Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie

Numéro 35 | Varia

Ann Thomson

Diderot, Roubaud et l’esclavage

Signaler cette page 

Télécharger au format PDF le texte intégral (202k)

Résumé

La célèbre dénonciation de l’esclavage insérée par Diderot dans le livre XI de l’édition de 1780 de L’Histoire des Deux-Indes n’a attiré l’attention que de peu de critiques modernes. On démontre ici que l’inspiration de ce passage venait sans doute en partie de la dénonciation de l’esclavage faite par l’abbé Pierre-Joseph-André Roubaud, journaliste physiocrate, dans le tome XII de l’Histoire générale de l’Asie, de l’Afrique et de l’Amérique publié en 1771. Le dialogue entre L’Histoire des Deux-Indes et l’abbé Roubaud, concernant notamment la couleur des Africains, contribue à l’affirmation d’une attitude plus nettement anti-esclavagiste dans la dernière édition de l’ouvrage dirigé par Raynal, en 1780.

Abstract

Diderot, Roubaud and slavery
Diderot’s violent denunciation of slavery in Book XI of the 1780 edition of the Histoire des Deux-Indes, although famous, has been little studied. The present article shows that it was probably inspired at least in part by a passage in book XII of abbé Pierre-Joseph-André Roubaud’s Histoire générale de l’Asie, de l’Afrique et de l’Amérique which was published in 1771. The dialogue between this physiocratic journalist and the Histoire des Deux-Indes, particularly on the subject of the Africans’ black colour, helped to push Raynal’s work towards a more openly anti-slavery attitude in its last edition of 1780.

Accès au texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 16 février 2011.

Texte intégral

Il est bien connu que Diderot s’exprime, dans des passages des Mélanges incorporés dans l’édition de 1780 de l’Histoire des Deux Indes, avec beaucoup de force au sujet de la traite et de l’esclavage. Dans un très long passage ajouté dans le chapitre 24 du livre XI de cette édition, après avoir fait l’historique de l’esclavage à travers les siècles, il répond de façon plutôt violente aux arguments des défenseurs de l’institution, pour terminer avec la vision du « Spartacus noir » qui mènera une révolte des esclaves contre leurs oppresseurs. Ces passages ont moins attiré l’attention des commentateurs que l’on pourrait s’y attendre, et depuis l’étude d’Yves Benot en 1970, on ne s’est guère penché sur ce texte important1. Michèle Duchet a bien signalé, en 1978, que la réfutation des thèses esclavagistes dans ce chapitre a été « l’objet de nombreux remaniements, d’édition en édition », et elle signale que les pages qui exposent les modalités d’un affranchissement progressif des esclaves sont empruntés à un document écrit par Bessner2, mais malheureusement elle n’en dit pas plus.

Dans son ouvrage Diderot, de l’athéisme à l’anticolonialisme, Y. Benot situe ce passage dans le contexte du débat concernant l’esclavage et le développement de la campagne contre la traite dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, en grande partie sous l’impulsion des Américains et des Britanniques. Benot rappelle la position des Physiocrates, et notamment celle de Dupont de Nemours qui relie l’argument économique à l’argument moral : il s’agissait non seulement de dénoncer l’esclavage comme contraire à l’humanité et à la religion, mais également de démontrer qu’il serait plus rentable, au lieu de cultiver des denrées coloniales en Amérique à l’aide d’esclaves, d’encourager la production de ces mêmes denrées par des travailleurs libres en Afrique même.

Dans ce même ouvrage Benot montre également comment, en 1780, Diderot radicalise la conclusion qui, dans les premières éditions de l’Histoire des deux Indes, faisait appel aux princes pour réformer cette situation. Le philosophe reprend et réécrit un passage de Louis-Sébastien Mercier dans L’An 2240 concernant une révolte des esclaves3. Je ne reviendrai pas ici sur ce passage, car la démonstration de Benot est tout à fait convaincante, mais je me pencherai sur le long passage qui précède ce texte et qui contient les arguments contre l’esclavage. Le chapitre, intitulé maintenant « Origine et progrès de l’esclavage. Arguments imaginés pour le justifier. Réponse à ces arguments », commence (§ 2-18) par une étude historique de l’esclavage, notamment en Europe, et de sa disparition, avant d’en venir à l’esclavage introduit par les Européens dans le Nouveau Monde. Cette étude historique, empruntée en partie par Diderot aux Écossais John Millar et William Robertson4, correspond bien à l’intérêt grandissant du philosophe pour l’histoire, « carrière immense où la philosophie n’a pas encore mis le pied » comme il l’affirme au chapitre X (§ 20) de l’Histoire des Deux Indes. Elle a peut-être aussi l’avantage de rappeler aux lecteurs que des Européens ont également été réduits à l’état d’esclaves par d’autres Européens, permettant ainsi de contrer l’argument des apologistes de l’esclavage qui prétendaient que seuls les Africains étaient destinés à cet état5. Ce n’est qu’après ce premier survol historique de la question qu’il en vient aux arguments contre l’esclavage indiqués dans le titre du chapitre, arguments qui seront le sujet de cet article : au cours de l’analyse nous verrons encore une fois la façon dont Diderot était sans doute influencé par la lecture d’un autre ouvrage récent.

