Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie

Numéro 38 | La formation de D'Alembert

Irène Passeron

Le mémoire de D’Alembert sur lui-même

Signaler cette page 

Télécharger au format PDF le texte intégral (147k)

Résumé

Ce texte autographe de D’Alembert, très probablement écrit à la fin de sa vie, est la principale source que nous ayons pour bien des détails biographiques de ses premiers apprentissages et constitue un complément très intéressant des appréciations qu’il a portées sur l’enseignement dans l’article Collège. Il est également un portrait, somme toute assez rare, d’une carrière de « gens de lettres » par l’intéressé. Les éditions du XIXe siècle disponibles étant tronquées, nous donnons ici le texte intégral du manuscrit. Ce texte est suivi d’une note de Pierre Crépel, « Le premier Noël de D’Alembert », sur ce que l’on sait de D’Alembert « enfant trouvé ».

Abstract

D’Alembert’s account of his life

This manuscript written by D’Alembert himself, probably at the end of his life, is our main source of information concerning many biographical details about his early studies and provides an interesting complement to the reflections on teaching contained in his article Collège. It is also a relatively rare self-portrait of the career of a ‘man of letters’. As the 19th-century editions of the text are incomplete, we republish in this article the complete manuscript, followed by a note by Pierre Crépel concerning our information on D’Alembert’s abandonment as a baby.

Accès au texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 23 mars 2009.

Texte intégral

L’origine de ce texte est un manuscrit autographe de D’Alembert, actuellement conservé à la BnF, n.a.fr. 15 551, f. 1-14, à la différence de la plupart des manuscrits non épistolaires de D’Alembert, conservés à la bibliothèque de l’Institut. Ces petits feuillets, numérotés par D’Alembert, écrits d’une encre devenue marron, sont collés et reliés dans un recueil d’autographes du XVIIIe siècle. Le manuscrit est en deux parties, avec des notes et des corrections, toujours de D’Alembert ; deux des trois lettres mentionnées et appelées en note dans le texte sont copiées par D’Alembert à la suite.

Le texte est publié par Charles Pougens en 1799 (an VII), en tête du premier volume des Œuvres posthumes de D’Alembert, d’après des manuscrits qui lui ont été fournis par la veuve de Condorcet, Sophie de Grouchy1. Ce que l’on trouve dans l’édition Belin (1821-1822)2 et les suivantes3 sous une forme recomposée et modifiée occupe dans Pougens les pages 1 à 23, sous les titres suivants:

 « Fragments d’un mémoire de d’Alembert sur lui-même » (p. 1-9 de Pougens). Ce titre ne figure pas sur le manuscrit et semble donc de Pougens. « Supplément au mémoire précédent » (p. 10-20 de Pougens). Ce titre figure dans la marge de gauche du manuscrit, avec un sous-titre que Pougens n’a pas reproduit : « Faits particuliers & peu importans, dont on pourra faire quelque usage si on le juge à propos ». « Lettre du roi de Prusse à milord Maréchal, son ministre à la cour de France, en 1754 » (p. 20 de Pougens). « Autre lettre de la main du roi de Prusse, écrite à M. d’Alembert, lorsqu’il prit congé de ce prince, à Potsdam, en 1763 » (p. 21-22 de Pougens). « Lettre de l’Impératrice de Russie ; écrite de sa main, à M. d’Alembert » (p. 23-24 de Pougens).

Dans l’édition Belin, les lettres sont en note, alors que le « Supplément » est intégré au texte des « Fragments », avec des modifications notables. Nous avons choisi de le publier en deux parties, en suivant le manuscrit que respectait assez fidèlement Pougens à quelques modifications « de style » près, d’orthographe, de ponctuation et majuscules. Il était en effet clair pour D’Alembert que la seconde partie (« Faits particuliers & peu importans, dont on pourra faire quelque usage si on le juge à propos ») n’avait pas le même statut que la première, sans titre sur le manuscrit, rappelons-le.

