Navigation – Plan du site
Varia

Les lieux de la rationalité de D’Alembert à Destutt de Tracy

Jean-Pierre Schandeler

Résumés

L’objectif commun de l’Encyclopédisme et de l’Idéologie est de sortir de l’ancienne métaphysique. Il faut trouver, dans la science, le lieu de la rationalité qui justifie le bien-fondé et assure la valeur de la connaissance. Face à cet enjeu central des Lumières, des voies divergentes peuvent être suivies qui tracent une ligne de démarcation entre les deux courants de pensée. L’ordre encyclopédique des sciences, organisé selon les trois facultés, n’est pour D’Alembert qu’une représentation relative et arbitraire qui ne peut assurer à elle seule une telle rationalité. C’est le concept « d’élément des sciences » qui va en être la pierre de touche. Cela conduit à l’invalidation d’une architecture stable qui se traduit pas un refus de l’épistêmê-centrisme, c’est-à-dire le refus d’une science qui présiderait à l’ordre du tout. Destutt de Tracy conteste non seulement la légitimité épistémologique des trois facultés pour organiser le savoir, mais il construit l’ensemble du corps des sciences par analogie à l’opération du jugement. Une telle représentation unificatrice des connaissances réinstaure une épistêmê-origine, la science des idées, autrement dit l’Idéologie elle-même, garante de la rationalité du savoir.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Pierre Schandeler, « Les lieux de la rationalité de D’Alembert à Destutt de Tracy », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 25 | 1998, mis en ligne le 04 août 2007, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://rde.revues.org/1281 ; DOI : 10.4000/rde.1281

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Schandeler

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org