Il s’agit d’un ouvrage écrit par un physiocrate, l’abbé Pierre-Joseph- André Roubaud, rédacteur de juin 1770 jusqu’en décembre 1774 du Journal de l’agriculture, du commerce et des finances (dont il transforme totalement la forme et la position)6 et collaborateur des Éphémérides du citoyen à partir de mai 17687. L’ouvrage de Roubaud dont il sera question est l’Histoire générale de l’Asie, de l’Afrique et de l’Amérique, publié en 15 volumes de 1770 à 1775, sous la signature « M.L.A.R. » et dont le « Prospectus » est donné dans le Journal de l’Agriculture en août 1770. Dans la préface du premier volume, Roubaud explique que le plan de l’ouvrage est « absolument neuf » et qu’il se distingue de l’Histoire universelle anglaise et de l’Histoire générale des voyages car « nous avons moins donné à l’érudition pour donner davantage à l’examen philosophique ou politique »8. C’est effectivement cet aspect qui est souligné par le Journal encyclopédique, quand ce journal donne des extraits de l’ouvrage, avec le commentaire suivant :

On trouve dans cet ouvrage d’excellentes réflexions, soit sur les moeurs, soit sur les loix, les usages, le gouvernement. C’est un très bon abrégé, assez étendu pour la curiosité de ceux qui ne cherchent dans l’histoire que les faits, et assez court pour ceux qui ne voudraient s’en servir que comme d’un répertoire. Ce qu’il offre de plus intéressant, est le tableau philosophique, moral et politique des peuples et des empires. C’est là que l’auteur se livre à ses vues et à ses réflexions9.

Cet ouvrage donc, qui commence à être publié exactement en même temps que l’Histoire des Deux Indes, est défendu par les périodiques des physiocrates, qui en fournissent de larges extraits et qui le louent. Par contre, les Éphémérides du citoyen, en rendant compte en 1772 de l’Histoire des Deux Indes, tout en louant l’étendue des recherches effectuées et l’imagination brillante manifestée dans cet ouvrage, critiquent Raynal pour avoir transcrit de longs passages d’autres ouvrages sans avoir signalé ses sources en note. Le journaliste condamne aussi son attitude fluctuante concernant l’esclavage :

Tantôt il a l’esclavage en horreur, il le croit inutile et nuisible autant qu’odieux ; et tantôt il cherche à prouver la nécessité des esclaves et les avantages prétendus de la traite des Nègres10.

L’attitude de Roubaud, par contre, ne varie pas. Il saisit chaque occasion, dans les journaux comme le Journal de l’agriculture, de condamner l’esclavage, et son Histoire y consacre, dans la partie concernant l’Afrique en 1771, une longue section intitulée De la Traite des Nègres, et de la substitution du commerce de l’Afrique à celui de l’Amérique et autres pays, avec des observations sur l’Histoire naturelle (t. XII, p. 196-219).

Mais avant d’entrer plus en détails dans les arguments antiesclavagistes développés dans cet ouvrage, il faudrait présenter brièvement l’abbé Pierre-Joseph-André Roubaud (1730 ?-1792)11 qui, tout en étant un des physiocrates les plus actifs, est relativement peu connu. Il se lie aux physiocrates en 1768, et c’est au mois de mai de cette année qu’il publie son premier article dans les Éphémérides du citoyen, intitulé « De la richesse de l’industrie ». Selon Weulersse, son concours est précieux, car il possédait une connaissance déjà très étendue des choses économiques, un vrai tempérament de journaliste, une vaste érudition, une grande vivacité d’esprit, et une honnêteté scrupuleuse11. Il publie également dans la même année un ouvrage anonyme intitulé Le politique indien ou considérations sur les colonies des Indes orientales, et dans lequel il condamne la politique coloniale et commerciale de la plupart des nations européennes. Dans le chapitre sur les colonies françaises, nous lisons par exemple ceci :

Il n’est pas moins clair que l’agriculture donne la richesse nationale et le revenu public annuellement renaissant, tandis que le commerce ne procure que des salaires et des profits casuels à quelques particuliers qui ne manquent pas et avec raison de les soustraire à l’impôt. Il est également manifeste que la terre et la charrue sont le seul fonds, le seul bien, le seul patrimoine à jamais solide, fécond, suffisant, substantiel et riche de toute richesse ; au lieu que le commerce n’est que fumée12.