Ce manuscrit se présente davantage comme un texte destiné à l’impression que comme un travail inachevé à usage personnel. Le titre de « Fragments » que lui donne Pougens n’est pas adapté à ce texte déjà très structuré, peut-être destiné à un éditeur souhaitant imprimer des Œuvres de D’Alembert. D’Alembert qualifie d’ailleurs ce mémoire sur lui même de « précis historique » (p. 2). La liste (« notice ») qu’il dit y être jointe ne nous est pas parvenue. Il indique cependant, tout à la fin du « Supplément », qu’il a publié 15 volumes in-4° de mathématiques, ce qui amène, en ajoutant les 6 premiers volumes d’Opuscules et les 8 traités (y compris les Elemens de musique) à 1773, date de parution du tome VI des Opuscules. Il est probable que la rédaction date d’avant 1779, puisqu’il ne fait pas mention de la publication de ses Éloges lus dans les séances publiques de l’Académie française, ni des deux derniers volumes d’Opuscules, parut en 1780. Cette année là, D’Alembert a été approché par Lesenne, « pauvre diable » littéraire4, qui aurait voulu devenir intermédiaire entre la Société typographique de Neuchâtel et D’Alembert pour une publication de ses œuvres complètes. D’Alembert semble l’avoir bien accueilli et aurait pu, dans une occasion antérieure, pour répondre à une sollicitation5, rédiger ce texte pour une édition de ses œuvres qui n’aurait pas vu le jour.

Les modifications orthographiques ou de présentation des éditions des XIXe et XXe siècles n’ont pas été notées, mais les passages omis dans l’édition Belin sont placés entre deux « * ». Les additions de l’édition Belin sont en note. Le / indique un saut de page du manuscrit. La pagination du manuscrit est en marge. La présentation respecte celle du manuscrit, sur deux colonnes avec des additions en marge, afin d’en rendre la lecture moins entravée par les différentes notes. L’orthographe, la ponctuation, les majuscules du manuscrit sont respectées, afin que les lecteurs retrouvent, selon les mots d’Anne-Marie Chouillet présentant « La promenade Vernet » dans RDE 2 (avril 1987) : « La respiration propre aux rares textes de Diderot [de D’Alembert] qui nous sont conservés dans leur écriture originale ».

I. [Fragmens d’un mémoire de d’Alembert sur lui-même]

n.a.fr. 15 551, f. 1-6 : numéroté de 1 à 12 par D’Alembert, manuscrit autographe sans titre, avec notes en marge.

Jean Le Rond D’alembert6 de l’academie Françoise, des academies des sciences de Paris, de Berlin et de Petersbourg, de la Societé Royale de londres, de l’Institut de Bologne, de l’academie Royale des Belles lettres de Suede, et des Societés Royales des sciences de Turin et de Norwege, est né à Paris le 16 novembre 17177. Au sortir de la philosophie, qu’il fit au college Mazarin, il fut recu maitre ès arts à la fin de 1735 ; il étudia ensuite en droit, et fut reçu avocat en 1738.

V. le supplément page 1-5

*Mais se sentant peu de goût pour la jurisprudence, il resolut d’etudier en medecine, ayant besoin d’un état qui put suppléer a son peu de fortune. Il ne fut sur les bancs / que durant une année, au bout de laquelle un attrait invincible pour les mathématiques l’obligea à renoncer à toute autre etude.*8

Quelques memoires qu’il donna à l’academie des sciences en 1739 et en 1740, entr’autres un memoire sur la refraction des corps solides, qui contenoit une theorie curieuse et9 nouvelle de cette refraction, et un autre mémoire sur le calcul intégral, le firent desirer dans cette compagnie, où il entra en 1741#. *Depuis cette Epoque il a donné au Public un grand nombre d’ouvrages de mathématique, dont la notice est jointe à ce précis historique.*

#à l’age de 23 ans

Voyez dans le Supplement p. 15 la lettre du Roi de Prusse à ce sujet

En 1746 Il remporta le prix / à l’academie de Berlin, Sur la cause generale des vents, & l’ouvrage couronné lui valut de plus l’honneur d’etre elu membre de cette academie sans scrutin, et par acclamation. En 1752 le Roi de Prusse lui fit offrir la survivance de la place de President de l’académie de Berlin qu’occupoit encore Mr. de Maupertuis10 alors très malade. le refus que Mr. d’alembert fit de l’accepter11, n’empecha point ce Prince de lui donner en 1754 une pension de 1200#, qui est la premiere recompense que Mr. d’alembert ait reçue.

A la fin de cette même année 1754, Il fut élu par12 l’académie francoise à la place de M. *Surian* Eveque de vence./ Au mois de juin 1755 Il alla a Wesel sur l’invitation du Roi de Prusse, qui etoit pour lors dans cette ville. Ce prince combla Mr. d’alembert de bontés, et *lui fit l’honneur de l’admettre* à sa table. à la fin de la meme année, Il fut reçu, à la recommandation du pape Benoist XIV13, membre de l’Institut de Bologne. Mr. d’alembert n’avoit point sollicité cette place ; le Pape ne le connaissoit que de reputation, et quoiqu’il y eût alors dans l’Institut de Bologne une loi qui défendît de recevoir de nouveaux académiciens jusqu’à ce qu’il en fut mort trois, Benoît XIV desira qu’on derogeât à cette loi en faveur de Mr. /D’alembert.

