Navigation – Plan du site
L’Encyclopédie d’hier, d’aujourd’hui et de demain : remarques et propositions
16

Peut-on enfin brûler le pasteur Mouchon ?

Can we finally burn the rev. Mouchon ?
Pierre Crépel
p. 201-232

Résumés

Les éditions électroniques procurent des tables, des index, des recherches sur le texte intégral, des renvois. Pour l’Encyclopédie et le Supplément, un auteur s’est attelé à ce type de tâche, à Genève dès 1772, à la demande de Cramer et de Tournes : c’est le pasteur Mouchon (1733-1797). Nous retraçons ses objectifs et sa méthode à partir de sa correspondance inédite, conservée à la BPU de Genève et aux archives d’État de Bâle-Ville. Nous montrons que la Table de Mouchon, loin d’être dépassée, garde toute son actualité et peut inspirer des instruments de travail modernes.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Je remercie tout spécialement Jean-Daniel Candaux, le Dr P. Bocherens, Président du Consistoire de l’Église française de Bâle, ainsi que Yann Decourt, Stephan et Evelyn Lüchinger-Arber, Christophe Slavat et Jérôme Bastien.

Introduction

1Une édition électronique de l’Encyclopédie cherche à fournir, entre autres choses, des tables, des index, des renvois, des bibliographies, des recherches « sur le texte intégral » ou « plein texte », permettant au lecteur de trouver aux endroits les plus imprévus de l’ouvrage tout ce qui concerne une notion, un lieu, un personnage... Mais cet exercice « hypertextuel » et « transversal » reste aujourd’hui encore semé d’embûches, et cela d’autant plus que l’Encyclopédie de Diderot et D’Alembert est mille fois plus hétérogène que toutes les autres, notamment que son modèle de départ, la Cyclopœdia de Chambers. Ni les critères de choix des « entrées », ni les collaborateurs, ni le sens des articles fondamentaux ne sont identiques dans le tome I, le tome VII ou le tome XVII ; la conception des volumes diffère même profondément. Comment construire alors une vision (plus ou moins) globale des « liens hypertextes » sur un ensemble aussi tourmenté, sans en trahir l’histoire, voire la simple chronologie, les tensions et les contradictions ? D’autres communications dans ce recueil y répondent sous des registres différents.

2Nous proposerons ici un détour.

3En effet, un homme s’est déjà essayé à sa façon à un tel programme, et cela dès 1773 : le pasteur Mouchon. Nous tenterons, à partir de sa correspondance, à partir de quelques traces éparpillées que nous avons pu rassembler sur son travail, de comprendre comment ce « tâcheron » méconnu s’est organisé, comment il s’est efforcé de (re)construire une unité à l’Encyclopédie, et même au Supplément. Nous en tirerons ensuite modestement quelques réflexions pour faire évoluer les conceptions modernes des éditions électroniques.

État des études sur la Table de Mouchon

4La Table analytique et raisonnée est certes utilisée à l’occasion par les historiens, mais à notre connaissance aucune étude systématique ne lui a été consacrée.

5Il existe d’ailleurs deux tables, une relative à l’édition in-folio et une pour l’in-4°, mais ces deux tables ne diffèrent pas sensiblement ; les objectifs en sont très clairement indiqués dès l’« Avertissement », dont nous rappellerons la substance un peu plus loin.

  • 1 R. Darnton (p. 80) dit qu’en fait Panckoucke ne l’a payé que 22 000 livres à Samuel de Tournes. S. (...)

6Bien sûr les grandes thèses et les instruments de travail relatifs à l’Encyclopédie abordent la question de la Table. Il n’est pas dans notre objectif de donner une synthèse de ces travaux, nous rappelons seulement quelques points indispensables à la compréhension de ce qui suivra. S. Tucoo- Chala, dans son ouvrage sur Panckoucke, consacre quelques pages à la Table (essentiellement les pp. 303-304, 363-364), dans un esprit d’histoire du livre. Sa source principale est le fonds de la Société typographique de Neuchâtel (Ms 1189 de la BPU de Neuchâtel) ; elle signale aussi que Panckoucke a acquis de S. de Tournes la propriété des droits de la Table en juin 1775. Panckoucke dit avoir acheté le manuscrit 30 000 livres1 pour le revendre 60 000 à la STN. L’exemplaire de la Table est vendu 23 livres aux libraires et 27 au public.

  • 2 Voir cependant la contribution de C. Donato infra.

7Nous n’avons pas trouvé d’étude approfondie du contenu de la Table2.

Remarques sur les sources disponibles

8Pour tenter de comprendre dans quelles circonstances, avec quels objectifs et quelles méthodes, P. Mouchon a composé sa Table analytique de l’Encyclopédie et du Supplément, il convient d’abord de s’interroger sur

9les sources à notre disposition.

  • 3 Il serait par exemple indispensable d’explorer les fonds des éditeurs genevois Cramer et De Tournes (...)

10Certes, il y a d’abord celles consultées par les historiens de l’Encyclopédie et qui pour l’essentiel sont relatives à l’histoire du livre (Panckoucke, Société typographique de Neuchâtel, presse, etc.), mais nous n’avons pas suivi cette direction3.

11Pour cet article, nous avons consulté essentiellement quatre autres types de sources complémentaires :

12— la Table imprimée elle-même,

13— l’« Éloge historique de l’Auteur », publié par Pierre Picot, en préface des Sermons de Pierre Mouchon,

14— la correspondance de Pierre Mouchon (conservée à la Bibliothèque de Genève et aux Archives d’État de Bâle),

15— les archives de l’Église française de Bâle.

16Nous n’avons dépouillé complètement la correspondance trouvée que sur la période qui s’étend de l’automne 1772 (premières propositions de Cramer et De Tournes à P. Mouchon pour cette Table) à 1780 (date de la publication). Nous n’avons procédé qu’à quelques sondages sur les autres périodes.

17Malgré ce caractère fragmentaire des informations, on peut reconstituer de façon fiable, semble-t-il, le travail de Mouchon, son emploi du temps, ses méthodes, ses difficultés, ses tourments. En outre, on possède des renseignements intéressants sur sa formation, ses idées générales (scientifiques, morales, religieuses, sociales, méthodiques), sur les autres tâches qu’il devait effectuer pendant la rédaction de sa Table.

18Terminons par une remarque sur la correspondance du pasteur. Aucun inventaire n’en a jamais été fait à notre connaissance. Le pointage que nous avons effectué dans les bibliothèques de Genève et de Bâle n’a pas la prétention à l’exhaustivité ; toutefois, nous pensons qu’en ce qui concerne les lettres privées pour la période 1773-1778, nous disposons déjà d’une portion significative de ce qui existe. En effet, dans sa lettre à P. Ochs du 10 février 1774, P. Mouchon écrit :

19J’ai abandonné plusieurs correspondances ; la votre est l’une des trois que je veux soutenir.

20Or, il est visible que les trois correspondants sont Antoine Mouchon, Philippe Robin et Peter Ochs. Pour les deux derniers nous avons l(a plupart d)es lettres envoyées par notre pasteur, pour le premier nous ne disposons que des lettres reçues.

  • 4 La seule autre allusion que nous ayons trouvée à son travail encyclopédique figure dans une lettre (...)

21D’après le contenu de ce que nous avons dépouillé, la correspondance de P. Mouchon au cours de ces années est liée, pour l’essentiel, à son absence de Genève, ville où il a gardé la plupart de ses attaches et où il aspire à revenir. On a tout lieu de penser que, si la Table avait été rédigée à Genève, au lieu de Bâle, il nous resterait fort peu de documents utiles à la compréhension de ce travail : toute la communication aurait été orale4 !