L’année suivante, il publie un livre qualifié par Diderot de « hardi »13 : Représentation aux magistrats, contenant l’exposition raisonnée des faits relatifs à la liberté du commerce des grains, et les résultats respectifs des Reglements et de la liberté, ouvrage qui défend, avec beaucoup de force et un étalage d’érudition historique et économique, l’entière liberté du commerce des grains. Dans cet ouvrage l’abbé souligne son souci de justice, que ce soit pour les Français pauvres ou pour les habitants des colonies. Il demande : « toutes les nations de l’univers ne devraient-elles pas former une seule nation ? », et il explique :

Nous ne donnons pas ici des projets de paix universelle, les projets n’ont été peut-être jusqu’à présent que des rêves de gens de bien ; mais nous exposons des principes de paix universelle, et ces principes sont puisés dans l’ordre ineffable de la nature. Qu’on nous prouve que les lois de la nature ne doivent pas donner le repos au monde, et que Dieu a mis les hommes sur la terre pour qu’ils s’entrégorgent et entredétruisent ; alors nous rougirons d’avoir voulu confondre les peuples en un seul peuple, en une seule famille dans le sein de la paix, de l’abondance et de bonheur14.

C’est ce même souci de morale fondée sur la loi de la nature et sur les droits de tous les hommes qui sous-tendent son opposition farouche à l’esclavage. Les arguments qu’il utilise pour condamner cette institution sont en grande majorité moraux, bien que, quand il s’agit de répondre aux écrits des défenseurs de la traite et de l’esclavage, il ait bien sûr recours à des considérations économiques, concernant notamment la faible rentabilité de l’esclavage.

Dans ses ouvrages, on constate la vivacité de sa plume et sa capacité de prendre position de façon provocatrice. Les mêmes caractéristiques se voient également en 1770 quand Roubaud se lance dans une attaque contre les Dialogues du commerce des blés de l’abbé Galiani. Cet ouvrage fait dire aux Éphémérides du citoyen :

Après avoir lu les Lettres de M. l’abbé Roubaux [sic], les admirateurs du discoureur italien sont forcés de rabattre furieusement de la haute et précoce opinion que ses lazzi leur avoir fait concevoir de sa doctrine15.

Son engagement et son goût apparent de la polémique font de lui non seulement un conseiller de Turgot mais également l’une des cibles préférées des ennemis des physiocrates, à tel point qu’en 1775 on fait circuler un libelle intitulé Catalogue des livres nouveaux qui se trouvent chez l’abbé Roubaud, Secrétaire perpétuel de la Franche Loge économiste sous la protection de M. Turgot, le très-Vénérable Grand-Maître16.

Étant donné le soutien accordé par Diderot à Galiani dans l’affaire des Dialogues, on peut, à première vue, être sceptique concernant l’affirmation selon laquelle Diderot aurait puisé dans les écrits d’un Roubaud pour trouver des arguments contre l’esclavage. En effet, ces arguments commençaient à être assez répandus. Et parmi les écrits des physiocrates avec lesquels Diderot était en contact, plusieurs textes, notamment des Éphémérides du citoyen, et surtout de la plume de Dupont de Nemours, en fournissent des éléments17.

Néanmoins, il faut d’abord faire remarquer que l’Histoire de Roubaud fut, selon toute vraisemblance, l’inspiration de la réécriture en 1780 du chapitre 10 du même livre XI de l’Histoire des Deux Indes, chapitre concernant les raisons qui expliqueraient la couleur des noirs. Il est vrai que dans la nouvelle version du chapitre, en 1780, les passages de Diderot sont assez courts et concernent le lien entre le débat et la théologie ainsi que les limites de la connaissance humaine, plutôt que la question des noirs ellemême. Il est néanmoins significatif de constater la nature des changements qui aboutissent à un renversement total du point de vue défendu, et l’utilisation des sources qui permettent ce changement de position. La question de l’origine de la couleur des noirs était depuis le début du siècle l’objet de grands débats scientifiques, d’où n’était pas absent un intérêt idéologique : en effet, les raisons alléguées pourraient éventuellement soutenir la thèse selon laquelle les noirs formeraient une espèce à part. C’est ainsi que dans la première version de ce chapitre, dans les éditions de 1770 et de 1774 de l’Histoire des Deux Indes, l’auteur s’inspire largement de Cornélius de Pauw. Il affirme sans ambages que « c’est sans fondement qu’on attribue au climat la couleur des nègres » et même que :