V. le Supplement p. 12

# Cette même année 1756 la Reine de Suede *aujourd’hui douairiere, et* sœur du Roi de Prusse, ayant formé une academie des Belleslettres qui devoit s’assembler dans son palais, et à laquelle elle vouloit presider elle même, fit écrire à Mr. d’alembert par Mr. le Baron de Scheffer, pour lui offrir dans cette académie une place d’associé étranger, que Mr. d’alembert accepta avec reconnoissance.

En 1756 le Roi lui accorda une pension de 1200# sur le Tresor royal, et l’academie des Sciences lui donna en même temps le tître et les droits de Pensionnaire Surnumeraire, quoiqu’il n’y eût aucune place de Pensionnaire vacante ; ce qui ne s’etoit encore fait pour personne.# à la fin de 1762, l’Imperatrice de Russie catherine seconde, lui proposa de se charger de l’education du Grand duc de Russie son fils ; et lui fit offrir pour cet objet jusqu’à 100000# de rente, par le ministre qu’elle avait alors à Paris, Mr. de Soltikof. Mr. d’alembert refusa de s’en charger. l’Impératrice / insista , et pressa de nouveau Mr. d’alembert par une lettre écrite de sa main, *et qui a eté imprimée dans les papiers publics*. mais l’attachement de Mr. d’alembert pour sa patrie et pour ses amis le fit resister encore à cette seconde tentative#.

V. cette lettre dans le Supplement à la fin.

En 1763, immediatement après la conclusion de la paix, il alla, invité par le Roi de Prusse, passer quelques mois auprès de ce Prince, qui le logea auprès de lui dans son Palais, l’admit tous les jours à sa table, et le combla de / marques de bonté, d’estime, et même de confiance.

#Mr. d’alembert ayant communiqué cette lettre à l’académie francoise, cette compagnie arrêta d’une voix unanime, qu’on l’insereroit dans les registres, comme un monument honorable à un de ses membres, et aux lettres.

Cette même année Mr. d’alembert recut aussi toutes sortes de / marques de bonté à la cour de Brunswick Wolfembuttel, ou il etoit allé à la suite du Roi de Prusse. le Roi de Prusse fit tout son possible pendant que Mr. d’alembert avoit l’honneur d’etre auprès de lui, pour l’engager à accepter la place de president de l’académie de Berlin, vacante depuis 1759 par la mort de Mr. de maupertuis.

Les memes motifs qui avoient empeché Mr. d’alembert de se rendre aux desirs de l’Imperatrice de Russie, ne lui permirent pas d’accepter les offres du Roi de Prusse, malgré toutes les obligations qu’il avoit à ce Prince. Il lui representa d’ailleurs qu’il y avoit dans l’académie de Berlin des hommes du premier merite, qui etoient dignes à tous égards de cette place, et qu’il ne vouloit ni ne devoit14 en priver ; ce qui n’empecha pas le Roi de Prusse d’ecrire de sa main à Mr. d’alembert deux jours avant son départ de Berlin, qu’il ne nommeroit point à la place de President, jusqu’a ce qu’il plut à Mr d’alembert de venir la remplir ; *et cette place est en effet toujours vacante*.

Voyez cette lettre dans le Supplement p. 16 9

En 1768, Mr. D’alembert ayant prononcé à l’academie des sciences en presence du / Roi de dannemarck un discours qui a eté depuis* imprimé, # l’infant duc de Parme, *entre les mains duquel tomba une copie manuscrite de ce discours,* en fit une traduction Italienne qu’il envoya ecrite de sa main à Mr. d’alembert ; il y joignit peu de temps après une lettre aussi écrite de sa main, et pleine de témoignages d’estime pour les lettres eu general pour Mr. d’alembert en particulier.

