Navigation – Plan du site
Varia

Quatorze lettres inédites de Sophie de Grouchy et des éditeurs des Œuvres dites Complètes de Condorcet

Jean-Nicolas Rieucau
p. 125-155Nous remercions A. Chassagne, P. Crépel et D. Varry pour leurs remarques sur une première version de cette présentation. Nous demeurons cependant seul responsable des imperfections qui y subsistent.

Résumés

Cette correspondance inédite concerne principalement la préparation des Œuvres dites Complètes de Condorcet, parues durant l’été 1804. Elle nous renseigne sur l’identité et le rôle des personnes qui, autour de la femme de Condorcet, Sophie de Grouchy, contribuèrent à l’élaboration de cette édition. Des précisions sont également données sur la nature lacunaire d’une telle publication, la majeure partie de l’œuvre mathématique de Condorcet étant en particulier omise.

Haut de page

Texte intégral

1Traductrice de Smith, artiste peintre, épistolière, Sophie de Grouchy fut aussi, au lendemain de la mort de Condorcet (mars 1794), la principale éditrice de ses écrits. Elle fut en particulier responsable de la publication posthume de deux ouvrages, l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain [an III] et les Moyens d’apprendre à compter sûrement et avec facilité [an VII]. Sa contribution la plus importante à la diffusion de la pensée de son époux demeure toutefois l’édition des Œuvres complètes de Condorcet [an XIII]. La correspondance inédite (1798-1801) publiée ci-après présente à ce titre un double intérêt.

  • 1 La Lettre I se trouve dans un ensemble non relié coté Z 29. Selon M. Chapront-Touzé (« Le Bureau de (...)
  • 2 Les lettres II-XIV sont conservées dans le volume coté n. a. fr. 1390, comprenant une partie de la (...)
  • 3 À savoir, principalement : A. Guillois, La marquise de Condorcet ; Sa famille, son salon, ses amis (...)
  • 4 4Lettre à Adrien-Jean-Quentin Beuchot [1809 ?], n. a. fr. 5200, f. 74-75 ; Lettres à Chegaray [fin (...)
  • 5 Lettre à Condorcet [fin 1793], MS 852, f. 91 ; Lettre de Benjamin Constant [16 messidor an XII (5 j (...)

2D’une part, ces lettres viennent enrichir le corpus des écrits de Sophie de Grouchy et nous renseignent notamment, grâce aux Lettres VII-IX et XIV, sur la diversité de ses lectures ou de celles qu’elle destinait à l’éducation de sa fille Eliza, alors âgée d’une dizaine d’années. Des comptes rendus de voyages et des ouvrages historiques, philosophiques ou poétiques sont ainsi échangés ou achetés grâce à Antoine-Alexandre Barbier. Conservées à la Bibliothèque de l’Observatoire de Paris (ancien Bureau des Longitudes)1 et à la Bibliothèque Nationale de France2 depuis plus d’un siècle, cette correspondance n’a jamais été citée, sauf erreur de notre part, dans la trentaine d’études consacrées à la femme de Condorcet, y compris dans celles qui ont édité plusieurs lettres issues d’archives privées3. Non publiées ici, treize lettres de Sophie de Grouchy ainsi qu’une lettre reçue respectivement de Benjamin Constant et de Mme de La Rochefoucauld ne nous paraissent pas non plus avoir été à ce jour éditées. Déposées à la Bibliothèque Nationale4 et à la Bibliothèque de l’Institut5, elles compléteraient la publication de la correspondance complète de Sophie de Grouchy, si d’aventure un tel projet éditorial était mis en chantier.

  • 6 En ce sens, nous développerons certaines des remarques que nous avons fournies dans l’« Introductio (...)

3D’autre part, cette correspondance – composée plus précisément de onze lettres de Sophie de Grouchy, de deux lettres de Barbier et d’une lettre de Charles Frédéric Cramer – regorge de renseignements relatifs à l’élaboration des Œuvres complètes de Condorcet : Qui en eut véritablement la charge ? Quand la publication commença-t-elle vraiment ? Quel est le contenu exact du corpus édité et pourquoi ? C’est à ces différentes questions que nous nous efforcerons de répondre dans cette présentation6, en nous appuyant également sur plusieurs documents rares ou inédits.

  • 7 Cette affirmation, que soutenait déjà l’auteur de l’annonce parue dans la Gazette littéraire univer (...)
  • 8 C’est A. Guillois (La marquise de Condorcet, o. c, p. 206, n. 1) qui, à notre connaissance, a le pr (...)

4D’un strict point de vue matériel, un premier examen des pages de titre des vingt et un volumes composant ces Œuvres complètes laisse quelque peu perplexe. Aucun nom d’éditeur scientifique ne se trouve associé à la mention d’« Œuvres complètes », datées de « l’an XIII = 1804 », mais le volume VIII comprend une seconde page de titre où on lit, dans l’ordre, les noms de Dominique Joseph Garat et de Pierre Jean Georges Cabanis ainsi que la date de « l’an IX ». De ces informations, semble-t-il, plusieurs commentateurs ont déduit que les éditeurs scientifiques de la totalité du corpus étaient Garat et Cabanis7 et que la publication de celui-ci commençait en 1801 pour s’achever en 18048.

  • 9 À ce sujet, voir J. N. Rieucau, « La neige avait-elle recouvert le volcan ? – L’écriture par Condor (...)
  • 10 Sur ce point, voir ibid., p. 231, 585-586, 871.
  • 11 Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque Nationale, vol. 31 (1907), p. 500. Voir au (...)
  • 12 Dans la Lettre X, Sophie de Grouchy écrit en effet « La Rominillière ». Or, dans les dictionnaires (...)

5En ce qui concerne le nom des éditeurs scientifiques, sa seule présence au sein du volume VIII s’explique peut-être par la nature des textes qui s’y trouvent. Il s’agit de l’Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain et de deux fragments composant le Tableau historique en tant que tel. Or ces textes ont été écrits dans l’urgence et, s’agissant des deux fragments, ils n’ont été guère relus par Condorcet9. Ce serait en grande partie la raison pour laquelle ils seront publiés avec de nombreuses modifications, essentiellement des aménagements stylistiques, par rapport à leur version originale10 – ce qui n’est pas le cas de la plupart des autres textes publiés au sein des Œuvres complètes – d’où la mention, sur la page de titre, de ceux qui seraient les véritables auteurs de ces modifications : Garat et Cabanis. Mais il ne s’agit là que d’une hypothèse. Quoi qu’il en soit, au regard de l’ensemble du corpus, deux autres noms méritent impérativement d’être signalés, ce que la correspondance publiée ci-après confirme clairement : Sophie de Grouchy et Barbier. C’est d’ailleurs peut-être grâce aux indications initiales de ce dernier, premier bibliothécaire de l’État sous le Directoire puis le Consulat, que le Catalogue de la Bibliothèque Nationale précise que les Œuvres complètes ont été « publiées par Mme M. L. S. de Condorcet, avec le concours de A. A. Barbier, Cabanis et Garat »11. Mentionnés également dans la correspondance ci-dessous, Gallois (Lettres X-XI) et Pierre Laromiguière (Lettre X) – s’il s’agit bien de lui12 – paraissent en revanche avoir joué un rôle seulement ponctuel.

  • 13 Dans cette lettre, Sophie de Grouchy demande à ce que soit restitués quatre numéros du Journal d’In (...)
  • 14 C’est du moins ce que l’on peut déduire de la lecture par celui-ci pendant l’été 1798 du volume I d (...)
  • 15 Rédigé sans doute vers 1797, et au plus tard vers le milieu de l’année 1798, ce manuscrit (MS 849, (...)

6Plusieurs autres personnes furent aussi sollicitées lors de l’élaboration des Œuvres complètes, afin de fournir tels ou tels textes de Condorcet destinés à l’impression : Pierre Samuel Dupont de Nemours (Lettre II), Mme de la Rochefoucauld (Lettres II-III) et peut-être Jules Michel Duhamel (Lettre V)13 ; ou pour examiner certains manuscrits de Condorcet : Wilhelm von Humboldt14, et comme nous l’expliquerons plus loin, Nicolas Halma ainsi que, peut-être, Louis-François-Antoine Arbogast et Jérôme Lalande. Il convient enfin d’ajouter le nom de deux autres personnages : Étienne Cardot et Charles-Frédéric Cramer. Cardot était en effet le secrétaire attitré de Condorcet depuis 1787 et on dispose d’ailleurs d’une trace matérielle de sa collaboration, puisqu’il est le principal rédacteur du Catalogue des ouvrages de Condorcet15, référent bibliographique ayant servi à la constitution du corpus. Cramer quant à lui, était un enseignant et un littérateur danois qui s’installa à Paris en 1795, où il exerça le métier d’imprimeur. C’est comme tel que son nom apparaît parfois à gauche de la page de titre de certains volumes des Œuvres complètes ou dans plusieurs lettres de Sophie de Grouchy (Lettres II, V, X, XII). Cela dit, son rôle ne se cantonna pas à celui d’un simple typographe : Cramer intervint aussi pour transmettre des manuscrits mathématiques à Halma (Lettre I, n. 49) ; pour demander à Barbier de rédiger une note critique sur la Déclaration des droits de Condorcet (Lettre VI) et se déplacera, semble-t-il en Allemagne, pour obtenir « la continuation de l’impression des Œuvres de Condorcet » (Lettre XI).

Document 1 (Cliché Bibliothèque nationale de France, Paris) : Lettre de Sophie de Grouchy Barbier [29 nivôse an VII (18 janvier 1799)], n. a. fr. 1390, f. 291 r., voir infra Lettre V, p. 142.

Document 1 (Cliché Bibliothèque nationale de France, Paris) : Lettre de Sophie de Grouchy Barbier [29 nivôse an VII (18 janvier 1799)], n. a. fr. 1390, f. 291 r., voir infra Lettre V, p. 142.
  • 16 On trouvera une courte biographie de Sieveking (28 janv. 1751-25 janv. 1799) dans la Deutsche Biogr (...)
  • 17 Journal Parisien (1797-1799), o. c, p. 74.
  • 18 La Gazette littéraire universelle [août 1804, p. lxiv] est, à notre connaissance, le premier périod (...)
  • 19 Le tirage total de l’édition des Œuvres complètes n’a peut-être pas excédé 2000 exemplaires. Voir n (...)
  • 20 Cette information provient de J. D. Mellot et E. Queval, Répertoire d’imprimeurs/libraires XVIe- XV (...)
  • 21 « Préface », Traité du calcul différentiel et du calcul intégral, 2nde éd., Paris, Courcier, 1810, (...)

7L’édition des Œuvres complètes a été en effet semée d’embûches et, contrairement à ce que certains commentateurs ont affirmé, sa mise en vente n’a nullement commencé en 1801. Si, comme le révèlent les Lettres II-V et IX-XII, la prospection des textes destinés à l’impression a été assez longue et difficile, puisqu’elle s’est étendue sur au moins deux ans (1798-1800), un retard réellement préjudiciable paraît avoir été initialement causé par la mort du négociant Georg Heinrich Sieveking, au début de l’année 179916. Humboldt rapporte effectivement dans son Journal parisien du 4 mars 1798 (14 ventôse an VI) que, dans le cadre de la préparation des Œuvres complètes, Sieveking a « acheté à la veuve de Condorcet toutes les œuvres de feu son époux, imprimées comme inédites »17. Et c’est peut-être en vue de régler les problèmes causés par la disparition de Sieveking, qui vivait à Hambourg, que Cramer réalisa « l’important voyage » dont Barbier rend compte, le 5 novembre 1800 (Lettre XI). La publication des Œuvres complètes était alors prévue le 1er janvier 1801, à l’occasion de la foire de Leipsick (ibid.), ville dans laquelle l’un des libraires de l’édition, Vieweg, possédait une librairie. Cette mise en vente sera cependant reportée beaucoup plus tard, durant l’été 1804, date où elle fut signalée dans les journaux18. C’est probablement la raison pour laquelle le volume VIII contiendra deux pages de titre, l’une datée de 1801, où se trouve notamment mentionnée la ville de Leipsick et le nom de Vieweg, l’autre de 1804. Les causes de ce retard nous sont demeurées obscures. La lettre XIV, vraisemblablement datée du 1er août 1801, révèle que Sophie s’enquiert des « 800 exemplaires »19 envoyés à Hambourg par Fuchs, l’un des autres libraires de l’édition (qui aurait fait faillite en février 180420), tandis que Lacroix, en 1810, fera allusion à une « édition complète des œuvres »21 de Condorcet stockée dans un magasin de cette même ville. Y a-t-il un rapport entre ces derniers éléments et le retard pris par la mise en vente des Œuvres complètes ? Nous ne le savons pas. Tout au plus peut-on supposer que ce retard a été causé par des raisons financières ou juridiques, et non par le temps nécessaire à la recherche puis à l’impression des textes destinés à la publication, qui semblaient quasiment achevées à la fin de l’année 1800 (Lettre XI).

  • 22 Pour un inventaire sommaire des différents fonds, voir « Les manuscrits de Condorcet », Chantiers r (...)
  • 23 Sous la cote n. a. fr. 4586. Ces manuscrits viennent d’être publiés dans Condorcet, Tableau histori (...)