… l’anatomie a trouvé l’origine de la couleur des noirs dans les germes de la génération. Il n’en faudrait pas peut-être davantage pour prouver que les nègres sont une espèce particulière d’hommes : car, si quelque chose différencie les espèces ou les classes dans chaque espèce, c’est assurément la différence des spermes.

C’est justement ce point de vue – qui s’accompagne de remarques plutôt méprisantes concernant les noirs et concernant l’« odeur forte et désagréable » de leur sueur, qui noircirait le linge blanc dont ils s’essuient – qui est fortement critiqué par Roubaud dans le tome XIII de son Histoire, dans un passage à propos de l’origine des Américains et des théories de de Pauw. Nous y trouvons les lignes suivantes :

Nous ne comprenons pas comment ces observations n’ont point frappé l’Auteur de l’Histoire philosophique et politique de l’établissement des Européens dans les deux Indes. Il dit, t. 4, l. 18, « C’est sans fondement que l’on attribue au climat […] »

Après avoir cité tout le passage concernant la couleur des noirs, Roubaud continue :

Posons les propositions contradictoires à celles de notre Historien, et nous aurons autant de vérités. « C’est avec fondement qu’on attribue au climat la couleur des nègres, puisqu’en Afrique, sous les mêmes parallèles, la côte orientale a des habitants plus ou moins noirs, selon qu’ils sont plus près ou plus loin de la ligne, ou, s’ils le sont moins que les nègres, c’et que leur pays est refroidi par les montagnes, les eaux vives et les vents ; puisque dans toute l’Amérique, où le climat est beaucoup moins chaud, sous ces mêmes parallèles, le soleil et le sol ne font point éclore de nègres. Il faudrait contredire toute certitude historique, pour ne pas convenir que la côte occidentale de l’Afrique est le pays le plus brûlant du globe ; d’où il s’ensuit, non qu’il y a des climats qui ne sont propres qu’à certaines espèces, ou des espèces affectionnées à de certains climats ; car ces prétendues espèces se transplantent d’un climat à l’autre, les blancs chez les noirs, et les noirs chez les blancs ; mais que la différence des climats change du blanc au noir, comme du blond au brun. Le soleil concourt à modifier la matière de la reproduction, comme les autres humeurs du corps. Les blancs deviennent noirs en Afrique, du moins dans la suite des générations, et les nègres deviendraient de même blancs ou basanés, en Amérique, puisqu’à la seconde génération, ils ont déjà beaucoup perdu de la noirceur Africaine, quoique sous la même latitude19. »

Or c’est précisément le passage de l’Histoire des Deux Indes dont il est question ici qui est transformé du tout au tout dans l’édition de 1780. Le nouveau passage commence maintenant comme suit : « l’anatomie a cru trouver [au lieu de : “a trouvé”] l’origine » et il enchaîne avec la phrase suivante :

Mais avec plus d’attention on a reconnu l’erreur ; et cette explication de la couleur des nègres a été abandonnée. Les conséquences qu’on prétendait tirer de leur figure et de celle des autres peuples, n’ont pas paru plus convaincantes.

L’explication par le climat n’est plus rejetée, mais s’y ajoutent d’autres causes physiologiques et environnementales : en particulier on souligne l’effet de certains « corpuscules nitreux, sulfureux ou métalliques qui s’exhalent continuellement de la superficie ou des entrailles de la terre » en Afrique. Certains aspects de cette description des noirs et du fait qu’ils naissent blancs et ne deviennent noirs qu’une semaine après leur naissance, ainsi que des explications de leur couleur, viennent de l’ouvrage de l’abbé Demanet intitulé Nouvelle Histoire de l’Afrique françoise enrichie de cartes et d’observations astronomiques et géographiques…, et publié en 1767. Mais l’emprunt n’est sans doute pas direct car l’ouvrage semble être utilisé à travers l’usage qu’en fait Roubaud (qui cite Demanet comme étant sa source). Car la formulation de l’Histoire des Deux Indes est beaucoup plus proche de celle de Roubaud que de celle de Demanet20. C’est dans une longue section de son Histoire intitulée De la couleur des Nègres que Roubaud passe en revue les différentes explications de la couleur des Africains et qu’il affirme, suivant Demanet, que les peuples transplantés dans un autre climat peuvent changer de couleur21. Au début de cette section, après avoir rappelé les mythes concernant les noirs, Roubaud affirme (p. 171) :

