Navigation – Plan du site
Varia
8

Antoine-Claude Briasson et l’Encyclopédie

Frank A. Kafker et Jeff Loveland
p. 131-139

Résumés

Cet article examine le rôle d’Antoine-Claude Briasson dans la production de l’Encyclopédie. Le succès de l’Encyclopédie dérivait d’une vaste collaboration, mais le nom de Briasson mérite d’être retenu dans la liste de ceux qui y ont le plus contribué. Directeur de la société des quatre libraires responsables de l’édition, il s’occupa pendant trente ans de l’aspect pratique et pointilleux de l’ouvrage – les livres de comptes, le stockage, et la plupart des ventes et des expéditions. Sans ses contacts internationaux, l’Encyclopédie se serait probablement limitée à une distribution géographique plus étroite. Indulgent envers les philosophes, il crut à l’excellence de l’Encyclopédie et condamna vivement ses ennemis dans les diverses crises qui la menacaient..

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1 BN. fr. 22106, fol. 242.
  • 2 Comparer Micheline Zephir, « Les Libraires et imprimeurs parisiens à la fin du XVIIIe siècle (1750- (...)
  • 3 Zephir, « Libraires et imprimeurs parisiens », p. 245.
  • 4 Sur ses travaux en bibliographie, voir N. A. Kopanev, Frantsouzkaia kniga i rousskaia kultura v ser (...)

1« Taille cinq pieds sept pouces, belle phisionomie, et quelque chose dans la vüe » : ainsi un rapport de police du 1er janvier 1752 décrivait-il Antoine-Claude Briasson, l’un des personnages les plus importants dans l’histoire de l’Encyclopédie1. Briasson naquit à Lyon en 1700, fils d’un marchand épicier selon Micheline Zephir, ou fils d’un libraire d’après le rapport de police2. Arrivé jeune à Paris, il fut reçu maître libraire en 1724 après avoir fait un premier apprentissage chez Nicolas Fimart (à partir de 1720) et un second chez Antoine Gandouin (à partir de 1722). Au cours de sa vie il occupa les postes les plus élevés dans la Communauté des libraires – adjoint en 1739, consul en 1758, juge-consul en 1765, et syndic en 17683. Il publia de tout, notamment des ouvrages de science naturelle, de médecine, de théâtre, de référence, et de bibliographie4. Au service d’une clientèle venant de partout en France ainsi que de Russie5, de Prusse, et d’autres pays6, il fut l’un des libraires les plus riches de son temps. Son inventaire après décès révèle que son seul stock de livres valait plus de 300 000 livres, et cela ne représentait qu’une petite partie de sa fortune7. Le rapport de police le trouvait « dans de fort belles entreprises… On l’appelle le corsaire de la librairie, parce qu’il vend exclusivement cher »8. Peu étudiée, sa vie de libraire-éditeur mérite tout un livre.

  • 5 Le contrat du 18 octobre 1745 attribuait la moitié des bénéfices à Le Breton et une sixième partie (...)
  • 6 Richard N. Schwab, Walter E. Rex et John Lough, Inventory of Diderot’s Encyclopédie, SVEC, t. CCXXI (...)
  • 7 Voltaire à Etienne-Noël Damilaville, le 26 juillet 1764, dans Best., t. CXII, p. 44 (D12013) ; et V (...)

2Cette étude se propose un but plus modeste – à savoir, examiner le rôle de Briasson dans la production de l’Encyclopédie. Il est vrai qu’au début de l’entreprise il ne possédait qu’un sixième d’intérêt dans la société qui l’attachait aux libraires André-François Le Breton, Michel-Antoine David, et Laurent Durand, et qu’il ne s’essaya pas en tant qu’auteur d’articles pour l’Encyclopédie comme le firent Le Breton et David5. Cependant il s’acquitta assidûment des charges que lui confièrent ses associés ; il travailla dur pour que l’entreprise réussît ; et il devint, après la mort de Durand (1763), la retraite de David (1769) et puis celle de Le Breton (1772), l’unique éditeur de l’Encyclopédie, et détenteur de son privilège à partir du neuvième tome des planches (1771)6. Depuis longtemps déjà, et non sans raison, Voltaire l’appelait « l’imprimeur de l’Enciclopédie », et l’Encyclopédie « son livre »7.

  • 8 Kopanev, Frantsouzkaia kniga i rousskaia kultura, p. 50, 54-55, 66-89. Selon la conjecture de Kopan (...)
  • 9 Briasson à Jean-Henri-Samuel Formey, le 3 avril 1747, dans Correspondance passive de Formey : Antoi (...)
  • 10 Frank A. Kafker, « Gua de Malves and the Encyclopédie », DS, t. XIX, 1978, p. 93- 96. Voir aussi L. (...)
  • 11 Pour se faire une idée de l’étendue de l’empire commercial de Briasson, voir son inventaire après d (...)
  • 12 Kafker et Kafker, Encyclopedists as Individuals, p. 108, 110 n.1 ; Pinault-Sørensen, « Briasson, An (...)

3Au début c’était Le Breton qui soutenait le projet d’une traduction élargie de la Cyclopaedia d’Ephraim Chambers, mais Briasson y fut associé le 18 octobre 1748 au même titre que David et Durand. Il est peu probable qu’il participât à la sélection du premier rédacteur en chef, l’abbé Jean-Paul de Gua de Malves, bien qu’il ait publié les Usages de l’analyse de Descartes de celui-ci en 1740. Gua semble avoir assumé la direction intellectuelle de l’Encyclopédie sans que Briasson le recommandât : « Cet ouvrage…avait avant mes vues, passé, pour la direction, entre les mains de M. l’abbé de Gua... »9 Le choix de Gua était des plus malavisés, et des plus malheureux pour Briasson lui-même, car il s’acharna jusqu’aux années 1760 à récupérer l’argent que Gua devait aux libraires et aux auteurs après sa démission en 174710. Cette même année Diderot et D’Alembert assumèrent la place qu’on leur connaît à la tête de l’entreprise. Mieux choisi que Gua, Diderot avait sans doute progressé grâce à ses travaux antérieurs pour les mêmes libraires, notamment Briasson. En 1742 celui-ci avait publié une Histoire de Grèce de Temple Stanyan, traduite par Diderot, et à l’heure même de l’Encyclopédie naissante, Diderot travaillait avec Marc-Antoine Eidous et François-Vincent Toussaint à une traduction du Medicinal Dictionary de Robert James – projet mené par Briasson, et dont les fruits furent publiés de 17411 à 1748 par lui et ses associés de l’Encyclopédie12. On aimerait pouvoir préciser la part de Briasson dans ce recrutement déterminant.

