne des êtres »

9– La métamorphose des êtres

10– Une anthropologie matérialiste naturalisée

11Au terme de la dernière partie – Phénomènes du cerveau – la « conclusion » des Éléments, épicurienne et stoïcienne à la fois est, aux yeux de Paolo Quintili une « réactivation de la sagesse ancienne à la lumière des sciences de la vie ».

12Le texte est établi à partir de la copie Vandeul. Les variantes significatives et les fragments du manuscrit de l’Ermitage non repris dans la copie Vandeul sont aisément lisibles selon un principe de claire contextualisation. Deux appendices réunissent les textes du « Manuscrit de Petersbourg » découvert par G. Dulac en 1977 et les fragments autographes sur « l’histoire naturelle et expérimentale de l’homme ». Une riche bibliographie et un index concluent l’ouvrage et permettent une lecture à la fois aisée et instruite. Si l’on se réjouit évidemment de disposer enfin d’une édition séparée intégrale et savante de ce texte, on mesure combien ce travail aurait favorisé la transparence, la force et la vivacité du débat intellectuel et philosophique autour du « matérialisme biologique » du dernier texte de Diderot, s’il avait fait plus explicitement la clarté sur ses relations – de filiation et d’héritage – aux précédents commentaires et éditions des Éléments.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Ibrahim, « Denis DIDEROT, Éléments de physiologie », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 38 | avril 2005, mis en ligne le 09 avril 2009, consulté le 24 juin 2017. URL : http://rde.revues.org/4516

Haut de page

Auteur

Annie Ibrahim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org