Note biographique sur Pierre Mouchon (1733-1797)

22En fait Pierre Mouchon n’a guère retenu l’attention des historiens, on trouve fort peu de choses, même dans les dictionnaires biographiques suisses (v. bibliographie) ; l’essentiel nous vient de l’éloge que Picot a rédigé à la demande de la famille et de la Compagnie des pasteurs de Genève, et qui est publié en préface des Sermons de P. Mouchon.

23Rappelons seulement quelques points. Pierre Mouchon est né à Genève le 30 juillet 1733, il y fait de bonnes études diversifiées et motivées (lettres, arts, sciences, religion...). Il est « consacré au ministère » le 18 août 1758 à Genève, prédicateur, régent de sixième, puis est élu le 4 novembre 1766 deuxième pasteur de l’Église française de Bâle, où il prend ses fonctions fin mars 1767. Peu lié à la société bâloise, qu’il n’aime pas et dans laquelle il s’ennuie, c’est par besoin d’argent pour sa famille qu’il y entreprend la Table de l’Encyclopédie. Mouchon revient enfin à Genève, y ayant été élu pasteur le 6 mars 1778. Il meurt d’une attaque cérébrale le 20 août 1797.

  • 5 On trouvera cette lettre dans RDE 33. Dans la rubrique documentaire de ce prochain numéro, nous don (...)
  • 6 Il existe divers travaux épars sur cette Société. Voir notamment Erne, 1988, p. 311-318 et le proje (...)
  • 7 Ces passages mériteraient d’être publiés nous ne l’avons pas fait ici parce qu’ils sont assez longs (...)

24Ajoutons quelques informations, utiles à notre propos, et glanées dans la correspondance. Il s’agit d’abord des idées du pasteur sur le commerce, la morale et la philosophie, telles qu’elles apparaissent dans les lettres à Peter Ochs, notamment dans celle d’[août] 17725. On y notera les lectures conseillées par P. Mouchon, la première de toutes étant les Elémens de philosophie de D’Alembert. Si les idées de Mouchon (qui n’aime guère Voltaire) évoluent au cours du temps, disons, de Rousseau vers Charles Bonnet, il n’en reste pas moins vrai que, sur le plan de la méthode et de la philosophie des sciences, le co-directeur de l’Encyclopédie est la référence pour ordonner des études. On remarquera ensuite, dans la correspondanceavec Philippe Robin, les passages relatifs à la Société des arts de Genève, dont Robin est le premier secrétaire à partir du printemps 17766. On y voit poindre en particulier non seulement l’intérêt encyclopédique de Mouchon, mais aussi sa curiosité pour les registres, la minutie, la méthode7.

  • 8 Voir sa « lettre de vocation » qui sera transcrite dans RDE, 33. On trouve quelques précisions supp (...)

25Enfin, les archives de l’Église française de Bâle nous apportent divers renseignements précieux, non seulement son doctorat de philosophie de l’Université de Bâle (6 novembre 1767), mais surtout les tâches (apparemment assez légères) qu’il doit assurer en tant que pasteur8. La correspondance nous montre que ces tâches, jointes aux dérangements inévitables de la vie, l’obligent à une austérité et à une discipline impres- sionnantes pour mener à bien sa Table de l’Encyclopédie.

26Pour terminer, disons un mot des amis de Pierre Mouchon, dont les noms reviennent très souvent dans la correspondance que nous allons examiner.

27Ce sont à Genève :

28— son frère Antoine (1749-1822), de seize ans plus jeune que lui, visiblement respectueux et admiratif face au pasteur, et qui deviendra membre de l’Assemblée nationale en 1793 et secrétaire d’État

29— le graveur Philippe Robin (1729-1792), ami intime de P. Mouchon, secrétaire de la Société des arts en 1776, graveur de la monnaie en 1780

30— Jean-Edme Romilly (1739-1779), fils du célèbre horloger, pasteur de l’Église française de Londres en 1766, qui revient à Genève en 1769

31— Jakob Vernes (1728-1791), théologien

32— Pierre Picot (1746-1822), pasteur, professeur d’histoire ecclésiastique puis de théologie, à partir de 1787 et à Bâle :

33— Peter Ochs (1752-1821), homme politique, juriste et historien, encore jeune homme au moment de sa correspondance avec le pasteur

34— Isaak Iselin (1728-1782), secrétaire d’État

35— Jean Rudolph Frey-Frey (1727-1799), militaire

36— Daniel Merian pasteur, peut-être Emmanuel (1732-1818) ?

37L’éditeur Gabriel Cramer (1723-1793) et son frère Philibert Cramer (1727-1779), trésorier général en 1770, ainsi que l’associé Samuel De Tournes, descendant de la célèbre famille d’imprimeurs, sont aussi des personnages régulièrement présents dans la correspondance.

A la recherche de l’histoire de la rédaction et de la méthode de travail

Histoire

38Ce n’est pas notre propos ici de reconstituer l’histoire éditoriale de la Table. On a rappelé plus haut quelques faits établis par les historiens du livre, et on trouvera en Annexe 2 les compléments qui se dégagent de la correspondance. Résumons simplement ce qui est nécessaire à la compréhension de la suite.

39P. Mouchon effectue un séjour d’environ trois mois à Genève durant l’automne 1772. Cramer et De Tournes préparent une édition « genevoise » de l’Encyclopédie, et proposent alors au pasteur de rédiger une table (dont les principes ne sont probablement encore guère explicités). L’affaire traîne environ six mois, pendant lesquels Mouchon commence son travail, sans trop le dire et sans être trop sûr que la commande sera « ferme ». Les conventions ne sont signées qu’en juin 1773 (A. Mouchon, 27 juin 73), P. Mouchon touchera 500 louis d’or et un exemplaire, le terme étant fixé au 31 décembre 1776. On se reportera à l’Annexe 2 et aux lettres elles-mêmes pour les précisions sur les conditions de paiement, sur les placements éventuels, etc.

40Mouchon n’est pas un homme d’argent, sa correspondance montre à la fois son peu d’intérêt et ses ignorances à cet égard. Toutefois il recherche une certaine aisance pour sa nombreuse famille. Un louis d’or vaut 24 livres, donc la somme de 500 louis, soit 12 000 livres, équivaut à 10 ans de pension d’un pasteur bâlois (« lettre de vocation »), ce qui n’est pas rien pour un travail (certes titanesque) de quatre ans.

  • 9 Bien entendu, il est possible que Panckoucke tire certaines ficelles, mais cela n’apparaît nulle pa (...)

41Pour toute la période qui s’étend de la fin 1772 à juillet 1775, P. Mouchon, tant sur le plan du contenu du travail que des conditions matérielles, n’a affaire qu’aux seuls éditeurs genevois9. Ensuite, on trouve dans la correspondance de P. Mouchon quelques confirmations indirectes des affaires menées entre Cramer et De Tournes, d’un côté, et Panckoucke, de l’autre, à partir de l’été 1775 (AM, 23 juillet 75). Enfin, pour la table du Supplément, l’affaire se traite exclusivement avec Panckoucke (ibid.).

  • 10 Staatsarchiv Basel-Stadt, PA 141 Q.

42Les archives d’État de Bâle-ville10 conservent d’ailleurs une pièce intitulée « Conventions entre M. Panckoucke libraire à Paris & M. Mouchon, Pasteur de l’Église françoise de Basle », que nous reproduisons ci-dessous :

43Le Sieur Pierre Mouchon s’engage à faire pour le compte de M. Panckoucke, une table sommaire & analytique des matieres contenues dans les quatre volumes de Discours du Supplement de l’Encyclopedie, travaillée sur les mêmes principes & sur le même plan que celle qu’il a déja faite des dix-sept volumes de Discours de l’Encyclopedie pour le compte de MM. Cramer & Detournes de Génève.

