Navigation – Plan du site
Chroniques et comptes rendus

S.ALBERTAN-COPPOLA et A.-M.CHOUILLET éd.,La matière et l’homme dans l’Encyclopédie, Paris, Klincksieck, 1998, 340 p.

Irène Passeron

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1Les fils et la trame de l’Encyclopédie:
L’Encyclopédie est prodigue des plaisirs qu’offre l’enroulement des arguments et le déroulement de l’ordre des raisons. De ces plaisirs, il en est un que ravive la lecture de cet ouvrage, celui du frémissement de curiosité lorsqu’apparaît un fil conducteur inédit, brodant au droit de la trame cent fois parcourue un dessin jusque là invisible, tirant les nœuds d’un raisonnement porteur d’une cohérence originale. Roselyne Rey, à laquelle les actes de ce colloque rendent hommage, avait vu la possibilité de tirer un tel « fil de lacs » (Enc. VI, 790b), en choisissant la « matière » pour thème du colloque de la Société Diderot qui s’est tenu à Joinville en 1995.
La matière comme concept, bien sûr, telle que le Dictionnaire l’oppose ou la conjugue avec l’esprit, l’âme ou l’esthétique (H. Nakagawa, G. Filloux), telle qu’elle est pensée par Diderot à partir de la lecture des philosophes antiques (M. Skrzypek) ou telle qu’elle est perçue dans la critique chrétienne, avant et après les articles AME et ANIMAL (E. Martin-Haag, S. Albertan-Coppola, M.-C. Maurel). Mais aussi la matière comme support, CHAIR (L. Pérol), ou NOURRITURE ( B.Fink) de la machine et même de la machinerie humaine, et enfin la matière comme constituant constitué de l’industrie, au sens de savoir-faire de l’homme, matière diversement pratiquée, diversement dite, diversement mise en scène et en mots (parties III et IV : culture matérielle et matière élémentaire ; le travail de la matière).
Les mots, ou plus exactement les entrées et les renvois du Dictionnaire constituent de bons repères de navigation dans cette investigation de la matière encyclopédique qui évite l’écueil de n’être qu’une étude supplémentaire sur le matérialisme des encyclopédistes. En effet, toutes les contributions, pour diverses qu’elles soient, décryptent le récit de la matière comme une transformation dont le support matériel est intimement lié à la description des arts et métiers, Il peut s’agir d’une transformation explicite, telle la mise en drame opérée par Diderot dans l’article EMAIL (E. Lavezzi), jouée à plusieurs voix dans l’article VERRE (N. Fierobe), ou d’une transformation sociale et culturelle implicite que les articles du Dictionnaire accompagnent, emphatisent ou minorent et que les lecteurs adaptent à leurs besoins.
Cette transformation est d’abord celle de la matière dans « le grand laboratoire de la Nature », transformation que l’homme imite et surtout améliore et adapte aux besoins de la société, par la connaissance du rapport des choses entre elles, c’est-à-dire par l’analyse de ses moyens d’agir sur le monde. Cette INDUSTRIE (P. Quintili) est au cœur de la transformation bien connue des Lumières, transformation de la représentation, aussi bien utopique que pratique, du rapport des sensations à la matière, et du rapport de l’homme à la machine. Le jeu de miroirs construit sur les renvois des articles de l’Encyclopédie permet de saisir une image de ce déplacement sémantique qui ne soit ni univoque ni anhistorique : les auteurs des contributions présentées ici ont replacé la rédaction des articles du Dictionnaire dans le contexte tumultueux de sa publication et les ont situés dans l’écheveau des polémiques et des lectures croisées — qu’il s’agisse par exemple de ce que modifie l’Encyclopédie d’Yverdon sur la musique (A. Cernuschi), de la traduction espagnole méconnue de l’Encyclopédie méthodique (M. Jaloon) ou de ce que retient l’abbé Grégoire pour son projet de fondation du Conservatoire des Arts et Métiers.
On voit alors que le choix encyclopédique ne peut être décrit à la seule lecture du « Discours préliminaire », c’est-à-dire comme une arborescence conceptuelle, mais que d’autres interprétations sont ouvertes par le traitement de la matière même de l’ouvrage, ainsi de l’examen de la classification des arts et métiers en fonction du matériau travaillé, jugée « déroutante » par le XIXe siècle (A. Picon), et qu’il faut rapporter à l’apologie des connaissances utiles mises en scène, en « spectacle », des articles (F. Salaün) aux planches. De la même façon, la transformation des quatre éléments qui constituent une Nature à première vue désordonnée se donne à voir dans un espace graphique réorganisé (M. Pinault­Sorensen) et l’examen de la constitution du globe terrestre ne se fait qu’au travers des différentes théories en concurrence (G. Gohau). Cette pluralité des cheminements possibles dans l’ordre de la raison vers l’art de l’ingénieur se lisait déjà dans les modifications apportées par le « Discours préliminaire » au prospectus de 1750 (H. Vérin).
Au moins deux lignes rhétoriques guident la circulation du sens encyclopédique : celle tracée par les principes rationnels et celle construite à partir des savoirs-faire « ouvriers », les uns et les autres tout autant ÉLÉMENTS d’une épistémologie trop souvent dissociée par les historiens. La chair de l’« analyse », procédé propre au projet encyclopédique, se donne alors à voir, qu’il s’agisse du traitement de l’organisation sociale de la matière la plus quotidienne, lait (S. Woodward) ou corps (M.-J. Boisacq), ou d’évincer le problème de l’âme comme non pertinent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Passeron, « S.ALBERTAN-COPPOLA et A.-M.CHOUILLET éd.,La matière et l’homme dans l’Encyclopédie, Paris, Klincksieck, 1998, 340 p. », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 27 | 1999, mis en ligne le 07 août 2007, consulté le 28 juin 2017. URL : http://rde.revues.org/1682

Haut de page

Auteur

Irène Passeron

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org