8Si cette prospection fut terminée assez tôt, il demeure que les Œuvres n’auront de « complètes » que le nom. À la décharge de Sophie de Grouchy et de son entourage, deux raisons méritent rétrospectivement d’être considérées. Leur connaissance du corpus, tout d’abord. Jusqu’à preuve du contraire, les éditeurs ignorent alors l’existence de dizaines de manuscrits de Condorcet22, en particulier plusieurs de ceux relatifs au Tableau historique, aujourd’hui déposés à la Bibliothèque nationale23. Ensuite, il faut conserver à l’esprit qu’au début du XIXe siècle, la « complétude » d’une édition sous-entend un corpus moins exhaustif que de nos jours : si les brouillons assez achevés de certains textes inconnus peuvent être publiés, il est toutefois assez rare que l’on édite ce qui relève de la genèse rédactionnelle des écrits d’un auteur, à savoir les notes préparatoires, les plans, les pièces fragmentaires à peine ébauchées, les premiers jets ou les brouillons constituant un texte relativement différent de l’imprimé.

9Ces deux éléments n’expliquent cependant pas tout. À cet égard, extrêmement peu nombreux seront les manuscrits inédits de Condorcet qui seront livrés au public, tandis que plusieurs de ses textes déjà imprimés ne seront pas réédités.

  • 24 « Discours au Conseil des Cinq-Cents » [17 oct. 1798 (26 vendémiaire an VII)], Moniteur universel o (...)
  • 25 Sur la formation des communes [1789], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XV, p. 189-198.
  • 26 Lettre de Junius à Williams Pitt [1793], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XVIII, p. 135-152.
  • 27 Fragment sur la liberté de la presse [vers 1781], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XVI, p. 1-30.
  • 28 Aujourd’hui principalement déposés sous les cotes MS 856-865.
  • 29 Sauf erreur de notre part, seule une dizaine de lettres de Voltaire à Condorcet avaient été à cette (...)
  • 30 Œuvres complètes de Condorcet, vol. VIII, p. 381-603.
  • 31 Pour plus de détails, voir l’« Introduction générale des éditeurs » de Condorcet, Tableau historiqu (...)
  • 32 « Notes sur un portefeuille » [mars 1794], Condorcet, Tableau historique, o. c, p. 1139, n. 6.
  • 33 « Notice sur la vie et les ouvrages de Condorcet» [20 janv. 1796], Mercure Français, n°21, 30 nivôs (...)
  • 34 Pour un aperçu général des fonds disponibles actuellement, voir C. Gilain, « Sur les manuscrits de (...)
  • 35 La majeure partie de ces manuscrits a été publiée il y a une dizaine d’années par B. Bru et P. Crép (...)

10S’agissant des manuscrits inédits, le Journal parisien de Humboldt nous éclaire sur les intentions des éditeurs : « Parmi les inédits », déclare Humboldt le 4 mars 1798 (14 ventôse an VI), c’est-à-dire quelques mois avant que la mise en chantier des Œuvres complètes ne soit publiquement annoncée par Cabanis24, « il ne reste plus guère que de petits textes politiques circonstanciés et seulement deux œuvres véritables : la deuxième partie de son histoire des progrès de la raison humaine et un ouvrage sur les mathématiques intitulé, si je ne m’abuse, Sur le calcul intégral ». Les « petits textes politiques circonstanciés » dont parle Humboldt sont peut-être les réflexions intitulées par les éditeurs Sur la formation des communes25 et la Lettre de Junius à Williams Pitt26. Il se peut aussi que Humboldt désigne un Fragment sur la liberté de la presse27, quoique cela paraisse moins probable. En tout état de cause, dans la mesure où l’essentiel du fonds actuellement déposé à la Bibliothèque de l’Institut était initialement en la possession de Sophie de Grouchy, on devine que de nombreux manuscrits politiques28 de son époux seront écartés. L’intégralité de sa correspondance, en grande partie inédite29, sera également ignorée. « La deuxième partie de [l’] histoire des progrès de la raison humaine » à laquelle Humboldt fait allusion sera intitulée « Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain – Seconde partie »30. Il est difficile de savoir si sa composition exacte est alors arrêtée par les éditeurs de 1804. Mais le fait est qu’elle ne comprendra finalement que les Fragments 6 et 9 du Tableau historique [1793-1794] de Condorcet, excluant de la sorte plusieurs autres pièces inédites31. Enfin, « l’ouvrage sur les mathématiques » dont Humboldt rend compte est le Traité du calcul intégral [milieu des années 1770-début des années 1780]. Peu avant de mourir, Condorcet avait souhaité que le manuscrit fût confié à Arbogast afin qu’il « en corrig[e] les fautes »32. Lalande en avait aussi connaissance33 et Sophie de Grouchy le confia, via Humboldt et Cramer, à Halma (Lettre I, n. 49). Sans doute parce qu’il fut jugé non suffisamment digne d’intérêt, il ne sera pas publié. Il en sera de même de tous les autres écrits mathématiques alors inédits de Condorcet, que ceux-ci relèvent des mathématiques pures34 ou mixtes35.

  • 36 Pour plus de détails, voir J. N. Rieucau, « Condorcet’s Science Obscured : Shadows Cast by the Enli (...)
  • 37 Ainsi, à propos du discours de Condorcet, l’Adresse à ses commettants [31 mai 1793], Barbier expliq (...)
  • 38 MS 849, f. 194 r.
  • 39 Seule mentionnée, la « Troisième partie » [1785], consacrée à l’évaluation des droits éventuels, es (...)
  • 40 Les Éléments du calcul des probabilités [1786-1787] constituent un cas spécifique dans la mesure où (...)
  • 41 « Tableau général de la science qui a pour objet l’application du calcul aux sciences politiques et (...)

11De façon plus générale, si l’on se penche sur le sort réservé, au sein des Œuvres complètes, aux différents textes antérieurement imprimés de Condorcet, c’est la mise à l’écart de la quasi-totalité de ses travaux mathématiques qui s’impose en premier lieu36, tandis que l’absence de quelques écrits relevant des « sciences morales et politiques » serait avant tout le résultat de contingences subies par les éditeurs, à commencer par leur incapacité à retrouver tel ou tel de ces écrits37. Humboldt, après avoir reçu les manuscrits accompagnant la Lettre I de Sophie, les associe pourtant bel et bien, au début du mois de décembre 1798, à une « partie mathématique » des Œuvres complètes. Le Catalogue des ouvrages de Condorcet [vers 1797], fait pareillement référence à une division nommée « Mathématiques », aux côtés de celles intitulées « Éloges de l’Académie des sciences », « Littérature philosophique », « Politique générale et particulière », et « Économie politique »38. On remarque toutefois qu’un certain nombre de travaux mathématiques sont d’emblée absents du Catalogue à savoir, principalement, quatre des cinq parties du Mémoire sur le calcul des probabilités [1784-1787]39, les différents articles publiés durant les années 1770 et 1780 au sein des Mémoires de l’Académie Royale des Sciences, ceux du Supplément à l’Encyclopédie [1776-1777] et de l’Encyclopédie Méthodique [1786-1787]40. Sophie de Grouchy et son entourage ne pouvaient évidemment pas ignorer l’intégralité de ces écrits. La publication de l’œuvre mathématique de Condorcet a donc été progressivement écartée, en partie à l’occasion de la rédaction du Catalogue, puis presque totalement lors de la constitution finale du corpus destiné aux Œuvres complètes, si l’on excepte le court article non formalisé où Condorcet présente son programme de Mathématique sociale41. La décision semble avoir été prise assez vite puisque la Lettre II, adressée par Sophie de Grouchy à Barbier le 26 décembre 1798 (6 nivôse an VII), ne fait plus allusion qu’aux trois parties suivantes : « Mélanges de littérature et de philosophie » (volumes I-X), « Politique générale et particulière » (volumes XI-XVIII), « Économie politique » (volumes XIX-XXI). La rubrique « Mathématiques » a ainsi disparu, tandis que la deuxième et la troisième rubriques signalées dans le Catalogue des ouvrages de Condorcet ont fusionné sous la dénomination de « Mélanges de littérature et de philosophie ».

  • 42 Revue philosophique, littéraire et politique, n°11, 20 nivôse an XIII (10 janv. 1805), p. 77.
  • 43 Sur ce point, voir N. & J. Dhombres, Naissance d’un pouvoir : sciences et savants en France (1793-1 (...)
  • 44 À ce sujet, consulter par exemple C. Gilain, « Condorcet et le calcul intégral », Sciences à l’époq (...)

12Quelles sont les raisons de cette exclusion ? Dans son compte rendu des Œuvres complètes, Ginguené invoquera le souhait des éditeurs de ne publier « que ce qui est à la portée du plus grand nombre des lecteurs, de ceux du moins qui lisent, déjà instruits, avec le désir de s’instruire encore »42. On devine qu’il ne s’agit là, de la part de ce proche de Sophie de Grouchy, que d’un faux prétexte, ce d’autant plus qu’au début du XIXe siècle, les ouvrages mathématiques sont relativement prisés par le public43. Mais il reste qu’à cette époque, l’image de Condorcet en tant qu’homme politique, mort pour une révolution qu’il a tant servie, escamote carrément ses travaux mathématiques. D’autre part, ceux-ci ne sont pas jugés du meilleur aloi, y compris par son entourage44. Il ne faut pas négliger, enfin, les contraintes financières qui auraient pu être occasionnées par une édition plus volumineuse, comprenant l’œuvre mathématique mais aussi la correspondance de Condorcet, certains de ses travaux scientifiques et une partie, au moins, de ses manuscrits inédits. L’édition en vingt et un volumes, déjà luxueuse, en aurait alors comporté plus du double.

  • 45 Voir par exemple J. P. de Lagrave, « L’influence de Sophie de Grouchy sur la pensée de Condorcet » (...)
  • 46 Testament de Madame de Condorcet [1er nov. 1820], MS 2328 (I), pièce 511 B. Un extrait de ce testam (...)
  • 47 Cette édition des Œuvres de Condorcet [Paris, Firmin Didot, 1847-1849] paraîtra sous le nom d’A. Co (...)

13On a souvent souligné l’empreinte exercée par Sophie de Grouchy sur la pensée de son mari45. Illustré par les lettres publiées ci-dessous, l’examen de son rôle en tant qu’éditrice des Œuvres dites Complètes de Condorcet éclaire son influence, non moins capitale, quant à la diffusion de cette pensée. Nul doute, en effet, que l’aspect lacunaire du corpus de 1804 a contribué à la négligence qui a affecté les travaux mathématiques de Condorcet jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale pour ce qui relève des mathématiques mixtes et jusqu’aux années 1980 s’agissant des mathématiques pures. C’est peut-être en partie parce qu’elle regrettera l’omission de ces travaux qu’au soir de sa vie, Sophie de Grouchy souhaitera dans son Testament que soit entreprise « une nouvelle édition des ouvrages de Mr de Condorcet »46. Il demeure que celle qui paraîtra au milieu des années 1840, grâce à sa fille Eliza O’Connor, ne contribuera pas à une telle réhabilitation47.

Datation

  • 48 Les informations qui suivent proviennent de J. Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris (...)

14À l’exception des Lettres VI, X et XII, la datation des différentes pièces composant cette correspondance est lacunaire. Au début de chacune d’entre elles, nous avons signalé en note les éléments relatifs à la datation que nous proposons. À ce titre, si la comparaison de ces lettres entre elles, la prise en compte d’une inscription allographe ou le recours à tel ou tel document annexe ont été utiles, un autre élément s’est avéré précieux : la désignation des fonctions exercées par Barbier et les adresses indiquées par Sophie de Grouchy dans les lettres envoyées à ce dernier. Il convient d’emblée de rappeler les principaux traits de cette donnée commune à plusieurs lettres48. Barbier est chargé de la constitution du fonds de la Bibliothèque du Directoire le 23 pluviôse an VI (11 février 1798). La mention du type « Barbier Bibliothécaire de la Bibliothèque du Directoire » intervient par conséquent nécessairement entre cette date et le 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799) qui marque la fin du Directoire. Par ailleurs, en vue de constituer le fonds de la Bibliothèque du Directoire, plusieurs milliers de volumes sont réunis dans un premier temps dans la salle dites des Archives, au Grand-Luxembourg. Pour cause de travaux, ces livres sont ensuite transférés, par une décision datée du 20 fructidor an VI (6 septembre 1798), à l’Hôtel de Croï, rue du Regard, où Barbier logera. Lors de ce transfert, ce dernier est nommé Conservateur du dépôt provisoire. L’indication de cette fonction ou de l’adresse de la rue du Regard dans telle ou telle lettre permet donc de déterminer un autre intervalle de datation, situé entre le 20 fructidor an VI (6 septembre 1798) et le 18 brumaire an VIII (9 novembre 1799). Signalons enfin que le 28 nivôse an VIII (18 janvier 1800), Barbier sera nommé bibliothécaire du Conseil d’État.

Note sur l’établissement du texte

15Les graphies ont été la plupart du temps respectées : ont seulement été corrigées les fautes d’accord et les erreurs manifestes de plume, tandis que certaines abréviations ont été directement complétées. Afin de faciliter la lecture, nous sommes aussi intervenus sur l’accentuation, la ponctuation, la mise en caractères majuscules et italiques ainsi que sur l’écriture de certaines graphies numérique.

I [Sophie de Grouchy à W. Humboldt]

  • 49 La datation de ce billet se fonde sur les premières lignes du feuillet de présentation, non folioté (...)

16[avant le 19 frimaire an VII (avant le 9 décembre 1798)]49

  • 50 Il s’agit de la mise au net du Traité du calcul intégral, réalisée par Auguste de Keralio, copiste (...)
  • 51 Une version imprimée du Traité est aujourd’hui en tête du volume MS 879. Cette version s’interrompt (...)
  • 52 Nous n’avons pas retrouvé cette feuille.
  • 53 Au sujet, en particulier, d’extraits manuscrits du Mémoire sur le calcul des probabilités [1784-178 (...)
  • 54 Dans son Relevé, Humboldt précise qu’il s’agit d’un « programme imprimé de 22 pages in 4° » tandis (...)