44Il s’engage à rendre son ouvrage pret a être mis sous presse au plus tard le 31 juillet 1778 & son manuscrit sera assez lisible pour qu’un Imprimeur puisse travailler dessus sans qu’il soit besoin de le recopier.

45M. Panckoucke luy payera cet ouvrage à raison de trente cinq louis, soit huit cent quarante livres pour chaque volume du Supplement, ou cent quarante louis pour l’ouvrage entier, & cela en deux termes savoir, soixante & dix louis dans le courant de janvier 1778 & soixante & dix louis lorsqu’il recevra le Manuscrit.

46L’auteur du Manuscrit des deux Tables de l’Encyclopedie & du Supplement se reserve une douzaine d’exemplaires de son ouvrage, des que l’impression en aura été faite.

47Au moyen des avances que fait Monsieur Panckoucke pour un ouvrage qui ne doit luy être livré que dans un an, il sera entendu que si par quelque cause que ce soit, le Sr Mouchon ne pouvoit pas continuer l’entreprise, tout l’ouvrage fait jusqu’au moment où il l’auroit quitté appartiendroit à M. Panckoucke qui seroit le maitre de le faire achever par qui il jugeroit à propos, & le Sieur Mouchon s’engage pour lui & ses heritiers à lui en faire remettre tous les materiaux.

48Fait double a Paris. Juillet 1777 [signé] Panckoucke

  • 11 Nous n’avons pas trouvé de document concernant la Table de l’édition in-4°, imprimée à Lyon, probab (...)

49Comme nous l’avons déjà dit, tout le travail du pasteur est effectué pendant son séjour bâlois, sauf pour la fin de la table du Supplément qu’il termine à Genève, à partir du printemps 177811.

50Nous allons maintenant étudier le rythme et la méthode du pasteur.

Tentative d’évaluation du rythme de Mouchon

51La correspondance fait ressortir trois périodes pour l’ensemble du travail :

52a- du début 1773 à la fin 1775 : l’analyse des articles dans l’ordre, avec une première ébauche d’indexation ;

53b- du début 1776 à la fin avril 1777 : la « revue » comparée des volumes de l’Encyclopédie et des ses « cahiers » ;

54c- de juillet 1777 à juillet 1778 environ : la table du Supplément. Nous allons d’abord examiner plus précisément le rythme du pasteur, ensuite nous essaierons de reconstituer sa méthode.

55a- 1773-1775

56Résumons par un tableau « sec » ce que la correspondance nous apprend de son rythme : nous renvoyons à l’Annexe 1 pour un autre tableau plus précis avec toutes les sources.

  • 12 Nous suggérons au lecteur, à titre d’exercice, d’essayer d’analyser l’Encyclopédie à cette cadence (...)

57Pendant le premier semestre 1773, P. Mouchon, qui n’a toujours pas reçu ses « conventions » avec Cramer et de Tournes, et qui n’est donc pas encore entièrement sûr d’obtenir un contrat ferme, avance son travail à un rythme modéré (environ un volume et demi en 6 mois). Ensuite, il analyse les 15 volumes et demi restants en deux ans et demi, c’est-à-dire à un rythme d’un peu plus d’un volume tous les deux mois. Quand on regarde en détail l’avancement du travail, tel qu’il ressort de la correspondance, on constate une régularité remarquable (v. graphique ci-dessous). Ceci est, du reste, cohérent avec ce que Mouchon explique de son mode de vie et de sa volonté de tenir la cadence quelles que soient les circonstances (un peu comme un marathonien). Un demi-volume, soit environ 500 pages, par mois correspond à un rythme journalier (dimanches compris) de 15-20 pages in-folio (à deux colonnes) de l’Encyclopédie. En fait, en raison de ses tâches de pasteur et des dérangements inévitables de la vie (visites, maladies, etc.), c’est une cinquantaine de pages qu’il analyse dans une bonne journée (v. lettre du 20 novembre 1775) ; et il semble même qu’il puisse parfois tenir un tel rythme pendant une à deux semaines, comme lors de la période « prodigieuse » du 25 novembre au 9 décembre 1773 (15 jours), où il va de DICTIONNAIRE à EMPREINTE, soit environ 750 pages, c’est-à-dire effectivement une moyenne de 50 pages par jour12.

58b- 1776 - printemps 1777

59La correspondance est moins explicite sur cette époque. Visiblement, Mouchon tâtonne un peu. Au tout début 1776 il décide une « revûe [...] des huit premiers volumes de l’Encyclopédie et de ceux de [ses] cahiers qui y répondent ». Le 2 février, il en a fait le quart, c’est-à-dire deux volumes ; à ce rythme, ce travail de révision lui prendrait huit à neuf mois pour les 17 volumes. Mais le 31 mai 1776, il annonce en avoir « encore, tout accident à part, pour onze mois », ce qui est le cas, puisque fin mars 1777, il lui en reste pour « près de trois semaines ». Nous essaierons de comprendre les raisons de ces ajustements.

60c- mi-1777 - mi-1778

61Panckoucke signe les conventions pour la table du Supplément en juillet 1777. Mouchon avait prévu (lettre du 31 mars 1777) qu’il devrait pour cela « consumer encore quinze à dix-huit mois ». A-t-il commencé dès avril-mai 1777, avant les conventions ? a-t-il finalement remis son travail un peu plus tard que le 31 juillet 1778 ? ou a-t-il réussi à travailler un peu plus vite que prévu ? Nous n’avons pas trouvé de document permettant de trancher, mais il en existe peut-être, par exemple dans les papiers de Panckoucke ou de la Société typographique de Neuchatel (que nous n’avons pas consultés).

Graphique sur le rythme du pasteur Mouchon

62(avec en abscisses la date de 1773 à 1776, en ordonnées l’endroit des 17 volumes où il se trouve)

Tentative d’élucidation de la méthode de Mouchon

63Nous disposons pour cela essentiellement de deux sources : la Table elle-même et la correspondance.

64Un simple coup d’œil sur la Table montre que ce qui y est consacré à un article se compose en général de deux parties :

65- (a) « l’analyse » (disons un résumé) de l’article correspondant de l’Encyclopédie ou du Supplément,

66- (b) « l’indice » ou « le recueil » (sorte d’index des matières) rapprochant « ce qu’il y a d’épars dans un même sujet dans toute l’Encyclopédie ».

67Une évaluation grossière sur une dizaine de pages de la Table, prises au hasard, nous donne plus de 3/4 d’analyse [type (a)] pour moins d’1/4 d’indice [type (b)] ; mais cela est très variable selon les articles, depuis les cas du « tout analyse » jusqu’aux cas du « tout indice », et ce dès la première page :

68ABBÉ : 2/3 - 1/3 ;

69ABDOMEN : presque tout de type (b) ;

70ABEILLE : l/2 - 1/2.

71Nous examinerons plus loin l’exemple d’un article totalement recréé ( = 100 % type (b)) : « PROGRÈS de la philosophie, des arts & des sciences ».

72Un petit calcul approché rapide nous fera évaluer ce que nous pourrions appeler le « taux moyen de condensation mouchonienne » pour les parties « analyse » :

73— la Table couvre environ 2 volumes de 1 000 pages,

74— les « Discours » de l’Encyclopédie font 17 volumes et ceux du Supplément 4 volumes de 1 000 pages.

75Les analyses des articles ( = type (a)) représentent donc plus d’un volume et demi. Ce taux serait donc supérieur à 1,5/21, soit entre 5 et 10 %.

76Évidemment un tel calcul n’a qu’une valeur indicative très vague et n’est pas susceptible de plus de précision ; en outre, ce taux de réduction est extrêmement variable d’un genre d’article à un autre (v. lettre du 20 novembre 1775 sur l’article VERRERIES). Le seul objectif de ce petit calcul consiste à suggérer que, lorsque Mouchon analyse 20 pages dans une journée, il rédige, en moyenne, la valeur d’un peu moins de deux pages in-folio de l’édition imprimée que nous connaissons. Insistons sur le fait que c’est une simple moyenne indicative.

