Navigation – Plan du site
Les branches du savoir dans l'Encyclopédie

La Perse dans l’Encyclopédie

Hassan Foroughi
p. 127-142

Résumés

Dans cet article, nous avons essayé de traiter les nombreux articles consacrés à la Perse dans l’Encyclopédie, sous trois catégories des connaissances géographiques, historiques et philosophiques. Sous chaque catégorie, nous avons réuni un grand nombre d’article abordant les connaissances persanes propres à soutenir l’objectif des Encyclopédistes. L’exposé des connaissances géographiques, des exemples historiques des souverains éclairés ou despotiques, de l’ancienneté de la philosophie zoroastrienne, et la réhabilitation de la vraie Perse, leur servent d’instrument à défendre la souveraineté de la raison, attaquer les tyrans et les représentants de la religion, exalter le despotisme éclairé, prêcher la tolérance religieuse et la pratique d’une morale pure.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Dans le vaste « tableau de toutes les connaissances humaines » que les encyclopédistes se proposent de brosser, la Perse ne constitue certes pas une branche ou une catégorie particulière de ces connaissances ; mais à titre de pays de longue histoire et d’antique civilisation, elle ne pouvait pas manquer d’y figurer. Le nombre considérable d’articles y consacrés, constitue plusieurs feuilles sur différentes branches de cet arbre du savoir et justifie son importance et son rôle dans la diffusion des Lumières.

  • 1 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gen (...)
  • 2 Ministre de l’Église française à Bâle et auteur des Tables (2 vol.) et des Suppléments (5 vol.) Voi (...)
  • 3 Voir l’article de G. Blanchard et M. Olsen dans RDE, 31-32, avril 2002, p. 45-63.

2Alors, comment la retrouver dans cet immense « ouvrage de référence majeur » et à travers les trente-cinq grands in-folio qui constituent l’édition complète de l’Encyclopédie1 ? Les précieuses Tables de Mouchon2, la méthode même de rédaction de l’Encyclopédie et son « système de renvois3 », et aussi, l’édition de l’Encyclopédie sur CD-Rom, ont facilité le travail et nous ont permis de faire des recherches aussi complètes que possible. Nous avons ainsi pu relever plusieurs centaines ou même, à peu près, un millier d’articles dont la moitié traite entièrement les connaissances persanes.

3Pour voir sous quelles catégories de connaissance sont placés les articles sur la Perse et quel est le rôle que les encyclopédistes ont assigné à ces connaissances, nous allons traiter notre sujet, en tenant compte du contenu des articles, sous trois catégories des connaissances, géographique, historique et philosophique, et évoquer à travers ces trois catégories, et dans les limites de cette étude, d’autres connaissances abordées tout au long de l’Encyclopédie, sur ce « grand royaume d’Asie ».

Les connaissances géographiques

4Pour présenter la géographie de la Perse et dessiner le tableau de sa civilisation, les encyclopédistes se servent assez souvent des récits de voyages dont certains auteurs, comme Tavernier, Chardin, Oléarius ou Pitton de Tournefort sont cités nominalement. Les autres sources sont des références à quelques auteurs de l’antiquité : Hérodote, Xénophon, Théophraste, Pline, Polus, Lucien et autres familiers des auteurs des articles de l’Encyclopédie qui cherchaient dans les vieux textes confirmation aux assertions des voyageurs.

  • 4 Encyclopédie, XII, 417a.

5L’ article PERSE4, qui contient l’essentiel de la géographie physique et économique de la Perse, est signé par le Chevalier de Jaucourt. Il était bien difficile d’approcher de l’exactitude par la simple compilation des récits de voyages ; mais cet article résume l’idée qu’un Encyclopédiste se faisait de la Perse et des Persans. Nous allons essayer d’y déceler les traits qui l’ont intéressé.

  • 5 En réalité, ils bordent presque la Caspienne.

6Après avoir désigné la Perse comme un « grand royaume d’Asie » et mentionné ses bornes, l’auteur fait des observations sur le mont Taurus qui, ayant coupé le pays par le milieu, « jette ses branches ça et là dans diverses provinces » et en détermine le climat : notion fort juste si la situation des Monts Albourz était exacte5.

  • 6 Suppl. II, 186a.

7Quant à la qualité du terroir de la Perse, il « est généralement sabloneux » (sic) et la sécheresse domine ; mais « si le terroir est sec par le défaut de rivières, les Persans par leur travail et leur industrie, le rendent fertile dans une grande partie de l’empire », grâce à une science séculaire de l’irrigation que met en valeur l’article CANAUX6.

8« Le climat de Perse est admirable pour la vigne…. », le riz, les fruits, les grains de toute espèce : « les melons y sont d’une grosseur extraordinaire et d’un goût exquis. Dès qu’on a passé le Tigre en tirant vers ce royaume, on ne trouve que roses dans les campagnes ».

9Dans cet article, aucune mention n’est faite de l’élevage du mouton, source de l’industrie des tapis, pas plus que de celui du cheval et du chameau : le Persan n’est pourtant pas si frugal qu’il puisse se passer de viande. « Les montagnes sont remplies de gibier » écrit Jaucourt : chacun peut aller à la chasse. En revanche l’élevage du ver à soie prend une importance démesurée, mais il faut bien expliquer les « vingt mille balles de soie, chaque balle pesant deux cens seize livres », objet essentiel du commerce de la Perse pour les Européens. « Une autre branche du commerce de la Perse, consiste en magnifiques tapis, en toile de coton, en étoffe d’or et d’argent, et en perles ». On aurait aimé que les belles planches reproduisant les métiers à tisser les tapis soient présentées sous le nom de la Perse ; mais, on sait que les tapis se vendaient sous le nom de tapis de Turquie et c’est sous ce titre qu’on voit le détail des accessoires et de cet art, éminemment persan.

  • 7 XI, 75a.
  • 8 Jeanne Chayban, Les Voyages en Perse et la pensée française au XVIIIe siècle ; Téhéran, 1971, p. 28 (...)

