Navigation – Plan du site
Enquêtes et procédures

Les femmes de l’Encyclopédie font-elles partie du genre humain ?

Nicole Arnold and Annie Geoffroy : Are women part of the human race in the Encyclopédie ?
Nicole Arnold et Annie Geffroy
p. 71

Résumés

Appliqué à l’ensemble de l’Encyclopédie numérisée, le logiciel Philologic met d’abord en évidence l’asymétrie, fréquentielle et sémantique, entre les termes les plus généraux qui désignent les deux moitiés du genre humain (homme, femme). L’éventuelle interprétation générique de l’homme est bloquée par la présence du nous énonciateur masculin. On étudie ensuite, avec le logiciel Weblex, un échantillon de l’Encyclopédie, qui concentre les emplois des termes espèce humaine, genre humain, humanité. Le nouveau sens du mot humanité commence à se faire jour. L’unité de l’espèce est affirmée dans les malheurs de son histoire passée ; elle est utilisée comme argument dans le débat sur l’esclavage et l’inégalité des races ; mais elle reste un postulat sans conséquence dans le débat sur l’inégalité des sexes.

Haut de page

Texte intégral

Prologue : anciens atours, falbalas et fontanges

1Les 139 auteurs identifiés de l’Encyclopédie (Kafker 1988, p. xii) sont tous des hommes. Pourtant, si nous en croyons l’Avertissement du tome 6 :

Une femme que nous n’avons pas l’honneur de connaître, nous a envoyé les articles FALBALA, FONTANGE & autres » (t. VI, p. VI).

2FALBALA n’est certes pas un article sans dignité : il comporte un renvoi à ÉTYMOLOGIE (article de Turgot), et c’est l’exemple par lequel Diderot justifie la présence d’articles de mode (entrée ENCYCLOPÉDIE, t. V, p. 646 a). Mais — et à condition que la formule ne soit pas une pirouette ou une ironie — cela réduit la part féminine dans la rédaction de l’Encyclopédie à bien peu, et l’éventuelle femme auteur... à l’anonymat.

3Ce que nous allons aborder, c’est donc le discours d’un collectif masculin, parlant des femmes, et nous allons l’aborder par un certain nombre de mots ou expressions dont nous essaierons de voir où ils se trouvent et à quoi ils servent.

Dimensions

4La séduction de l’Encyclopédie numérisée, dans ses « nouveaux atours », c’est d’abord d’être une mémoire mécanique — c’est-à-dire inhumaine, mais exhaustive et infaillible — de tous les éléments du texte. Le mérite de la version Chicago, c’est la simplicité de son moteur de recherche : le logiciel Philologic nous permet de balayer, de « lire » automatiquement et quasi instantanément les 17 volumes de texte, soit 16 000 pages et environ 18 millions de mots, et de recueillir les premiers éléments d’études statistiques.

5On pourra, progressivement, remplacer les évaluations en dixièmes de colonnes de l’Inventaire (Schwab et al., 1971) par la longueur, en nombre d’occurrences (les unités graphiques), de chaque article, dimension qui commande bon nombre de traits lexicaux (voir Lafon 1984). Cette nouvelle connaissance entraînera des réponses, mais aussi, et c’est son intérêt, de nouvelles questions, ou au moins de nouvelles façons de poser les anciennes, et parfois de les résoudre.

6On pourra ainsi procéder au « dépouillement systématique » du texte pour « y relever tous les développements et toutes les allusions concernant les femmes » : l’ambitieux programme tracé par J. Geffriaud-Rosso (1981, p. 1892) devient réalisable, à condition de trouver de bons angles d’attaque lexicaux. Commençons par les plus évidents.

Femme(s) et homme(s)

7Usant, et abusant, de la facilité de Philologic, nous avons commencé par la réitération d’un constat bien connu. Les mots les plus généraux qui désignent les deux moitiés du genre humain n’ont pas le même statut discursif : homme(s) et femme(s) ne sont pas des termes de même niveau, et cela se voit dès les décomptes de fréquence, aussi bien dans la nomenclature que dans le texte des articles.

a) Dans la nomenclature

8Philologic peut repérer toute suite de caractères dans le sous-ensemble formé par la nomenclature, c’est-à-dire les titres d’articles de l’Encyclopédie (entrées et sous-entrées, en grandes et petites capitales dans l’édition originale). Il en donne la liste dans l’ordre des volumes, et restitue (avec beaucoup de problèmes, mais ce n’est pas ici notre objet), le(s) auteur / réviseur(s), les indications de domaine et la catégorisation grammaticale (souvent NA = absence de catégorisation). Nous avons commencé par la recherche du mot femme(s), et obtenu 36 articles, qui forment la première colonne du tableau 1.

9Au tome 6, l’entrée principale FEMME (anthropologie, Barths) se termine par une allusion qui est à l’origine de notre titre :

Tout le monde a entendu parler d’une dissertation anonyme, où l’on prétend que les femmes ne font point partie du genre humain, mulieres homines non esse (t. VI, p. 471).

10Barths signale ensuite que cet anonyme est un certain Acidalius, réfuté par Simon Geddicus. Texte et réfutation, en latin, sont de 1595. N’ayant point lu Acidalius, et insatisfaites de cette allusion — ironique certes, mais l’ironie n’est pas une démonstration — nous avons voulu savoir si, dans l’Encyclopédie, une telle proposition est disqualifiée a priori, ou prise au sérieux, donc discutée.