77La correspondance disponible nous permet maintenant d’entrevoir comment Mouchon a matériellement procédé.

  • 13 Ceci semble confirmé par la lettre d’A. Mouchon du 1er décembre 1775.

78Visiblement, au début 1773, la structure du travail n’est pas complètement arrêtée13 : s’agit-il d’une « analyse sans doute à peu près dans le goût de celles qu’ont donné d’habiles journalistes des Livres qu’ils ont annoncés » ou d’une « Table sèche & d’indication » (A. Mouchon, 15 avril 74) ? ou des deux et alors selon quelles proportions ? Les documents ne sont pas assez explicites pour y répondre. Mais on peut proposer le scénario raisonnable suivant, tel qu’il apparaît dans les lettres d’avril-mai 1774.

79Le raisonnement commercial de Cramer et De Tournes est simple. L’intérêt de « l’indice » est hors de doute, mais son ampleur peut être discutée. En revanche « l’analyse » est une arme à double tranchant. En effet, des résumés soignés de chaque article peuvent faire vendre la Table à ceux qui possèdent déjà l’Encyclopédie ou à ceux qui de toute façon n’achèteraient pas l’ouvrage entier, mais Cramer et de Tournes cherchent à diffuser une nouvelle édition de l’Encyclopédie, et pas seulement la Table, or un condensé trop bien fait pourrait dissuader les hésitants (PM, 19 mai 74). On pourra se reporter aux discussions âpres qui affleurent dans la correspondance du printemps 1774. Et lorsque paraît le Prospectus de l’Encyclopédie de Cramer, les éditeurs semblent rester sur la même ligne (A. Mouchon, 13 novembre 74).

80Le point de vue de Mouchon est différent. C’est un homme modeste, besogneux, il n’y connaît rien aux affaires, mais il est tenace et pas sans

81personnalité, il a sans doute son idée assez tôt ; en tout cas, au cours du

82premier semestre de 1773, avant la signature des conventions, il s’est probablement déjà assez familiarisé avec ce travail pour se faire une opinion stable : ce sera à la fois « l’analyse » et « l’indice », et c’est lui qui va triompher (A. Mouchon, 14 juin 74). Il a un vrai projet scientifique et ne transige pas sur la qualité. Il va même réussir à faire admettre son travail dans toute son ampleur (deux volumes in-folio, avec la table du Supplément), alors qu’au printemps 1776, les éditeurs sont toujours partisans d’un seul volume (PM, 31 mai 76).

83Pour mieux saisir comment Mouchon a procédé concrètement, il faudrait retrouver ses fameux « Cayers » des deux types (les cahiers d’analyse, et les « cayers bleus » ayant servi au « recueil-indice »). Toutefois, sans prétendre comprendre entièrement sa méthode, on peut deviner à peu près son travail quotidien, grâce aux indices disponibles.

84Mettons nous à la place du pasteur : l’analyse constitue plus des trois- quarts de la Table, c’est un travail pénible, demandant de la concentration, mais bien balisé : comme le fait remarquer son frère, c’est la tâche classique du journaliste du XVIIIe siècle dans ses comptes rendus d’ouvrages. P. Mouchon a donc été opérationnel dès le début ; il est clair que, dans cette partie, il a pu avancer à un rythme sans surprise (ce qui est indispensable pour le moral dans un cas de ce genre) et que, pendant ce temps, les idées mûrissent au fur et à mesure pour voir comment bâtir l’autre partie, c’est-à-dire le recueil. Mais il subsistera une interrogation sur l’ampleur respective de chaque partie.

85Pour comprendre ce qu’il y avait vraiment dans les « cayers bleus » (A. Mouchon, 21 novembre 75), s’il s’agissait exactement du recueil ou simplement de cahiers préparatoires, il serait bien sûr utile de retrouver la réponse de Pierre Mouchon à son frère entre le 21 novembre et le 1er décembre 1775 ; on ne peut qu’entrevoir comment le pasteur a opéré : il a noté sur ces cahiers directement, à diverses lettres de l’alphabet, les passages en rapport avec tels ou tels « sujets ». Mais bien sûr, le terme « sujet » n’est pas univoque : on peut placer une idée sous des mots plus généraux ou plus particuliers, il y a des sujets transversaux, des synonymes, il faut faire des renvois, mais pas trop de répétitions. Nous en dirons un mot plus loin.

86Il reste un point important à élucider : qu’a fait exactement Mouchon, lors de la seconde phase, c’est-à-dire après avoir analysé les 17 tomes ? que signifie cette « revûe » de huit volumes (plutôt que dix-sept) ? comment expliquer le ralentissement apparent qui inquiète ses proches ? comment comprendre cette phrase mystérieuse : « Romilly a quasi raison en disant que je recule à mesure que j’avance » (PM, 31 mai 76) ?

87La correspondance des années 1776-77 est clairsemée et imprécise, on en est réduit à des hypothèses. Il y a d’abord un travail nécessaire et long, mais simple, de relecture, y compris pour la partie « analyse ». L’accord des éditeurs avec le plan de Mouchon ne date que de juin 1774 (AM, 14 juin 74), précisément au moment où Mouchon en est « au milieu », donc approximativement au t. VIII ; on peut alors faire l’hypothèse que, pour les tomes suivants, ses cahiers donnaient directement une version plus proche de la définitive, et qu’une « revûe » plus serrée des huit premiers volumes s’est imposée dès le début 1776. On peut aussi penser que cette revue faite, le travail de complétion des cahiers bleus et leur transformation en un recueil indiquant sous le maximum de mots bien choisis « ce qu’il y a d’épars dans un même sujet dans toute l’Encyclopédie » ait exigé des recoupements nombreux dont la longueur ne pouvait être évaluée lucidement qu’après quelques mois d’essais (PM, 31 mai 76). Nous espérons mettre ces hypothèses à l’épreuve dans le paragraphe suivant.

Examen de la structure de la Table et de ses « liens hypertextes »

  • 14 En fait, il faudrait effectuer un travail plus précis et pour cela comparer cet « Avertissement » ( (...)

88Avant d’examiner la Table en elle-même, il faut rappeler le contenu de l’« Avertissement » qui est placé à sa tête14. Cet avertissement d’une page évoque douze objectifs, que nous résumons brièvement : 1° indiquer des connexions « que le lecteur ne soupçonne pas » ; 2° créer des articles non existants à partir « de matériaux épars tirés » de l’Encyclopédie elle-même ; 3° intégrer le Supplément à l’Encyclopédie ; 4° rapprocher les contradictions ; 5° fournir une relation meilleure entre les « discours » et les « planches » ; 6° en tirer pour chaque matière des sortes de traités, autant que cela est possible ; 7° donner aux termes « vulgaires » ce qui est expliqué aux termes « scientifiques » ; 8° présenter « sous un point de vue plus resserré et plus commode » des « articles de Philosophie ou de Métaphysique » « fort étendus », donc trop touffus ; 9° créer des articles pour les noms de personnes (car il n’y en a pas dans l’Encyclopédie) ; 10° fournir un nouveau système de renvois plus expéditif ; 11° remédier aux défauts de l’ordre alphabétique ; 12° donner de nouveaux tableaux (synoptiques) des connaissances et des arts.

  • 15 Les lettres à P. Ochs évoquées plus haut (v. RDE, 33) peuvent apporter quelques pistes à cet égard.