Le sang est rouge, la lymphe blanche, la bile jaune chez les Nègres comme chez les Blancs. Le lait des nourrices est partout le même. La chair, les os, les viscères, toutes les parties intérieures ont la même couleur chez les uns et chez les autres.

Cette phrase, que je n’ai trouvé nulle part ailleurs exprimée de cette façon, est reprise presque mot à mot dans l’édition de 1780 de l’Histoire des Deux Indes. Ces indications suffisent, je crois, pour démontrer que l’ouvrage de l’abbé Roubaud fut utilisé en 1780 pour effectuer un renversement d’optique de la discussion concernant les Africains, pour lutter contre le préjugé qui en faisait une race à part et pour réduire l’écart entre eux et les Européens. Et plus encore, nous semblons assister à une sorte de « dialogue » entre les deux ouvrages, car Roubaud réagit au texte de l’Histoire des Deux Indes lequel, à son tour, semble prendre en compte ses critiques dans l’édition de 1780. Tout cela rend, me semble-t-il, plus probable l’hypothèse de l’utilisation de la même source pour puiser des éléments supplémentaires d’une réponse aux positions pro-esclavagistes en 1780, tâche à laquelle Roubaud s’attelait dans son activité de journaliste.

De quoi s’agit-il ? Il s’agit notamment d’une réponse aux auteurs qui tentèrent de justifier l’esclavage, par des raisons économiques, mais aussi par d’autres raisons. Celles-ci vont de l’affirmation que les Noirs se trouvent mieux aux colonies qu’ils n’étaient en Afrique, où de toute façon ils auraient été les esclaves de leurs rois – et donc que les acheter relève de la bonne action – à celle rappelant que ce sont des condamnés à mort dans leur propre pays – et donc qu’on leur aurait sauvé la vie en les achetant – en passant par la croyance que les noirs furent créés par Dieu pour être esclaves, et des rapprochements entre les noirs et les grands singes22. Les physiocrates comme Dupont de Nemours ou Roubaud répondent à ces affirmations en même temps que l’Histoire des Deux Indes dès sa première édition, et l’on pourrait donc à première vue estimer qu’il s’agit tout au plus d’une coïncidence somme toute assez compréhensible. Mais si l’on regarde les choses de plus près, une autre conclusion s’impose. En 1770 et en 177423, ce passage de réponse aux esclavagistes, qui n’occupe que quelques pages, commence ainsi :

Montesquieu n’a pu se résoudre à traiter sérieusement la question de l’esclavage. En effet c’est dégrader la raison que de l’employer, on ne dira pas à défendre, mais à combattre même un abus si contraire à la raison…

pour continuer en affirmant le droit de l’esclave à poignarder son maître, en se référant au roman Clarissa de Richardson. Ensuite Diderot apostrophe l’apologiste de l’esclavage, en soulignant la cruauté de son comportement et les crimes qu’il commet, avant de comparer l’armateur qui participe à la traite à Cartouche. Ensuite, il en vient à répondre à certains de ses arguments, concernant notamment l’infériorité et les défauts supposés des nègres et l’affirmation que c’étaient déjà des esclaves en Afrique. Ce dernier argument l’amène à souligner la responsabilité des colons dans le maintien de l’esclavage en Afrique et à dénoncer la tyrannie des despotes africains. Le ton, on le voit, est à la dénonciation des méfaits des colons et des armateurs, mais il ne contredit pas le tableau affreux qu’ils peignent de la situation en Afrique.

En 1780, le passage, nettement plus long, est totalement remanié (voir l’annexe en fin d’article). Commençant par des considérations sur la liberté, le texte continue en énumérant un à un les arguments de l’apologiste de l’esclavage, pour y répondre longuement. Ces arguments débouchent sur la nécessité d’abolir l’esclavage et sur l’affirmation qu’il serait possible de produire les mêmes denrées avec des travailleurs libres. Ensuite vient le projet d’affranchissement progressif des esclaves inspiré de Bessner. Ainsi, ce sont les réponses aux arguments de l’esclavagiste qui occupent maintenant la plus grande partie du texte, alors que les références à Montesquieu et au roman de Richardson, ainsi que le parallèle avec Cartouche, ont disparu.