#dans le volume de l’academie pour  l’année 1768 et dans differens journaux15

Mr. d’alembert a recu aussi16 plusieurs lettres écrites de la *propre* main de l’Imperatrice catherine, du Roi de Danemark, du Prince Royal de Prusse / et des Princes de Brunswick ; le Roi de Prusse lui *fait l’honneur de lui écrire souvent, & il conserve un grand nombre de lettres de ce Prince* qui feroient le plus grand honneur aux lumieres, aux connoissances, à la philosophie et à la bonté du monarque, si le respect permettoit à Mr. d’alembert de les rendre publiques. Outre les ouvrages de Mathématiques de Mr. d’alembert qui sont au nombre de 15 vol. in 4° il a donné separément / 5 vol. in 12 de melanges de litterature, d’histoire et de philosophie.17 Il a revu toute la partie de mathématique et de Physique generale de l’Encyclopedie, et il a meme refait en entier ou presque en entier18 plusieurs articles considerables#, & qui contiennent#, des choses nouvelles, *qu’on chercheroit inutilement ailleurs ; on peut citer les articles*, cas irreductible, courbe, Equation, differentiel, figure de la terre, Geometrie, Infini, &c. et un grand nombre d’autres.

# relatifs à ces sciences, # meme sur des objets elementaires,

*Outre / ces articles, *Mr. d’alembert en a donné à l’Encyclopedie un assez grand nombre, de *pure* litterature ou de philosophie, on peut citer les articles Elemens des sciences, Erudition, dictionnaire, et plusieurs autres moins considerables, sans compter plusieurs synonymes. On trouve aussi dans les volumes des academies des sciences de Paris & de Berlin plusieurs memoires de Mr. d’alembert, *la plus part* sur des objets de Geometrie transcendante.

II. « Supplément au mémoire précédent.

Faits particuliers & peu importans, dont on pourra faire quelque usage si on le juge à propos » n.a.fr. 15 551, f. 7-14 : « supplément au mémoire précédent », manuscrit autographe, numéroté de 1 à 16 avec surcharge d’une autre main de13 à 28.

* Note la memoire de ce maitre *qui etoit, comme on le voit, un tres honnête homme, et* qui aimoit tendrement Mr. d’alembert, lui a toujours eté chere ; il a aidé ses enfans dans leurs etudes du peu de secours que pouvoit lui permettre la fortune très médiocre qu’il avoit alors. Mr. d’alembert a conservé la meme reconnoissance pour une femme qui l’avoit nourri et elevé jusqu’à l’age de 4 ans ; presque au sortir du college il alla demeurer avec elle ; il y resta près de 30 années, et n’en sortit qu’en 1765 après une longue maladie, par le conseil de Mr. Bouvart son medecin, qui lui representa qu’il etoit necessaire à sa santé de chercher un logement plus sain que celui qu’il occupoit.

Mr. d’alembert dèz l’age de 4 ans fut mis dans une pension où il resta jusqu’à l’age de 12. Mais a peine avoit-il atteint sa dixieme année, que le maitre de pension déclara qu’il n’avoit plus rien à lui apprendre, que Mr. d’alembert perdoit son temps chez lui, et qu’on feroit bien de le mettre au college où il étoit capable d’entrer en seconde*

Cependant la foiblesse de temperamment de Mr./D’alembert fit qu’on ne le tira de cette pension que deux ans après en 1730 pour lui faire achever ses études au college Mazarin ; il y fit sa seconde et deux années de Rhetorique, avec assez de succès, pour que le souvenir s’en soit conservé dans ce collège. *Il faut avouer cependant qu’il auroit pu19 avoir de meilleurs maitres. un de ses professeurs de Rhetorique (car on sait qu’il y en a deux au college Mazarin), homme savant d’ailleurs20, et instruit surtout21 dans la scholastique de son art, mais qui n’excelloit pas dans la partie du gout, / dictoit souvent dans sa classe des sujets de composition dont le plan et les détails deplaisoient beaucoup au jeune Ecolier, aussi s’en écartoit il souvent, & ce qui est assez surprenant, sans que son professeur le trouvât fort

et peut etre un jour un des arcboutans22

mauvais*. un *autre* de ses maitres, janseniste fanatique, qui auroit voulu faire de son disciple23 un des Elèves du parti, s’opposoit fort au gout vif que le jeune homme marquoit pour les belles lettres & surtout pour la poësie latine à laquelle il donnoit tous les momens que lui laissoient les occupations de la classe ; ce maitre prétendoit / que la poësie dessechoit le cœur, c’étoit l’expression dont il se servoit ; il conseilloit à Mr. d’alembert de ne lire d’autre poeme24 que celui de25 St. Prosper sur la grâce. *mais le jeune homme aimoit mieux Horace et Virgile*. Son professeur de philosophie, autre janseniste fort consideré dans le parti, et de plus cartesien à outrance, ne lui apprit autre chose pendant deux ans, que la premotion physique, les idées innées et les tourbillons. Le seul fruit que Mr. d’alembert remporta de ces deux années, ce fut quelques leçons de mathematique / elementaire qu’il prit au meme collège sous Mr. Caron, qui y professoit alors cette science26, et qui sans etre un profond mathematicien, avoit beaucoup de clarté et de précision. C’est le seul maitre qu’ait eu Mr. d’alembert ; le goût qu’il avoit pris pour les mathematiques se fortifiant de plus en plus, il se livra avec ardeur à cette etude pendant son cours de droit qui lui laissoit heureusement beaucoup de temps.