  • 13 Rolf Geissler, préface à Correspondance passive de Formey, p. 13 n.2.
  • 14 Inventaire après décès, fol. [18r] ; et Henri Duranton, « Les Difficultés de l’édition au XVIIIe si (...)
  • 15 Briasson à Formey, le 3 avril 1747, dans Correspondance passive de Formey, p. 34.
  • 16 Briasson à Formey, le 28 septembre 1743, dans Correspondance passive de Formey, p. 30. Voir aussi K (...)
  • 17 BN fr. 22106, fol. 242. Sur les prix chez Briasson, voir aussi Kopanev, Frantsouzkaia kniga i rouss (...)

4Dans le ralliement du journaliste, académicien, huguenot, et pasteur berlinois Jean-Henri-Samuel Formey à l’Encyclopédie, en revanche, le rôle prépondérant de Briasson ressort clairement. Les deux hommes se connaissaient depuis longtemps. Dès 1738 Formey proposa à Briasson de rééditer le Dictionnaire étymologique de Gilles Ménage13. Non seulement Briasson accueillit l’idée d’un oeil favorable, mais il devint un correspondant régulier de Formey jusqu’en 1770. En 1742 Formey se mit à écrire un Dictionnaire philosophique. Briasson, informé, y voyait la possibilité d’un « très grand livre » et demanda à Formey de le « préférer [comme éditeur] lorsqu’il en sera temps »16. Instruit du projet de l’Encyclopédie quelques années plus tard, Formey tenta de vendre ses articles à Le Breton par l’intermédiaire de Briasson, mais le marché ne put se conclure qu’en 1741415. Formey accepta de faire passer son contrat avec Gua aux nouveaux directeurs cette même année, mais ses trois cents livres de gages tardèrent à venir. Dans une lettre du 16 novembre 1747 Briasson s’excusa auprès de son correspondant et lui exposa un plan détaillé des « voies de poursuite » par lequel il prétendait contraindre Gua à restituer l’argent dû. Finalement Formey eut moins à se plaindre que d’autres gens malmenés par l’exdirecteur, car il reçut son argent en 17417 et les premiers tomes de son exemplaire gratuit dans les plus brefs délais18.

  • 18 Briasson à Formey, le 18 novembre 1750, dans Correspondance passive de Formey, p. 59 ; Geissler, pr (...)

5Les relations suivies entre Briasson et Formey s’alimentaient d’une bonne part d’intérêt professionnel des deux côtés. Briasson, pour sa part, espérait se servir de Formey pour vendre l’Encyclopédie en Prusse, ainsi que d’autres livres18. Son choc fut énorme lorsqu’en 1756 il découvrit un projet de Formey qui risquait de miner l’Encyclopédie, le projet de publier une Encyclopédie réduite, abrégé corrigé et augmenté de l’original. Tandis que D’Alembert pressait Malesherbes, directeur du bureau de la Librairie, d’interdire l’entrée en France à un tel abrégé, Briasson faisait appel à l’honneur, à l’amitié, et au sens de justice de son correspondant :

  • 19 Briasson à Formey, le 17 février 1756, dans Correspondance passive de Formey, p. 88.

Est-il donc digne de vous de faire une tentative qui détourne la légitime espérance que doivent avoir des libraires à la suite d’une grande entreprise dans laquelle en épuisant leur fortune ils ont fait les plus grandes avances, risqué leur état et travaillé pendant vingt années19 ?

  • 20 Briasson à Formey, le 11 avril 1755, dans Correspondance passive de Formey, p. 81-82 ; et Duranton, (...)
  • 21 David J. Adams, « Formey, continuateur de l’Encyclopédie », RDE, t. XIII, 1992, p. 117- 29.

6Cet appel hyperbolique fut-il efficace de la part d’un éditeur qui venait de refuser toute « rétribution » à Formey pour sa Dissertation sur la morale des auteurs, se justifiant de la nécessité commerciale20 ? Peut-être plus sensible aux arguments de Malesherbes, cédant aux instances de D’Alembert, Formey renonça-t-il à son projet pour l’instant – ce qui rétablit le ton de bonhomie dans sa correspondance avec Briasson – mais il ne l’abandonna pas. En 1767 il publia un Dictionnaire instructif en deux volumes dans lequel figuraient non seulement des adaptations d’un grand nombre de ses propres articles pour l’Encyclopédie mais aussi d’autres emprunts de l’Encyclopédie21.

  • 22 Catalogue général… de la Bibliothèque nationale, t. CLXXXII, col. 730 ; Kafker et Kafker, Encyclope (...)
  • 23 Briasson à Formey, le 8 septembre 1748, dans Correspondance passive de Formey, p. 41.

7Diderot et Formey mis à part, il se peut que Briasson ait été pour quelque chose dans la participation de Pierre Tarin et Auguste-François Jault à l’Encyclopédie. Tarin publia son Anthropotomie chez Briasson en 1750 et finit par fournir des centaines d’articles sur l’anatomie à l’Encyclopédie, mais lié à Gua, il aurait pu accéder à l’Encyclopédie sans connaître Briasson22. Jault, pour sa part, mettait au point le Dictionnaire étymologique de Ménage à la fin des années 1740, encouragé par Briasson, qui publia ce nouveau Dictionnaire en 175023. Pour l’année 1746 le livre des comptes de l’Encyclopédie enregistre quatre paiements à Jault, dont la somme monte à quelques deux cent vingt-cinq livres, mais le nom de Jault n’y revient plus, et sa signature ne se trouve pas dans l’Encyclopédie25.

  • 24 Briasson à Formey, le 8 septembre 1748, dans Correspondance passive de Formey, p. 41.
  • 25 Briasson à Formey, le 16 novembre 1747, le 8 septembre 1748, le 4 août 1751, le 29 décembre 1751, l (...)
  • 26 May, « Documents nouveaux sur l’Encyclopédie », p. 16 ; Lough, Encyclopédie in Eighteenth-Century E (...)
  • 27 Voir par exemple Voltaire à Diderot, le 26 juin [1758], dans Best., t. CIII, p. 71 (D7768) ; Voltai (...)
  • 28 Voltaire à Briasson, le 13 février [1756], dans Best., t. CI, p. 67 (D6731).