Or, les pages de Roubaud dans son Histoire générale qui condamnent l’esclavage sont précisément construites autour de réponses détaillées aux affirmations des apologistes de l’esclavage, et notamment de l’Anglais William Snelgrave, dont la Nouvelle Relation de la Guinée et du commerce des esclaves qu’on y fait est traduite en français en 1735, et de l’Essai politique sur le commerce de Melon, publié pour la première fois en 1734, et dont une nouvelle édition augmentée paraît en 1761. Roubaud affirme avec beaucoup de force : « par le droit de nature, tout homme, Nègre ou Blanc, a la propriété de sa personne, c’est-à-dire, de ses facultés et de leur exercice » et « il serait plus naturel de penser qu’un père est le maître absolu de son fils et de sa liberté, quel que soit l’age de ce fils, que d’imaginer qu’un étranger peut jamais l’être d’un étranger » (t. XII, p. 198-99). Et il répond aux affirmations des apologistes de l’esclavage, selon lesquels soit les esclaves étaient déjà esclaves en Afrique, soit ce seraient des malfaiteurs condamnés à mort, soit ils seraient moins malheureux en Amérique qu’en Afrique. Il souligne longuement les effets dévastateurs de la traite, sur l’Afrique mais aussi en Europe, pour affirmer que des ouvriers libres, en Amérique ou en Afrique, peuvent produire les mêmes denrées. Il loue les qualités des Africains et affirme : « quand les Européens seront hommes vis-à-vis d’eux, ils en feront des hommes » (p. 209).

Ensuite il poursuit :

Je parle à des Européens : si ce langage les étonne, il sont bien plus barbares que les Noirs, qu’ils trouvent si barbares ; si ce projet les effraye, ils sont bien dégénérés, eux qui ont entrepris et exécuté tant de travaux presque surhumains ; si l’intérêt d’autrui ne les touche pas, résisteront-ils à l’évidence de leur propre intérêt, parce qu’on ne leur proposera, au lieu de desseins héroïquement injustes, que des plans dont le succès ne demande que de la patience, de l’équité, quelques vertus naturelles ? (p. 209-210)

Et il fournit des détails concernant la production des denrées coloniales en Afrique. Roubaud, comme toujours, est mû par le sentiment de la justice et celui de l’égal mérite de tous les êtres humains ; et il affirme :

Nous ne sommes pas assez insensés pour nous flatter de réformer le monde, mais il est bien permis de soulager son coeur, de défendre la cause des malheureux, et de montrer à tous leurs vrais intérêts. Si jamais on n’élevait la voix au nom de la justice et en faveur de l’humanité, la terre serait un enfer éternel. (p. 215-16)

Il répète nombre de ces arguments en 1773 dans le Journal de l’Agriculture : dans son article, il reproduit la traduction d’un pamphlet anglais intitulé Apologie de l’esclavage des nègres où on démontre qu’ils sont plus heureux dans les colonies que dans leur pays natal, traduction qui est suivie de la réfutation des arguments contenus dans le pamphlet, réfutation qui se termine par : « Adieu, homme ou qui que tu sois »24.

Or, ce qu’il faut remarquer chez Roubaud, c’est sa façon de reproduire les arguments de ses adversaires, pour mieux les réfuter longuement en les apostrophant directement. Ainsi écrit-il : « Quelques-uns de ces esclaves étaient des malfaiteurs dignes de mort, je le supposerai ; mais êtes-vous le bourreau des peuples de l’Afrique ? » (p. 201). Or cette phrase trouve un écho précis chez Diderot, qui écrit :

Mais c’étaient des criminels dignes de mort ou des plus grands supplices, et condamnés dans leur propre pays à l’esclavage. Êtes-vous donc les bourreaux des peuples de l’Afrique ?