10Le haut commerce est vanté à l’article NÉGOCE7 : « C’est surtout en Perse que la qualité de marchand a des honneurs et des prérogatives extraordinaires ; aussi ce nom ne se donne-t-il point aux gens qui tiennent boutique ou qui trafiquent de menues denrées mais seulement à ceux qui entretiennent des commis et des facteurs dans les pays éloignés. Ces personnes sont souvent élevées aux plus grandes charges, et c’est parmi elles que le roi de Perse choisit ses ambassadeurs ». Cet éloge du commerce est bien dans l’esprit de Diderot : utiliser tous les éléments en vue de répandre les idées que les philosophes jugent nécessaires au bonheur des hommes. Bien que le choix de négociant comme ambassadeur fut très rare, il se rapporte à l’idéal philosophique : Voltaire ne fait-il pas l’éloge d’un ami britannique (Faulkner), négociant, qui fut nommé ambassadeur à Constantinople8 ?

  • 9 VIII, 346a.
  • 10 X, 13b.
  • 11 XVI, 749b.
  • 12 Suppl. II, 199a.

11À l’article PERSE vient aussi la description des Persans qui sera reprise à l’article HUMAIN 9. Leur habillement et surtout le costume sont bien décrits, et le détail de la confection du turban10 ou du mandil11 est indiqué aux articles portant ces titres, ainsi que pour l’habit nommé candy12, origine du costume moderne du Persan.

  • 13 Planches, II, alphabets, p. 15 : alphabet des Gaures ou ancien persan, p. 16 : alphabet des Anciens (...)
  • 14 Voir les adaptations des fables de Saadi par Diderot publiées à plusieurs reprises en 1761 et 1762 (...)
  • 15 XII, 417-420.
  • 16 Planches, VII, Musique, pl. 4.

12Deux paragraphes sont consacrés ensuite à l’éducation et à la langue persanes. Aussi, de très beaux échantillons de différentes écritures persanes sont-ils reproduits parmi les écritures asiatiques13. Mais, malgré le grand intérêt des encyclopédistes, surtout de Diderot lui-même14, pour la littérature et la belle poésie persanes, presque aucune mention n’en est faite tout au long de l’ouvrage. D’ailleurs, le but de l’ouvrage étant trop sérieux, la Perse pittoresque des Contes ne pouvait pas y figurer : aucune mention aux articles CONTES, NUITS, JOURS ou MILLE. Seules exceptions, à l’article PERSES (EMPIRE DES)15 on lit tout court : « La langue persane plus douce et plus harmonieuse que la turque, a été féconde en poésies agréables ». Et un seul quatrain de chanson, mise en musique et traduite par Chardin, se trouve dans les planches16.

  • 17 XV, 267b.
  • 18 Vol. II des planches-Blason-pl.16-Soleil, lune et étoiles y sont représentés avec la mention Schah (...)
  • 19 Art. Divan-Beghi, I V, 1968a.
  • 20 Art. Nazer, XI, 66a.
  • 21 I, 817a, b et Suppl. II, 667b.
  • 22 Suppl. II, 186a, note.
  • 23 XIII, 752a. Radar, mot persan, de râh : chemin et dar : gardien.

13Le gouvernement « monarchique, despotique », est bien étudié. Il sera complété par de nombreux articles sur le SOPHI DE PERSE17 (dont les armes seront reproduites sur une planche de blasons asiatiques)18, sur le ministre d’état surintendant de la justice19 et le surintendant de la maison du roi20, et sur le principal ministre ou Athemaddoulet21. L’importance du surintendant des eaux22 est comprise, comme il se doit dans un pays où le génie de l’homme combat la sécheresse. Aussi, grand éloge est-il fait de la police des routes à l’article RADARS23.

14La présentation de la Perse au point de vue de la géographie et de la civilisation, toute incomplète qu’elle soit, prouve ainsi que ce pays faisait partie du monde connu et que le rapport avait été établi entre la Perse antique et la Perse moderne. Les articles restent assez objectifs ; cependant on y retrouve la mentalité de leurs auteurs et les traces de leur culture. Déjà apparaît, esquissée, la méthode qui va permettre à l’Encyclopédie de devenir un instrument de propagande philosophique, méthode qui se précise de plus en plus dans la présentation de la Perse historique et de la Perse philosophique.

La Perse historique

  • 24 XII, 418a.

15L’histoire de la Perse, qui figure à l’article PERSES (EMPIRE DES), est aussi de la plume du Chevalier de Jaucourt. Les sources de l’histoire ancienne ne sont pas très souvent indiquées, sans doute parce qu’elles étaient familières aux Encyclopédistes comme aux lecteurs. Hérodote, Xénophon, Strabon, sont les seuls auteurs cités. Pour l’histoire moderne, on trouve, en plus des noms de voyageurs très connus, ceux de l’abbé Fourmont, du P. du Cerceau et des voyageurs Otter et Fraser. Comme on pouvait le prévoir, « M. de Voltaire » a été consulté pour les Révolutions de Perse24.

  • 25 XII, 420b.
  • 26 XII, 417a.

16Dans cet article, l’auteur a délibérément sacrifié l’histoire ancienne à l’histoire moderne. Bien qu’il mette l’accent sur l’antiquité de l’Empire des Perses en datant le règne de Cyrus1er (559-529 av. J.C.) et évoque la prise de Babylone, il ne dit rien ici sur la grandeur politique et morale de ce fondateur de la première dynastie de l’Histoire de la Perse. C’est dans la conclusion de l’article qu’il dira tout court que Cyrus a été un roi qui « n’eut point d’égal dans son temps en sagesse, en valeur et en vertu25 ». Alors qu’il va consacrer presque tout l’article à l’histoire moderne de la Perse. On voit donc que l’auteur a hâte d’arriver à « Nouschirwan ou Khoroës le grand, qui monta sur le trône l’an 531 de l’ère chrétienne », et qui est « un des plus grands rois de l’Histoire ». La grandeur de ce roi se manifeste par l’étendue de son empire et il faut remarquer que « les empereurs grecs furent contraints de lui payer un tribut considérable ». Cependant, ce n’est point le conquérant qui fait l’admiration de l’encyclopédiste, c’est le souverain qui « gouverna ses peuples avec beaucoup de sagesse : zélé pour l’ancienne religion de la Perse, ne refusant jamais sa protection à ceux qui étoient opprimés, punissant le crime avec sévérité et récompensant la vertu avec une libéralité vraiment royale ; toujours attentif à faire fleurir l’Agriculture et le Commerce, favorisant le progrès des Sciences et des Arts, et ne conférant les charges de judicature qu’à des personnes d’une probité reconnue, il se fit aimer de tous ses sujets qui le regardaient comme un père26 ».

  • 27 XII, 417b.
  • 28 Ibid.