8Recruter des auteurs, c’était peut-être le moindre des services que Briasson effectuait pour l’Encyclopédie. « Je suis le directeur de la Compagnie », annonçait-il à Formey en 1748. « J’en ai tous les papiers en mains et je suis autorisé suffisamment pour cet engagement [pour vous promettre un exemplaire] »24. Son office de « directeur » suggère qu’il s’entendait bien avec ses associés et qu’il leur inspirait confiance. Certes on lui accorda de lourdes responsabilités. C’était lui qui maintenait le livre des comptes dès l’accord du 25 octobre 174526. Cette tâche exigeait qu’il enregistrât les nombreuses dépenses d’une publication de vingt-huit tomes in folio, et en particulier, qu’il tînt compte de l’argent reçu des souscripteurs et payé à une multitude d’auteurs, d’artisans, de papetiers, et d’autres participants à l’entreprise. Voltaire et d’autres auteurs ajoutaient à ses soucis administratifs en lui envoyant directement des articles pour l’Encyclopédie27. De même, pour s’inviter à ajouter sa contribution à l’article GOÛT de Montesquieu, Voltaire s’adressa à Briasson en 175628.

  • 29 Frank A. Kafker, « Les Ventes de l’Encyclopédie », dans Sciences, musiques, Lumières : Mélanges off (...)
  • 30 Voir par exemple Briasson à Vielhe, le 13 juin 1751, le 1er juillet 1751, le 5 novembre 1754, AD du (...)
  • 31 Briasson à Vielhe, le 26 septembre 1752, AD du Doubs, 15 B 1315. Voir aussi Briasson à Vielhe, le 1 (...)

9En outre les associés de Briasson le nommaient gardien du stock de l’Encyclopédie, et il s’occupait de la plupart des ventes – fardeaux énormes, puisqu’il s’agissait de grosses sommes d’argent, et pour l’édition in folio, on tira quelques 4 225 exemplaires des dix-sept tomes de texte et quelques 4 000 exemplaires des onze tomes de planches29. Des centaines de souscripteurs à travers la France et l’Europe réclamaient son attention. Il devait rappeler leur contrat à ceux qui ne payaient pas et envoyer des exemplaires lourds et encombrants à divers endroits30. Lorsqu’une livraison tardait – événement fréquent dans l’histoire de l’Encyclopédie – il fallait rassurer les souscripteurs. En 1752, par exemple, Briasson instruisit le libraire bisontin Vielhe des propos à tenir à ses clients, voire d’une rumeur à dissiper chez les méfiants : « Le 3e vol[ume] ne peut être achevé qu’à la fin de mars. Comment l’aurait-on vu à Strasbourg ? Les difficultés que nous avons essuyées sur les deux p[remier]s vol[ume]s... nous serviront d’excuse auprès des souscripteurs et je vous prie de les engager à attendre » 31.

  • 32 May, « Documents nouveaux sur l’Encyclopédie », p. 25-26.
  • 33 May, « Documents nouveaux sur l’Encyclopédie », p. 27 ; Lough, Encyclopédie in Eighteenth-Century E (...)
  • 34 May, « Documents nouveaux sur l’Encyclopédie », p. 32-34 (nos 14, 33, 45, 63).
  • 35 May, « Documents nouveaux sur l’Encyclopédie », p. 26. Voir aussi p. 25.

10Si la sixième part d’intérêt de Briasson dans l’Encyclopédie le dédommageait suffisamment de tous ces devoirs, lui et David durent regarder d’un autre oeil leur voyage à Londres en 1751 pour négocier avec des libraires entreprenant une contre-façon : « Comme il s’agit de quitter ses affaires pour s’y transporter, la Compagnie a décidé que le proffit qui pourra luy avenir desdites négociations sera partagé pour quart… »32 En effet les associés pensaient non seulement détourner les libraires anglais de leur projet de reproduction de l’Encyclopédie mais encore faire affaire dans d’autres domaines. Le bilan du voyage est loin d’être clair. Un seul volume d’une édition londonienne de l’Encyclopédie parut en 1752. Entre-temps, Briasson et David rentrèrent après environ deux mois de pourparlers en décembre 1751, satisfaits pour le moins d’une « affaire des Transactions philosophiques » qu’ils venaient de conclure33. Il est probable que les négoces conclus s’élevaient à plus de six mille livres pour les Français, car les associés avaient décidé préalablement que les frais de voyage seraient divisés en quatre si le profit dépassait six mille livres et selon leurs « intérêts » dans le cas contraire. Or on résolut le 34 février 1752 de noter les frais de voyage dûs à Briasson et David dans « un livre nouveau que ledit Briasson ouvrira, sur lequel livre seront portées toutes les dépenses concernant cette affaire… »35

  • 36 BN fr. 22106, fol. 242. Voir aussi BN fr. 22106, fol. 270, rapport de police du 1er janvier 1752 (s (...)

11La description de Briasson élaborée par la police est plutôt flatteuse, comme celle de Le Breton. Alors que la police trouvait David et Durand « suspects » ou pires, Briasson n’attirait que leur admiration : « Il ne vend que de bons livres et est tres riche ; c’est un homme tres assidu chez luy et attaché à son commerce qu’il entend parfaitement… » 36 Dans le Neveu de Rameau, dont la rédaction remonte probablement aux années 1760 et 1770, Diderot est en accord avec le jugement de la police en évoquant par l’intermédiaire du personnage « MOI » un Briasson rigoureusement professionnel et honnête homme. Face à un tel homme et un génie intraitable tel que Racine, demandait « MOI » :

  • 37 Denis Diderot, Le Neveu de Rameau, dans LEW., t. X, p. 308. Marié en 1725, Briasson n’eut qu’un seu (...)

Lequel des deux préféreriez-vous ? ou qu’il eût été un bon homme, identifié avec son comptoir, comme Briasson, ou avec son aune, comme Barbier [marchand de soie, d’or, et d’argent] ; faisant régulièrement tous les ans un enfant légitime à sa femme, bon mari, bon père, bon oncle, bon voisin, honnête commerçant, mais rien de plus ; ou qu’il eût été fourbe, traître, ambitieux, envieux, méchant, mais auteur d’Andromaque, de Britannicus, d’Iphigénie, de Phèdre, d’Athalie37 ?