Plus loin, nous trouvons chez Roubaud ceci :

Le maître qui a l’esclave sous sa main est plus fort que la loi qui commande de loin. Le sort des Nègres est si misérable qu’ils préfèrent volontiers la société des bêtes farouches à celle de leurs tyrans, que leurs femmes se font avorter pour n’avoir pas la douleur de voir leurs enfants partager leur triste destinée, etc. Je ne dirai pas que les maîtres vont à la chasse des Nègres marrons comme à celle des loups, que… que… que… J’ai fait assez frémir l’humanité. (p. 203)

Et chez Diderot :

Mais ils sont plus heureux en Amérique, qu’ils ne l’étaient en Afrique. Pourquoi donc ces esclaves soupirent-ils sans cesse après leur patrie ? Pourquoi reprennent-ils leur liberté dès qu’ils le peuvent ? pourquoi préfèrent-ils des déserts et la société des bêtes féroces à un état qui vous paraît si doux ? Pourquoi le désespoir les porte-t-il à se défaire ou à vous empoisonner ? Pourquoi leurs femmes se font-elles si souvent avorter, afin que leurs enfants ne partagent pas leur triste destinée ?

Passage qui fait également écho à ce qu’avait écrit Roubaud un peu plus haut : « Vos esclaves ne cherchent qu’à vous tromper, à vous voler, à fuir, à vous empoisonner ; et vous, toujours tremblants et toujours cruels, vous redoutez sans cesse leurs complots, ou contre votre vie ou contre la leur » (p. 201).

Nous le voyons, il ne s’agit pas, comme c’est le cas pour d’autres passages de l’Histoire des Deux Indes, y compris de passages de la main de Diderot (dont celui concernant l’histoire de l’esclavage), de reproduction abrégée de passages en entier, mais plutôt d’une inspiration, dans la méthode et dans la rhétorique. Diderot emprunte ici la technique de l’abbé physiocrate qui apostrophe les défenseurs de l’esclavage, en reprenant leurs arguments et en y répondant directement ou en soulignant l’horreur. Il emprunte également quelques formulations précises. Cela dit, le texte de Diderot est plus fort et plus élaboré que celui de Roubaud et il n’est pas question de parler de plagiat. En outre, le texte de l’abbé Roubaud reste plus modéré que celui de Diderot, car il débouche sur le projet de développer la culture de la terre en Afrique, ce qui favoriserait la « civilisation » des Africains. Il n’y est absolument pas question d’un appel à la révolte. Néanmoins, il est intéressant de constater que Diderot a pu s’inspirer de cette façon du physiocrate adversaire de Galiani, que le philosophe s’était empressé de défendre.

Malheureusement, vu le peu de renseignements que nous possédons concernant l’abbé Roubaud malgré le rôle actif qu’il a joué au sein du groupe physiocrate et l’importance de son activité journalistique, il est impossible de savoir quels rapports les deux hommes ont pu entretenir. Néanmoins, cette étude nous a permis de découvrir le dialogue qui exista entre l’Histoire des Deux-Indes et l’ouvrage physiocrate en quelque sorte rival. De son côté, Roubaud reconnaît cet état de fait, car il cite à plusieurs reprises l’ouvrage publié sous le nom de Raynal, et vers la fin de son grand ouvrage, il lui rend hommage en le qualifiant d’« ouvrage dont nous avons beaucoup profité, lors même que nous en avons relevé des erreurs ou des inexactitudes »25. De l’autre, les auteurs de l’Histoire des Deux Indes ne citent jamais l’ouvrage de Roubaud mais, comme nous l’avons vu, ils l’utilisent et, fait nettement plus intéressant, ils réagissent à ses critiques en modifiant leur texte. Ainsi nous pouvons dire qu’au-delà des collaborateurs connus et des emprunts (dont nous avons une connaissance de plus en plus étendue grâce à l’édition critique en cours), le côté collectif de l’ouvrage se manifeste aussi dans ce dialogue avec des ouvrages contemporains.

Cette étude nous a également permis de constater encore une fois à quel point l’Histoire des Deux Indes – succès immense de libraire – fut pour Diderot une publication qui lui permettait de développer les idées qui lui étaient chères et de les faire parvenir à un public plus large. Il s’agissait uniquement ici de verser encore un élément au dossier qui nous permet de comprendre les méthodes de travail de Diderot, et aussi de rappeler son engagement sans équivoque aux côtés de abolitionnistes. Car en fait, si l’Histoire des Deux Indes est devenue un cheval de bataille contre la traite, ce n’est guère du fait de l’abbé Raynal mais de celui de ses collaborateurs, et au premier rang de ceux-ci, de Diderot.

Notes

1 Y. Benot, Diderot, de l’athéisme à l’anticolonialisme, nouvelle éd., Maspéro, 1981. Signalons que Benot a consacré plus récemment un article aux changements surprenants intervenus dans ce passage dans l’édition posthume de 1820 : « L’esclavagisme dans la 4e édition de l’Histoire des deux Indes (1820-1821) », Dix-huitième Siècle, 28 (1996), p. 325-336.