17[1 r] Ignorant si la page 1ère de la section 3e du manuscrit de cet ouvrage (recopié par M. de Keralio50) fait suite à la page 128 (impression51), j’ai réuni sous cette feuille de papier blanc52 ces feuillets sans ordre du même ouvrage53 et y ai même laissé un programme imprimé54 qui y est peut-être étranger, mais qui peut cependant avoir rapport au même sujet. Au reste, pour que l’on puisse mieux se retrouver, je joins à cette copie de M. de Keralio déjà commencée à être imprimée, le manuscrit original et complet de la main de M. de Condorcet.

18G. Condorcet [1 v, 2 r-v: feuillets vierges]

II [Sophie de Grouchy à Barbier]

  • 55 La datation est fondée sur le fait que cette lettre – qui porte à son terme l’indication « Ce 6 » – (...)

19[6 nivôse an VII (26 décembre 1798)]55

  • 56 « Discours de M. de Condorcet, en réponse à celui de M. le Comte de Choiseul-Gouffier, le jeudi 26 (...)
  • 57 Nous n’avons pas retrouvé la copie en question.
  • 58 Ce nom a été souligné par Sophie de Grouchy.
  • 59 Journal d’instruction sociale par les citoyens Condorcet, Sieyes et Duhamel, Paris, Imprimerie [de (...)
  • 60 Le seul article de Condorcet qui figure dans les numéros 4-6 est le Tableau général de la science q (...)
  • 61 Ces deux derniers termes ont été soulignés par Sophie de Grouchy.

20[293 r] Mille remerciemens au Citoyen Barbier de tous ses bons soins. Le libraire attendant après le Discours à la réception de Choiseul-Gouffier56, je prie le Cn Barbier d’empresser le copiste et d’être assés bon (m’absentant pour cinq jours de Paris) pour envoyer cette copie57 au Citoyen Cramer58, imprimeur rue des Bons-Enfans. En même temps, il serait à désirer que le Cn Barbier pût lui envoyer les numéros 4, 5 et 6 du Journal d’instruction59, ces numéros60 et le Discours étant les seuls61 qui manquent à la confection de la Première partie.

  • 62 « Réflexions sur la jurisprudence criminelle » [1775], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XI, p. 1 (...)
  • 63 « Recueil de pièces sur l’état des protestants en France » [1778-1781]. Ce, Recueil ne se situera p (...)
  • 64 « Réponse au plaidoyer de M. D’E. [D’Épresménil] dans l’affaire du comte de Lally » [1780], Œuvres (...)
  • 65 « Lettre d’un laboureur de Picardie à M. N*** [Necker], auteur prohibitif, à Paris » [1775], Œuvres (...)

21Nous avons ensuite un peu plus de temps pour le reste. Néanmoins comme la Seconde partie commence par trois ouvrages qui me manquent (Réflexions sur la jurisprudence criminelle62, trois ouvrages sur les protestans63, Réponse au plaidoyer contre L’asly64), il est urgent de les rechercher, ainsi que la Lettre d’un [293 v] laboureur de Picardie65, qui étant aussi au commencement de la Troisième partie, accrocherait pour la commencer, si l’on voulait de la Première passer à l’impression de la Troisième. J’envoye donc au Cn Barbier deux lettres. L’une pour Dupont qui, en sa qualité d’économiste, d’ami de Turgot, doit avoir les quatre ouvrages ci-dessus, et en sa qualité de Bon homme se prêtera à leur recherche. L’autre lettre est telle que je ne doute pas que Md de La R. [La Rochefoucauld] ne donne au Cn Barbier une petite lettre pour l’homme de confiance qui garde la Bibliotèque de La Rocheguyon.

  • 66 « Réflexions sur l’usufruit des bénéficiers » [1790], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XV, p. 28 (...)
  • 67 « Adresse à l’Assemblée nationale, pour que Paris forme un grand département » [1790], Œuvres compl (...)

22La deuxième chose que Dupont peut encore avoir, sont ce me semble l’ouvrage qui nous manque sur l’usufruit des bénéficiers66 [et] l’adresse à l’Assemblée Nationale pour que Paris forme un grand département.67 Ce sont du moins ceux qu’il faut demander partout.

  • 68 C’est-à-dire vers le 1er janvier 1799 puisque Sophie de Grouchy déclare quitter Paris « pour cinq j (...)

23J’écrirai au Cn Barbier dès le jour de mon retour68. Il permet ma confiance [294 r] dans son zèle philosophique et bibliographique et que j’y trouve encore une obligeance bien digne de toute ma reconnaissance.

24G. C. Ce 6

25[294 v : feuillet vierge]

III [Sophie de Grouchy à Madame de La Rochefoucauld]

  • 69 Sophie de Grouchy désigne Barbier, au début de sa lettre, comme le « Bibliotéquaire de la Bibliotèq (...)

26[6 nivôse an VII (26 décembre 1798)]69

  • 70 Sophie de Grouchy commet une erreur de datation : il faut lire en réalité « entre 1775 et 1781 ».
  • 71 Au sujet des quatre références précédentes, voir la Lettre II.
  • 72 Henry François de Grouchy, chevalier de Malte (1772- ?).

27[289 r] Le Cit. Barbier Bibliotéquaire de la Bibliotèque du Directoire, ayant la complaisance de s’occuper avec moi, Madame, de la réunion des ouvrages de M. de Condorcet, s’est chargé d’en solliciter de vous quelques-uns. Madame d’Enville les ayant tous réunis à la Rocheguyon, nous espérons trouver dans ce premier dépôt quatre brochures imprimées en 1775 et 177870 sur la jurisprudence criminelle, sur les protestants, la Lettre d’un laboureur de Picardie, et une Réponse au plaidoyer de Despresmenil contre Lasly71. Ces brochures ne se trouvant point dans Paris, nous sommes forcés de vous importuner, Madame, et je réclame de Votre Bonté un mot pour votre homme de confiance à la Rocheguyon avec lequel mon frère cadet72 irait chercher les brochures qui me manquent si la [289 v] personne que vous avés à la Rocheguyon n’était pas assés au courant des livres pour les trouver et les remettre au domestique que j’y envoirait.

28Veuillés bien recevoir Madame tous mes remerciemens de l’acte de complaisance sur lequel j’ai osé compter et l’assurance du sentiment avec lequel j’ai l’honneur d’être, Madame, votre très humble et très obéissante servante.

29Grouchy Ve Condorcet Paris, ce 6 nivôse

30[290 r : feuillet vierge]

31[290 v] À Madame De la Rochefoucault Rue du Faubourg Honoré près la rue de Duras

Document 2 (Cliché Bibliothèque nationale de France, Paris) : Lettre de Barbier à Sophie de Grouchy (extrait) [14 brumaire an IX (5 novembre 1800)], n. a. fr. 1390, f. 302 r., voir infra Lettre XII, p. 152.

Document 2 (Cliché Bibliothèque nationale de France, Paris) : Lettre de Barbier à Sophie de Grouchy (extrait) [14 brumaire an IX (5 novembre 1800)], n. a. fr. 1390, f. 302 r., voir infra Lettre XII, p. 152.

IV [Sophie de Grouchy à Barbier]

  • 73 L’adresse de la « Rue du Regard », où le courrier est finalement renvoyé, est celle du dépôt provis (...)

32[25 nivôse an VII (14 janvier 1799)]73

  • 74 « Éloge de Michel de l’Hôpital, Chancelier de France. Discours présenté à l’Académie française, en (...)

33[295 r] J’ai recours à votre obligeance Citoyen et désirerais bien que novady ou décady vous puissiés m’accorder un moment pour savoir quelles sont les brochures que vous pourriés me procurer et celles qui me manquent de M. de Condorcet. Je ne retrouve point entr’autre l’Éloge de L’Hôpital74, après lequel on attend.

34Votre zèle si aimable à ce sujet, Citoyen, sert d’excuse à une importunité pour laquelle je vous devrai infiniment.

35Condorcet
Ce 25 nivôse
Rue Matignon n° 2
[295 v, 296 r : feuillets vierges]
[296 v: nom de l’expéditeur:] Condorcet

  • 75 Il s’agit d’une mauvaise adresse puisque le courrier est réexpédié. D’après J. Hillairet (Dictionna (...)

36[En dessous :]
Au Citoyen [Le ?] Barbier
Rue des Francs-Bourgeois
Près la place St Michel
N°13575

  • 76 Quoique proche de la rue Vaugirard, où se trouvait le Directoire (au n°15), l’Hôtel Croï était situ (...)

37[D’une autre encre et d’une autre écriture :] Rue de Vaugirard, Maison Crouy76

38[D’une autre encre et d’une autre écriture :] Bonne [adresse :] Rue du Regard

V [Sophie de Grouchy à Barbier]

  • 77 Au terme de sa lettre (Document 1 supra), Sophie de Grouchy indique « ce 29 ». Or, cette lettre est (...)

39[29 nivôse an VII (18 janvier 1799)]77

  • 78 Il s’agit des numéros 1, 2, 4 et 6 du Journal d’instruction sociale où figurent cinq articles de Co (...)
  • 79 Le membre de phrase « la prunelle de l’œil » a été souligné par Sophie de Grouchy.
  • 80 Comme nous l’avons indiqué dans notre présentation, Sophie abrège peut-être ici le nom de Duhamel.
  • 81 Au sujet des deux références précédentes, voir les Lettres II et III.

40[291 r] Je salue le Citoyen Barbier et le remercie du soin si utile qu’il veut bien prendre de l’édition. J’écris au Cn Cramer d’envoyer chés lui un matin de bonne heure prendre les quatre numéros du Journal d’instruction78 et je recommande comme la prunelle de l’œil79 qu’ils soient rendus au Cn D.80Je prie le Cn Barbier de vouloir bien indiquer ce qui est à prendre dans ces quatre numéros. La recherche qu’il fait des ouvrages sur les protestans doit être efficace. Demain je fais celle de l’étendue des pouvoirs81 et prie le Cn Barbier de recevoir l’assurance de toute ma reconnaissance.

  • 82 « Troisième mémoire [sur les monnaies] » [1790], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XX, p. 315-329

41G. C. Je n’ai encore pu trouver le Troisième mémoire sur les monnoyes82.

42Ce 29

43[291 v, 292 r : feuillets vierges]

44[292 v] Au Citoyen [Le ?] Barbier Bibliotéquaire de la Bibliotèque du Directoire Hôtel de Croi Rue du Regard

VI [Cramer à Barbier (avec note de Barbier)]

  • 83 Cette date est indiquée par Cramer au terme de sa lettre.

45[17 thermidor an VII (4 août 1799)]83

  • 84 Déclaration des droits – traduite de l’Anglois avec l’original à côté, Londres, 1789.
  • 85 Nous n’avons pas retrouvé la feuille en question.

46[282 r] Citoyen,
Vous avez eu la bonté de me promettre une petite note qui expliqueroit dans la brochure de Condorcet, Déclaration des droits, la forme que dans le temps il a cru devoir lui donner : « traduite de l’anglois »84 ; et qui en même temps rendrait raison pourquoi nous [282 v] supprimons ce texte anglois. Je crois que cette note se pourrait placer convenablement à la sixième page de la feuille que ci-joint j’ai l’honneur de vous envoyer85, et qui nous offre un blanc.

47Comme il ne s’agit que de quelques mots, vous m’obligeriez sensiblement si vous voudriez [= vouliez ?] me faire avoir cette note par le porteur ; afin de pouvoir mettre sous presse notre feuille. Je vous salue avec bien [284 r] d’estime et de reconnoissance.

48Ch. Fr. Cramer Ce 17 therm. 7

  • 86 L’« Avis de l’éditeur » dans l’édition de 1789 comprend à cet égard la précision suivante : « [...] (...)
  • 87 Ces trois derniers mots ont été soulignés par Barbier.
  • 88 Dans les deux éditions de sa Notice sur la vie et les ouvrages de Condorcet (1ère éd. : Paris, J. D (...)
  • 89 Cette note n’accompagnera finalement pas la « Déclaration des droits », Œuvres complètes de Condorc (...)

49[283 r, de la main de Barbier :] N. B. Nous ignorons par quel motif Condorcet a présenté la Déclaration des droits qu’il avait composée comme une traduction de l’Anglois86. C’était peut être pour lui donner plus de poids auprès de ses compatriotes. Ce que nous pouvons assurer c’est que l’original de ce morceau est le français lui-même87. Il a été traduit en anglais par l’estimable Diannyère88 qui voudra bien nous pardonner de ne pas reproduire ici sa traduction quelque cas que nous fassions. (note des Éditeurs)89 [En dessous, de la main de Barbier fils :] Note de mon père [signé :] Louis Barbier

50[284 v] Au Citoyen Barbier

VII [Sophie de Grouchy à Barbier]

  • 90 Concernant la datation, un premier intervalle peut être établi avec pour bornes le 20 fructidor an (...)

51[25 messidor an VII (13 juillet 1799), 25 thermidor an VII (12 août 1799) ou 25 fructidor an VII (11 septembre 1799)]90

  • 91 Au sujet de cet échange, voir également les Lettres VIII et IX.

52[300 r] Vous avés été si heureux pour vos échanges de livres, Citoyen, que je désirerais encore tenter celui-ci91.

  • 92 Edward Gibbon, Miscellaneaous works of Edward Gibbon, with memoirs of his life and writtings, compo (...)

53Je voudrais échanger les Œuvres de Gibbon, deux gros volumes in quarto (Gibbon’s Miscellaneous Works92), contre des livres français.