  • 38 Suzanne Tucoo-Chala, Charles-Joseph Panckoucke et la librairie française, 1736- 1798, Pau, Marrimpo (...)
  • 39 Briasson à Formey, le 28 septembre 1743, dans Correspondance passive de Formey, p. 30.
  • 40 D’Alembert à Voltaire, le 1er juin [1757], dans Best., t. CII, p. 64 (D7274). Voir aussi Briasson à (...)
  • 41 Diderot à Le Breton, [avant novembre 1764], dans Corr., t. V, p. 16.
  • 42 Diderot à Le Breton, le 12 novembre 1764, dans Corr., t. IV, p. 301, 305.
  • 43 Voltaire à Jean-Robert Tronchin, le 3 mars 1761, le 9 mars 1761, dans Best., t. CVII, p. 90, 96 (D9 (...)
  • 44 Voltaire à Marie-Louise Denis, [vers le 1er juillet 1768], le 11 juillet 1768, dans Best., t. CXVII (...)
  • 45 Voir par exemple Leonhard Euler à D’Alembert, décembre 1750, t. V de Correspondance de Leonhard Eul (...)

12À la différence de Le Breton et David, signataires d’une poignée d’articles pour l’Encyclopédie, et à la différence encore plus marquée de leur héritier Charles-Joseph Panckoucke, auteur de textes carrément philosophiques38, Briasson tenait ferme derrière son comptoir, peu tenté, semblet- il, par la gloire intellectuelle. Sceptique quant à la qualité des académies – lieux de paresse, d’après lui39 – il avait des rapports ambivalents avec les philosophes. Pour D’Alembert, paraît-il, Briasson fut avant tout homme d’affaires40. Diderot, à un moment donné, injuria Briasson auprès de Le Breton pour des raisons inconnues : « Convenez que vous avez dans ce petit merle là un foutu associé, bien sottement rengorgé et bien acariâtre. Le nom de merle est celui qu’on lui a donné… »41 Pourtant c’était « la sollicitation » de Briasson, entre autres choses, ainsi qu’une « espèce de commisération » pour les associés de Le Breton, qui persuada Diderot de revenir à l’Encyclopédie après sa découverte de la censure de Le Breton en 176442. Enfin, dans l’attente de livres commandés, Voltaire se plaignait souvent de la lenteur et de la négligence de son libraire préféré. Il l’accusait même de mesquinerie et de pratiques malhonnêtes : « Briasson… se presse de se faire paier pour des livres, quoi qu’il ne me les ait pas fait tenir encor[e] »43. Malgré cette méfiance, la relation demeure. « C’est mon ami, » déclara Voltaire dans une lettre de 1768 – ce qui voulait dire qu’il pouvait compter sur Briasson pour envoyer des livres « beaucoup trop chers, » pour « [déterrer] des livres assez râres », et même pour d’autres services dans une situation d’urgence44. Du fait de la confiance qu’on lui faisait et de l’amplitude géographique de son réseau de collègues, d’auteurs, et de clients, Briasson se trouvait souvent en situation d’intermédiaire, prié de communiquer des livres ou de l’argent à quelqu’un d’autre45. Pourtant son nom, présence quotidienne dans la correspondance des philosophes, y paraît presque toujours pour des raisons utilitaires.

  • 46 Briasson à Formey, le 25 octobre 1749, dans Correspondance passive de Formey, p. 46. Voir aussi Fra (...)
  • 47 Briasson à Formey, le 19 mars 1757, dans Correspondance passive de Formey, p. 93. Voir aussi Briass (...)
  • 48 Pinault-Sørensen, « Briasson, Antoine-Claude, » p. 90. Comparer Psaumes 32.9 (31.9 dans la Vulgate) (...)

13Si les affaires de Briasson l’amenaient souvent dans le monde des philosophes, on aurait tort de l’identifier de trop près avec leurs valeurs, car il figurait en même temps dans le monde des non-philosophes et des institutions hostiles à l’Encyclopédie, comme le Journal de Trévoux – organe des jésuites – dont il acquit le fonds en 174946. Dans ses lettres Briasson invoquait régulièrement Dieu et sa providence. Face à la Guerre de Sept Ans, par exemple, il écrivit à Formey : « Les coeurs sont dans la main du Tout-Puissant et ce qui nous paraît fort éloigné est un jeu de sa volonté qu’il peut à l’instant apaiser et conduire à une fin heureuse. De si grands mystères sont fort au-dessus de ma portée… »47 Il tirait sa devise d’un vers des Psaumes : « In camo et freno maxillas eorum constringe »48. Adopté par un libraire au siècle des Lumières, l’exhortation paraît ambiguë. Se voyait-il chargé de mener les gens moins sages que lui, comme le suggérerait le contexte originel de la phrase ? S’agissait-il d’auteurs, de lecteurs, ou de l’humanité en gros ? Il est difficile d’en juger.

  • 49 Geissler, préface à Correspondance passive de Formey, p. 13. Voir aussi la note 36 ci-dessus.
  • 50 François Moureau, « La Plume et le plomb », dans De bonne main : La Communication manuscrite au XVI (...)
  • 51 Briasson à Formey, le 20 septembre 1751, dans Correspondance passive de Formey, p. 69.
  • 52 Gianluca Mori, « Du Marsais philosophe clandestin : textes et attributions », dans La Philosophie c (...)
  • 53 Briasson à Formey, le 2 janvier 1754, dans Correspondance passive de Formey, p. 75 ; et Zephir, « L (...)
  • 54 Briasson à Formey, le 25 octobre 1749, le 29 décembre 1751, dans Correspondance passive de Formey, (...)
  • 55 Briasson à Vielhe, le 8 juillet 1746, AD du Doubs, 15 B 1315.
  • 56 Inventaire après décès, fol. [10r, 12r, 13r, 15r-v].

14D’après le rapport de police, Briasson ne publiait « que de bons livres, » tandis que David et Durand méritaient de la méfiance, et que Le Breton même « maronnait raisonnablement, » c’est-à-dire qu’il publiait un certain nombre de livres illicites. Ce contraste suggère à Rolf Geissler que Briasson était « moins engagé que ses associés dans le combat philosophique »49. Cependant la décision de s’aventurer dans le trafic de « mauvais livres » relevait au moins autant de mobiles financiers qu’idéologiques au XVIIIe siècle. De toute façon l’image rassurante de Briasson que donnait la police est discutable, car il s’y connaissait dans la vente de « matières malignes ou libertines »50. De son propre aveu il publia quelquefois sous une fausse adresse51. Selon le bibliographe Antoine-Alexandre Barbier, il profita de cette ruse en 1751 pour publier à « Londres » des versions remaniées de trois textes osés, dont deux, apparemment de l’académicien Jean-Baptiste Mirabaud, circulaient en manuscrit depuis une trentaine d’années, Le monde, son origine, et son antiquité et De l’âme, et de son immortalité52. Pour le commerce étranger Briasson préférait sans doute les « livres de science, » comme il le disait à Formey53, mais ce choix conduisait parfois à des livres douteux, sinon illégaux. Même après la condamnation au feu du Médecin de Machiavel en 1746, par exemple, Briasson continuait à éditer et à vendre les traductions et traités de médecine de Julien Offray de La Mettrie, auteur qu’il plaignit à sa mort en 175154. D’ailleurs il n’hésitait pas à vendre des romans libertins tels Les Égarements du coeur et de l’esprit de Claude-Prosper Jolyot de Crébillon fils et Le Temple de Gnide de Montesquieu55. Plus généralement, son inventaire après décès révèle non pas des livres carrément interdits – ce qui serait étonnant dans un tel inventaire – mais bien des titres réputés dangereux et ayant formé les philosophes – l’Essai sur l’entendement humain de John Locke, le Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle, l’Historia philosophiae de Johann Jacob Brucker, et l’Histoire naturelle de Georges- Louis Leclerc de Buffon et Louis-Jean-Marie Daubenton56.

