Navigation – Plan du site
Glane

Quelle(s) édition(s) de la Cyclopœdia les encyclopédistes ont-ils utilisée(s) ?

Irène Passeron
p. 287-292

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Préhistoire de la préhistoire de l’Encyclopédie

1La petite synthèse qui suit est tirée de Wilson, (p. 63 sq., chapitre « la préhistoire de l’Encyclopédie »)et de Louis-Philippe May, « Documents nouveaux sur l’Encyclopédie », Revue de synthèse, février-décembre 1938 en cinq livraisons.

2Janvier 1745 : Godefroy Sellius propose à Le Breton la traduction de la Cyclopœdia

3Février 1745 : John Mills et Sellius s’engagent à fournir à Le Breton une traduction, revue et augmentée, de la Cyclopœdia, en 4 volumes de texte plus un volume de 120 planches.

425 février 1745 : Le Breton obtient un privilège pour 20 ans.

55 mars 1745 : contrat entre Le Breton, Mills et Sellius

6Printemps 1745 : premier Prospectus proposant quelques articles traduits (ATMOSPHERE, FABLE, SANG, …)

77 août 1745 : rupture à coups de canne sur la tête entre Le Breton et Mills. Le Breton jugera ses traductions inutilisables.

818 octobre 1745 : Le Breton s’associe avec Briasson, David l’aîné et Laurent Durand.

921 janvier 1746 : promulgation du renouvellement du privilège de février.

1027 juin 1746 : traité des libraires avec De Gua (D’Alembert et Diderot témoins) suivi d’un dîner (porté pour 44 livres)

113 août 1747 : rupture du contrat avec De Gua

1216 octobre 1747 : signature du contrat avec D’Alembert et Diderot.

13Du décembre 1745 au 31 décembre 1746 (« Livre de dépense et recette… pour le Dictionnaire de Chambers et Harris », L.-P. May, p. 31-35), par ordre d’entrée sur le « Livre », sans tenir compte des frais des libraires :

Sellius a touché

400 +  72 +  120 +  108

« Dalembert » a touché

105 +  84 +  114 +  105 +  180
+  150 +  63 +  60 +  120 +  105
+  183 +  75 +  240 +  58 +  105 +  78 +  97

De Gua a touché

198 +  198 +  198 +  162 +  234
+  165 +  180 +  90 +  57 +  500 +  500
+  500 +  21 +  500 +  71 +  192 +  308 +  356

Diderot a touché

60 +  30 +  15 +  90 +  120 +  120 +  405 +  135 +  120 +  336 +  75 +  132

Colins a ouché

120 +  135 +  127 +  90 +  165 +  120

Eidouz [sic] a touché

150 +  150 +  165 +  150
+  150 +  75 +  75 +  33

Toussaint a touché

135 +  120 +  90 +  90 +  100 +  45 +  67

Jault a touché

90 +  67 +  45 +  72 +  22

Clairaut a touché

105 +  60 +  60 +  105 +  45 +  150

Saint-Valeri a touché

120 +  60

Simon

120 +  58

La Borie

24

14    

  • 1 Il y en a plus tard : voir l’art. de Y. Sumi dans le présent volume, note 30.

15Les libraires ont acheté le Dictionnaire de Trévoux, le Moreri, le Dictionnaire de commerce, des œuvres de Wolff, ont payé des repas, des fiacres… mais, en 1746, nous ne trouvons nulle part mentionné d’achat de la Cyclopædia11.

16Sachant que D’Alembert écrit (dans sa lettre au marquis d’Adhémar que l’on peut dater de mai-juin) :

« Si je n’avois tous les jours une certaine tâche d’ecriture a faire, qui est la traduction d’une colomne par jour du dictionnaire anglois des arts (c’est ce que je vous ay dit qui me vaut trois louis par mois) je serois actuellement homme de lettres sans plume ny ancre. »

17Dans la même lettre, il évoque Diderot et « des engagemens qu’il a contractés icy avec des libraires pour des traductions du Dictionnaire anglois de medecine & du Dictionnaire anglois des arts ». Sachant par ailleurs que le « Livre de dépenses… pour le Dictionnaire de Chambers et Harris » mentionne en date du 2 décembre « payé pour solde de la traduction à M. Diderot », on peut penser que toutes les sommes récapitulées ci-dessus pour l’année qui nous intéresse, 1746, ont été données par les libraires en échange de traductions ou de retraductions, pour l’essentiel au moins.

18Le contrat du 27 juin précisait que si D’Alembert et Diderot le jugeaient nécessaire, ils pouvaient demander la retraduction de certains articles, que les libraires paieraient, et que l’abbé De Gua recevrait à partir du 1er août 1746, 500 livres par mois, dont il pourrait déléguer partie.