  • 93 Jacques-Henri-Bernardin de Saint-Pierre, Études de la nature, Paris, Didot, 1ère éd. : 1784, 3 t. ; (...)
  • 94 Constantin François Volney, Voyage en Syrie et en Égypte pendant les années 1783, 1784, & 1785, Par (...)
  • 95 Comme le confirme la Lettre VIII, il s’agit de Claude Étienne Savary, Lettres sur l’Égypte, où l’on (...)
  • 96 F. Le Vaillant, Voyage de Le Vaillant dans l’intérieur de l’Afrique par le Cap de Bonne Espérance d (...)

54Ces livres sont les Études de la nature de Bernardin93, les Voyages en Afrique de Volney94 et de Savari95 et les deux voyages de Le Vaillant96.

  • 97 Elegant extracts or Useful and entertaining pieces of poetry, selected for the improvement of young (...)

55S’il n’y avait pas moyen d’avoir tout ou partie de ces livres, ne pourrait-on pas échanger les Œuvres de Gibbon contre les deux gros volumes anglais intitulés Elegant extracts97 ; l’un recueil de morceaux en prose, l’autre recueil de morceaux en vers ?

  • 98 À savoir, par exemple : Voyage de Samuel Hearne, du Fort du Prince de Galles dans la Baie de Hudson (...)

56Si aucun libraire ne voulait du dernier échange, peut-être pourrait-il avoir lieu avec le Cn Lallemand, employé dans je ne sais quelle place, [300 v] traducteur estimé de voyages98. En votre qualité de Bibliotéquaire, vous pouvés aisément l’aborder pour cet échange dont vous seriés chargé par moi et il serait plus libre de le refuser que si je lui demandais moi-même.

57Mille excuses de mon importunité autorisée par votre obligeance.

58Je laisserai rangé dans une chambre, dont ma portière aura la clef, le Buffon dont vous me ferés apporter ce qui manque.

59Je vous salue et vous remercie de tout mon cœur.

60G. C.

61Ce 25

62[301 r: feuillet vierge]

63[301 v : à l’encre, peut-être de la main de Barbier, figurent tête bêche quelques calculs arithmétiques simples (sans doute de coûts) puis en dessous :]

64Au Citoyen [Le ?] Barbier

65Bibliotéquaire du Directoire

66Rue du Regard ci-devant Hôtel de Croi

VIII Sophie de Grouchy à Barbier

  • 99 Cette lettre, par son contenu, fait directement suite à la Lettre VII et précède la Lettre IX. Le « (...)

67[9 thermidor an VII (27 juillet 1799), 9 fructidor an VII (26 août 1799), 9 vendémiaire an VII (1er octobre 1799)]99

  • 100 Jacques-Bernardin-Henri de Saint-Pierre, Vœux d’un solitaire, pour servir de suite aux Études de la (...)

68[287 r] Je vous remercie de l’échange qui remplit tous mes désirs, citoyen. Veuillés bien remettre à mon domestique les Études, les Lettres de Savari, et le Voyage en Sirie et en Égipte de Volney. Veuillés bien, puisque vous êtes le père de ma petite bibliotèque, compléter ce premier objet en m’achetant les Vœux d’un solitaire100.

  • 101 Souligné par Sophie de Grouchy.
  • 102 Adam Smith, Essais philosophiques, par feu Adam Smith, précédés d’un précis de sa vie et de ses écr (...)
  • 103 Sur la seconde moitié de ce feuillet, puis au f. 288 r, on trouve plusieurs séries d’inscriptions g (...)

69Vous me ferés plaisir de m’écrire combien vous avés remis à mon domestique de vol. de Buffon. Je l’ai chargé avec le Gibbon101 de vous porter un exemplaire des œuvres posthumes de Smith que Prevot a traduites102. Peut-être pourriés vous m’échanger cet ouvrage contre les Voyages de Levaillant, soit en ajoutant quelqu’argent ou non à l’objet de mon échange. Vous [287 v]103 voyés que j’use bien librement de votre active obligeance. Veuillés bien recevoir l’assurance de toute ma reconnoissance.

70G. Condorcet
À Meulan
Département de Seine-et-Oise
Ce 9

71[288 v] Au Citoyen Le Barbier bibliotéquaire du Directoire Rue du Regard ci-devant Hôtel de Croi

IX [Sophie de Grouchy à Barbier]

  • 104 Le contenu de ce courrier suggère qu’il a été écrit après les Lettres VII et VIII mais avant la Let (...)

72[24 thermidor an VII (11 août 1799), 24 fructidor an VII (10 septembre 1799) ou 24 vendémiaire an VII (16 octobre 1799)]104

  • 105 Souligné par Sophie de Grouchy.
  • 106 Œuvres posthumes de d’Alembert, Paris, Charles Pougens et Gide, Strasbourg, Levrault, an VII (1799) (...)
  • 107 Il s’agit peut-être de l’édition, effectuée par Antoine-Marie-Henri Boulard – orthographié « Boular (...)

73[299 r] Ayant été malade, Citoyen, je n’ai pu vous remercier plus tôt de vos bons soins et vous accuser la réception des 4 volumes de Buffon, des voyages de V [Volney] et S. [Savary] et du Bernardin. Quant au Gibbon je désirerais pour éviter de donner de l’argent ce qui devient une chose un peu à regarder, savoir si au lieu d’y ajouter 15 # [livres] pour avoir tout Le Vaillant105, le libraire ne voudrait pas me prendre pour cette petite somme plusieurs exemplaires des Œuvres postumes de D’Alembert106. S’il en convenait (ce que vous voudriés bien fixer) j’écrirais à mon domestique de vous les porter et de reprendre Le Vaillant. Eliza est très heureuse du Boulare107 nous remercions le bon Citoyen auquel nous en devons la lecture.

74S. G. C.
Ce 24
[299 v : feuillet vierge]

X [Sophie de Grouchy à Barbier]

  • 108 Ces deux dates sont indiquées par Sophie de Grouchy elle-même, au début et à la fin de la lettre. S (...)

75[11 et 12 brumaire an VIII (2 et 3 novembre 1799)]108

76[285 r] Le 11 brumaire an 8

  • 109 Comme nous l’avons expliqué dans notre présentation, il s’agirait en réalité de Laromiguière.
  • 110 Discours sur les sciences mathématiques [mi-janv. 1786]. Ce discours n’a finalement pas été publié (...)
  • 111 Il s’agit vraisemblablement d’Emmanuel de Grouchy (1766-1847), le célèbre général de Napoléon 1er.

77Je vous remercie, Citoyen, de la continuité philanthropique de vos soins pour l’édition de Condorcet. Je ne crois point pouvoir vous en remercier moi-même avant le mois de janvier lorsque vous voudrez bien consulter Cabanis, Gallois, et La Rominillière109, sur la réunion que vous avez faite de divers articles épars. Faites-moi le plaisir de leur demander si je ne leur ai pas remis pour le corriger le Discours que Condorcet prononça sur les sciences mathématiques en général à l’ouverture du Licée110, et faites-moi le plaisir de me mander à quel volume en est M. le Cen Crammer de notre impression, mes perplexités sur la vie de mon frère111 me font perdre la mémoire et je ne sçais à quel de vos amis j’ai remis l’intéressant discours dont je vous parle.

78Salut et reconnoissance.

79Grouchy Ve Condorcet Meulan, Seine-et-Oise, ce 12

  • 112 Le Discours de Condorcet était initialement destiné à présenter le cours de mathématiques de son di (...)

80[En marge, figure une note à l’encre signée de Barbier :] Ne serait-ce pas plutôt au cit. Lacroix que le Discours aurait été remis ?112

81[285 v, 286 r : feuillets vierges]

82[286 v] Au Citoyen [Le ?] Barbier Bibliotécaire du Directoire Rue du Regard ci-devant Hôtel de Croï À Paris

XI [Barbier à Garat, Cabanis et Gallois]

  • 113 Cette lettre, qui est un brouillon, semble directement associée à la Lettre X, datée des 2-3 novemb (...)

83[Entre le 12 et le 18 brumaire an VIII (entre le 3 et le 9 novembre 1799)]113

84[305 r] Paris, Brumaire an VIII

  • 114 Cette appellation de « Pensées choisies de Condorcet, tirées de l’édition de Kehl » ne sera finalem (...)

85Aux Citoyens Garat, Cabanis et Gallois, éditeurs des Œuvres complettes de Condorcet, sur les Pensées choisies de Condorcet, tirées de l’édition de Kehl114 des Œuvres de Voltaire, 1784 et suiv. 70 vol. in-8°.

  • 115 Sur ce point, consulter également la Lettre XII.
  • 116 Barbier avait initialement écrit « sciences politiques et économiques ».

86Citoyens,
Assez et trop longtems, le nom de Pascal donna de la célébrité à des Pensées qui ne sont autre chose que les matériaux informes d’une apologie de la religion chrétienne. Cet ouvrage a pu être estimé dans le siècle où les hommes étaient courbés sous le double joug de la superstition et du despotisme. Il a dû être apprécié à sa juste valeur dans celui où des philosophes immortels arrachaient à la superstition son voile odieux et préparaient la chute du despotisme. Il doit être remplacé par le règne de la liberté. Et comment peut-il l’être mieux que par les Pensées choisies de l’homme célèbre qui sut apprécier Pascal, qui comme lui, fut inséré [? transcription douteuse] aux sciences à l’entrée de sa brillante carrière que lui ouvrait son génie, et qui plus heureux que lui, a laissé des matériaux sur des objets qui intéressent à jamais le bonheur des nations ou leur gloire littéraire. Je trouve ces matériaux, citoyens, dans les notes que Condorcet a fournies à la belle Collection des Œuvres de Voltaire115 en même temps qu’il a donné dans ce précieux monument sur des objets purement littéraires des preuves du tact fin et délicat qu’il devait à la justesse naturelle de son esprit. Il n’a laissé échapper aucune occasion d’y déposer les principes des questions les plus importantes pour [305 v] la morale et la politique, questions qu’il eut sans doute développées dans la suite, si l’époque la plus déplorable de notre révolution n’eut précipité le terme de ses jours. J’ai rassemblé ces observations et ces principes épars dans les 70 vol. des Œuvres de Voltaire. Ces morceaux pourront former un demi-volume de la Collection des Œuvres de Condorcet. Leur réunion qui pourra être intitulée Pensées choisies de Condorcet extraites de [mots oubliés : l’édition de Kehl] fournira peut-être aux jeunes gens qui se sentiront passionnés pour l’étude des sciences116 le moyen d’approfondir des questions que leur auteur n’a pu qu’indiquer.

  • 117 L’intitulé sera : « Avertissements et notes insérés par Condorcet, dans l’édition complète des Œuvr (...)
  • 118 « Vie de Voltaire » [1789], Œuvres complètes de Condorcet, vol. VI, p. 3-270.
  • 119 « Vie de Molière, avec de petits sommaires de ses pièces » [1739], Œuvres complètes de Voltaire [17 (...)
  • 120 L’intitulé sera : « Vie de Voltaire. Seconde partie, contenant Les Notes insérées par Condorcet dan (...)
  • 121 « Catalogue de la plupart des écrivains français qui ont paru dans le siècle de Louis XIV, pour ser (...)
  • 122 Tout ce paragraphe est, grosso modo, repris dans l’« Avertissement » (non signé), placé au début du (...)

87J’ai donné un titre à chacun des articles qui m’ont paru mériter de faire partie des Pensées choisies. Tantôt le texte de Voltaire m’a fourni ce titre ; tantôt je l’ai puisé dans les notes mêmes de Condorcet. Mon but a toujours été d’indiquer d’une manière précise le motif qui a déterminé Condorcet à commenter Voltaire. On verra qu’il ne l’a fait en général que dans les circonstances où il était nécessaire de développer ou de démontrer ce qui était encore problématique ou peu approfondi à l’époque où écrivait Voltaire. Voici maintenant l’ordre dans lequel j’ai cru devoir placer les Pensées choisies de Condorcet. Je distingue en deux espèces les morceaux qu’il a insérés dans la Collection de Voltaire. La première sont des Avertissemens sur différens ouvrages de Voltaire117 et dans lesquels ces ouvrages sont appréciés avec la plus grande justesse. Ils pourront servir d’appendice à la Vie de Voltaire118. C’est ainsi que le grand homme lui-même a placé à la suite d’une Vie de Molière différens jugemens sur ses pièces119. [306 r] La seconde sont des Notes sur les ouvrages de Voltaire120. Elles ont rapport ou à Voltaire lui-même, ou aux grands hommes dont il a eu l’occasion de parler, ou à des questions plus intéressantes les unes que les autres. L’ordre alphabétique m’a paru celui dans lequel toutes ces notes devaient être rangées. Il fournit au lecteur le moyen le plus simple de trouver ce dont il a besoin ou de retrouver ce dont il a connaissance. J’ai donc formé des Notes de Condorcet un Dictionnaire de questions importantes, d’observations judicieuses et d’hommes illustres. Cette dernière partie est écrite dans les mêmes principes que le Catalogue de la plupart des écrivains français qui ont paru dans le siècle de Louis XIV121. Mais elle aura un avantage de plus, celui d’apprécier des hommes célèbres ou fameux de différens siècles et de différens pays122.

  • 123 Une version antérieure et avortée du début de ce paragraphe était : « Ce travail m’a demandé beauco (...)
  • 124 Nous n’avons pas retrouvé les cartes en question.
  • 125 Dans un assez long passage raturé, Barbier renvoyait aussi à l’« érudition » de Condorcet.
  • 126 Barbier avait initialement écrit « des sciences morales et politiques ».