17Jaucourt trouvait en Nouschirwan un modèle de souverain parfait, représentant idéal du despotisme éclairé ; aussi cite-t-il en entier le testament de ce prince dans la traduction que l’Abbé Fourmont avait tirée d’un manuscrit turc. C’est une très belle page où le vieux roi, à quatre-vingts ans, s’adressant à son fils Hormizdas qui va lui succéder, lui recommande, une fois monté sur son trône, de jeter sur ses sujets « une splendeur égale à celle du soleil. Il doit se ressouvenir que ce n’est pas pour eux-mêmes que les rois sont revêtus du pouvoir souverain et qu’ils ne sont à l’égard du reste des hommes que comme le ciel est à l’égard de la terre. La terre produira-t-elle des fruits si le ciel ne l’arrose27 ? » La belle comparaison se poursuit pour recommander au prince la bienfaisance et la justice, la fermeté dans la répression et la conscience du devoir royal, qui s’appuiera toujours sur la divinité : « Voyez ce soleil, il part d’un bout du monde pour aller à l’autre ; il se cache et se remontre ensuite ; et s’il change de route tous les jours, ce n’est que pour faire du bien à tous ». « Faites justice, réprimez les insolents, soulagez le pauvre, aimez vos enfants, protégez les Sciences, suivez les conseils des personnes expérimentées…, et que tout votre plaisir soit de faire du bien…28 »

  • 29 XII, 418a.

18Pour ne tenir qu’aux connaissances très instructives de l’histoire de la Perse, l’auteur passe en revue plusieurs siècles en énumérant schématiquement les révolutions arrivées après la mort de Nouschirwan, la domination des Arabes avec l’Islam, la conquête de la Perse par Tamerlan, et l’introduction de la secte d’Ali par Safi ed-din, surnommé Sophi, fondateur de la dynastie des Safavides qui fortifia le chiisme en Perse : « Il importait aux Persans que le siège de leur religion ne fût pas chez les Turcs29 ». On sait que, depuis la conquête de la Perse par les Arabes, le chiisme fut toujours une manifestation de patriotisme.

  • 30 Ibid.
  • 31 XII, 418a

19La suite de cette histoire est transcrite de « l’histoire de M. de Voltaire qui en a fait le tableau curieux30 ». Jaucourt ne s’étend pas longuement sur Chah Abbas Ier, ce « grand homme », « cependant cruel ; mais il y a des exemples que des hommes féroces ont aimé l’ordre et le bien public ». Il conclut ce passage par une comparaison : « La Perse devint sous son règne extrêmement florissante, et beaucoup plus civilisée que la Turquie ; les Arts étoient plus en honneur, les mœurs plus douces, la police générale bien mieux observée31 ».

  • 32 The history of Nadir Chah, London, 1743.
  • 33 « à juger de cet homme singulier selon les idées de la droite raison, je ne vois en lui qu’un scélé (...)
  • 34 XII, 418b.

20Ensuite viennent les connaissances sur l’histoire de Nadir-Chah ou Thamas-Kouli-Kan, qui occupe presque deux pages entières. En effet, Ce roi représente un modèle détestable de souverain et son règne donne les éléments du jugement qu’il convient de porter sur un tel dictateur. Plusieurs écrivains ont écrit sur les dernières révolutions de Perse. Selon le portrait tracé par M. Fraser32 « qui a demeuré plusieurs année en Perse, et qui a été souvent dans la compagnie du Shah Nadir », Jaucourt termine l’article sur cet homme très « étonnant »33. « C’est le sort de la Perse, conclut Jaucourt, que presque toutes ses dynasties commencent par la force et finissent par la faiblesse34 ».

Les connaissances philosophiques

  • 35 XII, 420-424.
  • 36 J. Proust, Diderot et l’Encyclopédie, Paris, Armand Colin, 1962, p. 264. Voir aussi l’article de J. (...)

21Le long article PHILOSOPHIE DES PERSES35, et ses nombreux renvois, traite largement de la philosophie et de la théologie persane. Dans ce domaine, au contraire du cas de l’histoire, c’est surtout la religion des Anciens Perses qui intéresse les Encyclopédistes. Cependant, la philosophie et la morale de la Perse moderne ne leur échappent pas. Si Diderot s’intéresse à Saadi par exemple, c’est surtout la philosophie qui le rapproche du grand poète persan. En effet, c’est grâce à Saadi, poète-moraliste et grand philosophe à la fois, que Diderot pourra compléter son histoire de la philosophie moderne de l’Islam dans l’article PHILOSOPHIE DES SARRASINS. C’est aussi grâce à de secrètes connivences avec le poète persan que Diderot lui prête « ses idées, ses réflexions, ses conjectures, ses doutes, même 36 » pour prêcher ses idées philosophiques.

  • 37 XII, 421a.

22Comme sources sur la religion des Anciens Perses, les Encyclopédistes contestent l’autorité des données des Grecs et des Arabes à ce propos ; car, « peu sincères en général dans leurs récits, la haine qu’ils portoient aux Perses les rends encore plus suspects ». D’ailleurs, « les Grecs mentent par orgueil ; les Arabes mentent par intérêt. Les premiers défigurent tout ce qu’ils touchent pour se l’approprier ; les seconds pour se faire valoir. Les uns cherchent à s’enrichir du bien d’autres, les autres à donner du prix à ce qu’ils ont37 ».

  • 38 XII, 421b. ; XII, 83b ; XII, 84a, b.

23Pour réviser la philosophie de Zoroastre, les encyclopédistes vont se servir donc de l’ouvrage du Docteur Thomas Hyde, l’érudit d’Oxford. De plus, ils trouveront confirmation dans les ouvrages des voyageurs de l’existence de l’ancienne religion des Perses, grâce à la présence des Guèbres en Perse et des Parsis aux Indes. En effet, les récits de voyages avaient attiré l’attention sur la différence de condition des adeptes de la religion de Zoroastre dans ces deux pays38, et ramené l’attention sur son fondateur.

  • 39 XII, 421a.
  • 40 XII, 423a, b.
  • 41 III, 20b.
  • 42 XII, 421a.
  • 43 XI, 644a, b ; XII, 423a, b ; X, 22b.
  • 44 XII, 421a, b.
  • 45 XVII, 700b ; XVII, 704a (Art. Zend Avesta)
  • 46 IX, 846.b ; IX, 847a, b.
  • 47 XII, 422a ; XII, 423b ; XII, 424a, b.
  • 48 XVI, 84a, b.