19Un rapide calcul nous montre que si une colonne par jour pendant un mois (30 colonnes) rapporte 3 louis, c’est-à-dire 72 livres, les libraires payaient la traduction 1 louis ou 24 livres pour 10 colonnes, ou encore 12 livres pour 5 colonnes, ce qui peut expliquer les multiples de 12. Si D’Alembert ne faisait que les articles de physico-mathématiques, il n’avait peut-être que des parties de colonnes, qu’il se faisait payer régulièrement ce qui expliquerait les chiffres différents et nombreux. Si on peut raisonnablement estimer que les libraires ont mentionné sur leur Livre toutes les traductions qu’ils ont payées, on aurait donc ici une première liste potentielle de traducteurs, en y ajoutant, peut-être, Mills. Si les traducteurs travaillaient simultanément, plusieurs exemplaires de la Cyclopœdia ont donc dû être utilisés, et rien ne dit qu’ils aient été identiques.

Les multiples éditions de la Cyclopædia

20Yoichi Sumi (Mélanges, voir bibliographie en fin de glane) a bien montré que l’édition qui a servi de base à la traduction française est postérieure à 1738, et qu’il s’agit très probablement de la cinquième de 1742 dont il semble qu’il y ait plusieurs formes. Philip Stewart a donné une liste des éditions dans RDE 12, p. 94-95. Rappelons brièvement cette liste, un peu complétée, en donnant pour numéro d’édition ce qui figure sur la page de titre.

211ère édition. 1728, 2 vol. London

222e édition. 1738, 2 vol. London

23Les 3e, 4e et 5e se superposent chronologiquement. Chambers meurt en 1740. Selon Abraham Rees dans l’édition de 1779, la 3e édition serait de 1739, la 4e de 1741 et la 5e de 1746, ce qui ne correspond pas aux dates mentionnées sur les exemplaires :

243e édition. 1740, 2 vol. Dublin (Richard Gunne, etc.). La troisième édition semble rare, la British Library mentionne sur son catalogue une « third edition corrected and amended » à cette date à Dublin, mais aussi une « third edition » présentée comme une « fourth » à Londres en 1741. Les additions séparées sont traitées dans le paragraphe suivant.

254e édition. 1741, 2 vol. London (D. Midwinter, etc.) plus répandue

265e édition.1741 et 1743, 2 vol. (D. Midwinter, etc. mais le etc. n’est pas identique pour les deux vol.). L’Arsenal à Paris en possède un exemplaire et elle est assez courante. Mais attention, cette « fifth edition » est différente (texte, renvois) de celle également assez répandue, et que l’on trouve à la BnF (Tolbiac)

275e édition. 1742, 2 vol., Dublin (Richard Gunne, etc.)

286e édition. 1750, 2 vol., Londres (Innys)

297e édition. 1751-52, 2 vol, Londres (Innys, etc.). En 1753 paraît à Londres un supplément en 2 vol.

30Le Prospectus de 1745 parle de « quatre éditions qui se sont suivies rapidement depuis ce temps-là » (Sumi, Mélanges p. 413). Si l’on suppose que « ce temps-là » est celui de la première édition de 1728 et que les traducteurs ont travaillé sur la dernière, l’édition de base serait la cinquième. Rappelons qu’il est possible que toutes les traductions n’aient pas été faites sur la même édition, d’après le témoignage même de Le Breton cité par Sumi : « Ces deux exemplaires [promis par Mills] ne sont pas encore arrivés, et il a fallu emprunter à Paris deux exemplaires pour commencer la traduction ».

31L’affaire se complique car le succès de la Cyclopœdia est tel qu’il existe plusieurs formes d’une même édition, un supplément séparé pouvant être imprimé et ajouté, il y a des éditions à Dublin et à Londres.

32Un cas particulier est celui de l’exemplaire de la bibliothèque de l’Institut. Il s’agit de la seconde édition parue à Londres en 1738 chez Midwinter, etc. Sa particularité est qu’un cahier de 13 pages in-f°, non paginé, est cousu entre les lettres A et B. Ce cahier s’intitule simplement « Additions to the fourth edition of Cyclopædia » et contient toutes les additions des lettres A à Z. Un exemplaire séparé de ces « Additions » est mentionné sur le catalogue de la bibliothèque de Leeds, qui restitue l’éditeur et l’année [London, Midwinter, etc. 1741], peut-être parce que la quatrième édition est de 1741 et la cinquième de 1742.

33Une collation plus systématique des différents exemplaires serait à faire, il n’est question ici que de quelques exemples, qui peuvent également servir de points de repère.

34Toutes les comparaisons d’articles montrent que le texte de base est postérieur, au sens strict, à 1738. Le texte des articles est légèrement augmenté, mais surtout, les renvois sont plus nombreux.

35L’édition a eu beaucoup de succès, mais les bibliothèques qui possèdent les éditions entre 1738 et 1743 (et qui sont donc la troisième, la quatrième et la cinquième) ne sont pas si fréquentes.

36Y. Sumi a comparé des éditions pouvant être la source de la traduction, à savoir la [quatrième] édition à Londres de 1741 [chez Midwtinter, Senex, etc.] l’édition à Dublin de 1740, la [cinquième édition] à Dublin de 1742, l’édition à Londres de 1741-43, ce qui lui a permis d’écarter dans un premier temps cette dernière, identique à l’édition de 1738 pour le texte-même mais lacunaire en renvois.