88Je soumets entièrement à vos lumières mon faible travail. Daignez consacrer quelques instans à l’examen des cartes que j’ai l’honneur de vous envoyer123. Vous remarquerez sur chacune d’elles la désignation du volume et de la page où se trouve la note indiquée124. Il sera donc toujours facile de consulter les endroits de Voltaire qui ont paru à Condorcet mériter des éclaircissements. Si ce travail n’obtient pas vos suffrages, il me reste toujours la satisfaction d’avoir lu et relu des pensées qui font honneur au génie de Condorcet125 et à son zèle pour le perfectionnement des sciences exactes, morales et politiques126.

89Salut et estime profonde
Barbier

90Conservateur du dépôt provisoire de la Bibliothèque du Directoire Exécutif [306 v : de la main de Barbier, figurent diverses additions qui seraient relatives à un paiement dont il bénéficierait, sans rapport avec l’édition des Œuvres complètes de Condorcet)]

XII [Barbier à Sophie de Grouchy]

  • 127 Cette lettre (Document 2), qui est un brouillon, est datée au début et à la fin par Barbier lui-mêm (...)

91[14 brumaire an IX (5 novembre 1800)]127

92[302 r] À Madame Condorcet 5 novembre 1800

  • 128 La version antérieure était : « il a réussi à obtenir ».
  • 129 « Vie de Voltaire » [1789], Œuvres complètes de Voltaire [1784-1789], t. LXX [1789], De l’imprimeri (...)
  • 130 Dans la lettre XI qu’il avait adressée un an plus tôt à Garat, Cabanis et Gallois, c’est sous la dé (...)
  • 131 « Table générale alphabétique des œuvres de Voltaire en 70 volumes in-8° », Œuvres complètes de Vol (...)
  • 132 Nous n’avons pas trouvé la lettre à laquelle Barbier fait référence. Signalons que la réponse à cet (...)
  • 133 Il y eut trois bibliothèques des Carmes avant la Révolution française, à savoir celle des Carmes Dé (...)
  • 134 Il s’agit de l’immeuble du 2, rue Matignon, acheté par Sophie de Grouchy au printemps 1795. Notons (...)

93J’ai eu la satisfaction de revoir hier le C. Cramer de retour de l’important voyage pendant lequel il a obtenu128 la continuation de l’impression des Œuvres de Condorcet. Il m’a demandé un exemplaire des Œuvres de Voltaire in-8° pour imprimer la Vie de Voltaire129 et les notes éparses130 dans les 69 autres volumes d’après la Table alphabétique131 que j’ai recopiée et au sujet de laquelle j’ai eu l’honneur de vous écrire il y a un an132. La bibliothèque qui m’est confiée se trouve dépouillée par le fonds d’une des Bibliothèques des Carmes133 des deux exemplaires de Voltaire que j’y avais placés. Le Cit. Cramer m’a invité à vous faire part de l’embarras dans lequel il se trouve et à vous prier de l’autoriser à prendre dans votre maison de Paris134 l’exemplaire broché que vous possédez. Il attend après pour faire travailler ses compositeurs à la Vie de Voltaire. D’ailleurs cette complaisance de votre part vous épargnera les frais de legs. Pour les notes à tirer des 69 vol., comme chacun d’eux ne restera pas longtems entre les mains des compositeurs, ils ne seront pas mis hors d’état d’être lus par des personnes qui comme vous, [302 v] savent estimer un volume plus par ce qu’il contient que par son extérieur.

  • 135 Ces « notes » seront en réalité réparties en deux grands ensembles, l’un composant une moitié envir (...)

94Si vous ne voulez [mot non déchiffré] pas envoyer votre exemplaire, je vous prie d’autoriser le C. Cramer à faire copier les notes. Elles pourront faire une moitié de volume de la collection135.

95Je profite avec plaisir de cette occasion pour vous saluer dans les sentimens de la plus sincère estime.

9614 brumaire 9 (5 novembre 1800)

  • 136 Comme l’indique Ernst Hasse, (Geschichte des Leipziger Messen, Leipzig, Hirzel, 1885, p. 302), la f (...)

97[P. S.] Le C. Cramer a promis de livrer la collection des Œuvres de Condorcet pour la prochaine foire de Leipsick136. Aussi vous voyez qu’il n’a pas de temps à perdre.

XIII [Sophie de Grouchy à Barbier]

  • 137 Sophie indique à la fin de sa lettre « ce 16 » et au crayon il a été ajouté par une main inconnue : (...)

98[16 brumaire an IX (7 novembre 1800)]137

  • 138 Voir les Lettres XI et XII.
  • 139 Nommé « Ernouf » par Sophie de Grouchy à la fin de sa lettre. Que le nom exact soit Ernouf ou Renou (...)
  • 140 Dans le libellé de cette adresse, Sophie de Grouchy avait initialement écrit « Faussaires » à la pl (...)

99[303 r] Je vous remercie, citoyen, de l’intense suivi que vous voulez bien mettre à notre édition si retardée. Je suis enchantée de voir le Citen Cramer à même de finir. Je lui prêterai avec grand plaisir l’exemplaire de Voltaire in-8° pour qu’il fasse copier les notes dont vous avez bien voulu faire la Table alphabétique138. Je charge le citen Renouf139 (logé chez la citenne Vernet-Rue des Fossoyeurs n°1065140) qui a la clef de ma bibliothèque de passer chez le citen Cramer pour prendre de lui l’instant où il voudra envoyer chercher le Voltaire que le citen Ernouf remettra.

100Recevez, citoyen, l’assurance de ma reconnaissance et de mon estime.

101Grouchy Ve Condorcet
Meulan, Seine-et-Oise
Ce 16

102[303 v, 304 r : feuillets vierges]

103[304 v] Au Citoyen Barbier Bibliôtequaîre du Consul Hôtel de Croy Rue du Regard À Paris

XIV [Sophie de Grouchy à Barbier]

  • 141 Cette lettre semble postérieure à la Lettre XIII, datée du 16 brumaire an IX (7 nov. 1800). Par ail (...)

104[13 thermidor an IX (1er août 1801)]141

  • 142 Dubos l’Abbé, Histoire critique de l’établissement de la monarchie françoise dans les Gaules, Paris (...)
  • 143 Gabriel Bonnot Mably (abbé de), Observations sur l’histoire de France, Genève, Compagnie des Librai (...)
  • 144 Tacite, Nouvelle traduction par M. [Jean-Baptiste-Joseph-René] Dureau de Lamalle, Paris, Théophile (...)

105[297 r] J’ai appris avec autant de peine que de surprise le nouveau retard que vous m’avés annoncé, Citoyen. Si je savais l’adresse du Cn Fush je lui aurais écrit pour savoir s’il avait enfin reçu de Hambourg des nouvelles des 800 exemplaires qu’il y a envoyés. Veuillés bien me rendre le service de m’écrire l’adresse du Cn Fush, et si vous avés un moment de liberté, soyés assés bon pour le voir, soit pour avoir des nouvelles de notre édition, soit pour savoir, si, parmi les livres que je lui ai demandés, il peut sans différer m’envoyer ces trois ci dont j’ai besoin d’ici à huit jours : l’Histoire critique de l’établissement de la monarchie française par l’abbé du Bos142 ; les Observations de Mably sur l’histoire de France143 ; et la traduction de Tacite de Dureau de La malle144. S’il ne pouvait pas me procurer [297 v] ces livres tout de suite je vous prierais de me le mander.

106Mais dans le cas où une pareille course ne serait pas compatible avec vos occupations, veuillés bien me mander seulement l’adresse du Cn Fush, car je crains d’autant plus d’abuser de votre obligeance que je la connais et en suis reconnaissante.

107S. G. C.
Ce 13 thermidor
Meulan, Seine-et-Oise

108[P. S.] Si le Cn Fush voulait m’écrire par le voiturier qui m’apportera les livres et passe chés moi à Paris chaque mercredy, il pourrait joindre un mot aux livres.

109[298 r : feuillet vierge]

110[298 v] Au Citoyen Le Barbier - Bibliotéquaire du Conseil d’État Rue du Bacq n° 554 Près la rue de la Planche
À Paris

Haut de page

Notes

1 La Lettre I se trouve dans un ensemble non relié coté Z 29. Selon M. Chapront-Touzé (« Le Bureau des Longitudes », Chantiers révolutionnaires, PUV, 1992, p. 36) cet ensemble, ainsi que le reste du fonds Condorcet du Bureau des Longitudes, proviendrait d’un don de Lucie Laugier, daté de juin 1877.

2 Les lettres II-XIV sont conservées dans le volume coté n. a. fr. 1390, comprenant une partie de la correspondance de Barbier. On lit, sur le feuillet de présentation de ce volume, la date du 2 décembre 1883. Nous n’avons pas trouvé d’informations supplémentaires sur la date d’arrivée de ces lettres à la Bibliothèque Nationale dans Léopold Delisle, Le cabinet des manuscrits de la Bibliothèque Nationale - Index des manuscrits cités par Emmanuel Poulle, Paris, Imprimerie Nationale, Hôtel de Ville, 1977, t. III (supplément). Signalons qu’Eliza O’Connor a disposé, dans le courant du mois de juillet 1845, de copies d’une partie des lettres de sa mère à Barbier, comme le révèlent les deux lettres qu’elle adresse elle-même au fils de ce dernier. Voir Lettres d’Eliza O’Connor à Louis Barbier [10 & 25 juil. 1845], Bibliothèque Nationale, n. a. fr. 1390, f. 309-310, 307-308. Dans la suite, les cotes précédées de la mention « n. a. fr. » désigne des manuscrits de la Bibliothèque nationale.

3 À savoir, principalement : A. Guillois, La marquise de Condorcet ; Sa famille, son salon, ses amis (1764-1822), Paris, Ollendorff, 1897 ; C. Léger, Captives de l’amour, Paris, Gaillandre, 1933 ; J. P. de Lagrave (éd.), Sophie de Grouchy -Lettres sur la sympathie suivies des lettres d’amour, Montréal-Paris, L’Étincelle Éditeur, 1994 ; T. Boissel, Sophie de Condorcet, Paris, Presses de la Renaissance, 1988 ; M. A. Tétard, Sophie de Grouchy, Marquise de Condorcet – La dame de cœur, Paris, Christian, 2003.

4 4Lettre à Adrien-Jean-Quentin Beuchot [1809 ?], n. a. fr. 5200, f. 74-75 ; Lettres à Chegaray [fin des années 1770-début des années 1780], n. a. fr. 22436, f. 109-118 ; Lettre à Hérault [fin des années 1780 ?], n. a. fr. 2765, f. 83 ; Lettre à J. B. Say [vers la 2nde moitié de 1814], n. a. fr. 26252, f. 130-131 ; Lettre à Vilmorin [15 juin 1814], n. a. fr. 2765, f. 81-82 ; Lettres au Vicomte Ernest Henry de Grouchy [vers 1820], n. a. fr. 7556, f. 52-57, Lettre à Annie [vers 1820], n. a. fr. 7556, f. 58.

5 Lettre à Condorcet [fin 1793], MS 852, f. 91 ; Lettre de Benjamin Constant [16 messidor an XII (5 juil. 1804)], MS 2328 (I), pièce 512 ; Lettre de mme de La Rochefoucauld [vers 1789 ?], MS 860, f. 275. Tous les manuscrits cotés « MS » dorénavant cités proviennent de cette bibliothèque.

6 En ce sens, nous développerons certaines des remarques que nous avons fournies dans l’« Introduction générale des éditeurs » de Condorcet, Tableau historique des progrès de l’esprit humain (1772-1794), Groupe Condorcet (éd.), Paris, INED, 2004, p. 46, 48, 56-61.

7 Cette affirmation, que soutenait déjà l’auteur de l’annonce parue dans la Gazette littéraire universelle [août 1804, p. lxiv] se retrouve par exemple encore de nos jours dans J. P. Schandeler, Les interprétations de Condorcet - Symboles et concepts (1794-1894), SVEC, 2000 : 03, p. 104, 303.

8 C’est A. Guillois (La marquise de Condorcet, o. c, p. 206, n. 1) qui, à notre connaissance, a le premier écrit une chose pareille. H. Valentino (Madame de Condorcet, ses amis et ses amours (1764-1822), Paris, Perrin, 1950, p. 136) et J. P. de Lagrave (dans « Sophie de Grouchy, l’égérie du bonheur », Dix-Huitième Siècle, 2004, n° 36, p. 96) pour ne citer qu’eux, font de même.

9 À ce sujet, voir J. N. Rieucau, « La neige avait-elle recouvert le volcan ? – L’écriture par Condorcet du tableau historique des progrès de l’esprit humain », Genesis, 2003, n°22, p. 22 et suiv. ; ainsi que nos commentaires figurant dans l’« Introduction générale des éditeurs » et le « Descriptif matériel » de Condorcet, Tableau historique, o. c, p. 9 et suiv., 1156-1157, 1173, 1187.

10 Sur ce point, voir ibid., p. 231, 585-586, 871.

11 Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque Nationale, vol. 31 (1907), p. 500. Voir aussi la version électronique : http://catalogue.bnf.fr/.

12 Dans la Lettre X, Sophie de Grouchy écrit en effet « La Rominillière ». Or, dans les dictionnaires biographiques, la graphie la plus proche de ce nom est celle de Pierre Laromiguière (1756-1837), que Sophie de Grouchy citerait de mémoire, à moins que cette différence de graphie ne soit imputable aux variations coutumières de son écriture des noms propres. Laromiguière était un ancien élève de Garat à l’École Normale ; il enseigna à l’École Centrale de Paris, aux côtés notamment de Cabanis et Dupont de Nemours. Comme ces derniers, il fut membre de la Société d’Auteuil, que Condorcet et son épouse fréquentaient également.