89Ce programme est bien alléchant, et on conçoit aisément qu’il existe diverses façons de le remplir, car (pour parler anachroniquement) les liens hypertextes ne sont ni neutres, ni innocents, ni automatiques. Pour comprendre finement les méthodes, les tâtonnements de Mouchon, ses principes de choix pour les secondes parties, par exemple pour délimiter un sujet, il conviendrait de mieux se pénétrer de sa culture et de ses systèmes de référence15, d’examiner l’ensemble de ses renvois, des différences entre les renvois de l’Encyclopédie et ceux de la Table, et bien entendu de comparer point par point les articles de Mouchon aux articles originaux de l’Encyclopédie et du Supplément, au moins dans quelques centaines de cas bien choisis. Ceci exigerait non seulement un vrai travail de thèse que nous sommes loin d’avoir effectué, mais aussi sur chaque sujet le recours à l’œil expérimenté d’un spécialiste.

Sondage plus précis sur quelques thèmes

  • 16 Pour une étude concernant les articles issus d’« arithmétique politique » et de « population », v. (...)

90Nous ne nous sommes livrés pour le moment qu’à l’examen de quelques termes touchant à des disciplines variées16.

91Les négociations délicates entre Mouchon et les éditeurs genevois Cramer et de Tournes (v. aussi Annexe 2) nous ont déjà suggéré quelques questions méthodologiques « vives » qui auraient pu passer inaperçues à celui qui se contenterait d’explorer le texte seul. Fidèle à notre stratégie d’interroger d’abord les témoins et les correspondants, nous allons citer un passage du pasteur Picot et deux extraits de lettres, parmi les plus significatifs.

Passage relatif à l’Encyclopédie, dans l’éloge de Mouchon par P. Picot

92Souvent on y regrette la méthode & la précision. On y trouve aussi fréquemment de la négligence ou de l’obscurité : voilà quant au fond des choses. Quant à la forme de cette immense compilation, ses Rédacteurs sentirent, après coup, qu’ils avoient fait un mauvais calcul en adoptant l’ordre alphabétique. Cet ordre, qui est le plus convenable lorsqu’il s’agit d’un Dictionnaire de langues ou d’objets bien déterminés, détachés les uns des autres, a de grands inconvénients lorsqu’il est employé pour un Recueil de discours relatifs aux sciences. En multipliant à l’infini, au gré d’une nomenclature trop riche, les articles qui en traitent, & en les disséminant dans une foule de volumes, on dissèque minutieusement ce qu’il faudroit considérer dans son entier ; on rompt l’unité du sujet ; on impose au lecteur la tâche laborieuse de recréer ce sujet en rassemblant toutes ces parties éparses ; on le fatigue par d’éternels renvois, souvent fautifs & quelquefois stériles. Ce vice de l’Encyclopédie rebuta tellement à la longue, qu’on renonçoit à la lire, & qu’elle ne s’écouloit point. La Table Analytique de M. Mouchon remédia à ce défaut. Elle rassemble avec autant de discernement que d’ordre & d’exactitude, tous les articles de cet Ouvrage qui se rapportent à un même sujet ; elle les gradue & les analyse ; elle en enchaîne les propositions les plus essentielles. Le canevas qui devoit servir à l’Encyclopédie méthodique, publiée depuis, a par conséquent été préparé par cette Table. On ne s’attendoit point à une telle perfection dans ce travail. Il l’a occupé pendant cinq ans, & remplit 2 volumes in-folio (p. xxiv/xxv). [...] Il vit avec douleur, dans plusieurs articles de ce Dictionnaire qui concernent la Religion, le même esprit de scepticisme qui règne dans celui de Bayle [...] ; il omettoit absolument, dans la récapitulation des morceaux de ce genre les articles dangereux. Si dans un travail de cette nature, le silence étoit la seule réfutation qui fût permise, il se dédommageoit ailleurs de cette contrainte [...] (p. xxiv/xxv).

Extraits de deux lettres d’Antoine Mouchon

93Genève ce jeudy soir 5e may 1774

94[...] D’après votre Analyse de l’article Geneve je juge combien il y a d’autres articles qu’il vous en aura coûté d’analyser puisque des gens mal intentionnés contre vous, voudront y faire voir votre propre langage & vos sentimens quand même vous ne serez que l’interprete de l’Auteur que vous analysez & dont vous employez les paroles. Fut-il athée & le professât-il ouvertement, votre marche vous obligeroit à le suivre & a donner la substance de ses detestables principes. Cependant s’ils ne paroissent pas tout à fait dans l’Encyclopédie il en est de plus tempérés comme ceux du Deïsme & du Theïsme qui y sont annoncés de la manière la moins équivoque. Delà les reclamations contre les Auteurs, les traverses qu’on leur a suscitées pendant le cours de leur ouvrage. Or que ne diroit-on pas d’un homme intéressé à défendre la Religion qui auroit travaillé à fournir, a rassembler & a rapprocher les argumens de ses adversaires. C’est un éxemple bien frappant des progrès de la raison & de la Philosophie, diroient en s’applaudissant les Philosophes, C’est un scandale déshonorant pour la Religion & pour ses Ministres crieroient les intolérans & les Dévots. Et c’est ainsi qu’un ouvrage tel que le vôtre conduit à sa perfection seroit en même tems pour vous un sujet d’honneur & de scandale. (ms 496 ff 39-40).

95Genève ce vendredy 28e juin 1776

  • 17 P. Mouchon n’a pas eu cette perfidie suggérée par son frère : son article CONTRADICTION est inoffen (...)

96[...] Quant à l’objection que vous tirez du peu de lumiéres que vous avez retiré de l’Encyclopédie, elle devient nulle pour l’objet en question auquel vos propres lumieres suffisent ; je n’en parlois que comme d’un accessoire qui pouvoit vous être utile. Cependant je doute beaucoup que ce travail ait plus nui que profité à vos connoissances. Un jugement comme le votre tire des contradictions mêmes de nouvelles lumiéres & découvre la verité a travers le nuage des opinions différentes. D’ailleurs ce n’est que dans des matiéres de moindre importance que l’Encyclopédie offre ces oppositions [ ;] il est des principes reconnus & des règles générales sur lesquels elle ne peut que s’accorder & dans les détails desquels vous ne pouvez qu’avoir perfectionné vos connoissances. Quoiqu’il en soit, ces morceaux contradictoires, dont vous dites qu’elle fourmille, prouvent bien le peu de soin des Editeurs & diminuent bien le prix de leur travail qu’on a tant vanté. Il me semble que vous n’auriez pas pû leur jouer un plus mauvais tour qu’en rassemblant sous un article général, comme celui de contradictions, toutes celles que vous avez decouvert dans l’Encyclopédie17 ; quoiqu’elles doivent bien se trouver, sans doute, sous l’article particulier auquel elles se rapportent (ms 496 f 166v).

97Dans ces écrits assez spontanés, on repère deux types de problèmes. Les uns, de nature conceptuelle et pédagogique, touchent à la difficulté de dégager l’essentiel, d’établir des connexions entre des aspects variés du savoir et d’en rendre compte de façon claire, pratique pour un lectorat assez large. Les autres, de nature plus « privée », consistent à gérer (sans droit de critique) ses désaccords avec l’ouvrage qu’on est censé résumer et indexer, voire à gérer ses cas de conscience. Pour le premier type, nous choisirons l’exemple de PROGRÈS et pour le second celui de GENÈVE.

L’article PROGRÈS

  • 18 Par exemple aux éditeurs du Tableau historique de Condorcet (Paris, INED, 2003).