24Les sous-titres de cet article et les multiples renvois de l’Encyclopédie permettent de connaître tout ce que les philosophes savaient à l’époque de Zoroastre : de l’étymologie de son nom39 à l’exposé de son système40. Il y est parlé de son origine supposée et de ses ouvrages41, de l’histoire merveilleuse de ce philosophe42, de sa doctrine43 et de ses progrès44, des livres qu’on lui a attribués45, de ses anciens sectateurs, les Mages46, de ses oracles supposés47 et des temples de son culte48.

  • 49 XII, 421a.
  • 50 XII, 421b.

25Ce qui domine à travers tous ces exposés, c’est toute une série d’idées philosophiques concernant la critique des religions, et de l’apologie de la morale pure. Au point de vue religieux, tout ce qui se rapporte à la religion des Anciens Perses est prétexte à exprimer des critiques. La critique de la religion, considérée comme révélation de Dieu à des êtres élus, est celle qui se répète le plus souvent. L’Encyclopédiste affirme, conformément à l’histoire, que Zoroastre « fut le fondateur ou le restaurateur de la Philosophie et de la Théologie chez les Perses49 ». Si certains traits qui lui sont attribués « ne sont que des fables inventées par les Arabes », il y a « aussi quelque apparence que cet homme n’étoit pas tout à fait ignorant dans la médecine et les sciences naturelles et morales ; mais, que ce fut une encyclopédie vivante, comme les Arabes le disent, c’est sûrement un de ces mensonges pieux auxquels le zèle qui ne croit jamais pouvoir trop accorder aux fondateurs de religion, se détermine si généralement50 ».

  • 51 XII, 421a.
  • 52 XII, 422b.
  • 53 XII, 423a.
  • 54 XII, 421b.

26Comme on pourrait deviner, ce paragraphe inspire à réfuter la divinité du Christ. D’ailleurs, « tous les peuples de la terre ont défiguré l’histoire des fondateurs de culte religieux qu’ils avoient embrassé51 ». Et encore : « L’histoire d’un homme défigurée », est-il dit à propos du culte de Mithra, « est devenue un système de religion52 » : jugement très dur qui porte à contester les évangiles mêmes : « Mithras est un et triple ; on retrouve dans ce triple Mithras des vestiges de la trinité de Platon et de la nôtre53 ». Pour présenter le Zend, l’encyclopédiste emploie les termes suivants : « Le Zend est sacré, et les Saintes Ecritures n’ont pas plus d’autorité parmi les Chrétiens, ni l’alcoran parmi les Turcs. On pense bien que Zoroastre le reçut aussi d’en-haut54 ».

  • 55 Altération « de l’ancien mot mog, qui dans la Perse et la Médie, signifioit adorateur ou prêtre du (...)
  • 56 Ibid.
  • 57 Ibid.

27Nous sommes ici témoins d’une critique très sévère des porte-parole de Dieu. Mais, celle des ministres des cultes est encore plus dure ; elle prend plutôt le ton de la raillerie. Voici comment l’encyclopédiste définit le mage55. « Ce fut un théologien et un philosophe56 », définition exacte et sérieuse ; mais aussitôt suivie d’une affirmation fantaisiste qui contient la critique de célibat des prêtres : « Un mage naissait toujours d’un autre mage ». Ils « se multiplièrent au point de disputer la souveraineté aux monarques57 ».

  • 58 Ibid

28Ainsi, la puissance des Mages discutée amorce la théorie de la séparation de l’Église et de l’État ; mais, pour le moment, la défaite de la politique des Jésuites dans le monde, à la fin du XVIIIe siècle, suffit à l’encyclopédiste. « Cette confiance dans leur nombre et leur autorité les perdit58 ».

  • 59 XII, 421b.
  • 60 Ibid. Voir l’article GUEBRES ou GAURES.

29Les encyclopédistes s’élèvent aussi contre toute forme d’idolâtrie en faisant l’éloge de Zoroastre qui « abolit l’idolâtrie et lui substitua l’ancien culte du feu59 ». Les Parsis « réfugiés à Surate et à Bombays, où ils vivent en paix », sont « honorés pour la sainteté et la pureté de leurs mœurs, adorant un seul Dieu, priant vers le soleil, révérant le feu, détestant l’idolâtrie et attendant la résurrection des morts et le jugement dernier60 ». Cette notion sera reprise et complétée à l’article GUEBRES ou GAURES.

  • 61 XII, 423b.
  • 62 Ibid.

30Le paragraphe « Des dieux et des temples61 » confirme aussi l’horreur qu’inspiraient les idoles aux anciens Perses : « La première chose que Xerxès fit en Grèce, écrit Jaucourt, ce fut de détruire les temples et les statues. Il satisfaisoit aux préceptes de sa religion… Les sectateurs du culte des mages ont aujourd’hui la même aversion pour les idoles62 ». Ce paragraphe invite, pourrait-on dire, à réprouver la présence de statues à l’intérieur des églises dont quelques-unes ont la réputation d’être miraculeuses.

  • 63 XII, 423a.

31La suite de l’article est consacrée aux principes de Zoroastre, exposés pour faire ressortir le symbolisme de son système : « 1. Il ne se fait rien de rien. 2. Il y a donc un premier principe, infini, éternel, de qui tout ce qui a été et tout ce qui est, est émané. 3. Cette émanation a été très-parfaite, très-pure. Il faut la regarder comme la cause du mouvement, de la chaleur et de la vie. 4. Le feu intellectuel, très-parfait, très-pur, dont le soleil est le symbole, est le principe de cette émanation63… ».

  • 64 XI, 644a, b.
  • 65 Ouvrage où les principes de Zoroastre sont exposés.
  • 66 XII, 422a, et IX, 846b.
  • 67 XII, 421b et XII, 422a.

32Cet article fait donc admettre, en général, que le Zoroastre réformateur a perfectionné le système des Mages et que sa philosophie a passé d’école en école. À l’article PHILOSOPHIE ORIENTALE64, l’idée prend un plus grand développement avec l’assimilation de la philosophie de Zoroastre à la philosophie gnostique ; de sorte que, par retour de la philosophie transformée aux sources, on découvre des rapports indéniables entre Judaïsme, Pythagore, Platon, Jésus-Christ et les Gnostiques. Les mêmes idées se retrouvent dans l’étude du Sadder65 où il est écrit que l’abrégé des prétendus oracles sert à prouver les rapports qui existent entre les doctrines de Zoroastre et l’Evangile de Saint-Jean, Leibniz, la Raison et l’École d’Alexandrie. Tout cela permet de conclure à l’ancienneté du « magianisme66 » et à son influence sur les autres sectes, ce qui prouve la vanité de leurs disputes au sujet de leur ancienneté67.