13 Dans cette lettre, Sophie de Grouchy demande à ce que soit restitués quatre numéros du Journal d’Instruction sociale au « Cn D. ». On pense à Duhamel (plutôt qu’à deux proches de Condorcet, Daunou et Diannyere) dans la mesure où il était, avec Condorcet et Sieyes, le fondateur de ce périodique.

14 C’est du moins ce que l’on peut déduire de la lecture par celui-ci pendant l’été 1798 du volume I du manuscrit des Œuvres complètes de Condorcet, vraisemblablement destiné à l’impression. Voir Journal Parisien (1797-1799), Actes Sud, 2001, p. 163-165.

15 Rédigé sans doute vers 1797, et au plus tard vers le milieu de l’année 1798, ce manuscrit (MS 849, f. 194 r-198 v, 205 r) a été établi, précise Cardot, « en partie d’après les liste fournies par la Cne Ve Condorcet » (f. 194 r). Celle-ci est responsable des annotations marginales qui figurent sur ce Catalogue, dont les dernières lignes, au f. 205 r, ont été rédigées par Barbier. Des inscriptions plus tardives sont, enfin, d’Eliza O’Connor.

16 On trouvera une courte biographie de Sieveking (28 janv. 1751-25 janv. 1799) dans la Deutsche Biographische Enzyklopädie, W. Killy & R. Vierhaus (éds), t. IX, Munich, K. G. Saur, 1998, p. 321.

17 Journal Parisien (1797-1799), o. c, p. 74.

18 La Gazette littéraire universelle [août 1804, p. lxiv] est, à notre connaissance, le premier périodique ayant annoncé cette mise en vente.

19 Le tirage total de l’édition des Œuvres complètes n’a peut-être pas excédé 2000 exemplaires. Voir nos remarques dans l’« Introduction générale des éditeurs » de Condorcet, Tableau historique, o. c, p. 48.

20 Cette information provient de J. D. Mellot et E. Queval, Répertoire d’imprimeurs/libraires XVIe- XVIIIe siècle, Paris, Bibliothèque Nationale de France, 1997, p. 274. On doit néanmoins noter que Fuchs est bel et bien désigné comme un des libraires de l’édition, en août 1804, dans la Gazette littéraire universelle [p. lxiv]. D’autre part, c’est encore en tant que libraire qu’en novembre 1805 il lui est signifié l’Opposition de Sophie de Grouchy au dessaisissement d’ouvrages de Condorcet (MS 848, f. 148). Signalons que cette opposition est aussi faite à deux autres dépositaires, Henrichs (f. 147) et Sherff (f. 149).

21 « Préface », Traité du calcul différentiel et du calcul intégral, 2nde éd., Paris, Courcier, 1810, t. I, p. xxiij.

22 Pour un inventaire sommaire des différents fonds, voir « Les manuscrits de Condorcet », Chantiers révolutionnaires, o. c.

23 Sous la cote n. a. fr. 4586. Ces manuscrits viennent d’être publiés dans Condorcet, Tableau historique, o. c.

24 « Discours au Conseil des Cinq-Cents » [17 oct. 1798 (26 vendémiaire an VII)], Moniteur universel ou Gazette nationale [28 vendémiaire an VII (19 oct. 1798)], n°28. L’allocution de Cabanis est aussi reproduite dans le Journal des débats et lois du corps législatif [vendémiaire an VII (sept-oct. 1798)], Paris, Baudouin, n°155.

25 Sur la formation des communes [1789], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XV, p. 189-198.

26 Lettre de Junius à Williams Pitt [1793], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XVIII, p. 135-152.

27 Fragment sur la liberté de la presse [vers 1781], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XVI, p. 1-30.

28 Aujourd’hui principalement déposés sous les cotes MS 856-865.

29 Sauf erreur de notre part, seule une dizaine de lettres de Voltaire à Condorcet avaient été à cette époque publiée, dans les Œuvres complètes de Voltaire [1784-1789], De l’imprimerie de la société littéraire typographique, t. LXI-LXIII [1785], passim. Pour un inventaire général, voir A. M. Chouillet, « La correspondance », Chantiers révolutionnaires, o. c, p. 39-42.

30 Œuvres complètes de Condorcet, vol. VIII, p. 381-603.

31 Pour plus de détails, voir l’« Introduction générale des éditeurs » de Condorcet, Tableau historique, o. c, p. 55-61.

32 « Notes sur un portefeuille » [mars 1794], Condorcet, Tableau historique, o. c, p. 1139, n. 6.

33 « Notice sur la vie et les ouvrages de Condorcet» [20 janv. 1796], Mercure Français, n°21, 30 nivôse an IV, p. 145.

34 Pour un aperçu général des fonds disponibles actuellement, voir C. Gilain, « Sur les manuscrits de mathématiques pures », Chantiers révolutionnaires, o. c, p. 53-57.

35 La majeure partie de ces manuscrits a été publiée il y a une dizaine d’années par B. Bru et P. Crépel : Condorcet, Arithmétique politique - Textes rares ou inédits (1767-1789), Paris, INED, 1994.

36 Pour plus de détails, voir J. N. Rieucau, « Condorcet’s Science Obscured : Shadows Cast by the Enlightenment », Proceedings of the Western Society for French History (Lubbock, 30 sept.-2 oct. 2004), University of Michigan Library, vol. 32, 2005.

37 Ainsi, à propos du discours de Condorcet, l’Adresse à ses commettants [31 mai 1793], Barbier expliquera qu’il n’a pas été publié « parce qu’on n’a pu en retrouver un exemplaire », Note de Barbier au sujet d’un discours de Condorcet, MS 2475, pièce 59bis.

38 MS 849, f. 194 r.

39 Seule mentionnée, la « Troisième partie » [1785], consacrée à l’évaluation des droits éventuels, est au demeurant rapprochée de la rubrique « Économie politique » (f. 194 v).

40 Les Éléments du calcul des probabilités [1786-1787] constituent un cas spécifique dans la mesure où ils n’étaient alors imprimés qu’en partie. Le reste de cet écrit était peut-être déjà en possession de Fayolle, qui le publiera en 1805. Rien n’interdisait cependant son signalement dans le Catalogue de Cardot. Au sujet de l’édition des Éléments, voir B. Bru et P. Crépel (éds), Condorcet, Arithmétique politique, o. c, p. 605-613.

41 « Tableau général de la science qui a pour objet l’application du calcul aux sciences politiques et morales » [juin-juil. 1793], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XXI, p. 235-286.

42 Revue philosophique, littéraire et politique, n°11, 20 nivôse an XIII (10 janv. 1805), p. 77.

43 Sur ce point, voir N. & J. Dhombres, Naissance d’un pouvoir : sciences et savants en France (1793-1824), Paris, Payot, 1989, p. 356-367.

44 À ce sujet, consulter par exemple C. Gilain, « Condorcet et le calcul intégral », Sciences à l’époque de la Révolution française, Paris, A. Blanchard, 1988, p. 88 et B. Bru & P. Crépel, « Présentation » de la « Deuxième partie », dans Condorcet – Mathématicien, économiste, philosophe, homme politique, Minerve, 1989, p. 66-70.

45 Voir par exemple J. P. de Lagrave, « L’influence de Sophie de Grouchy sur la pensée de Condorcet » dans Condorcet - Mathématicien, économiste, philosophe, homme politique, o. c, p. 434-442.

46 Testament de Madame de Condorcet [1er nov. 1820], MS 2328 (I), pièce 511 B. Un extrait de ce testament est reproduit dans C. Léger, Captives de l’amour, o. c, p. 224. Sophie de Grouchy décédera le 8 septembre 1822.

47 Cette édition des Œuvres de Condorcet [Paris, Firmin Didot, 1847-1849] paraîtra sous le nom d’A. Condorcet O’Connor et de M. F. Arago. C’est ce dernier, successeur de Condorcet à l’Académie des Sciences, qui effectuera les principaux choix éditoriaux. Sur ce point, voir les deux contributions suivantes, à paraître en 2005 ou 2006 au sein des actes du colloque Les Arago, acteurs de leur temps, Perpignan-Estagel (12-14 nov. 2003) : P. Crépel, « Ce qu’Arago a fait et n’a pas fait de l’œuvre de Condorcet » ; J. N. Rieucau, « Eliza O’Connor propose, François Arago dispose : l’écriture de la Biographie de Condorcet [1841, 1849] et l’édition de ses Œuvres [1847-1849] ».

48 Les informations qui suivent proviennent de J. Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, 1963, d’une Lettre du ministre de l’intérieur à Barbier [20 fructidor an VI (6 sept. 1798)], n. a. fr. 5211, f. 42 r-v et de plusieurs manuscrits de Barbier : Précis sur la formation de la Bibliothèque du Directoire Exécutif [9 floréal an VII (28 avril 1799)], n. a. fr. 5210, f. 22-24 ; Lettre à Lebrun – 3e consul [nivôse an VIII (déc. 1799-janv. 1800)], n. a. fr. 5210, f. 48-50 ; Lettre au Citoyen Secrétaire général du Conseil d’État [J. G. Louvé] [28 brumaire an IX (19 nov. 1800)], n. a. fr. 5210, f. 57-58 ; Rapport au citoyen J. G. Louvé, Secrétaire général du Conseil d’État [an IX (1800-1801)], n. a. fr. 5210, f. 1-6.

49 La datation de ce billet se fonde sur les premières lignes du feuillet de présentation, non folioté et signé par W. Humboldt, de l’ensemble coté Z 19 : « Manuscrits Condorcet. Relevé des manuscrits qui m’ont été communiqués par mme Condorcet faisant partie de l’édition des Œuvres complètes de Condorcet. À Paris ce 19 frim. an 7 » (9 déc. 1798). On lit notamment, à la suite du Relevé, la mention suivante, datée également par Humboldt du 19 frimaire an VII : « Après avoir fait ainsi le relevé de tous les manuscrits de la partie mathématique qui m’ont été communiqués par Madame Condorcet, je les ai livrés dans l’état ci-dessus spécifié au citoyen Cramer qui est chargé de l’impression de ces ouvrages », Z 19, f. 2 v. Par ailleurs, le f. 1 r porte l’inscription rayée, signée par Halma : « J’ai reçu du citoyen Cramer les manuscrits contenus dans ce relevé ». Étant lui seul mathématicien, Halma fut donc indirectement le destinataire du billet de Sophie de Grouchy.

50 Il s’agit de la mise au net du Traité du calcul intégral, réalisée par Auguste de Keralio, copiste des manuscrits mathématiques de Condorcet. Ce manuscrit est aujourd’hui déposé à la Bibliothèque de l’Institut, sous les cotes MS 878, f. 342-343, 345-357 et MS 879, f. 1-322. Le manuscrit autographe est coté MS 877, f. 3-215 ; MS 878, f. 1-341, 344, 358-541. Le passage auquel Sophie de Grouchy fait référence se trouve au MS 879, f. 26 (copie) et au MS 877, f. 49 (autographe).

51 Une version imprimée du Traité est aujourd’hui en tête du volume MS 879. Cette version s’interrompt à la page 152. La suite de la page 128 ne correspond pas à « la page 1ère de la section 3e » citée par Sophie de Grouchy.

52 Nous n’avons pas retrouvé cette feuille.

53 Au sujet, en particulier, d’extraits manuscrits du Mémoire sur le calcul des probabilités [1784-1787] et de l’Essai sur l’application de l’analyse [1785], aujourd’hui cotés Z 29, f. 2-19, Humboldt écrit dans son Relevé qu’ils appartiennent à un ensemble dont les feuillets, d’après Sophie de Grouchy, « sont sans ordre & qu’elle ne sait point comment les ranger », Z 29, f. 1 r. La veuve de Condorcet assimilerait donc par erreur ces feuillets à ceux du Traité du calcul intégral.

54 Dans son Relevé, Humboldt précise qu’il s’agit d’un « programme imprimé de 22 pages in 4° » tandis que Lacroix, à l’occasion de son Rapport sur le Traité du calcul intégral de Condorcet [6 août 1824] fera allusion à « des feuilles d’un traité imprimé en 1765 » (MS 877, f. 2 bis r) jointes au manuscrit de ce dernier ouvrage. Si Humboldt et Lacroix font référence au même document (ce qui est incertain), il s’agirait d’un extrait de Du calcul intégral, Paris, Didot, 1765.

55 La datation est fondée sur le fait que cette lettre – qui porte à son terme l’indication « Ce 6 » – accompagne la Lettre III, datée du 6 nivôse an VII.

56 « Discours de M. de Condorcet, en réponse à celui de M. le Comte de Choiseul-Gouffier, le jeudi 26 février 1784 », Œuvres complètes de Condorcet, vol. X, p. 174-189.

57 Nous n’avons pas retrouvé la copie en question.

58 Ce nom a été souligné par Sophie de Grouchy.

59 Journal d’instruction sociale par les citoyens Condorcet, Sieyes et Duhamel, Paris, Imprimerie [de l’Institution nationale] des sourds-muets, Prospectus (fin mai 1793) suivi par 6 numéros (1er juin 1793-6 juil. 1793). Au sujet de ce périodique, voir aussi la Lettre V

60 Le seul article de Condorcet qui figure dans les numéros 4-6 est le Tableau général de la science qui a pour objet l’application du calcul aux sciences politiques et morales (n°4 : 29 juin 1793, p. 105-128 ; n°6 : 6 juil. 1793, p. 166-184). Contrairement à ce que la fin de cette phrase laisse supposer, le Tableau général paraîtra dans la « Troisième partie » des Œuvres complètes de Condorcet, vol. XXI, p. 235-286.