#et sans même avoir un ami qu’il pût consulter dans les difficultés qui l’arretoient,

Sans maitre, presque sans livres, # il alloit aux bibliotheques publiques, il tiroit quelques lumieres generales des lectures rapides qu’il y / faisoit, et de retour chez lui, il cherchoit tout seul les demonstrations & les solutions. Il y réussissoit pour l’ordinaire27 ; il trouvoit meme souvent des propositions # qu’il croyoit nouvelles ; & il avoit ensuite une espece de chagrin, melé pourtant de

#importantes

satisfaction28, lorsqu’il les retrouvoit dans des livres qu’il n’avoit pas connus. Cependant les jansénistes qui n’étoient plus ses maitres, mais qui le dirigeoient encore, s’opposoient à son ardeur pour les Mathématiques de la meme maniere et par les memes raisons qu’ils avoient combattu son goût pour / la poësie : ils conseilloient à Mr. d’alembert de lire leurs livres de devotion qui l’ennuyoient beaucoup ; cependant, # pour leur faire sa cour,

#par une espèce d’accomodement, et comme

le jeune homme au lieu de leurs livres de devotion, lisoit leurs livres de controverse, il y trouvoit du moins une sorte de pature pour son esprit qui en avoit besoin, pature *un peu creuse à la verité, mais* qui donnoit à son avidité29 quelque espèce30 d’exercice. Cette complaisance du jeune homme ne contentoit pas ses austeres directeurs, dont à la fin il se degoûta, fatigué de leurs remontrances. Cependant d’autres amis, moins déraisonnables, dissuadoient / aussi Mr. d’alembert de l’etude de la geometrie, par le besoin qu’il avoit de se faire un état qui lui assurât plus de fortune. Ce fut par cette raison qu’il prit le parti d’etudier en medecine, moins par goût pour cette profession que parceque les études qu’elle exige étoient moins eloignées que la jurisprudence de son étude favorite. Pour se livrer entierement à ce nouveau genre de travail, Mr. d’alembert abandonna d’abord31 *entierement* l’etude des mathematiques, il crut même eviter la tentation en faisant transporter chez un ami le peu de livres *de mathématique* / qu’il avoit : mais peu à peu, et presque sans qu’il s’en appercut, ces livres revinrent chez lui l’un après l’autre, et au bout d’un an d’etude de medecine, il resolut de se livrer entierement à son goût dominant et presque unique. Il s’y livra si complettement qu’il abandonna absolument pendant plusieurs années la culture des belles lettres qu’il avoit cependant32 fort aimées durant ses premieres etudes. il ne la reprit que plusieurs années après son entrée dans l’académie des sciences ; et vers le temps où il commença à travailler à l’Encyclopédie. Le discours prelimi¬naire qui est à la tête de cet ouvrage, et dont Mr. d’alembert est lauteur, est, si on peut parler ainsi la quintessence des connoissances mathématiques, philosophiques & littéraires que l’auteur avoit acquises pendant 20 années d’étude. / Mr. d’alembert est auteur d’un livre intitulé, de la destruction des jesuites en france, par un auteur désinteressé. Cet ouvrage, le seul qui ait été écrit avec impartialité sur cette affaire, produisit son effet naturel, il mecontenta les deux partis. Il parut au commencement de 1765 ; et peu de temps après la mort de Mr. clairaut ayant laissé vacante dans l’academie une pension à laquelle Mr. d’alembert avoit plus de droits qu’aucun autre de ses confreres, et par son ancienneté et par ses travaux, le ministre / refusa constamment pendant six mois de mettre Mr. d’alembert en possession de cette pension, quoique l’académie l’eut demandée pour lui dès le lendemain de la mort de Mr. clairaut,