  • 68 Olivier Bonnerot, La Perse dans la littérature et la pensée françaises au XVIIIe siècle, Paris, Cha (...)
  • 69 XII, 424b
  • 70 Bonnerot, o. c., p. 167.

33Dans le dernier paragraphe de cet article, intitulé « philosophie morale des Perses », l’auteur, après avoir énuméré les principes de cette philosophie conclut, comme le souligne Bonnerot, que « toutes les philosophies sont estimables68 » : « Il n’y a rien de ces principes qui ne soit conforme au sentiment de tous les peuples… L’amour de la vérité est la fin de tous les systèmes philosophiques et la pratique de la vertu la fin de toutes les législations : et qu’importe par quels principes on y soit conduit69 ». Ainsi, par l’intermédiaire de la Perse et la consécration de Zoroastre, « le héros de la modernité70 », la philosophie affirme son esprit conquérant.

34Les nombreux articles de l’Encyclopédie qui sont, entièrement ou partiellement, consacrés aux différentes catégories des connaissances persanes, et qui ont évoqué d’innombrables idées par l’intermédiaire de la Perse, ont servi à plusieurs fins. Ils ont permis d’abord aux encyclopédistes d’exposer leurs vues et d’affirmer leur foi en la raison. En effet, c’est la souveraineté de la raison qui fait l’unité du parti encyclopédiste et qui caractérise le mouvement philosophique. Au nom de la raison, les tyrans et les représentants de la religion ont été attaqués, le despotisme éclairé a été exalté, la tolérance religieuse et la pratique d’une morale pure ont été prêchées.

35De plus, l’ancienneté de la philosophie des Mages a été prouvée et a permis de placer Zoroastre à l’origine de la conscience morale de l’humanité. Ainsi la Perse philosophique est comprise dans « l’apothéose de la civilisation », but de l’Encyclopédie.

36Et enfin, les Encyclopédistes ont contribué à la connaissance de la vraie Perse en corrigeant la fausse image présentée par les Grecs, les Arabes et les missionnaires catholiques. L’ancienne croyance qui faisait des Perses les « adorateurs du feu » et donnait aux Mages la puissance de commander aux génies a été détruite par le silence même de l’Encyclopédie à ce sujet et par de nombreux articles où est démontré le symbolisme de la religion de Zoroastre, idée qu’avait souvent répétée Voltaire : « il faut bien distinguer la croyance des hommes instruits, de la croyance du peuple. Le soleil étoit le dieu du peuple ; pour les théologiens ce n’étoit que son tabernacle71 ». Cette réhabilitation de l’ancienne civilisation et de l’ancienne philosophie des Perses est donc à l’honneur des Encyclopédistes et des philosophes du siècle des Lumières.

Haut de page

Annexe

    

Articles consacrés aux connaissances persanes
Quantité, variété et catégories des connaissances (pour une éventuelle nécessité)

Nom d'article

Catégorie de

Nom d'article

Catégorie de

connaissance

connaissance

ABAS

P. / Comm.

BARBYTHACE

V. / Géog.

ABBAASI

M. / Comm.

BASIRI

Riv. / Géog.

ABDAR

N. / Hist. mod.

BAZAR

L. / Comm.

ABDEST

Ablution / Rilig.

BEIDHAH

V. / Géog.

ACHANE

M. / Hist. anc.

BANDERICK

V. / Géog.

ADERAIJAN

Ps. / Géog. mod.

BENDIMIR

Riv. / Géog.

AGNEAU de Perse

N. / Comm.

BERDOE

V. / Géog.

AKOND

N. / Hist. mod.

BIBLES PERSANES

Liv. / Théol.

ALAN

V. / Géog.

BILBER ou BERBER

V. / Géog.

AMADABAD

V. / Géog.

BITILISE

V. / Géog.

AMADAN

V. / Géog.

BULLOQUES

pe. / Géog.

ANTHEMISE

Ps. / Hist. mod.

BURGIAN

V. / Géog.

ARABA

V. / Géog. anc et mod.

BUST ou BOST

V. / Géog.

ARAC-GELARAN

V. / Géog.

BUTTIMAN

P. / Comm.

ARAS ou ARAXE

R. / Géog.

CABIRES

Divinité / Mythologie

ARDASTAN

V. / Géog.

CACHAN

V. / Géog.

ARDEBIL

V. / Géog.

CAKET

Ps. / Hist. mod.

ARGIAN

V. / Géog.

CALENCARDS

T. / Comm.

ARISH

M. / Commer.

CALENDERS

N. / Hist. mod.

ASAD-ABAD

V. / Géog.

CANDAHAR

V. / Géog.

ASSEFS

G. / Hist. mod.

CARAVANE

N. / Hist. mod.

ASTACHAR

V. / Géog.

CARAVANSERAI

Bât. / Hist. mod.

ASTERABAT

V. / Géog.

CAREX

Ile / Géog.

ATABEK

N. / Hist. mod.

CARGA

Ile / Géog.

ATHANATES

N. / Hist. anc.

CARON

Riv. / Géog.

ATHEMADOULET

N. / Hist. mod.

CASBIN

V. / Géog.

AZAMIE ou AGEMIE

N. / Hist. mod. et Géog.

CASSAN

V. / Géog.

BACLAN

Ps. / Géog.

CASZBEQUI

M. / Comm.

BACTRIANE

Pro. /Géog. anc et mod.

CATIF

V. / Géog.

BACU, BACHU

V. / Géog.

CAZEROM ou

BAKAN

V. / Géog.

CAZERON

V. / Géog.

BALCH

V. / Géog. anc. et mod.

CHAIER

M. / Comm.

BAM

V. / Géog.

CHAPPARS

N. / Hist. mod.

BANDER-ABAS

V. / Géog.

CHARAX

Ile / Géog.

CHAUF, CHAOUF

Soies / Comm.

GANGEA

V. / Géog.

CHELMINAR ou

GARAC

Ile / Géog.

TCHELMINAR

Bât. / Hist. anc.