61 Ces deux derniers termes ont été soulignés par Sophie de Grouchy.

62 « Réflexions sur la jurisprudence criminelle » [1775], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XI, p. 1-32.

63 « Recueil de pièces sur l’état des protestants en France » [1778-1781]. Ce, Recueil ne se situera pas au sein des Œuvres complètes à l’endroit où le prévoit ici Sophie de Grouchy. Selon les tirages, en effet, ce texte se trouvera au terme de la « Première partie » (vol. X, p. 281-545) ou de la « Troisième partie » (vol. XXI, p. 289-553). Signalons que c’est grâce à Barbier qu’il a pu être attribué à Condorcet : Voir Barbier, Dictionnaire des ouvrages anonymes [1822-1827], t. IV, 1964, p. 79-80 et l’« Avertissement des éditeurs », Œuvres complètes de Condorcet, vol. XXI, p. 283-286.

64 « Réponse au plaidoyer de M. D’E. [D’Épresménil] dans l’affaire du comte de Lally » [1780], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XI, p. 33-82.

65 « Lettre d’un laboureur de Picardie à M. N*** [Necker], auteur prohibitif, à Paris » [1775], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XIX, p. 1-48.

66 « Réflexions sur l’usufruit des bénéficiers » [1790], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XV, p. 287-300.

67 « Adresse à l’Assemblée nationale, pour que Paris forme un grand département » [1790], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XV, p.177-188.

68 C’est-à-dire vers le 1er janvier 1799 puisque Sophie de Grouchy déclare quitter Paris « pour cinq jours » au début de sa lettre. Nous n’avons pas trouvé la trace du courrier qu’elle promet à Barbier. Le lieu où elle se rend est peut-être sa maison de Meulan, dont elle a fait l’acquisition quelques mois plus tôt. Notons que cette adresse figure explicitement au terme des Lettres VIII, X et XIII.

69 Sophie de Grouchy désigne Barbier, au début de sa lettre, comme le « Bibliotéquaire de la Bibliotèque du Directoire », ce qui donne comme première borne le 23 pluviôse an VI (11 fév. 1798), date de la nomination de Barbier, et comme seconde borne le 18 brumaire an VIII (9 nov. 1799), fin du Directoire. On lit par ailleurs en bas de la lettre « ce 6 nivôse » : il ne peut donc s’agir que du 6 nivôse an VII.

70 Sophie de Grouchy commet une erreur de datation : il faut lire en réalité « entre 1775 et 1781 ».

71 Au sujet des quatre références précédentes, voir la Lettre II.

72 Henry François de Grouchy, chevalier de Malte (1772- ?).

73 L’adresse de la « Rue du Regard », où le courrier est finalement renvoyé, est celle du dépôt provisoire des ouvrages dont Barbier fût nommé conservateur le 20 fructidor an VI (6 sept. 1798). La lettre de Sophie est donc postérieure à cette date mais le fait qu’elle se trompe dans le libellé de l’adresse permet de penser que sa lettre est antérieure à celles où, précisément, elle ne commettra plus la même erreur, à commencer par la Lettre V, que nous avons datée du 18 janvier 1799. On a par conséquent tout lieu de penser que le « 25 nivôse » que Sophie mentionne à la fin de sa lettre est celui de l’an VII, soit le 14 janvier 1799 ; ce qui est confirmé par son contenu, qui tend à en faire un courrier plus tardif que les Lettres II et III.

74 « Éloge de Michel de l’Hôpital, Chancelier de France. Discours présenté à l’Académie française, en 1777 », Œuvres complètes de Condorcet, vol. IV, p. 223-374.

75 Il s’agit d’une mauvaise adresse puisque le courrier est réexpédié. D’après J. Hillairet (Dictionnaire historique des rues de Paris, o. c, t. I, p. 136-137), elle correspond aujourd’hui à la rue Mr le Prince qui s’appelait anciennement la rue des Francs-Bourgeois-St Michel et qui partait de la Porte St Michel.

76 Quoique proche de la rue Vaugirard, où se trouvait le Directoire (au n°15), l’Hôtel Croï était situé rue du Regard (au n°5), où le courrier est réexpédié. Ces indications sont fournies par J. Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, o. c, t. II, p. 327.

77 Au terme de sa lettre (Document 1 supra), Sophie de Grouchy indique « ce 29 ». Or, cette lettre est directement liée à la Lettre II, datée du 6 nivôse an VII (26 déc. 1798), car elle évoque la recherche de numéros du Journal d’Instruction sociale. Il est cohérent de penser qu’elle a donc été écrite peu de temps (23 jours) après.

78 Il s’agit des numéros 1, 2, 4 et 6 du Journal d’instruction sociale où figurent cinq articles de Condorcet. Outre le « Tableau général de la science » publié dans les numéros 4 et 6 (voir lettre II), on trouve trois articles dans le numéro 1 (1er juin 1793, p. 1-11, 11-24 et 25-32) de ce périodique : « Sur le sens du mot révolutionnaire » (Œuvres complètes de Condorcet, vol. XVIII, p. 1-26), « Sur l’impôt progressif » (Œuvres complètes de Condorcet, vol. XXI, p. 215-223) et « Sur les élections » (édité sous le titre de « Fragment sur les élections » dans les Œuvres complètes de Condorcet, vol. XVIII, p. 27-39). Un autre article a été publié dans le numéro 2 (8 juin 1793, p. 49-55) du Journal d’instruction sociale : « Que toutes les classes de la société n’ont qu’un même intérêt », Œuvres complètes de Condorcet, vol. XVIII, p. 41-50.

79 Le membre de phrase « la prunelle de l’œil » a été souligné par Sophie de Grouchy.

80 Comme nous l’avons indiqué dans notre présentation, Sophie abrège peut-être ici le nom de Duhamel.

81 Au sujet des deux références précédentes, voir les Lettres II et III.

82 « Troisième mémoire [sur les monnaies] » [1790], Œuvres complètes de Condorcet, vol. XX, p. 315-329.

83 Cette date est indiquée par Cramer au terme de sa lettre.

84 Déclaration des droits – traduite de l’Anglois avec l’original à côté, Londres, 1789.

85 Nous n’avons pas retrouvé la feuille en question.

86 L’« Avis de l’éditeur » dans l’édition de 1789 comprend à cet égard la précision suivante : « [...] nous imprimons la traduction d’un projet de Déclaration des droits qui a été publié l’année dernière en Amérique ; & nous donnons une nouvelle édition de l’original »

87 Ces trois derniers mots ont été soulignés par Barbier.

88 Dans les deux éditions de sa Notice sur la vie et les ouvrages de Condorcet (1ère éd. : Paris, J. Duplain, an IV, p. 17 ; 2e éd. : an VII, réimpr. Paris, Le livre d’histoire, 2000, p. 41), Diannyère indique pourtant que c’est « le médecin Gems » qui réalisa cette traduction, dont il fût seulement l’éditeur. Pour sa part, Cahen (Condorcet et la Révolution française, 1904, Genève, Slatkine reprints, 1970, p. xviii) propose avec prudence le nom de Mazzei, en se fondant sur les témoignages contemporains de la publication de ce texte.

89 Cette note n’accompagnera finalement pas la « Déclaration des droits », Œuvres complètes de Condorcet, t. XII, p. 243-294.

90 Concernant la datation, un premier intervalle peut être établi avec pour bornes le 20 fructidor an VI (6 sept. 1798) et le 18 brumaire an VIII (9 nov. 1799). La première de ces dates est celle du transfert du fonds de la Bibliothèque de Directoire dans la rue du Regard, laquelle est mentionnée dans le libellé de l’adresse. La seconde de ces dates est celle de la fin du Directoire. Cet intervalle peut être resserré par la prise en compte de deux éléments. Premièrement, on remarque que Sophie de Grouchy fait notamment référence à deux ouvrages (voir aussi les Lettres VIII et IX) dont de nouvelles éditions paraissent respectivement au printemps et au début de l’été 1799 (voir Journal de Paris, 22 floréal an VII (11 mai 1799), n°232, p. 1021 ; Décade philosophique, n°20, 20 germinal an VII (9 avril 1799), p. 119-120 ; n°28, 10 messidor an VII (28 juin 1799), p. 55-56) : le Voyage en Syrie et en Égypte de Volney et, semble-t-il, l’Histoire Naturelle de Buffon. Deuxièmement, cette lettre est antérieure à la Lettre VIII, au plus tard datée du 9 brumaire an VII (31 oct. 1799). Le « 25 » que Sophie de Grouchy indique à la fin de sa lettre ne peut donc être que celui du mois de messidor, thermidor ou fructidor de l’an VII.

91 Au sujet de cet échange, voir également les Lettres VIII et IX.

92 Edward Gibbon, Miscellaneaous works of Edward Gibbon, with memoirs of his life and writtings, composed by himself : illustrated from his letters, with ocasionnal notes and narrative, John Lord Sheffield, London, A. Strahan, T. Cadell, W. Davies, 1796, 2 vol.

93 Jacques-Henri-Bernardin de Saint-Pierre, Études de la nature, Paris, Didot, 1ère éd. : 1784, 3 t. ; 2e éd. revue, corrigée, & augmentée : Paris, Imprimerie de Monsieur, Didot, Méquignon, 1786, 3 t.

94 Constantin François Volney, Voyage en Syrie et en Égypte pendant les années 1783, 1784, & 1785, Paris, Volland, Desenne, 1787, 2 t. ; troisième édition, revue et corrigée par l’auteur : Paris, Dugour et Durand, an VII, 2 vol.

95 Comme le confirme la Lettre VIII, il s’agit de Claude Étienne Savary, Lettres sur l’Égypte, où l’on offre le parallèle des mœurs anciennes et modernes de ses habitans, où l’on décrit l’état, le commerce, l’agriculture, le gouvernement du pays et la descente de St Louis à Damiette, tirée de Joinville et des auteurs arabes, avec des cartes géographiques, Paris, Onfroi, 1785-1786, 3 vol.

96 F. Le Vaillant, Voyage de Le Vaillant dans l’intérieur de l’Afrique par le Cap de Bonne Espérance dans les années 1780, 81, 82, 83, 84 & 85, Paris, Leroy, 1790, 2 t. ; Second voyage dans l’intérieur de l’Afrique par le Cap de Bonne Espérance dans les années 1783, 84 et 85, Paris, H. J. Jansen, an III, 3 t. ; rééd. : an IV, 2 t.

97 Elegant extracts or Useful and entertaining pieces of poetry, selected for the improvement of young persons, being similar in design to Elegant extracts in prose, London, T. Longman & allii, 1796 (Livres I-II) et s. d. (Livres III-IV).

98 À savoir, par exemple : Voyage de Samuel Hearne, du Fort du Prince de Galles dans la Baie de Hudson, à l’océan nord, entrepris par ordre de la compagnie de la Baie de Hudson dans les années 1769, 1770, 1771, et 1772, et exécuté par terre, pour la découverte d’un passage au Nord-Ouest. Traduit de l’Anglais [par A. J. N. Lallemand] et accompagné de Cartes et de Planches, Paris, Impr. de Patris, an VII, 2 t.

99 Cette lettre, par son contenu, fait directement suite à la Lettre VII et précède la Lettre IX. Le « 9 » qui est indiqué au terme de celle-ci est donc celui du mois de thermidor, fructidor ou vendémiaire de l’an VII succédant à celui de la Lettre VII.

100 Jacques-Bernardin-Henri de Saint-Pierre, Vœux d’un solitaire, pour servir de suite aux Études de la nature, Paris, P. F. Didot le jeune, Méquignon l’aîné, 1789-1792.

101 Souligné par Sophie de Grouchy.

102 Adam Smith, Essais philosophiques, par feu Adam Smith, précédés d’un précis de sa vie et de ses écrits par Dugald Stewart, Traduits de l’anglais par P. Prevost, Paris, Agasse, an V (1797).

103 Sur la seconde moitié de ce feuillet, puis au f. 288 r, on trouve plusieurs séries d’inscriptions graphiques rédigées à l’encre par Barbier. L’objet dont elles traitent est de nature bibliographique ; les ouvrages ou les auteurs cités sont toutefois sans rapport avec ceux évoqués par Sophie de Grouchy. L’une de ces inscriptions porte la date du « 20 vendémiaire an 9 », c’est-à-dire du 12 octobre 1800, date qui a vraisemblablement conditionné l’écriture (au crayon et d’une main inconnue) du 13 octobre 1800 en haut de la lettre de Sophie.

104 Le contenu de ce courrier suggère qu’il a été écrit après les Lettres VII et VIII mais avant la Lettre X, qui ne traite pas du même objet et qui date du début du mois de novembre 1799. Puisque Sophie de Grouchy indique « ce 24 » à la fin de sa lettre, il s’agirait donc au plus tôt du 24 thermidor an VII (11 août 1799) et au plus tard du 24 vendémiaire an VII (16 oct. 1799).

105 Souligné par Sophie de Grouchy.

106 Œuvres posthumes de d’Alembert, Paris, Charles Pougens et Gide, Strasbourg, Levrault, an VII (1799), 2 t. Signalons que Sophie de Grouchy est désignée, avec Charles Pougens, comme co-éditrice de ces Œuvres posthumes au moment de leur parution. Voir Décade philosophique, n°20, 20 prairial an VII (8 juin 1799), p. 461.