Mr le comte de St.-florentin33 #l’eut redemandée

et # ensuite à differentes reprises. Le ministre ceda enfin, *quoique d’assez mauvaise grace*, aux remontrances de cet illustre corps, au cri public, & on peut même ajouter à celui de tous les savans de l’Europe, qui, indignés de la manière dont leur confrere etoit traité, s’en expliquoient ouvertement34. Le Roi de Prusse fit en cette / circonstance plus d’effort que jamais pour attirer Mr. d’alembert auprès de lui, mais quelque forte que fût la tentation, Mr. d’alembert eut encore le courage d’y résister. Ce Prince, loin d’être offensé d’un refus si constant et presque si opiniâtre, redoubla pour Mr. d’alembert de bonté et d’intérêt, et l’aurait consolé par là, s’il avait eu besoin de l’être, de la maniere dont on le traitoit en france#. Mr. d’alembert a donné en 1767 un Supplément à son ouvrage sur la destruction des jesuites. Ce supplément consiste en deux lettres : dans / la premiere, l’auteur rectifie quelques meprises legeres qui lui etoient échappées ; il repond à quelques critiques qu’on avoit faites de son ouvrage dans des brochures jansenistes, et à cette occasion il peint les fanatiques de ce parti avec les couleurs qu’ils meritent ; dans la seconde lettre, Mr. d’alembert parle de l’edit du roi d’Espagne qui a expulsé les jesuites de ce royaume, & fait à ce sujet des réflexions dictées par l’humanité et par la philosophie. Il y rappelle un beau trait d’une lettre qu’il avait recue du Roi de Prusse.

#Mr. d’alembert avoit eté mieux traité par feu Mr le comte d’argenson, prédecesseur de Mr de St. florentin dans le departement des academies. C’est à ce ministre qu’il fut redevable de la pension de 1200# que le Roi lui accorda en 1756 sur le tresor royal ; il lui en témoigna publiquement sa reconnoissance en 1758 en dédiant à ce ministre la seconde édition du Traité de dynamique, un an après sa retraite du ministère, et lorsqu’il n’y avoit plus de graces à en attendre. Mr. d’alembert a toujours eté plus jaloux de se montrer reconnoissant des bienfaits obtenus, qu’empressé d’en obtenir. Il n’a dedié ses ouvages qu’au Roi de Prusse, son bienfaiteur, et a deux ministres disgraciés, dont le second etoit le marquis d’argenson, frere du comte d’argenson, et qui honorait aussi Mr. d’alembert de ses bontés.

Quoiqu’invité, dit / ce Prince, par l’exemple des autres souverains35, je ne chasse point les jesuites, parcequ’ils sont malheureux ; je ne leur ferai point de mal, etant bien sur d’empêcher qu’ils n’en fassent, et je ne les opprime point parce que je saurai les contenir. Ce prince a donné en dernier lieu une nouvelle preuve36 de bienfaisance à Mr. d’alembert. Ce savant ayant résolu37 d’aller en italie, pour retablir sa santé, et n’ayant pas assez de fortune pour faire ce voyage à ses frais, s’adressa au Roi de Prusse qui avoit eu la bonté de lui faire souvent des offres à ce sujet#

#& qui ordonna à son banquier de lui faire toucher 6000#

Des raisons / particulieres ne lui ayant permis d’aller que jusqu’en Languedoc et en Provence, il remit à son retour à Paris, au Banquier du Roi de Prusse, environ 4000# qui lui restoient, et qu’il n’avoit pas dépensés. Le Roi de Prusse fit écrire38 à son Banquier de remettre ces 4000# à Mr. d’alembert qui ne les accepta que sous les ordres reitérés du Roi, et pour ne pas déplaire à son auguste bienfaiteur.

III. Les lettres

Le manuscrit du « Supplément » porte à la fin cette mention d’une autre écriture que celle de D’Alembert : « les lettres suivantes seront imprimées ailleurs ». Dans Pougens les lettres sont imprimées à la suite et dans toutes les éditions suivantes, les lettres sont insérées dans le texte.

Le manuscrit n.a.fr. 15 551, f. 27-28 est une copie de la main de D’Alembert, sauf les titres, des deux premières lettres:

« Lettre du Roi de Prusse à milord Maréchal, son ministre à la cour de france, en 1754 ».

Vous saurez qu’il y a un homme à Paris, du plus grand merite, qui ne jouit pas des avantages de la fortune proportionnés à ses talens et à son caractère, je pourrois servir d’yeux à l’aveugle deesse, et reparer au moins quelques uns de ses torts. Je vous prie d’offrir par cette considération une pension de 1200# à Mr. d’alembert ; c’est peu pour son merite, mais je me flatte qu’il l’acceptera en faveur du plaisir que j’aurai d’avoir obligé un homme qui joint la bonté du caractere aux talens les plus sublimes de l’esprit. Vous qui pensez si bien, vous partagerez avec moi, mon cher milord, la satisfaction d’avoir mis un des plus beaux genies de la france dans une situation plus aisée. Je me flatte de voir Mr. d’alembert ici, il a promis de me faire cette galanterie des qu’il aura achevé son Encyclopédie. Pour vous, mon cher milord, je ne sais quand je vous reverrai, mais soyez persuadé que ce sera toujours trop tard, eu égard à l’estime et à l’amitié que j’ai pour vous.

