Navigation – Plan du site
Diderot avait-il inventé le Web ?
3

Une édition grand public de l’Encyclopédie sur cédérom

Ghislain Geitner
p. 31-32

Résumés

Brève présentation du cédérom Redon (Marsanne) de l’Encyclopédie, de ses caracté- ristiques et de quelques hypothèses de développement.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Redon a réédité les in-folio de l’Encyclopédie dans la collection « L’atelier de la langue française » qui comprend, outre la série complète des huit éditions de l’Académie française, 15 dictionnaires de mots et de choses, du Thrésor de la langue française de Nicot au Dictionnaire général de Hatzfeld, Darmesteter et Thomas.

2Plus précisément, l’Encyclopédie de Diderot trouve sa place dans les dictionnaires du XVIIIe siècle parmi les 4 éditions du Dictionnaire de l’Académie (1718, 1740, 1762 et 1798), le Dictionnaire de Trévoux, les deux dictionnaires de l’abbé Féraud et le Dictionnaire philosophique de Voltaire (tel que publié dans les 7 tomes de l’édition de Kehl).

3Ces publications sont essentiellement destinées au grand public. Ce choix implique diverses contraintes :

4— Une fidélité quasi-servile au texte original et notamment un effort considérable de relecture pour aboutir à un taux de coquilles particulière- ment faible.

5— Un logiciel de consultation qui s’efface derrière les textes et qui permet à l’utilisateur non spécialiste un accès intuitif.

6— L’exhaustivité : le cédérom comprend les 17 in-folio de texte et les 11 in-folio des planches de l’édition dirigée par Diderot, mais aussi les 5 tomes du « Supplément » et les Tables du Pasteur Mouchon.

7— Un support autonome : la réédition sur cédérom (ou DVD) permet à chacun de consulter l’Encyclopédie sans contrainte.

8Une nouvelle édition sera publiée à l’occasion du 250e anniversaire. Elle bénéficiera notamment des travaux publiés au cours de la seconde moitié du XXe siècle et qui portent sur les structures des articles, les domaines et les attributions des auteurs.

9Suivra ensuite un grand chantier portant sur l’harmonisation de la graphie des mots.

10Cette question revêt un double intérêt :

11— D’une part une meilleure accessibilité aux textes offerte à une partie du grand public, aux lycéens et étudiants du premier cycle, la graphie du XVIIIe siècle pouvant constituer pour ce public une barrière à une bonne compréhension du texte.

12— D’autre part la recherche plein texte.

13La recherche par « article » est souvent décevante.

14Les Tables du Pasteur Mouchon sont d’un grand secours, elles permettent par exemple de retrouver le texte sur le jansénisme qui se trouve dans l’article FORMULAIRE.

15Toutefois les Tables restent insuffisantes et la recherche dans l’Encyclopédie se fait essentiellement par la recherche « plein texte ».

16Or quelle est la pertinence de ces recherches en présence de variation graphique ?

17Nous avons recensé 6 400 mots dans lesquels on trouve un doublement de consonnes.

18Par exemple dans la base publiée par Redon on trouve « frottement » 741 fois et « frotement » 197 fois. Or la graphie « frotement » n’existe que dans le « Diction(n)aire critique » de l’abbé Féraud.

19On trouve « guitarre » 37 fois, « guittare » 30 fois et « guitare » 17 fois. Dans le Dictionnaire de l’Académie, on lit « guitarre » en 1694 et 1718, « guittare » en 1740 et la forme actuelle depuis 1762.

20Différentes voies sont actuellement explorées.

21La première est une transposition de l’ensemble du texte en français contemporain. L’utilisateur disposerait ainsi d’une double base de texte et les interrogations se feraient soit en français contemporain, soit dans le français de Diderot, le résultat de la recherche s’affichant dans la graphie de son choix.

22La seconde consiste dans la réalisation d’un thésaurus qui comprendrait toutes les graphies d’un même mot. Pour reprendre l’exemple

23« guitare », l’utilisateur pourrait sélectionner un balayage large qui donnerait la liste de tous les articles contenant « guitarre », « guittare » ou « guitare », ou un balayage strict sur l’une des 3 graphies.

24Lorsque ce travail sera achevé, de nouvelles perspectives s’ouvriront pour permettre une exploration inédite de l’Encyclopédie, et notamment la recherche en langage naturel, la création de liens entre et vers les savoirs contemporains et postérieurs qui permettront peut-être de compléter les Tables du Pasteur Mouchon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ghislain Geitner, « Uneéditiongrandpublic de l’Encyclopédie sur cédérom », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 31-32 | 2002, 31-32.

Référence électronique

Ghislain Geitner, « Uneéditiongrandpublic de l’Encyclopédie sur cédérom », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 31-32 | Avril 2002, document 3, mis en ligne le 13 juin 2006, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rde.revues.org/19 ; DOI : 10.4000/rde.19

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org