Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Frédéric Barbier, Sabine Juratic, Annick Mellerio, Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens du livre à Paris, 1701-1789

Annie Chassagne
p. 200-202

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1De Achin Pierre, colporteur, à Cuvrard, demoiselle, passeuse d’imprimés interdits, s’égrènent au long de ces pages, la vie, l’activité, la fortune de 502 personnages, acteurs du monde du livre à Paris au XVIIIe siècle.

2Voici, à la disposition des dix-huitièmistes, un formidable outil de travail, permettant par sa structure de multiples recherches et études. C’est un projet vaste par l’espace-temps envisagé, (1701-1789), vaste par la population étudiée qui ne se limite pas aux imprimeurs et libraires mais répertorie également colporteurs, marchands de livres et graveurs de caractères, vaste par les champs d’information offerts. Il ne s’agit pas en effet, comme dans le Répertoire d’imprimeurs libraires XVI-XVIIIe siècle de Jean-Dominique Mellot et Élisabeth Quéval d’une simple identification des professionnels : ce répertoire les individualise par leurs dates biographiques, leurs lieux (adresses, enseignes, devises) et dates d’activité, ainsi que par les grandes lignes de leur carrière comprenant le détail des associations passées avec d’autres professionnels. Ce type de travail est directement utile – et utilisé – pour attribuer à chaque livre imprimé son fabricant. Ces renseignements, intégrés dans les catalogues informatisés des bibliothèques ont pu d’ailleurs permettre de nourrir le Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens du livre à Paris, 1701-1789, en aidant à la reconstitution des fonds de librairie. Le Dictionnaire, s’il est plus restreint quant aux aires géographique et chronologique prises en compte, dépasse ce cadre informatif pour fournir des renseignements sociaux-économiques détaillés sur les déroulements de carrière, les alliances, la prospérité économique, le rôle social de tous ceux qui participent à la fabrication et à la diffusion de l’imprimé dans la capitale.

3Toutes les fiches individuelles sont structurées de façon identique (ce qui permet statistiques et comparaisons) et se décomposent selon les éléments suivants : Nom, prénom (s), qualification, dates biographiques, dates d’activité, adresse (s), fonds de librairie (types d’ouvrages vendus), importance de l’imprimerie (nombre de presses, nombre d’employés), fortune (imposition), sociabilité et culture (liens avec le monde des lettres, le monde politique, responsabilités dans la cité, lectures…). Les références – sources manuscrites, sources imprimées et bibliographies – suivent chacune des notices. Des tableaux généalogiques, un index (personnages cités, enseignes, noms de lieu) complètent utilement cette prosopographie précédée d’une introduction où sont rappelés les cadres administratifs et juridiques des professions du livre.

4La masse des sources exploitées est impressionnante, qu’elles soient manuscrites – n’en sont qu’une partie les archives de la librairie, de la police, bien sûr, et, plus original le journal du libraire Siméon Prosper Hardy – ou imprimées – catalogues de libraires par exemple. Ce Dictionnaire est à la fois un instrument de référence, une mine de renseignements pour entreprendre de nouvelles recherches, et déjà, en lui-même, une somme historique qui donne un éclairage sur des réalités économiques, des rapports sociaux, des liens de sociabilité permettant l’analyse d’une partie de la société de la capitale politique et culturelle de la monarchie au XVIIIe siècle. Que nous livre par exemple le fait que, selon cette enquête, un quart de cette population dont l’activité professionnelle est liée à l’imprimé soit constituée de colporteurs ?

5Cette entreprise prend place à côté des grands travaux et répertoires concernant l’imprimé au XVIIIe siècle en France, l’oeuvre collective qu’ont été le Dictionnaire des journaux et le Dictionnaire des journalistes réalisés sous la direction de Jean Sgard, la Bibliographie chronologique de Pierre Conlon, le Siècle des Lumières, ou le Répertoire des livres imprimés en France au XVIIIe siècle, établi par régions et publié chez Koerner.

6Le Dictionnaire fait partie d’un projet plus vaste dont l’Institut d’histoire moderne et contemporaine est le maître d’œuvre, l’enquête sur les hommes du livre en France au XVIIIe siècle. Le Nord de la France a déjà été étudié par Frédéric Barbier dans son ouvrage Lumières du Nord. D’autres enquêtes provinciales en particulier Lyon et Rouen, devraient suivre permettant de compléter le panorama d’une partie de l’activité culturelle en France au XVIIIe siècle.

7Mais dans un premier temps nous attendons avec impatience la suite de ce Dictionnaire concernant Paris – le présent volume ne représente qu’un quart de la population envisagée – qui est prévue pour 2009-2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Barbier, Sabine Juratic, Annick Mellerio, Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens du livre à Paris, 1701-1789. A-C, Genève, Droz, 2007, 688 p.

Référence électronique

Annie Chassagne, « Frédéric Barbier, Sabine Juratic, Annick Mellerio, Dictionnaire des imprimeurs, libraires et gens du livre à Paris, 1701-1789 », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 43 | octobre 2008, mis en ligne le 26 novembre 2008, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://rde.revues.org/3832

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org