  • 57 Franco Venturi, Jeunesse de Diderot (1713-1753), trad. Juliette Bertrand, Genève, Slatkine, 1967, r (...)
  • 58 Briasson à Formey, le 31 août 1749, dans Correspondance passive de Formey, p. 45. Ni lui ni ses ass (...)
  • 59 Briasson à Viehle, le 20 septembre 1752, AD du Doubs, 15 B 1315.
  • 60 Briasson à Formey, le 29 september 1761, dans Correspondance passive de Formey, p. 107.

15Lorsque l’Encyclopédie subissait des travers, Briasson se lamentait de l’intolérance de ses ennemis tout en reconnaissant que Diderot se laissait aller trop loin quelquefois. La conduite de celui-ci lui avait déjà donné du souci à l’occasion des Bijoux indiscrets, publié par son associé Durand en 174857. Pourtant, même une récidive de la part de Diderot ne mit pas fin à la compréhension de Briasson. D’après celui-ci, par exemple, la détention de Diderot en 1749 « a été occasionnée par les Lettres sur les aveugles en faveur des clairvoyants [sic] où il y a une confession de Saunderson mourant un peu trop forte sur la religion… »58 Réagissant à un arrêt du Conseil qui interdit de l’Encyclopédie les deux premiers volumes en 1752, Briasson s’indigna de « l’injustice ainsi que la malice des accusateurs »59. De même, dans les péripéties qui aboutirent à la révocation du privilège de l’Encyclopédie en 1759 il voyait des « désordres qu’on s’est efforcé de jeter dans cette entreprise »60. Plus éloquent dans une lettre à Vielhe, il écrivit :

  • 61 Briasson à Vielhe, le 22 avril 1759, AD du Doubs, 15 B 1315.

Les chicannes multipliées que l’encyclopedie essuie de mille jaloux ont enfin gagné le Parlement & la Cour. Le premier a ordonné un examen du livre ; la Cour en a prononcé la suppression. Malgré ces événemens sinistres le Public s’obstine a penser que ce livre faisoit le plus grand honneur a la nation & dans ce débat je ne puis vous dire ce qui arrivera de la suite. Nous attendons & je crois qu’il faut attendre ce qui pourra en arriver.61

  • 62 Kafker, « Ventes de l’Encyclopédie, » p. 560-61. Briasson et Le Breton avaient tiré également profi (...)
  • 63 [Louis Petit de Bachaumont et al.], t. V de Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la Républi (...)
  • 64 Diderot à [ ?], [le 28 décembre 1769], dans Corr., t. IX, p. 161-62, 240-43 ; et Wilson, p. 481.
  • 65 Voir Corr., t. III, p. 14 ; et Wilson, p. 303-05.
  • 66 Sur l’affaire de Luneau de Boisjermain en général, voir John Lough, Encyclopédie in Eighteenth-Cent (...)

16L’Encyclopédie survécut et prospéra. Briasson, pour sa part, y participa plus longtemps que ses trois associés, et il ressentit sans doute une certaine satisfaction à voir paraître, en 1765, les dix derniers tomes de texte si controversés et, en 1772, les derniers tomes de planches. Unique propriétaire de l’Encyclopédie à cette époque, il voyait s’achever le projet auquel il concourait depuis presque trente ans, et qui lui avait fait gagner toute une fortune62. Dès 1769, malheureusement, il dut se défendre dans le procès lancé contre les libraires associés de l’Encyclopédie par Pierre-Joseph-François Luneau de Boisjermain, souscripteur vexé par l’augmentation du prix du recueil au cours de son évolution. Briasson enragea de la restitution proposée : « Chaque souscripteur ayant à réclamer contre la même extorsion, le total de ladite restitution générale monteroit au capital de 1 948 052 livres… M. Briasson prenant fait & cause pour ses confrères, a rendu chez un commissaire plainte de cette calomnie »63. Diderot tenta de réconcilier les deux partis, mais Briasson se montra « inflexible, » de même que Le Breton64. Dans le procès Diderot justifia Le Breton et Briasson – le dernier « étourdi » mais non pas « fripon »65 – tandis que Luneau souleva divers exemples de pratiques apparemment frauduleuses de la part des libraires. Entre autres, il raviva une accusation de 1759 selon laquelle l’Encyclopédie avait plagié des planches à l’Académie des sciences – accusation que Briasson et Le Breton parèrent donc pour la seconde fois65. En fin de compte, le procès fut réglé en faveur de l’Encyclopédie, mais seulement en 1778, trois ans après la mort de Briasson66.

17Le succès de l’Encyclopédie dérivait d’une vaste collaboration – d’auteurs, de libraires, même de certains ministres – mais le nom de Briasson mérite d’être retenu dans la liste de ceux qui y ont le plus contribué. Directeur de la société des quatre libraires responsables de l’édition, il s’occupa pendant trente ans de l’aspect pratique et pointilleux de l’ouvrage – les livres de comptes, le stockage, et la plupart des ventes et des expéditions. Sans ses contacts internationaux, l’Encyclopédie se serait probablement limitée à une distribution géographique plus étroite. S’il ne se fit ni philosophe ni libraireécrivain dans le sens de Panckoucke, Briasson fut, sinon un ami des philosophes, du moins une connaissance bienveillante, appréciée pour son exactitude, ses connaissances en livres, et ses possibilités de libraire. Indulgent envers les philosophes même dans leurs excès, il crut à l’excellence de l’Encyclopédie, la défendit, et condamna vivement ses ennemis. Que lui, libraire international à grand succès, ait déploré l’intolérance des ennemis de l’Encyclopédie ne doit pas plus surprendre que sa publication d’oeuvres nonphilosophiques ou son scepticisme vis-à-vis de la rétribution d’auteur que lui propose Formey. Dans les Lumières de la librairie, Briasson manifestait des traits typiques à la fois dans son attachement aux procédés et privilèges de son état et dans sa croyance au libre-échange d’idées.

