Navigation – Plan du site
Varia

La Fête des Fous dans l’Encyclopédie

Renee Relange

Résumés

Dans l’Encyclopédie, le chevalier de Jaucourt étudie la Fête des fous qui fut durablement l’objet de condamnations ecclésiastiques. S’appuyant sur elles, en particulier sur les documents des XIVe et XVe siècles, l’auteur part d’une analogie avec les Saturnales romaines souvent évoquées par les censeurs du Moyen Age eux-mêmes. Il démontre conjointement les prolongements par l’Église des superstitions qu’elle dénonce, les divisions de ses représentants entre eux à ce propos, la faiblesse de leur capacité disciplinaire, leur ambition infondée à dicter leur conduite aux hommes au prétexte d’une capacité à définir seuls le dogme alors même que toute l’histoire de leurs rites et pratiques témoigne de leurs « emprunts » aux fêtes et cultes antiques. Dans ces conditions, bien loin d’être l’immuable et infaillible Verbe auquel il faut se soumettre, l’Église ne serait qu’une institution historiquement construite par les hommes, propre à véhiculer à travers les siècles les plus anciennes superstitions et peut-être une superstition elle-même. Pour construire un champ public d’expression libre, Jaucourt construit l’Histoire et la référence aux Anciens en une machine de guerre contre l’expression de l’autorité incarnée par l’Église et le Monarque.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renee Relange, « La Fête des Fous dans l’Encyclopédie », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 25 | 1998, mis en ligne le 04 août 2007, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://rde.revues.org/1261 ; DOI : 10.4000/rde.1261

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org