Navigation – Plan du site

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Colloque organisé par le Centre des sciences de la littérature française de l’U. Paris X-Nanterre, (...)

1Honneur, dans ce numéro double, à l’Encyclopédie. Reproduit ici dans sa quasi-totalité, le colloque qui s’est tenu les 18 et 19 novembre 2004 à l’université Paris X-Nanterre sous la direction conjointe de Marie Leca-Tsiomis et d’Irène Passeron1 s’est posé la délicate, la passionnante question des « désignants ». Fantaisie hyper-érudite ? Certes non. L’usage passablement inégal de ce que recouvre ce terme technique est l’une des clés qui permettent d’accéder à l’« esprit », ou encore au « style » de l’entreprise encyclopédique; c’est l’un des indices les plus expressifs des hésitations, des convictions et des présupposés de ses concepteurs et fabricants, tout au long de la chaîne ; c’est l’une des marques, discrète, insistante, variable, de son originalité. Les articles qui suivent en effectuent, chacun à sa manière, la démonstration.

2Recherches sur Diderot et sur l’Encyclopédie, la revue de la société Diderot, poursuit ainsi le débat engagé naguère dans un autre numéro double, le 31-32, paru en l’année 2002, sur la question brûlante de la numérisation du grand Dictionnaire. Ce fut, rappelons-nous, l’occasion d’un autre colloque, qui s’était tenu à Paris en novembre 2000. Près de sept années plus tard, qu’en est-il de la qualité de ces supports électroniques et des bénéfices que la recherche peut en tirer ? Les contraintes économiques sont lourdes, nous le savons. Il en va pourtant de la fiabilité des nouveaux « produits » numériques lancés sur le marché, et de notre capacité à ajouter à la forme-livre originelle une forme nouvelle, non équivalente, lisible autrement, qui améliore notre puissance d’analyse, augmente par là les connaissances, mais sans adultérer le contenu ni masquer le contexte : en jouant cartes sur table.

3Pour nous, le travail se poursuit. C’est un outil et un objet extraordinaires, au sens propre du terme, que l’Encyclopédie. Mais, précisément, son maniement est des plus délicats. Ce grand prototype des Lumières mérite à tous égards que nous lui accordions attention et respect. Que nous multipliions, pour mieux le connaître, nos investigations critiques. Que nous l’interrogions avant de le transformer, de le déformer. C’est ce que la communauté savante réunie à Nanterre a fait et bien fait. D’autres réunions de travail, d’autres colloques de ce type suivront, tant est complexe la belle machine encyclopédique. Voilà l’exemple même de recherches de fond, véritables préalables scientifiques, qui permettront, à terme, d’envisager sans trembler ou sans rougir, la diffusion, auprès des étudiants et des chercheurs, de nouvelles éditions numérisées.

Haut de page

Notes

1 Colloque organisé par le Centre des sciences de la littérature française de l’U. Paris X-Nanterre, le REHSEIS-CNRS, le GDR d’Alembert et la Société Diderot.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Chartier, « Présentation », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 40-41 | 2006, 5-6.

Référence électronique

Pierre Chartier, « Présentation », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 40-41 | octobre 2006, mis en ligne le 09 décembre 2008, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/4262

Haut de page

Auteur

Pierre Chartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org