Haut de page

Notes

1 BN. fr. 22106, fol. 242.

2 Comparer Micheline Zephir, « Les Libraires et imprimeurs parisiens à la fin du XVIIIe siècle (1750-1789) », diplôme d’archiviste paléographe, École nationale de Chartres, 1974, p. 245 ; et BN fr. 22106, fol. 242. Voir aussi Madeleine Pinault-Sørensen, « Briasson, Antoine-Claude, » dans Dictionnaire de Diderot, éd. Roland Mortier et Raymond Trousson, Honoré Champion, 1999, p. 90 ; et Corr., t. XIV, p. 132. Un certain Antoine Briasson publiait des livres à Lyon de 1681 à 1720, entre autres des traités de médecine et une édition du Diable boiteux d’Alain-René Le Sage, mais on ne sait pas s’il était parent d’Antoine-Claude. Voir Jean-Dominique Mellot et Elizabeth Queval, Répertoire d’imprimeurs/libraires XVIe- XVIIIe siècle : État en 1995 (4 000 notices), Paris, Bibliothèque nationale, 1997, p. 122-23.

3 Zephir, « Libraires et imprimeurs parisiens », p. 245.

4 Sur ses travaux en bibliographie, voir N. A. Kopanev, Frantsouzkaia kniga i rousskaia kultura v seredine XVIII veka, Léningrad, Naouka, 1988, p. 56-58. Nous tenons à remercier Elena Voronina d’avoir traduit des passages de ce livre.

5 Le contrat du 18 octobre 1745 attribuait la moitié des bénéfices à Le Breton et une sixième partie à chacun des autres associés. Voir Louis-Philippe May, « Documents nouveaux sur l’Encyclopédie : Histoire et sources de l’Encyclopédie d’après le registre de délibérations et des comptes des éditeurs, et un mémoire inédit », Revue de synthèse, t. XV, 1938, p. 15. Sur les articles de David et Le Breton, voir Frank A. Kafker et Serena L. Kafker, The Encyclopedists as Individuals : A Biographical Dictionary of the Authors of the Encyclopédie, SVEC, t. CCLVII, 1988, p. 93-95, 194.

6 Richard N. Schwab, Walter E. Rex et John Lough, Inventory of Diderot’s Encyclopédie, SVEC, t. CCXXIII, 1984, p. 19 ; et Zephir, « Libraires et imprimeurs parisiens », p. 166. Le Breton ne se retira complètement de l’Encyclopédie qu’en 1772, et Charles-Joseph Panckoucke acheta les éditions futures en 1768. Voir John Lough, The Encyclopédie in Eighteenth-Century England and Other Studies, Newcastle, Oriel, 1970, p. 113; et John Lough, Essays on the Encyclopédie of Diderot and D’Alembert, Londres, Oxford UP, 1968, p. 59.

7 Voltaire à Etienne-Noël Damilaville, le 26 juillet 1764, dans Best., t. CXII, p. 44 (D12013) ; et Voltaire à D’Alembert, le 13 novembre [1756], dans Best., t. CI, p. 366 (D7055).

8 Kopanev, Frantsouzkaia kniga i rousskaia kultura, p. 50, 54-55, 66-89. Selon la conjecture de Kopanev, Briasson rétablit ses affaires avec les savants de Saint-Pétersbourg le 18 octobre 1747 dans le but de rassembler des capitaux pour l’Encyclopédie. Voir Kopanev, Frantsouzkaia kniga i rousskaia kultura, p. 70, 83.

9 Briasson à Jean-Henri-Samuel Formey, le 3 avril 1747, dans Correspondance passive de Formey : Antoine-Briasson et Nicolas-Charles-Joseph Trublet, lettres adressées à Jean-Henri-Samuel Formey (1739-1770), éd. Martin Fontius, Rolf Geissler, et Jens Häseler, Genève, Slatkine, 1996, p. 34. La publication des Usages de l’analyse de Descartes chez Briasson se vérifie dans Catalogue général des livres imprimés de la Bibliothèque nationale : Auteurs, 231 vol. , Paris, Imprimerie nationale, 1897-1981, t. LXV, col. 363.

10 Frank A. Kafker, « Gua de Malves and the Encyclopédie », DS, t. XIX, 1978, p. 93- 96. Voir aussi L. L. Bongie, « Gua de Malves, Jean-Baptiste », dans Dictionnaire de Diderot, p. 217-18.

11 Pour se faire une idée de l’étendue de l’empire commercial de Briasson, voir son inventaire après décès, le 27 juillet 1775, AN, LXIX, 819, fols. non numérotés [37r-38r]. D’après Zephir, p. 245, Briasson mourut cinq mois auparavant, le 28 février 1775.

12 Kafker et Kafker, Encyclopedists as Individuals, p. 108, 110 n.1 ; Pinault-Sørensen, « Briasson, Antoine-Claude », p. 90 ; et Jacques Proust, Diderot et l’Encyclopédie, 3e éd., Paris, Albin Michel, 1995, p. 48-49.

13 Rolf Geissler, préface à Correspondance passive de Formey, p. 13 n.2.

14 Inventaire après décès, fol. [18r] ; et Henri Duranton, « Les Difficultés de l’édition au XVIIIe siècle : Un témoignage », dans Mélanges offerts à Georges Couton, éd. Jean Jehasse et al., Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1981, p. 508 n.2.

15 Briasson à Formey, le 3 avril 1747, dans Correspondance passive de Formey, p. 34.

16 Briasson à Formey, le 28 septembre 1743, dans Correspondance passive de Formey, p. 30. Voir aussi Kafker et Kafker, Encyclopedists as Individuals, p. 141.

17 BN fr. 22106, fol. 242. Sur les prix chez Briasson, voir aussi Kopanev, Frantsouzkaia kniga i rousskaia kultura, p. 71 ; et Montesquieu au président Jean Barbot, [1742], dans Correspondance de Montesquieu, éd. François Gebelin et André Morize, 2 vol. , Paris, Honoré Champion, 1914, p. 386.

18 Briasson à Formey, le 18 novembre 1750, dans Correspondance passive de Formey, p. 59 ; Geissler, préface à Correspondance passive de Formey, p. 13 ; et Duranton, « Difficultés de l’édition », p. 508-09.