GAURES

N. / Littérat.

CHESNSGHIR-BACHI

N. / Hist. mod.

GAZNAH

V. / Géog.

CHERAFS

N. / Comm.

GEARON

V. / Géog.

CHERAY ou CHAHY

P. / Comm.

GERBADECAN

V. / Géog.

CHERIJAR

V. / Géog.

GHERON

V. / Géog.

CHIARVATAR

N. / Comm.

GHIABER

N. / Hist. mod.

CHOGIA

N. / Hist. mod.

GHIAONS

N. / Hist. mod.

CHURISTAN

Prov. / Géog.

GHILAN

Prov. / Géog.

CIDARIS

Bonnet / Hist. anc.

GIHUN

Riv. / Géog.

COMANIE

V. / Géog. mod.

GIREFT

V. / Géog.

COMCHE

V. / Géog. mod.

GIRIB

M. / Comm.

CORDZILER

N. / Hist. mod.

GOLFE PERSIQUE

L. / Géog.

COULOM-CHA

N. / Hist. mod.

GOMRON

V. / Géog.

COUROU

M. / Comm.

GOULAMS

N. / Hist. mod.

COUROUK

Défense / Hist. mod.

GUADEL

V. / Géog.

CURDES

Pe. / Géog. mod.

GUEBRES

Pe. / Hist. anc. et mod.

DANCK

M. / Comm.

GUEZE

M. / Comm.

DANK

M. / Comm.

HABAR

V. / Géog.

DARIQUE

Pièce d'or / Littérat.

HAKIMBACHI

N. / Hist. mod.

DAROGA ou

HARAM

L. / Hist. mod.

DARUGA

N. / Hist. mod.

HAWAS (Ahvaz)

V. / Géog.

DEFTARDAR

N. / Hist. mod.

HELAVERDE

V. / Géog.

DERAS

V. / Géog. mod.

HEART, HERAH, Aria

V. / Géog.

DERBENT

V. / Géog. mod.

HESN-MEDI

V. / Géog.

DERHEM

P. / Comm.

HENGISCH

PI. / Hist. nat. Bot. exot

DIANE PERSIQUE

Divinité / Mythol.

HURMON

V. / Géog.

DENAR-CHERAY

M. / Comm.

HYRCANIE

Ps. / Géog. anc.

DENAR-BISTI

M. / Comm.

ILMENT

FI. / Géog.

DIVAN (DIVAN-BEGHI)

N. / Hist. mod.

IRAN

Ps. / Géog.

DOURAK

V. / Géog. mod.

ISPAHAN

V. / Géog.

DUNG

P. / Comm.

JASQUE

V. / Géog.

DUSCHAL

Liqueur / Hist. mod.

JORGIANE

Riv. /Géog.

ECHICK-AGASI-

KABESQUI ou

BACHI

N. / Hist. mod.

KABESQUE

M. / Comm.

ERIVAN

V. / Géog.

KAFRE-CHIREN

V. / Géog.

ESTARKE

V. / Géog. mod.

KAIEN

V. / Géog.

FERABATH

V. / Géog.

KALAAR

V. / Géog.

GADARA

V. / Géog. anc.

KALENTAR

N. / Hist. mod.

KALIN

V. / Géog.

MAMOUDI

M. / Comm.

KAPI

Porte / Hist. Mod.

MANs-JA

P. / Comm.

KARKOUH

V. / Géog.

MARANT

V. / Géog.

KARKRONE

Manuf. / Hist. Mod.

MAZANDERAN

V. / Géog.

KARVARY

Soie / Comm.

MECHED

V. / Géog.

KASI

Juge / Hist. mod.

MECRAN

Prov. / Géog.

KASNADAR

Trésorier/ Hist. mod.

MEDES

Pe. / Géog.

KASSRE-EL-LEHOUS

V. / Géog.

MEDUS

FI. / Géog. anc.

KAVRE YSAOUL

N. / Hist. mod.

MEGELLE

Assemblée/ Hist. mod.

KEBER

Secte/ Hist. mod.

MELIKTU-ZIZIAR

N. / Hist. mod. Comm.

KELONTER

N. / Hist. mod.

MERAGUE

V. / Géog.

KERMAN

Prov. / Géog.

MEREND

V. / Géog.

KERMASIN

V. / Géog.

MEROU

V. / Géog.

KESIL

Riv. / Géog.

MERVEROND

V. / Géog.

KHANBIL

N. / Hist. nat. Medec.

MESCAL

p. / Comm.

Kl

N. / Hist. mod.

MESCHED

V. / Géog.

KISMICH, KISCH

Ile / Géog.

METHER

N. / Hist. mod.

KIRMONCHA

Riv. / Géog.

MEXAT-OCEM

V. / Géog.

KIZILBACHE

N. / Hist. mod.

MIHIR

Divinité / Hist. antiq

KOISU

Riv. / Géog.

MENGOL

Mont. / Géog.

KOM

V. / Géog.

MITRHAX

P. précieuse/ Hist. nat.

KOUCHT

V. / Géog.

MOURJAN

V. / Géog.

KOUGH DEMAVEND

V. / Géog.

MUBAD, MUGHBAD

N. / Hist. anc.

KOUROUK

Défense / Hist. mod.

MUKHTESIB

N. / Comm.

KURAB

V. / Géog.

NALBANE

Mont. / Géog.

KZEL-BACH

N. / Hist. mod.

NANEE

Divinité/ Mytholog.

LAAR

V. / Géog.

NASIBINE

V. / Géog.

LABETZAN

Contrée/ Géog.

NATEL

V. / Géog.

LAHIJON

V. / Géog.

NAZER

N. / Hist. mod.

LAR

V. / Géog.

NEHAVEND

V. / Géog.

LARISTAN

Contrée/ Géog.

NESA

V. / Géog.

LAURESTAN

Ps. / Géog.

NESSA

V. / Géog.

LEGIS

Soie/ Comm.

NEUCAN

V. / Géog.

LESCHERNUVIS

N. / Terme de relation

NICHABOUR

V. / Géog.

LOUVESTAN

Ps. / Géog.

NYMPHARENA

Pierre/ Hist. nat.

LUL

Arbre/ Bot. Exot.

OBOLLAH

V. / Géog.

MAAMETER

V. / Géog.

OCHUS

Riv. mont. / Géog. anc.

MADAEN

V. / Géog.

ORDRE PERSIQUE

Archit.

MAGES

Secte/ Hist. de 14Idol.

ORETAE

Pe. / Géog. anc.

MAGOPHONE

Fête/Antiq.

ORMUS

Ile / Géog.

OTOATIS

Riv. / Géog. anc.