« Autre lettre de la main du Roi de Prusse, écrite à M. d’alembert, lorsqu’il prit congé de ce prince à Potsdam en 1763 ». Je suis faché de voir approcher le moment de votre départ, et je n’oublierai point le plaisir que j’ai eu de voir un vrai philosophe ; j’ai eté plus heureux que Diogène car j’ai trouvé l’homme qu’il a cherché si longtemps, mais il part, il s’en va. Cependant je conserverai la place de president de l’académie qui ne peut etre remplie que par lui. Un certain pressentiment m’avertit que cela arrivera, mais qu’il faut attendre jusqu’à ce que son heure soit venue. Je suis tenté quelquefois de faire des vœux pour que la persecution des élus redouble en certain pays ; je sens que ce vœu est en quelque sorte criminel, puisque c’est desirer le renouvellement de l’intolerance, de la tyrannie, et de ce qui tend à abrutir l’espece humaine. voilà où j’en suis. Vous pouvez mettre fin quand vous le voudrez à ces souhaits coupables qui blessent la delicatesse de mes sentimens. je ne vous presse point, je ne vous importunerai pas, et j’attendrai en silence le moment où l’ingratitude vous obligera de prendre pour patrie un pays où vous êtes déja naturalisé dans l’esprit de ceux qui pensent, et qui ont assez de connoissances pour apprecier votre merite.                                   Frederic

« Lettre de l’Impératrice de Russie ; écrite de sa main, à M. d’Alembert », n’est pas dans le manuscrit de la BnF.

Monsieur d’Alembert, je viens de lire la réponse que vous avez écrite au sieur Odar, par laquelle vous refusez de vous transplanter pour contribuer à l’éducation de mon fils. Philosophe comme vous êtes, je comprends qu’il ne vous coûte rien de mépriser ce qu’on appelle grandeurs et honneurs dans ce monde ; à vos yeux tout cela est peu de chose, et aisément je me range de votre avis. À envisager les choses sur ce pied, je regarderai comme très¬petite la conduite de la reine Christine, qu’on a tant louée, et souvent blâmée à juste titre ; mais être né ou appelé pour contribuer au bonheur et même à l’instruction d’un peuple entier, et y renoncer, c’est refuser, ce me semble, de faire le bien que vous avez à cœur. Votre philosophie est fondée sur l’humanité ; permettez-moi de vous dire que de ne point se prêter à la servir tandis qu’on le peut, c’est manquer son but. Je vous sais trop honnête homme pour attribuer vos refus à la vanité ; je sais que la cause n’en est que l’amour du repos pour cultiver les lettres et l’amitié. Mais à quoi tient-il ? venez avec tous vos amis ; je vous promets, et à eux aussi, tous les agrémens et facilités qui peuvent dépendre de moi ; et peut-être vous trouverez plus de liberté et de repos que chez vous. Vous ne vous prêtez point aux instances du Roi de Prusse, et à la reconnaissance que vous lui devez ; mais ce prince n’a pas de fils. J’avoue que l’éducation de ce fils me tient si fort à cœur, et vous m’êtes si nécessaire, que peut-être je vous presse trop. Pardonnez mon indiscrétion en faveur de la cause, et soyez assuré que c’est l’estime qui m’a rendue si intéressée.                                              Catherine

P. S. Dans toute cette lettre, je n’ai employé que les sentimens que j’ai trouvés dans vos ouvrages ; vous ne voudriez pas vous contredire.

Notes

1 Charles Pougens (1755-1833), aveugle depuis l’âge de 24 ans, n’en avait pas moins mené une carrière littéraire très prolifique, traducteur, auteur de dictionnaires, membre de l’Institut de France. Il connaissait bien D’Alembert. Le tome I des Œuvres posthumes de d’Alembert précise : « ces manuscrits m’ont été remis par la veuve du célèbre et malheureux Condorcet, auquel feu d’Alembert avait légué ses papiers ». En effet Condorcet était, avec Watelet et Rémy, exécuteur testamentaire et légataire de D’Alembert. Pour plus de détails sur l’acquisition des manuscrits de D’Alembert, voir les Mémoires et souvenirs de Charles de Pougens, ... commencés par lui et continués par Mme Louise B. de Saint-Léon, 1834. Sur le rôle de Sophie de Grouchy voir également l’édition de certaines de ses lettres par Nicolas Rieucau dans RDE 39, octobre 2005.