19 Briasson à Formey, le 17 février 1756, dans Correspondance passive de Formey, p. 88.

20 Briasson à Formey, le 11 avril 1755, dans Correspondance passive de Formey, p. 81-82 ; et Duranton, « Difficultés de l’édition », p. 509-12.

21 David J. Adams, « Formey, continuateur de l’Encyclopédie », RDE, t. XIII, 1992, p. 117- 29.

22 Catalogue général… de la Bibliothèque nationale, t. CLXXXII, col. 730 ; Kafker et Kafker, Encyclopedists as Individuals, p. 361 ; et Franco Venturi, Le Origini dell’Enciclopedia, 2e éd., Turin, Piccola Biblioteca Einaudi, 1963, p. 33, 42 n.52.

23 Briasson à Formey, le 8 septembre 1748, dans Correspondance passive de Formey, p. 41.

24 Briasson à Formey, le 8 septembre 1748, dans Correspondance passive de Formey, p. 41.

25 Briasson à Formey, le 16 novembre 1747, le 8 septembre 1748, le 4 août 1751, le 29 décembre 1751, le 11 mars 1753, le 10 novembre 1753, dans Correspondance passive de Formey, p. 39-41, 68, 71, 73, 74. Voir aussi D’Alembert à Formey, [octobre 1753], Princeton University Library, ms. AM16148.

26 May, « Documents nouveaux sur l’Encyclopédie », p. 16 ; Lough, Encyclopédie in Eighteenth-Century England, p. 74 ; et Pinault-Sørensen, « Briasson, Antoine-Claude », p. 90.

27 Voir par exemple Voltaire à Diderot, le 26 juin [1758], dans Best., t. CIII, p. 71 (D7768) ; Voltaire à Elie Bertrand, le 7 octobre 1758, dans Best., t. CIII, p. 203 (D7895) ; Diderot à Frédéric-Melchior Grimm, [la troisième semaine de septembre 1759], dans Corr., t. II, p. 257 ; et Voltaire à D’Alembert, le 30 juillet [1754], dans Best., t. XCIX, p. 214 (D5896).

28 Voltaire à Briasson, le 13 février [1756], dans Best., t. CI, p. 67 (D6731).

29 Frank A. Kafker, « Les Ventes de l’Encyclopédie », dans Sciences, musiques, Lumières : Mélanges offerts à Anne-Marie Chouillet, éd. Ulla Kölving et Irène Passeron, Ferney, Centre international d’étude du XVIIIe siècle, 2002, p. 558-59 ; et May, « Documents nouveaux sur l’Encyclopédie », p. 16, 24-25, 28-30.

30 Voir par exemple Briasson à Vielhe, le 13 juin 1751, le 1er juillet 1751, le 5 novembre 1754, AD du Doubs, 15 B 1315. Le nom de Vielhe s’écrit également Vieille, Vieilhe, et Vielle sous la plume de Briasson.

31 Briasson à Vielhe, le 26 septembre 1752, AD du Doubs, 15 B 1315. Voir aussi Briasson à Vielhe, le 15 mai 1753, AD du Doubs, 15 B 1315.

32 May, « Documents nouveaux sur l’Encyclopédie », p. 25-26.

33 May, « Documents nouveaux sur l’Encyclopédie », p. 27 ; Lough, Encyclopédie in Eighteenth-Century England, p. 3-5 ; et Wilson, p. 128-29. Briasson constate sa présence à Londres en octobre et annonce son retour « depuis quelques jours », Briasson à Formey, le 29 décembre 1751, dans Correspondance passive de Formey, p. 70 ; et Briasson à Vielhe, le 30 décembre 1751, AD du Doubs, 15 B 1315. Noter l’abondance des Transactions philosophiques dans son inventaire après décès, fol. [13r].

34 May, « Documents nouveaux sur l’Encyclopédie », p. 32-34 (nos 14, 33, 45, 63).

35 May, « Documents nouveaux sur l’Encyclopédie », p. 26. Voir aussi p. 25.

36 BN fr. 22106, fol. 242. Voir aussi BN fr. 22106, fol. 270, rapport de police du 1er janvier 1752 (sur David) ; BN fr. 22107, fol. 26, rapport de police du 1er janvier 1752 (sur Durand) ; et BN fr. 22107, fol. 91, rapport de police du 1er janvier 1752 (sur Le Breton).

37 Denis Diderot, Le Neveu de Rameau, dans LEW., t. X, p. 308. Marié en 1725, Briasson n’eut qu’un seul enfant, Antoine-Claude (1745-78), écuyer, conseiller secrétaire du roi. Voir Zephir, « Libraires et imprimeurs parisiens », p. 246.

38 Suzanne Tucoo-Chala, Charles-Joseph Panckoucke et la librairie française, 1736- 1798, Pau, Marrimpouey, 1977, surtout p. 60-61, 71-74, 104-13 ; George B. Watts « Charles- Joseph Panckoucke, “l’Atlas de la librairie française” », SVEC, t. LXVIII, 1969, p. 74, 101- 102, 146- 47 ; et Jeff Loveland, « Panckoucke and the Circle Squarers », Eighteenth-Century Studies, à paraître, 2004.

39 Briasson à Formey, le 28 septembre 1743, dans Correspondance passive de Formey, p. 30.

40 D’Alembert à Voltaire, le 1er juin [1757], dans Best., t. CII, p. 64 (D7274). Voir aussi Briasson à Formey, le 12 septembre 1747, dans Correspondance passive de Formey, p. 38. Briasson publia au moins trois ouvrages de D’Alembert : les Mélanges de littérature, d’histoire, et de philosophie (1753), plusieurs tomes des Opuscules mathématiques (1761- 1780), et le Traité de l’équilibre et du mouvement des fluides (1770). Voir Catalogue général… de la Bibliothèque nationale, t. II, cols. 91, 93.

41 Diderot à Le Breton, [avant novembre 1764], dans Corr., t. V, p. 16.

42 Diderot à Le Breton, le 12 novembre 1764, dans Corr., t. IV, p. 301, 305.

43 Voltaire à Jean-Robert Tronchin, le 3 mars 1761, le 9 mars 1761, dans Best., t. CVII, p. 90, 96 (D9665, D9673). Voir aussi Voltaire à Ami Camp, le 14 mars [1760], dans Best., t. CV, p. 195 (D8807).