37La BnF possède deux éditions de la Cyclopœdia, celle à Londres, chez Midwinter, Innys et Rivington, with the supplement and modern improvements in one alphabet, by Abraham Rees de 1741-1743 (Arsenal), et la cinquième édition à Dublin, chez Gunne, de 1742 (Tolbiac).

38La bibliothèque de Leeds mentionne dans son catalogue la quatrième édition, à Londres, chez Midwinter, etc. en 1741 et les « Additions » qui se situent entre 1741 et 1742.

39La bibliothèque d’Oxford mentionne dans son catalogue la cinquième édition, à Londres [c’est moi qui souligne car cela signifierait que la cinquième édition a été imprimée à Londres et à Dublin en même temps], chez Gunne, de 1742, probablement celle, ou une de celles qu’ont utilisées les traducteurs et encyclopédistes (il n’est pas exclu qu’ils aient vérifié sur une édition plus récente de la Cyclopædia au moment de rédiger).

Esquisse de bibliographie sur la question

40FrancoVenturi 1954, Le Origini dell’Enciclopedia in Inghilterra, Genova, 1954

41John Lough en 1968 dans Essays on the Encyclopédie of Diderot and D’Alembert (Oxford UP), et de nouveau en 1980 dans « The Encyclopédie and the Chambers’s Cyclopædia » (SVEC n° 185, Oxford, p. 221-224) en montrant l’intérêt de ce travail de comparaison, avait estimé sa difficulté : « This would no doubt require several years of arduous toil devoted to comparing the two works article by article » (p. 221).

42Annie Becq a évoqué ces questions dans sa communication “Continu et discontinu dans l’écriture de l’Encyclopédie : le choix de l’ordre alphabétique” in Autour de l’Encyclopédie, Caen, 1983, p. 7–21.

43Philip Stewart a comparé les planches de la Cyclopædia et de l’Encyclopédie dans « Illustrations encyclopédiques : de la Cyclopædia à l’Encyclopédie », RDE 12, 1992 p. 72-98.

44Paolo Quintili avait donné un premier élément d’analyse sur la mécanique dans « D’Alembert « traduit » Chambers. les articles de mécanique, de la Cyclopædia à l’Encyclopédie », RDE 21, 1996 p. 76-90.

45Marie Leca-Tsiomis, dans son analyse détaillée d’Ecrire l’Encyclopédie (Oxford, 1999) a consacré un chapitre (p. 184-229) à la comparaison entre les deux encyclopédies et du Trévoux, fondée sur un corpus réduit mais très parlant.

46RDE 37 contient la traduction de la Préface de la Cyclopædia et une analyse détaillée du travail de Chambers par M. Malherbe

47Sciences, musiques, Lumières, Mélanges offerts à Anne-Marie Chouillet, « De la Cyclopædia à l’Encyclopédie : traduire et réécrire », 2002, p. 409-419, où Yoichi Sumi attire l’attention sur le Prospectus de 1745, qui n’est pas de Diderot et D’Alembert, et l’évolution de quatre articles déjà traduits dans le Prospectus. On voit en particulier qu’ATMOSPHERE, qui n’a pas de désignant dans Chambers, ni dans le Prospectus de 1745 obtient en 1751 un désignant (Phys.). Voir aussi « Atmosphere et Atmosphère, essai sur la Cyclopædia et le premier prospectus de l’Encyclopédie », in Vérité et littérature au XVIIIe s. Paris, Champion 2001, p. 271-284

48Le présent volume de RDE apporte de nouveaux points de comparaison.

49La version numérique de la Cyclopædia de 1728 et des suppléments de 1753 est en ligne sur le site de l’université du Wisconsin : http ://digital.library.wisc.edu/1711.dl/HistSciTech.Cyclopaedia01. Plus exactement, on y trouve :

50Cyclopædia, or, An universal dictionary of arts and sciences : containing the definitions of the terms, and accounts of the things signify’d thereby, in the several arts, both liberal and mechanical, and the several sciences, human and divine : the figures, kinds, properties, productions, preparations, and uses, of things natural and artificial : the rise, progress, and state of things ecclesiastical, civil, military, and commercial : with the several systems, sects, opinions, &c : among philosophers, divines, mathematicians, physicians, antiquaries, criticks, &c : the whole intended as a course of antient and modern learning :

51The First Volume (1728)

52The Second Volume (1728)

53A supplement to Mr. Chambers’s cyclopædia : or, universal dictionary of arts and sciences. In two volumes : Vol. I (1753)

54Vol. II (1753)

Haut de page

Notes

1 Il y en a plus tard : voir l’art. de Y. Sumi dans le présent volume, note 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Irène Passeron, « Quelle(s) édition(s) de la Cyclopœdia les encyclopédistes ont-ils utilisée(s) ? », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 40-41 | 2006, 287-292.

Référence électronique

Irène Passeron, « Quelle(s) édition(s) de la Cyclopœdia les encyclopédistes ont-ils utilisée(s) ? », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 40-41 | octobre 2006, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://rde.revues.org/4342

Haut de page

Auteur

Irène Passeron

REHSEIS. CNRS-Paris 7

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org