2 Œuvres complètes de D’Alembert, éd. A. Belin, Paris, Bossange Père et Fils, Bossange Frères, 1821-1822 (5 vol. in-8°), Slatkine Reprints, Genève, 1967. Le texte intitulé ici « Mémoire de d’Alembert par lui-même » se trouve au t. I, p. 1-8. Cette édition des « Œuvres complètes » qui « oublie » quelques milliers de pages scientifiques publiées, est une reprise des Œuvres philosophiques, historiques et littéraires de d’Alembert, éd. J.-F. Bastien, 1805 (18 vol. in-8°), ni l’une ni l’autre ne contenant rien d’inédit. Dans l’édition Bastien, le « Mémoire » est p. xxvij-xlij. Je cite l’édition Belin parce qu’elle a été rééditée en 1967 et qu’elle est donc l’édition la plus fréquemment utilisée.

3 Je n’en connais qu’une, dans les Œuvres de D’Alembert, sa vie, ses œuvres, sa philosophie par Condorcet, Eugène Didier éd., 1853, en un volume (!), p. 10-18.

4 Voir Robert Darnton, Gens de lettres, gens du livre, O. Jacob, 1992, « Heurs et malheurs d’un pauvre diable », p. 11-46. Nous ne savons pas grand chose de ce Lesenne, mais la lettre à D’Alembert qui nous est parvenue, du 19 mars 1780, marque l’intérêt que D’Alembert lui avait témoigné : « la bonté avec laquelle vous voulez bien m’accorder vos conseils... », comme la lettre de recommandation que D’Alembert envoie pour lui le 30 décembre 1780 à Ostervald, directeur de la Société Typographique de Neuchâtel (Inventaire raisonné de la correspondance active et passive de D’Alembert, Œuvres complètes de D’Alembert, V, 1, responsables Anne-Marie Chouillet et Irène Passeron, avec la collaboration de Jean-Daniel Candaux, à paraître 2006).

5 Une réédition d’un « almanach des gens de lettres » (D’Alembert à Voltaire, 9 septembre 1766), la France littéraire par exemple, qui donnera en 1769 une liste des ouvrages de D’Alembert identique à celle du « Mémoire », au t. VI des Opuscules près.

6 D’Alembert a calligraphié soigneusement son nom de cette façon. Le « a » est intermédiaire entre une minuscule et une majuscule.

7 <de parens qui l’abandonnèrent en naissant> [add. Belin].

8 *...* est supprimé dans Belin. Même convention dans la suite du texte.

9 <curieuse et> add. interl.

10 corr. auto. <que Mr. de Maupertuis occupoit alors> barré et remplacé.

11 <de l’accepter> add. interl.

12 <recu à> barré et remplacé.

13 <Benoist XIV> add. interl.

14 <ni ne devoit> add. interl. <pas> barré.

15 <et ailleurs> barré.

16 <recu aussi> add. interl.

17 Belin a inversé littérature et mathématiques: <Outre les ouvrages de philosophie et de littérature publiés par d’Alembert, il a donné quinze volumes in-4°. sur les mathématiques.>

18 <ou presque en entier> add. interl.

19 add. interl. remplaçant <ce n’est pas qu’il n’eût pu> barré.

20 add. interl.

21 add.interl

22 add.marg.

23 <de son disciple> add. interl. remplaçant <du jeune homme> barré.

24 <poete> barré.

25 <celui de> add. interl.

26 <cette science> add. marg.

27 add. interl. remplaçant <souvent> barré.

28 add. marg. remplaçant <chagrin> barré.

29 add. interl. remplaçant <esprit> barré.

30 add.marg.

31 add. interl.

32 add. interl.

33 add. marg.

34 add. interl. <dans les papiers publics>.

35 add. marg. remplaçant <etats> barré.

36 add. marg. remplaçant <marque>.

37 add. marg. remplaçant <obligé>.

38 add. marg. remplaçant <écrivit>.


Pour citer cet article

Irène Passeron, « Le mémoire de D’Alembert sur lui-même », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, numéro 38 La formation de D'Alembert, [En ligne], mis en ligne le 23 mars 2009. URL : http://rde.revues.org/291. Consulté le 25 juin 2016.