44 Voltaire à Marie-Louise Denis, [vers le 1er juillet 1768], le 11 juillet 1768, dans Best., t. CXVII, p. 430, 446 (D15121, D15138) ; Voltaire à Charles-Augustin Feriol d’Argental, le 27 juillet 1768, dans Best., t. CXVII, p. 469 (D15157) ; et Voltaire à Damilaville, le 4 mai 1764, le 7 juin 1765, le 22 juin 1765, le 10 avril 1767, dans Best., t. CXI, p. 357 (D11857), t. CXIII, p. 127, 134 (D12642, D12654), t. CXVI, p. 28 (D14096). Les raisons de sa demande de « protection auprès de Briasson » en 1765 ne sont pas claires. Voir Voltaire à Damilaville, le 27 novembre 1765, le 2 décembre 1765, dans Best., t. CXIII, p. 421, 434 (D13007, D13022).

45 Voir par exemple Leonhard Euler à D’Alembert, décembre 1750, t. V de Correspondance de Leonhard Euler avec A. C. Clairaut, J. D’Alembert, et J. L. Lagrange, éd. Adolf P. Juškevič et René Taton, Bâle, Birkhäuser, 1980, p. 308-09 ; Voltaire à D’Alembert, le 27 avril [1771], dans Best., t. CXXI, p. 368 (D17155) ; et Voltaire à Damilaville, le 19 octobre 1764, dans Best., t. CXII, p. 172 (D12152).

46 Briasson à Formey, le 25 octobre 1749, dans Correspondance passive de Formey, p. 46. Voir aussi Françoise Weil, L’Interdiction du roman et la librairie, 1728-1750, Paris, Amateurs de livres, 1986, p. 353 ; Pinault-Sørensen, « Briasson, Antoine-Claude », p. 90 ; et son inventaire après décès, fol. [13r].

47 Briasson à Formey, le 19 mars 1757, dans Correspondance passive de Formey, p. 93. Voir aussi Briasson à Formey, le 29 décembre 1751, le 2 janvier 1754, le 10 mai 1754, dans Correspondance de Formey, p. 71, 75, 76-77.

48 Pinault-Sørensen, « Briasson, Antoine-Claude, » p. 90. Comparer Psaumes 32.9 (31.9 dans la Vulgate). Le contexte de la devise se présente ainsi dans la traduction de Port- Royal (1657-96) : « Gardez-vous d’être comme le cheval et le mulet qui n’ont point d’intelligence. Resserez avec le mors et le frein la bouche de ceux qui ne veulent point s’approcher de vous. »

49 Geissler, préface à Correspondance passive de Formey, p. 13. Voir aussi la note 36 ci-dessus.

50 François Moureau, « La Plume et le plomb », dans De bonne main : La Communication manuscrite au XVIIIe siècle, éd. Moureau, Paris, Universitas, 1993, p. 8. Voir aussi François Moureau, Répertoire des nouvelles à la main, Oxford, Voltaire Foundation, 1999, p. XXXIII n.131, 173-74, 311.

51 Briasson à Formey, le 20 septembre 1751, dans Correspondance passive de Formey, p. 69.

52 Gianluca Mori, « Du Marsais philosophe clandestin : textes et attributions », dans La Philosophie clandestine à l’Âge classique, éd. Antony McKenna et Alain Mothu, Paris, Universitas, 1997, p. 189 ; Alain Mothu, « L’Édition de 1751 des Opinions des Anciens », La Lettre clandestine, t. III, 1994, pp. 357-59 ; et Françoise Weil, « La Fonction du manuscrit par rapport à l’imprimé », dans De bonne main, p. 25-26.

53 Briasson à Formey, le 2 janvier 1754, dans Correspondance passive de Formey, p. 75 ; et Zephir, « Libraires et imprimeurs parisiens », p. 246.

54 Briasson à Formey, le 25 octobre 1749, le 29 décembre 1751, dans Correspondance passive de Formey, p. 47 n.8, 71. Voir aussi son inventaire après décès, fol. [9v].

55 Briasson à Vielhe, le 8 juillet 1746, AD du Doubs, 15 B 1315.

56 Inventaire après décès, fol. [10r, 12r, 13r, 15r-v].

57 Franco Venturi, Jeunesse de Diderot (1713-1753), trad. Juliette Bertrand, Genève, Slatkine, 1967, réimpression de l’éd. de 1939, p. 175.

58 Briasson à Formey, le 31 août 1749, dans Correspondance passive de Formey, p. 45. Ni lui ni ses associés ne consentirent à imprimer ou vendre la Lettre sur les sourds et muets, et il semble avoir refusé aussi de se charger du Discours sur l’inégalité de Rousseau. Voir Proust, Diderot et l’Encyclopédie, p. 93-94 ; et Rousseau à Briasson, [fin juillet ? 1754], t. III de Correspondance complète de Jean-Jacques Rousseau, éd. R. A. Leigh, Genève, Institut et Musée Voltaire, 1966, p. 19.

59 Briasson à Viehle, le 20 septembre 1752, AD du Doubs, 15 B 1315.

60 Briasson à Formey, le 29 september 1761, dans Correspondance passive de Formey, p. 107.

61 Briasson à Vielhe, le 22 avril 1759, AD du Doubs, 15 B 1315.

62 Kafker, « Ventes de l’Encyclopédie, » p. 560-61. Briasson et Le Breton avaient tiré également profit de leur publication d’au moins cinq éditions de L’Esprit de l’Encyclopédie (1768-72), recueil d’articles de l’Encyclopédie. Voir Lough, Essays on the Encyclopédie, p. 43-46.

63 [Louis Petit de Bachaumont et al.], t. V de Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la République des lettres en France, Londres, John Adamson, 1784, p. 297-98 (le 18 août 1771).

64 Diderot à [ ?], [le 28 décembre 1769], dans Corr., t. IX, p. 161-62, 240-43 ; et Wilson, p. 481.

65 Voir Corr., t. III, p. 14 ; et Wilson, p. 303-05.

66 Sur l’affaire de Luneau de Boisjermain en général, voir John Lough, Encyclopédie in Eighteenth-Century England, p. 96-158 ; et du même, The Encyclopédie, Londres, Longman, 1971, p. 29-30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frank A. Kafker et Jeff Loveland, « Antoine-Claude Briasson et l’Encyclopédie », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 35 | 2003, 131-139.

Référence électronique

Frank A. Kafker et Jeff Loveland, « Antoine-Claude Briasson et l’Encyclopédie », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 35 | 2003, document 8, mis en ligne le 17 février 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rde.revues.org/169 ; DOI : 10.4000/rde.169

Haut de page

Auteurs

Frank A. Kafker

Articles du même auteur

Jeff Loveland

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org