98L’« Avertissement » signale l’article PROGRÈS DES CONNOISSANCES, parmi ceux créés (ou reconstitués) par P. Mouchon. En effet, il n’y a pas vraiment d’article PROGRÈS dans l’Encyclopédie. Plus exactement, il y en a deux minuscules (XIII, 430a) : le premier, non signé, donne la définition « mouvement en-avant » et ajoute : « Il se prend aussi au figuré & l’on dit, faire des progrès rapides dans un art, dans une science ». Le second, signé D.J., concerne les « mauvais progrès » en musique. Le Supplément n’a pas d’article à ce mot. Rien donc qui ressemble à ce qu’on aurait attendu au Siècle des Lumières, concernant les progrès de l’esprit humain. En fait l’article du pasteur genevois (t. II, p. 525) porte un nom un peu différent de celui évoqué dans l’« Avertissement », et nous allons maintenant le reproduire intégralement, mais sous forme de tableau. Nous indiquons non seulement les renvois aux tomes et pages des autres articles de l’Encyclopédie sélectionnés par Mouchon, mais nous précisons aux troisième et quatrième colonnes le nom de l’article correspondant et son auteur (ce qui ne se trouve pas dans la Table et n’est pour le moment pas accessible dans les versions électroniques). Nous donnons simplement ce document brut et laissons au lecteur18 le soin de l’analyser en détail et de le comparer aux différentes théories du progrès au XVIIIe siècle, ce qui dépasserait évidemment les objectifs de ce court travail.

PROGRÈS DE LA PHILOSOPHIE, DES ARTS & DES SCIENCES (PHILOSOPH.)

L’article GENÈVE

99Nous avons bien sûr toutes les raisons, et même davantage, de nous intéresser à la façon dont Mouchon a analysé et enrichi de renvois l’article GENÈVE. Cet article charnière de D’Alembert a le rôle qu’on sait dans l’histoire de l’Encyclopédie ; Mouchon est de Genève (comme la plupart de ses correspondants), il est pasteur calviniste, ses lettres montrent qu’il n’aime guère les spectacles ; enfin l’extrait cité d’Antoine Mouchon prend justement GENÈVE comme exemple de cas de conscience pour le travail de son frère. Pour enfoncer un peu plus le doigt dans la plaie, nous avons choisi de regarder en même temps CALVIN et SERVET.

100Rappelons d’abord que l’article GENÈVE de l’Encyclopédie elle-même ne ressemble guère à ce qu’on attendrait d’un article sur Genève dans une encyclopédie. Certes, il contient diverses informations sur la géographie et l’histoire de cette ville, puis plus loin sur la vie économique, sociale et intellectuelle, mais la plus grande partie est consacrée à des réflexions sur la politique, les spectacles et la religion.

101Mouchon analyse l’article lui-même avec beaucoup d’équilibre, de perspicacité, d’efficacité et d’exactitude, nous semble-t-il, non seulement pour la géographie, l’histoire, la vie sociale, mais aussi pour la politique de la cité (louée par D’Alembert) et la position de Genève sur les spectacles (critiquée par ce même D’Alembert). L’espace consacré à chaque paragraphe est, en gros, proportionnellement de même ordre de grandeur que dans l’original.

102Venons-en à la partie sur la religion, qui représente environ 30 % dans l’original et un peu moins chez Mouchon. Le passage de l’original renferme pour Mouchon une incroyable succession de pièges. Le déiste D’Alembert loue plutôt la religion réformée de Genève (qui est aussi celle de Mouchon) dans un ouvrage qui doit passer sous les fourches de la censure catholique ; pour ce faire, il présente ce passage comme un simple « antidote » des vrais « articles de Théologie » de l’Encyclopédie. Ensuite, ses paragraphes ne sont pas purement factuels mais agrémentés de commentaires, et surtout, thème par thème, il rend moins compte des doctrines du clergé genevois que des positions quelque peu atypiques de « plusieurs ministres » qu’il ne nomme jamais.

103Le piège se referme donc sur le pasteur, comme l’explique fort bien Antoine dans l’extrait cité. Comment Pierre Mouchon s’en sort-il ? A merveille. Il joue sur la seule latitude qui reste quand on doit analyser et s’effacer devant l’auteur ; tantôt résumer l’idée du paragraphe, tantôt mentionner seulement le sujet qui y est traité. C’est ainsi que le premier paragraphe bien périlleux devient chez Mouchon : « De la religion de Genève » ; il se tire du paragraphe sur le clergé de Genève (dans lequel D’Alembert réussit à donner en quelques lignes efficaces son opinion sur la divinité de Jésus-Christ, sur le supplice de Servet par Calvin, sur la Saint- Barthélémy et sur Jean Hus) en écrivant : « Mœurs exemplaires du clergé. Doctrine attribuée à plusieurs ministres. Ce qu’ils pensent du supplice de Servet ». En revanche, Mouchon donne très précisément l’idée contenue dans les paragraphes où D’Alembert insiste sur la compatibilité de la « religion véritable » avec la « raison » et sur le rejet de la « superstition ». Nous ne donnerons pas ici le détail de cette analyse paragraphe par paragraphe car ceci allongerait inconsidérément notre article ; le lecteur se reportera à l’original.

  • 19 Nous avons demandé à notre entourage de deviner les corrélats de l’article GENÈVE de l’Encyclopédie(...)

104Passons à l’« indice » sur Genève dans la Table. Ici aussi, on doit rappeler que les corrélats de l’article de D’Alembert n’ont rien de commun avec ce qu’un lecteur naïf aurait pu attendre19 :

105— « Voyez TROMBE, SEICHE & l’hist. de l’acad. des sciences de 1741

106& 1742 », à propos de « phénomenes curieux » sur le Lac ;

107— EUCHARISTIE, ENFER, FOI, CHRISTIANISME, pour se dédouaner de ce qu’il va dire à propos de la religion ;

108— EXHALAISON, à propos des cimetières ;

109— SOCIANISME, à propos des mystères et de la raison.

110L’indice de la Table est presque aussi inattendu... et totalement disjoint des renvois de D’Alembert, comme l’indique le tableau ci-dessus.

111Nous avons procédé de même pour CALVIN (donc NOYON), CALVINISME, CALVINISTES, SERVET (donc VILLA-NUEVA) et SERVETISTES, mais afin de ne pas augmenter inconsidérément la longueur de cette contribution, nous nous contenterons de dire que cet examen confirme les conclusions ci-dessus relatives à GENÈVE... Et que le lecteur ne saura pas en lisant la Table ce que pensent D’Alembert, Mouchon et le clergé de Genève du supplice de Servet. Mais ces questions mériteraient d’être regardées par un spécialiste d’histoire ecclésiastique et non par un historien des mathématiques !

Quelques suggestions pour continuer

  • 20 Les versions électroniques sont précieuses à cet égard.
  • 21 N’oublions pas que les articles TOLÉRANCE et VERTU de l’Encyclopédie elle-même sont du pasteur J.-E (...)

112L’examen de la correspondance, des archives et les sondages sur divers articles de la Table, permettent déjà un premier bilan. On ne peut que s’incliner devant l’immensité du travail effectué, mais aussi devant son efficacité et la réussite du programme annoncé dans l’« Avertissement ». Mais nous pouvons maintenant mettre le doigt sur les difficultés et la subjectivité de l’hyper-texte (quant aux mots et quant aux idées et concepts), sur les pièges pour concilier l’unité et la diversité de l’Encyclopédie. Nous avons bien conscience de n’avoir qu’effleuré l’étude de la Table de Mouchon. Il conviendrait d’abord de poursuivre les recherches des historiens du livre, de dépouiller la presse ; mais surtout d’étudier systématiquement et précisément la Table elle-même, de comprendre ses façons de rendre compte de l’Encyclopédie et du Supplément, ses nouveaux systèmes de renvois20, etc. Il faudrait aussi voir la place de la Table dans les métamorphoses de l’Encyclopédie (en particulier celle d’Yverdon et la Méthodique), ce qui permettrait notamment de comprendre les processus de réception et de transformation de cet ouvrage par les milieux protestants dans leur diversité21.