SALAMIAH

V. / Géog. mod.

OUJON

V. / Géog.

SALMASTRE

V. / Géog. mod.

OUROUDGER

V. / Géog.

SAMACHI

V. / Géog. mod.

OUROUMI

V. / Géog.

SAMARCAN

V. / Géog. mod.

PABONS (PABOUS)

Baiser des pieds/ Hist.

SANGUI-CYA

Riv. / Géog. mod.

PAENSAJIE

M. / Comm.

SARANGAE

Pe. / Géog. anc.

PALIBOTRE

N. / Hist. anc.

SARDAR

Chef/Hist.

PARAETAQUES

Pe. / Géog. anc.

SARON

V. / Géog. mod.

PARASANGE

M. / Comm.

SAKEA

Fête / Hist. antiq.

PARSIS

Pe. / Hist. mod.

SARY

V. / Géog. mod.

PARTHIE

Contrée / Géog. anc.

SATRAPE

G. / Hist. anc.

PERSAN

Statue / Archit.

SATRAPIE

Prov. / Critiq. sacrée

PERSANES

Dynasties/V

SAUDAGUER

Marchand / Comm.

PERSE

R. / Géog. mod.

SAVA

V. / Géog. mod.

PERSE, empire des,

Hist. anc. et mod.

SAXAVA

V. / Géog. mod.

PERSES, philosophie des

Hist. de la philosophie

SCABARAN

V. / Géog. mod.

PERSEPOLIS

V. / Géog. anc.

SCAMACHIE

V. / Géog. mod.

PERSIA

R. / Géog. anc.

SCHACH, SCHAH

Roi / Hist. mod.

PERSICUM-MARE

Mer / Géog. anc.

SCHEHERESTAN

V. / Géog. mod.

PERSICUS SINUS

Golfe / Géog. anc.

SCHEHER-HORMOUZ

V. / Géog. mod.

PERSEE

L. / Comm.

SCHEIKISTUM

Clergé/terme de relation

PYRENEUM-MAGNUM

L. / Hist. anc.

SCHEREFI

M. / Comm.

PYRISABORA

V. / Géog. anc.

SCHIAIS, SCHIITE

N. / Hist. mod.

RAAGDAER

N. / Comm.

SCHIRAS, SCHIRAZ

V. / Géog. mod.

RAAGDRIE

N. / Comm.

SCHRGIAN

V. / Géog. mod.

RADARIE

N. / Comm.

SCHIRVAN

Prov. / Géog. mod.

RADARS

N. / Hist. mod.

SCHOUMAN

V. / Géog. mod.

RATEL

P. / Comm.

SCHOUSCH, SOUSTER

V. / Géog. mod.

RATTARS

N. / Comm.

SEBZVAR, SEBZUAR

V. / Géog. mod.

REM-HORMOUS

V. / Géog. mod.

SEDRE

Prêtre/ Hist. mod.

RESCHT

V. / Géog. mod.

SEGESTAN

Prov. / Géog. mod.

REY

V. / Géog. mod.

SEIRAM

V. / Géog. mod.

RHOGOMANIS

R. / Géog. anc.

SEIREF, SIREF

V. / Géog. mod.

ROUDBAR

V. / Géog. mod.

SEIRJAN

V. / Géog. mod.

ROUYON

V. / Géog. mod.

SELGIUCIDES

Dynastie/ Hist. orient.

SABA

V. / Géog. mod.

SELMAZ

V. / Géog. mod.

SABAE

V. / Géog. anc.

SEMNAN

V. / Géog. mod.

SABLESTAN

Prov. / Géog. mod.

SERIR-ALDHEHEB

P. / Géog. mod.

SAH-CHERAY

P. / Comm.

SERIR-EL-LAN

V. / Géog. mod.

SAKEA

Fête / Hist. ant.

SERKASS

V. / Géog. mod.

SERMEGHON

V. / Géog. mod.

TALCATAN

V. / Géog. mod.

SERRAIL

Palais /Archit.

TANOS

Pierre préci./ Hist, nat.

SERVESTAN

V. / Géog. mod.

TAURIS

V. / Géog. mod.

SEXAVA

V. / Géog. mod

TAXIANA

Ile / Géog. anc.

SIAGBANDAR

N. / Comm.

TEFLIS

V. / Géog. mod.

SIAHCOUCH

Mont. / Géog. mod.

TELA

Monnaie

SIDONIORUMINSULA

Ile. / Géog. mod.

TEMPLES DES MAGES

Hist. des Perses

SIFARBAHR

Contrée / Géog. mod

TESIIK-AGASI-BACHI

N. / terme de relat.

SIGAH-GUSH

Animal/ Zoolog.

THABARESTAN

P. / Géog. mod.

SIGISTAN

Prov. / Géog. mod

THIARUBEKESSIS

Balayeur/terme de relat.

SIRAF

V. / Géog. mod

THUS, TUS

V. / Géog. mod.

SIRGIAN, SERDGIAN

V. / Géog. mod

TOPTCHI

N. / terme de relat.

SIRVAN

Prov. / Géog. mod

TOUSTAR, TOSTAR

V. / Géog. mod.

SISAURANUM

V. / Géog. mod.

TOURAN

P. / Géog. mod.

SITZISTAN

Prov. / Géog. mod

TRITICIRI

Riv. / Géog. mod.

SNEIRNE

V. / Géog. mod.

TYLUS

Ile / Géog. anc.

SOBARMAH

Ile. / Géog. mod.

TYRUS

Ile / Géog. anc.

SOFI

N./ Science étymolog.

TZELAFEE

Ere/ Calendr. persan

SOPHI

N./ Hist. mod.

VAALI, VALI

G. / Hist. mod.

SOPHIANA

V. / Géog. mod.

YESD, YEST, JESSEDE

V. / Géog. mod.

SOPHIS

Ordre relig./Hist. mod.

ZANGAN

V. / Géog. mod.

SOUFY

Secte / Relig.

ZIM

A. / terme de relation

SOURBASSIS

Soie / Comm.

ZEMME

R. / Géog. mod.

SULTANIE, SULTANIA

V. / Géog. mod.

ZEND VESTA

Philos. Et Antiq.

SURJON

V. / Géog. mod.

ZENJON

V. / Géog. mod.

SURMECH

Poudre/terme de relation

ZERENG

V. / Géog. mod.

SUSA

V. / Géog. anc.

ZERIGAN

V. / Géog. mod.

SUSES

V. / Géog. mod.

ZERTAH

V. / Géog. mod.

SUSIANE

Contrée / Géog. anc.

