Navigation – Plan du site
Chroniques

Langres vient de perdre Michel Humbert

Jean-Pierre Desenne
p. 141-142

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Décédé le 26 Mars dernier, il était le directeur de la Compagnie théâtrale qui porte son nom, et le Président du Forum Diderot.

2Né à Rouen en 1928, très tôt attiré par le théâtre, Michel Humbert était entré, à 17 ans, au Conservatoire de sa ville natale, puis avait tenté l’aventure. Comédien, metteur en scène, puis directeur d’un petit théâtre de poche, ouvert par lui, il avait exploré le répertoire classique, et défriché certaines œuvres nouvelles de Ionesco, Beckett, Adamov, Vian…

3Remarqué, quelques années plus tard, pour sa mise en scène de Woyzek (Büchner), il avait été nommé à la direction du Centre Dramatique de Bourgogne. Michel Humbert a été, en effet, l’un des nombreux acteurs de la « décentralisation », enchaînant, au plus près du public, et pendant de nombreuses et riches années, des mises en scènes variées. C’est en 1985 que le Maire de l’époque, Guy Baillet, le convainquit d’installer à Langres sa Compagnie, et d’y créer les annuels Rendez-vous de Juillet. La Tour de Navarre, le cloître de la Cathédrale, les jardins de la Sous-Préfecture, l’Hôtel du Breuil et autres lieux, furent tour à tour habités par les représentations d’œuvres classiques ou contemporaines (J.P Sarrazac…), françaises ou européennes (Th. Bernhard…). La vie culturelle locale en fut évidemment dynamisée ; l’image de Langres, valorisée.

4À cette aventure collective, celle d’une compagnie, M. Humbert ajoute une démarche plus personnelle : constatant que l’œuvre du philosophe était fort méconnue dans sa ville natale, il proposa avec quelques amis la création du Forum Diderot, destiné à intéresser un public nouveau, tout en s’efforçant de renouer avec l’idée « philosophique » d’un questionnement du monde contemporain. Un premier colloque fut organisé, fin 2000 (deux belles conférences de Michel Serres, dont une sur Le Rêve de D’Alembert) ; un second, sur les savoir-faire. Des tables rondes, sur le langage, sur l’homme et l’animal (intervention plaisante de Dominique Lestel) ; des cafés-philo, des concerts, une ou deux publications. À partir de 2002 fut programmée la Biennale des lumières, mêlant spectacles invités (La servante maîtresse de Pergolèse ; Le Mariage de Figaro…), des adaptations : Candide, Le Neveu de Rameau… Michel Humbert proposa pour sa part Le Supplément au Voyage de Bougainville, Madame de la Carlière, spectacle fort réussi, et un récit-spectacle, intitulé : La Fabrique des lumières, autour de l’aventure encyclopédique.

5Ce faisant, Michel Humbert, résolument installé dans les remparts lingons, s’était familiarisé avec une œuvre dont il appréciait l’éclectisme, l’oralité, le sens du jeu, l’hédonisme et l’athéisme serein.

6Langres perd un homme de culture et de théâtre, et un formidable animateur. Il faut espérer que, de ce qu’il a semé, et des envies qu’il a suscitées, naissent d’heureuses initiatives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Desenne, « Langres vient de perdre Michel Humbert », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 42 | 2007, 141-142.

Référence électronique

Jean-Pierre Desenne, « Langres vient de perdre Michel Humbert », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 42 | avril 2007, mis en ligne le 03 décembre 2008, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rde.revues.org/3982

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Desenne

Pour le Forum

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org