113Surtout, la Table peut aider à améliorer les versions électroniques de l’Encyclopédie et de ses avatars. Il faudrait des moteurs de recherche « plein texte » sur la Table permettant (par un jeu de couleurs ou par d’autres procédés) de profiter simultanément (mais en les distinguant) des différents types de renvois de l’Encyclopédie, du Supplément, des Planches, de la Table, ainsi que des éditions étrangères. Souhaitons donc que ce modeste article donne envie à un « moderne » de reprendre avec d’autres moyens le flambeau de l’« ancien », c’est-à-dire du pasteur.

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites22

[AM = Antoine Mouchon ; PM = Pierre Mouchon].

BPU Genève

Fonds Vernes

MS fr. 296, ff 266-267. Lettre de PM à Jakob Vernes, 29 juillet 1769. MS fr. 297, ff 17-18, 23-24, 33-34, 41-42. Lettres de PM à Jakob Vemes, 8 février 1772,..., 19 mai 1773, vers 1775.

MS fr. 298, ff 74-75 et 88-89. Lettres de PM à Jakob Vernes, 12 avril et 2 mai 1785.

MS fr. 299, ff 29-30, 121-122, 186-187. Lettres de PM à Jakob Vernes, 1er avril 1788,..., 5 mars 1790.

Famille Mouchon

MS fr. 495. Lettres d’Antoine Mouchon à PM, pasteur de l’Église française de Bâle, 145 lettres.

MS fr. 496. Lettres d’Antoine Mouchon à PM et Jacques Mouchon, dont 80 l.a.s. d’AM à PM : 3 janvier 1774 - 22 janvier 1778 (ff 18-192).

MS fr. 497. Lettres de Pierre Mouchon à Phulippe Robin, D. Chauvet, E. Dumont, etc.

— ff 2-55 et 58-91 : 43 lettres à P. Robin, 2 février 1769 - 1er avril 1778.

— ff 132-137 : 3 lettres à son cousin, 8 avril 1767, 14 novembre 1767, 31 décembre 1768.

— ff 104-109 et 112-113 : 2 lettres au pasteur Dumont, 17 mars 1789, 9 septembre 1790.

— ff 93-103 et 114-128 :13 lettres à David Chauvet, 25 juillet 1767- 1er novembre 1794.

MS fr. 498. Lettres à Pierre et Philippe Mouchon et au professeur Picot

Staatsarchiv Basel-Stadt (StARS)23

PA 98 : Archiv Iselin

— PA 98, 32 : Iselin’s Correspondenz 11 * ff 122-133 : 6 lettres de PM à Isaak Iselin.

PA 141 : archives paroissiales de l’Église française de Bâle

— PA 141 A7 : Procès-verbaux du Consistoire de 1766 à 1781.

— PA 141 Q : Lettres au Pasteur Mouchon.

Voici un inventaire sommaire de cette cote, rédigé par nous :

* Diplôme de Docteur en philosophie et de Maître ès arts expédié par l’Université de Bâle au pasteur Mouchon, le 6 9bre 1767 (2 p. en latin)

* lettre de Perdriau, Genève 24 août 1776 (concerne son éventuel retour comme pasteur à Genève)

* lettre de vocation

* conventions entre M. Panckoucke libraire & M. Mouchon, juillet 1777 (transcrites ci-dessus)

* certificat expédié par le Petit Conseil de Genève, accordant son congé pour aller à Bâle, 11 mars 1767, signé Lullin

* attestation des Pasteurs et Professeurs en l’Église et Academie de Genève, 24e 8bre 1766 (certifie l’admission au Saint Ministère en 1758)

* lettre de vocation de la Compagnie des Pasteurs de Genève, 7 mars 1778

* naissance et baptême de ses enfants (6 fiches)

* compliment rédigé par Mouchon et adressé par les deux pasteurs de l’Église françoise de Bâle à Mme la Princesse d’Anhalt-Zerber le jour de sa fête

* lettre, Admiralty, 15th Sept. 1797, 4 p. + traduction française (relative à la mort de PM et à l’opinion de Darch : il faut des ressources pour sa veuve).

PA 485

B6 H42 : Lettres de Pierre Mouchon à Johann Rudolf Frey- Frey (lieutenant-colonel d’infanterie et major du régiment suisse de Salis) entre 1784 et 1789.

PA 633 : Familienarchiv Ochs-His

— PA 633c A 1.1 fasc. 03 : Peter Ochs, Plan raisonné de mes études actuelles.

— PA 633c A 1.3 fasc. 123-138 : Lettres de PM à Peter Ochs.

Sources imprimées

Nous indiquons éventuellement les cotes de la Bibliothèque publique et universitaire de Genève (BPUG) et de la Bibliothèque universitaire de Bâle (UBB).

Œuvres de Pierre Mouchon

Sermons sur divers textes de l’Écriture Sainte, Genève, Bonnant, 1798, 2 vol. , précédé d’un « Éloge historique de l’Auteur » [par Pierre Picot] (BPUG : Bd 723/1 et 2).

Sermon sur la nécessité d’une religion nationale, Genève, Bonnant, 1793, 44 p. (BPUG : Deut. XXXII, 6, brochure in-8°).

Table analytique et raisonnée des matières contenues dans les XXXIII volumes in- folio du Dictionnaire des sciences, des arts et des métiers, Paris, Panckoucke ; Amsterdam, Rey, 1780, 2 vol. in-fol., t. I : A-H, t. II ; I-Z.

Table analytique et raisonnée des matières contenues dans les XXXIX volumes in- quarto du Dictionnaire des sciences, des arts et des métiers, Lyon, A. Leroy,

1780-81, 6 vol. in-4°, t. I : A-Ch, t. II : Ci-Es, t. III : Et-H, t. IV : I-N, t. V : O-R, t. VI : S-Z.

Autres références

Allmen, Samuel von, L’Église française de Bâle de 1572 à nos jours, deuxième édition mise à jour par Gustave M. Julliars, 1981 (s.l. mais Centre de l’Église française réformée de Bâle, Holbeinptatz 7, CH-4051-Basel), 19 p.

Crépel, Pierre, « L’arithmétique politique dans les métamorphoses de l’Encyclopédie », in Th. Martin (dir.), L’arithmétique politique en France au XVIIIe siècle, Paris, INED, à paraître en 2002.

Dardier, Charles, Pierre Mouchon et l’Émile de Rousseau, Genève, 1878, 8 p. (extrait des Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire et d’archéotogie de Genève). (BPUG : Hf 3558, III).

Darnton, Robert, L’aventure de l’Encyclopédie, Paris, Perrin, 1982.

Donato, Clorinda, « Sur les traces de Charles Bonnet : une comparaison électronique de ses Tables Raisonnées de l’Encyclopédie de Paris et de l’Encyclopédie d’Yverdon », RDE, 31, 2001, p. ? ? ?

Erne, Emil, Die schweizerischen Sozietäten. Lexikalische Darstellung der Reformgesellschaften des 18. Jahrhunderts in der Schweiz, Zürich, Chronos, 1988.

Ochs, Peter : v. Steiner.

Picot, Pierre, « Éloge historique de l’Auteur », in P. Mouchon, Sermons, 1798, vol. 1, p. ix-xlviij.

Proust, Jacques, Diderot et l’Encyclopédie, Paris, A. Colin, 1962. Senebier, Jean, Histoire littéraire de Genève, Genève, 1786, 3 vol. 

Steiner, Gustav (hergestellt und eingeleitet von...), Korrespondenz des Peter Ochs (1752-1821), 3 Bände, Basel, 1927, 1935, 1937 (UBB : Hist Zs 22a). Stelling-Michaud, Sven et Suzanne, Le livre du Recteur de l’Académie de Genève (1559-1878), Genève, Droz, 6 tomes : t. I, Le texte, 1959 ; t. II, Notices biographiques des étudiants (A-C), 1966 ; t. III, id. (D-G), 1972 ; t. IV, id. (H-M), 1975 ; t. V, id. (N-S), 1976 ; t. VI, id. (T-Z).