107 Il s’agit peut-être de l’édition, effectuée par Antoine-Marie-Henri Boulard – orthographié « Boulare » par Sophie de Grouchy – de l’ouvrage de la marquise de Lambert, Avis d’une mère à sa fille avec une traduction interlinéaire de l’allemand, propre à faciliter l’étude de cette langue, Paris, Agasse, an VI. On ne peut en effet s’empêcher de dresser un parallèle entre ce texte et celui de Condorcet, Avis d’un père proscrit à sa fille, qui ne paraîtra qu’en 1812 (Mercure de France [26 déc. 1812], n°dxcvii, p. 603-611) mais qui était déjà connu à cette époque et qui aurait même été rédigé sur le conseil de Sophie de Grouchy (voir ibid., p. 603 (note) ; J. B. Sarret, « Notice sur la vie et les ouvrages de Condorcet pendant sa proscription », Observations pour les instituteurs sur les éléments d’arithmétique à l’usage des écoles primaires, Paris, an VII p. vi ; E. O’Connor, [Brouillon de] (Sur Condorcet) [1845 ou 1846], MS 848, f. 30 ter r-v). En dépit d’une vision complaisante de la religion, le contenu de l’ouvrage offert par Barbier n’aurait du reste pas manqué de plaire à Sophie de Grouchy. Le premier « avis » commence par exemple comme suit : « On a, dans tous les temps, négligé l’éducation des femmes ; l’on n’a d’attention que pour les hommes ; et comme si les femmes étaient une espèce à part, on les abandonne à elles-mêmes, sans secours, sans penser qu’elles composent la moitié du monde », p. 3. Ajoutons enfin que le nom de Boulard était familier à Sophie de Grouchy, ce que laisse supposer la façon dont elle en parle dans sa lettre, s’il s’agit bien de lui : Boulard, en l’an IV, avait traduit en français les Considerations concerning the First Formation of Languages [1761], ouvrage de Smith que la veuve de Condorcet traduira à son tour, en l’an VI.

108 Ces deux dates sont indiquées par Sophie de Grouchy elle-même, au début et à la fin de la lettre. Sous la première d’entre elles, notons qu’une main inconnue a inscrit « 29b 99 », ce qui correspondrait au 29 brumaire 1799, c’est-à-dire au 20 novembre de cette année.

109 Comme nous l’avons expliqué dans notre présentation, il s’agirait en réalité de Laromiguière.

110 Discours sur les sciences mathématiques [mi-janv. 1786]. Ce discours n’a finalement pas été publié dans l’édition de 1804, ce qui n’est peut-être pas sans rapport avec l’exclusion progressive, que nous avons évoquée dans notre présentation, de l’œuvre mathématique de Condorcet au moment de la préparation de cette édition. Seuls quelques extraits étaient alors parus dans le Journal de Paris. La publication intégrale figurera dans le Magasin Encyclopédique [oct. 1812, p. 269-303] puis, dans une version un peu différente – mais plus fidèle aux extraits du Journal de Paris – au sein des Œuvres de Condorcet [1847-1849], o. c, t. I, p. 453-481.

111 Il s’agit vraisemblablement d’Emmanuel de Grouchy (1766-1847), le célèbre général de Napoléon 1er.

112 Le Discours de Condorcet était initialement destiné à présenter le cours de mathématiques de son disciple Lacroix (1765-1843) que ce dernier dispensa en 1786-1787 au Lycée, établissement d’instruction très prisé par la bonne société, qui devint le Lycée républicain en 1793, puis l’Athénée de 1802 à 1849 (sur ces points, voir en particulier René Taton, « Condorcet et Sylvestre-François Lacroix », Revue d’histoire des sciences, t. XII, 1959, p. 127-158, 243-262). Dans ces circonstances, il n’aurait guère été étonnant que Sophie de Grouchy sollicite Lacroix pour préparer la version imprimée du Discours de son mari, ainsi que le suppose Barbier.

113 Cette lettre, qui est un brouillon, semble directement associée à la Lettre X, datée des 2-3 novembre 1799, dans laquelle Sophie de Grouchy demande à Barbier de « consulter Cabanis, Gallois, et La Rominillière » au sujet de « divers articles épars » de Condorcet concernant Voltaire. Par ailleurs, Barbier indique au début de sa lettre la date de « Brumaire an VIII » et signe en tant que « Conservateur du dépôt provisoire de la Bibliothèque du Directoire Exécutif ». Sa lettre aurait donc été écrite entre le 12 brumaire an VIII (3 nov. 1799) et le 18 brumaire an VIII (9 nov. 1799), date de la fin du Directoire.

114 Cette appellation de « Pensées choisies de Condorcet, tirées de l’édition de Kehl » ne sera finalement pas reprise dans les Œuvres complètes de Condorcet. À ce propos, voir aussi les notes 117 et 120.

115 Sur ce point, consulter également la Lettre XII.

116 Barbier avait initialement écrit « sciences politiques et économiques ».

117 L’intitulé sera : « Avertissements et notes insérés par Condorcet, dans l’édition complète des Œuvres de Voltaire » [1784-1789], Œuvres complètes de Condorcet, vol. VI, p. 271-460.

118 « Vie de Voltaire » [1789], Œuvres complètes de Condorcet, vol. VI, p. 3-270.

119 « Vie de Molière, avec de petits sommaires de ses pièces » [1739], Œuvres complètes de Voltaire [1784-1789], De l’imprimerie de la société littéraire typographique, t. XLVII [1785], p. 117-179.

120 L’intitulé sera : « Vie de Voltaire. Seconde partie, contenant Les Notes insérées par Condorcet dans les Œuvres complètes de Voltaire » [1784], Œuvres complètes de Condorcet, vol. VII.

121 « Catalogue de la plupart des écrivains français qui ont paru dans le siècle de Louis XIV, pour servir à l’histoire littéraire de ce temps », Œuvres complètes de Voltaire [1784-1789], De l’imprimerie de la société littéraire typographique, t. XX [1785], p. 47-178.

122 Tout ce paragraphe est, grosso modo, repris dans l’« Avertissement » (non signé), placé au début du volume VI des Œuvres complètes de Condorcet. Signalons que Barbier commettra plusieurs erreurs dans son travail éditorial, en attribuant en particulier à Condorcet des « avertissements » ou des « notes » qui ne sont pas de lui. Ces erreurs seront reproduites dans les Œuvres de Condorcet [1847-1849] (o. c, t. IV). À notre connaissance jamais relevées par les commentateurs, elles sont recensées par J. J. M. Decroix, dans des Notes manuscrites [1807] situées en ouverture de l’exemplaire de l’édition séparée (an XIII (1804)) des volumes VI et VII des Œuvres complètes de Condorcet, conservé à la Bibliothèque nationale (cote : Z Beuchot 1090 1 et 2).

123 Une version antérieure et avortée du début de ce paragraphe était : « Ce travail m’a demandé beaucoup de tems mais la pensée que je le consacrais à la mémoire d’un des plus illustres et des plus infortunés fondateurs de notre liberté, me l’a fait paraître bien court. Il vous suffit de consacrer quelques instans ».

124 Nous n’avons pas retrouvé les cartes en question.

125 Dans un assez long passage raturé, Barbier renvoyait aussi à l’« érudition » de Condorcet.

126 Barbier avait initialement écrit « des sciences morales et politiques ».

127 Cette lettre (Document 2), qui est un brouillon, est datée au début et à la fin par Barbier lui-même.

128 La version antérieure était : « il a réussi à obtenir ».

129 « Vie de Voltaire » [1789], Œuvres complètes de Voltaire [1784-1789], t. LXX [1789], De l’imprimerie de la société littéraire typographique, p. 1-180. Cette biographie sera rééditée dans les Œuvres complètes de Condorcet, vol. VI, p. 3-270.

130 Dans la lettre XI qu’il avait adressée un an plus tôt à Garat, Cabanis et Gallois, c’est sous la dénomination de « Pensées choisies » que Barbier avait proposé de publier les notes en question. Voir la Lettre XI où d’autres précisions sont aussi données.

131 « Table générale alphabétique des œuvres de Voltaire en 70 volumes in-8° », Œuvres complètes de Voltaire [1784-1789], t. LXX [1789], De l’imprimerie de la société littéraire typographique, p. 351-412.

132 Nous n’avons pas trouvé la lettre à laquelle Barbier fait référence. Signalons que la réponse à cette lettre par Sophie de Grouchy semble être la Lettre X.

133 Il y eut trois bibliothèques des Carmes avant la Révolution française, à savoir celle des Carmes Déchaussées (rue de Vaugirard), de la place Maubert et enfin de la rue des Billettes. À ce sujet, voir Alfred Franklin, Les anciennes bibliothèques de Paris-Églises, monastères, collèges, etc., Paris, Imprimerie Impériale, 1867-1868, 3 t. et J. Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, o. c, t. II, p. 604.

134 Il s’agit de l’immeuble du 2, rue Matignon, acheté par Sophie de Grouchy au printemps 1795. Notons que cette adresse est explicitement mentionnée comme lieu d’expédition de la Lettre IV.

135 Ces « notes » seront en réalité réparties en deux grands ensembles, l’un composant une moitié environ du volume VI, l’autre l’intégralité du volume VII des Œuvres complètes de Condorcet. Pour plus de détails, voir nos commentaires de la lettre XI.

136 Comme l’indique Ernst Hasse, (Geschichte des Leipziger Messen, Leipzig, Hirzel, 1885, p. 302), la foire de Leipsick se tenait lieu trois fois l’an : au Nouvel An, à Pâques et à la Saint-Michel. Puisque la lettre de Barbier est datée du 5 novembre 1800, ce dernier fait allusion à la Foire du Nouvel An 1801.

137 Sophie indique à la fin de sa lettre « ce 16 » et au crayon il a été ajouté par une main inconnue : « Brumaire an 9 (7 nov. 1800) ». Cette date est tout à fait cohérente car la Lettre XIII constitue la réponse de Sophie de Grouchy au courrier de Barbier, daté du 5 novembre de la même année (Lettre XII).

138 Voir les Lettres XI et XII.

139 Nommé « Ernouf » par Sophie de Grouchy à la fin de sa lettre. Que le nom exact soit Ernouf ou Renouf, nous n’avons pu déterminer de qui il s’agissait.

140 Dans le libellé de cette adresse, Sophie de Grouchy avait initialement écrit « Faussaires » à la place de « Fossoyeurs ». L’endroit, qui est aujourd’hui le numéro 15 de la rue Servandoni à Paris, lui était pourtant bien connu. C’est en effet chez Marie Rose Vernet que Condorcet se réfugia durant sa proscription, entre le début du mois de juillet 1793 et la fin mars 1794.

141 Cette lettre semble postérieure à la Lettre XIII, datée du 16 brumaire an IX (7 nov. 1800). Par ailleurs, la rue des Mathurins où est situé l’établissement de Fuchs sera indiquée sur la page de titre, datée de l’an IX, du volume VIII des Œuvres complètes¸ tandis que Sophie de Grouchy demande précisément à Barbier, dans la présente lettre, quelle est l’adresse de ce libraire. Le « 13 thermidor » mentionné par Sophie de Grouchy à la fin de cette lettre est donc fort vraisemblablement celui de l’an IX (1er août 1801). La datation (vers 1801-1803) que nous avions auparavant proposée (dans Condorcet, Tableau historique, o. c, p. 48, n. 107) peut donc être précisée.

142 Dubos l’Abbé, Histoire critique de l’établissement de la monarchie françoise dans les Gaules, Paris, Osmont, Hourdel & allii, 1734, 3 t. Plusieurs autres éditions sont parues en 1742 (par exemple : Paris, Didot ; Paris, Pierre François Giffart, Paris, Ve Ganeau ; s. l., Nyon père).

143 Gabriel Bonnot Mably (abbé de), Observations sur l’histoire de France, Genève, Compagnie des Libraires, 1765, 2 t. Il existe aussi : Observations sur l’histoire de France, Nouvelle édition, continuée jusqu’au règne de Louis XIV, & précédée de l’Éloge historique de l’auteur, par M. l’abbé Brizard, Kehl, 1788, 3 t.

144 Tacite, Nouvelle traduction par M. [Jean-Baptiste-Joseph-René] Dureau de Lamalle, Paris, Théophile Barrois, 1790, 3 t.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 (Cliché Bibliothèque nationale de France, Paris) : Lettre de Sophie de Grouchy Barbier [29 nivôse an VII (18 janvier 1799)], n. a. fr. 1390, f. 291 r., voir infra Lettre V, p. 142.
URL http://rde.revues.org/docannexe/image/322/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Document 2 (Cliché Bibliothèque nationale de France, Paris) : Lettre de Barbier à Sophie de Grouchy (extrait) [14 brumaire an IX (5 novembre 1800)], n. a. fr. 1390, f. 302 r., voir infra Lettre XII, p. 152.
URL http://rde.revues.org/docannexe/image/322/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Nicolas Rieucau, « Quatorze lettres inédites de Sophie de Grouchy et des éditeurs des Œuvres dites Complètes de Condorcet », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 39 | 2005, 125-155Nous remercions A. Chassagne, P. Crépel et D. Varry pour leurs remarques sur une première version de cette présentation. Nous demeurons cependant seul responsable des imperfections qui y subsistent..

Référence électronique

Jean-Nicolas Rieucau, « Quatorze lettres inédites de Sophie de Grouchy et des éditeurs des Œuvres dites Complètes de Condorcet », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 39 | 2005, mis en ligne le 08 décembre 2008, consulté le 22 août 2017. URL : http://rde.revues.org/322 ; DOI : 10.4000/rde.322

Haut de page

Auteur

Jean-Nicolas Rieucau

PHARE (CNRS - Université Paris I)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org