2 M. Duchet, Diderot et l’Histoire des Deux-Indes ou l’écriture fragmentaire, Nizet, 1978, p. 85.

3 Y. Benot, Diderot, de l’athéisme à l’anticolonialisme, p. 214.

4 John Millar, Observations concerning the Distinction of Ranks in society (1771, 2e éd 1773, traduit en 1773 sous le titre d’Observations sut les commencements de la société), ouvrage devenu en 1779 The Origin of the Distinction of Ranks ; W. Robertson, View of the Progress of Society in Europe, publié en 1769, traduit par Suard comme Tableau des progrès de la société en Europe dans le t. I de l’Histoire du règne de l’empereur Charles Quint, Paris, Saillant et Nyon, 1771. Je remercie G. Goggi de m’avoir communiqué ces informations.

5 Voir à ce sujet les articles de l’abbé Baudeau réfutant les arguments proesclavagistes de Rousselet de Surgy : « Réponse à la lettre d’un Américain sur l’esclavage des nègres », Éphémérides du citoyen, 1766, t. VI, n° XII, p. 189-190.

6 Voir l’article de G. Dulac sur ce journal dans le Dictionnaire des journaux (1600- 1789), Paris, Universitas, 1991, t. II.

7 Pour les détails les plus complets concernant l’abbé Roubaud et ses activités journalistiques, voir l’article de Robert Granderoute dans le Dictionnaire des journalistes, vol. II, Oxford, Voltaire Foundation, 1999.

8 M.L.A.R., Histoire générale de l’Asie, de l’Afrique et de l’Amérique, 15 vol, Paris, 1770-1775 ; t. I, p. xvj, xix.

9 Journal encyclopédique aout 1771, p. 386.

10 Éphémérides du citoyen, 1772, IIIe partie, p. 173-184.

11 G. Weulersse, Le mouvement physiocratique en France (de 1756 à 1770), Paris, F. Alcan, 1910 ; réimpr. Mouton, 1968, p. 156.

12 Le politique indien ou considérations sur les colonies des Indes orientales, A Amsterdam et se trouve à Paris chez Lacombe, 1768.

13 Éphémérides du citoyen, 1769, VI.

14 Le politique indien, p. 361.

15 Éphémérides du citoyen, 1770, IV, p. 177.

16 Voir Granderoute, Dict. Journ., 875.

17 Pour les rapports entre Diderot et les physiocrates, voir par exemple : Ellen Marie Strenski, « Diderot, for and against the physiocrats », Studies on Voltaire, 57 (1967), p. 1435- 1455 ; G. Goggi, « Diderot, les physiocrates et l’Angleterre », Ici et ailleurs : le dix-huitième siècle au présent. Mélanges offerts à Jacques Proust. éd H. Nakagawa, S. Ichikawa, Y. Sumi, J. Okami ; Tokyo, 1996, p. 47-65.

18 À ne pas confondre avec son frère Joseph Marie, également abbé et journaliste.

19 Histoire générale, t. XIII, 1775, p. 40-42.

20 Il faudrait également relever le fait que l’abbé Demanet, dont l’ouvrage est utilisé pour certains détails géographiques dès la première édition de L’Histoire des Deux-Indes, est dénoncé violemment pour ses agissements en Afrique au ch. XVIII, § 6, de l’édition de 1780.

21 Histoire générale, t. XII, 1771, p. 167-196.

22 Voir par exemple : William Snelgrave, Nouvelle Relation de la Guinée et du commerce des esclaves qu’on y fait, trad. française Amsterdam, 1735, livre II, p. 186-190 ; Rousselet de Surgy, Mémoires intéressants et curieux ou Abrégé d’histoire naturelle, morale, civique et politique, de l’Asie, l’Afrique, et des terres polaires, Paris, Panckoucke, Didot, Musier, de Hansy, t. X, 1765, p. 164-167.

23 Le texte de 1774 est remanié par rapport à celui de 1770, mais les additions et réaménagements ne concernent pas l’économie essentielle du texte ni l’argumentation.

24 Journal de l’Agriculture, du commerce des arts et des finances, mai 1773, p. 1-47.

25 Histoire générale, t. XV, 1775, p. 503.


Pour citer cet article

Ann Thomson, « Diderot, Roubaud et l’esclavage », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, numéro 35 Varia, [En ligne], mis en ligne le 16 février 2011. URL : http://rde.revues.org/179. Consulté le 27 juin 2016.