ZONZEN

V. / Géog. mod.

SUSIDAE-PYLAE

Détroit/ Géog. anc.

ZOUR

V. / Géog. mod.

TABERON

V. / Géog. mod.

ZULPHA

V. / Géog. mod.

TABIANA

Ile / Géog. anc.

ZUREND

V. / Géog. mod.

Abréviations utilisées :
A.= Argent ; Bât.= Bâtiment ; F.= fête; Fl.= Fleuve ; G.= gouverneur, L.= lieu ; M.= monnaie ; Manui> manufacture ; N.= nom ; M.= mesure ; P.= poids ; Pe.= peuple ; Pl.= Plante ; Prov.= province ; Ps.= pays ; R.= royaume ; Riv.= rivière ; T.= tissu ; V.= ville ;

     

Haut de page

Notes

1 Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, par une Société de gens de lettres, mis en ordre par Diderot, et d’Alembert (17 volumes de texte, onze volumes de planches, cinq volumes de supplément dont un de planches, et deux volumes de tables, au total trente-cinq volumes in-folio qui parurent entre 1751 et 1780).

2 Ministre de l’Église française à Bâle et auteur des Tables (2 vol.) et des Suppléments (5 vol.) Voir P. Crepel, « Faut-il brûler le pasteur Mouchon », RDE 33 et 35.

3 Voir l’article de G. Blanchard et M. Olsen dans RDE, 31-32, avril 2002, p. 45-63.

4 Encyclopédie, XII, 417a.

5 En réalité, ils bordent presque la Caspienne.

6 Suppl. II, 186a.

7 XI, 75a.

8 Jeanne Chayban, Les Voyages en Perse et la pensée française au XVIIIe siècle ; Téhéran, 1971, p. 280.

9 VIII, 346a.

10 X, 13b.

11 XVI, 749b.

12 Suppl. II, 199a.

13 Planches, II, alphabets, p. 15 : alphabet des Gaures ou ancien persan, p. 16 : alphabet des Anciens Persans (tiré du ZEND et du PAZEND sur l’exemplaire du Dr. Hyde et exemple d’ancien persan copié sur le livre attribué à Zoroastre.)

14 Voir les adaptations des fables de Saadi par Diderot publiées à plusieurs reprises en 1761 et 1762 dans la Correspondance littéraire et le Journal étranger ; « Du poète Sadi » dans LEW, V, 254-265. Voir aussi l’article de Paul Vernière, « Deux anecdotes inédites de Diderot », dans RHLF, juillet-septembre 1950, p. 408-410.

15 XII, 417-420.

16 Planches, VII, Musique, pl. 4.

17 XV, 267b.

18 Vol. II des planches-Blason-pl.16-Soleil, lune et étoiles y sont représentés avec la mention Schah Myrsa Roy de Perse.

19 Art. Divan-Beghi, I V, 1968a.

20 Art. Nazer, XI, 66a.

21 I, 817a, b et Suppl. II, 667b.

22 Suppl. II, 186a, note.

23 XIII, 752a. Radar, mot persan, de râh : chemin et dar : gardien.

24 XII, 418a.

25 XII, 420b.

26 XII, 417a.

27 XII, 417b.

28 Ibid.

29 XII, 418a.

30 Ibid.

31 XII, 418a

32 The history of Nadir Chah, London, 1743.

33 « à juger de cet homme singulier selon les idées de la droite raison, je ne vois en lui qu’un scélérat d’une ambition sans bornes, qui ne connoissoit ni humanité, ni fidélité, ni justice toutes les fois qu’il ne pouvait la satisfaire. Il n’a fait usage de sa bravoure, de son habilité et de sa conduite que de concert avec ses vues ambitieuses. Il n’a respecté aucun des devoirs les plus sacrés pour s’élever à quelque point de grandeur et ce point étoit toujours au-dessous de ses désirs. Enfin il a ravagé le monde, désolé l’Inde et la Perse par les plus horribles brigandages ; et ne mettant aucun frein à sa brutalité, il s’est livré à tous les mouvements furieux de sa colère et de sa vengeance, dans les cas mêmes où sa modération ne pouvoit lui porter aucun préjudice », XII, 420b.

34 XII, 418b.

35 XII, 420-424.

36 J. Proust, Diderot et l’Encyclopédie, Paris, Armand Colin, 1962, p. 264. Voir aussi l’article de J. Proust sur « Diderot savait-il le persan ? » in Revue de littérature comparée, Janvier-mars 1958.

37 XII, 421a.

38 XII, 421b. ; XII, 83b ; XII, 84a, b.

39 XII, 421a.

40 XII, 423a, b.

41 III, 20b.

42 XII, 421a.

43 XI, 644a, b ; XII, 423a, b ; X, 22b.

44 XII, 421a, b.

45 XVII, 700b ; XVII, 704a (Art. Zend Avesta)

46 IX, 846.b ; IX, 847a, b.

47 XII, 422a ; XII, 423b ; XII, 424a, b.

48 XVI, 84a, b.

49 XII, 421a.

50 XII, 421b.

51 XII, 421a.

52 XII, 422b.

53 XII, 423a.

54 XII, 421b.

55 Altération « de l’ancien mot mog, qui dans la Perse et la Médie, signifioit adorateur ou prêtre du feu », XII, 422a.

56 Ibid.

57 Ibid.

58 Ibid

59 XII, 421b.

60 Ibid. Voir l’article GUEBRES ou GAURES.

61 XII, 423b.

62 Ibid.

63 XII, 423a.

64 XI, 644a, b.

65 Ouvrage où les principes de Zoroastre sont exposés.

66 XII, 422a, et IX, 846b.

67 XII, 421b et XII, 422a.

68 Olivier Bonnerot, La Perse dans la littérature et la pensée françaises au XVIIIe siècle, Paris, Champion, 1988, p. 166-167.

69 XII, 424b

70 Bonnerot, o. c., p. 167.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hassan Foroughi, « La Perse dans l’Encyclopédie », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 40-41 | 2006, 127-142.

Référence électronique

Hassan Foroughi, « La Perse dans l’Encyclopédie », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 40-41 | octobre 2006, mis en ligne le 01 octobre 2008, consulté le 30 mars 2017. URL : http://rde.revues.org/340 ; DOI : 10.4000/rde.340

Haut de page

Auteur

Hassan Foroughi

Université Chahid Chamran
Ahvaz – Iran
71. XII, 422b

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org