Tucoo-Chala, Suzanne, Charles Panckoucke et la librairie française, Pau, Marrimpouey, 1977.

Watts, George B., « The Supplément and the Table analytique et raisonnée of the Encyclopédie », The French Review, 28-1, oct. 1954, p. 3-19.

Wernle, Paul, Der schweizerische Protestantismus im XVIII. Jahrhundert, Tübingen, 3 vol. , 1923, 1924, 1925 (UBB : Lesesaal 23, 130).

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Tableau d’avancé du travail de Mouchon

Annexe 2

Tableau des principales discussions sur les conventions et sur la structure du travail

Haut de page

Notes

1 R. Darnton (p. 80) dit qu’en fait Panckoucke ne l’a payé que 22 000 livres à Samuel de Tournes. S. Tucoo-Chala et R. Darnton donnent aussi des précisions sur l’impression.

2 Voir cependant la contribution de C. Donato infra.

3 Il serait par exemple indispensable d’explorer les fonds des éditeurs genevois Cramer et De Tournes, relatifs au sujet.

4 La seule autre allusion que nous ayons trouvée à son travail encyclopédique figure dans une lettre à David Chauvet (MS fr. 497, f 95r), « Basle ce 10e juin 1774 » : [...] Enfoncé dans mon travail encyclopédique, encore est-il bon d’en sortir quelquefois pour donner un signe de vie à mes amis.

5 On trouvera cette lettre dans RDE 33. Dans la rubrique documentaire de ce prochain numéro, nous donnerons une transcription de l’ensemble des extraits de la correspondance active et passive manuscrite de P. Mouchon relative à l’Encyclopédie. Ceci comportera : a. Extraits de lettres d’Antoine Mouchon (AM, dans la suite) à Pierre Mouchon (PM) b. Extraits de lettres de PM à Philippe Robin c. Extraits de lettres de PM à Peter Ochs d. Extraits de lettres de PM à Isaak Iselin. e. Lettre de vocation de PM (Église française de Bâle).

6 Il existe divers travaux épars sur cette Société. Voir notamment Erne, 1988, p. 311-318 et le projet dirigé par Cornelia Buschmann sur les prix académiques en Europe (Forschungszentrum Europäische Aufklärung de Potsdam).

7 Ces passages mériteraient d’être publiés nous ne l’avons pas fait ici parce qu’ils sont assez longs et sortiraient vite du cadre de cet article.

8 Voir sa « lettre de vocation » qui sera transcrite dans RDE, 33. On trouve quelques précisions supplémentaires dans les « Procès-verbaux du Consistoire » de 1766 à 1781 (Staatsarchiv Basel-Stadt, PA 141 A 7). Le Dr. P. Bocherens, président du consistoire de l’Église française de Bâle (EFB), a effectué une recherche à ce sujet dans les archives de la paroisse de l’EFB (cote générale : PA 141). Qu’il en soit remercié ici. « [...] Je n’ai d’ailleurs rien trouvé d’autre [...] si ce n’est la mention dans les registres paroissiaux des baptêmes (21), mariages (2), qu’il a célébrés, ainsi que les services funèbres (8) qu’il a présidés pendant les 11 années de son ministère à Bâle. » [lettre de P. Bocherens à l’auteur (28 juin 2000)].

9 Bien entendu, il est possible que Panckoucke tire certaines ficelles, mais cela n’apparaît nulle part, pas même dans les ragots de ceux qui semblent bien connaître le petit milieu genevois en question.

10 Staatsarchiv Basel-Stadt, PA 141 Q.

11 Nous n’avons pas trouvé de document concernant la Table de l’édition in-4°, imprimée à Lyon, probablement après celle de l’in-folio, en 1780-81. Nos sondages nous laissent penser qu’il s’est agi simplement (travail certes très fastidieux) d’ajouter les références des pages de l’in-4°. D’après les ouvrages classiques cités plus haut, c’est J.A. Las[s]erre qui aurait effectué cette adaptation.

12 Nous suggérons au lecteur, à titre d’exercice, d’essayer d’analyser l’Encyclopédie à cette cadence pendant quinze jours. Rappelons que P. Mouchon doit assurer ses tâches de pasteur, et qu’il a en outre une femme et cinq enfants.

13 Ceci semble confirmé par la lettre d’A. Mouchon du 1er décembre 1775.

14 En fait, il faudrait effectuer un travail plus précis et pour cela comparer cet « Avertissement » (probablement rédigé par Pankcoucke) à plusieurs autres textes auxquels il est fait allusion dans les correspondances : le Prospectus de l’Encyclopédie de Genève, évoquant la Table (AM, 13 novembre 74), le Prospectus de la Table (AM, 7 novembre 75 ; PM, 11 novembre), sans compter les diverses annonces dans la presse française, genevoise ou suisse. Cela permettrait de mieux comprendre certains passages des correspondances citées. Malheureusement, nous n’avons pas encore retrouvé les « Prospectus » évoqués.

15 Les lettres à P. Ochs évoquées plus haut (v. RDE, 33) peuvent apporter quelques pistes à cet égard.

16 Pour une étude concernant les articles issus d’« arithmétique politique » et de « population », v. Crépel, 2002. D’autres examens sont en cours à propos des mathématiques.

17 P. Mouchon n’a pas eu cette perfidie suggérée par son frère : son article CONTRADICTION est inoffensif.

18 Par exemple aux éditeurs du Tableau historique de Condorcet (Paris, INED, 2003).

19 Nous avons demandé à notre entourage de deviner les corrélats de l’article GENÈVE de l’Encyclopédie. Voici le résultat, par rubriques : « Helvétie, Suisse, Savoie ; république, canton, conseil ; Calvin, Servet ; interdiction (de l’Encyclopédie), censure ; Rousseau et Voltaire ; imprimerie, horlogerie, banques, chocolat ; spectacles, théâtre, comédie ». Il n’y a à peu près rien de tout cela ni dans les renvois de D’Alembert, ni dans ceux de Mouchon.

20 Les versions électroniques sont précieuses à cet égard.

21 N’oublions pas que les articles TOLÉRANCE et VERTU de l’Encyclopédie elle-même sont du pasteur J.-E. Romilly, ami de Pierre Mouchon.

22 Rappelons, comme nous l’avons dit au début de cet article, que nous reportons à RDE, 33 les transcriptions des inédits suivants relatifs à l’Encyclopédie : a) Extraits de lettres d’Antoine Mouchon à PM, b) Extraits de lettres de PM à Philippe Robin, c) Extraits de lettres de PM à Peter Ochs, d) Extraits de lettres de PM à Isaak Iselin. Nous y ajouterons la « Lettre de vocation » de PM (Église française de Bâle), qui donnera une idée plus précise des obligations du pasteur au moment où il rédigeait la Table de l’Encyclopédie.

23 La Bibliothèque universitaire de Bâle conserve, à la cote MS. Ki. ar. 135a, quatre lettres de Mouchon à Emmanuel Merian en dehors de notre période :16 décembre 1769 n° 5) ; Genève, 22 avril 1783 (n° 35) ; id., 4 novembre 1783 (n° 39) ; id., 21 février 1794 (n° 62).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Crépel, « Peut-on enfin brûler le pasteur Mouchon ? », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 31-32 | 2002, 201-232.

Référence électronique

Pierre Crépel, « Peut-on enfin brûler le pasteur Mouchon ? », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 31-32 | Avril 2002, document 16, mis en ligne le 13 juin 2006, consulté le 17 août 2017. URL : http://rde.revues.org/3163 ; DOI : 10.4000/rde.3163

Haut de page

Auteur

Pierre Crépel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org