11L’article FEMME est suivi de 3 sous-entrées FEMME, dans les domaines du droit naturel (Jaucourt), de la morale (Desmahis) de la jurisprudence (Boucher d’Argis). Boucher signale que « toutes les femmes & filles sont quelquefois comprises sous le terme d’hommes » ; il donne même sa source : « L.1. &152.ff. de verb. signif. »... que nous n’avons hélas pas réussi à élucider. Le vocabulaire juridique est ensuite détaillé par 23 courtes sous-entrées, qui montrent la femme saisie dans son statut sexuel/ matrimonial.

12Illustrons au passage le problème des signatures, du découpage en unités minimales et de la fidélité au document d’origine. Les très courts articles FEMME COTTIÈRE /COUTUMIÈRE ne sont pas suivis du (A), signature de Boucher d’Argis ; ils deviennent donc, et à bon droit, « non signés » dans le répertoire Chicago (= XXX dans le tableau 1), alors qu’ils sont indiscutablement de Boucher.

13Ce rapide coup d’œil sert à nous rappeler que l’Encyclopédie est aussi un résumé de l’Ancien Régime, et à attirer l’attention sur un auteur. Boucher d’Argis (1708-1791), qui remplace Toussaint en 1753 comme principal spécialiste de jurisprudence, ne semble pas très critique du monde comme il va ; il collabore aussi à l’édition de 1759 du Moreri (Kafker 1988, p. 50). Le contenu des entrées est uniquement descriptif, sans trace de contestation par rapport à un statut que Boucher se contente de résumer, sur un ton qui contraste fort avec les exposés indignés du sort fait aux femmes, par Jaucourt entre autres.

14Voyons maintenant les spécifications de homme(s) dans la nomenclature de l’Encyclopédie (tableau 1, col. 2). Elles sont plus nombreuses : 49 contre 36. L’entrée principale HOMME (t. 8, p. 256, Diderot) est suivie de 5 sous-entrées HOMME : Hist. nat., Politique (Diderot), anatomie (non signé), Mat. Med. (Venel), Morale (Le Roi, p. 274-278). D’emblée, Le Roi pose un problème épistémologique, apparemment insoluble sans recours au sujet énonciateur, le nous masculin :

HOMME, s.m. (Morale.) ce mot n’a de signification précise, qu’autant qu’il nous rappelle tout ce que nous sommes ; mais ce que nous sommes ne peut pas être compris dans une définition (p. 274).

15On attend une définition, et on tombe sur un aveu d’échec, et sur un nous. Cet « embrayeur » de la langue sur le discours est doté d’un sens à géométrie variable. C’est, sous son allure anodine de terme passe-partout, l’élément-clé de tout énoncé politique (voir Geffroy 1985). Et, sous l’angle que nous envisageons ici, son sens « générique » n’est pas plus assuré que celui du mot homme.

16L’indécidabilité logique du référent (générique, sexué ?) court tout au long de l’article. Mais la conclusion de Le Roi est fort clairement masculine : les hommes seraient meilleurs « si l’on prenait soin de l’éducation des femmes », car « l’esclavage auquel on les prépare » les confine « dans l’empire de la bagatelle » : haro donc sur le coupable « on », et retour aux falbalas et fontanges...

17Boucher d’Argis couvre le domaine de la jurisprudence en 24 sous-articles. Trois d’entre eux (HOMME DE CORPS/COTTIER/LIGE) correspondent à des lexies déjà répertoriées pour FEMME, mais les autres diffèrent : l’homme est spécifié dans son activité militaire, dans sa relation au pouvoir. Dès la nomenclature, les mots homme et femme servent à une description différentielle, c’est-à-dire sexiste au sens strict, des deux moitiés du genre humain.

b) Dans le texte

18De la nomenclature, passons au texte. Femme(s) y est, selon Philologic, trois fois moins employé que homme(s) (7000/21 000). Le déséquilibre observé dans la nomenclature est accentué ; mais quel sens donner à ce déséquilibre ? Dans une expérience précédente, nous avons travaillé sur les textes (9 œuvres, 1 million d’occurrences) qui composent l’année 1751 dans la base Frantext. Dans ce corpus, synchronique mais multi-genre, le déséquilibre est moins fort : femme(s) compte 1 649 occurrences, et homme(s) 2223. Mais le rapport des fréquences femme(s)/homme(s) oppose nettement les essais aux romans. On a en effet :

19D’Alembert, Discours préliminaire de l’Encyclopédie, 0/124

20Duclos, Considérations sur les mœurs, 1/263

21Diderot, Lettre sur les sourds et muets, 6/55

22Prévost, Lettres anglaises, 1265/1476

23Crébillon, Ah quel conte, 150/125

24Voisenon, Histoire de la félicité, 56/42.

25Et c’est l’absence du mot femme(s) dans le Discours de D’Alembert (48 000 occurrences) qui nous a amenées à enquêter sur l’Encyclopédie dans son ensemble.

26Exemple a contrario : l’entrée « FEMME (morale) » (t. 6, p. 472-475) de Desmahis compte 42 occurrences de femme(s) et 18 de homme(s). Desmahis a, comme Le Roi, des problèmes de définition et d’objectivité : « Qui peut définir les femmes ? » se demande-t-il. C’est que « le philosophe qui croit contempler, n’est bientôt qu’un homme qui désire, ou qu’un amant qui rève ». L’article est une longue fiction moralisante, la vie d’une « Chloé », entièrement déterminée par son rapport au désir masculin. Il suscite la désapprobation de Voltaire, qui écrit à D’Alembert, le 23 février 1756 : « je ne peux croire que vous ayez souffert un tel article dans un ouvrage si sérieux »... On pourrait peut-être construire un indice de sérieux à partir de la fréquence de femme(s) dans un texte ?

27Nous abandonnerons ici l’examen de l’Encyclopédie par le mot-clé femme, terme le plus évidemment diviseur de l’espèce humaine. Il aboutirait probablement, via l’étude des contextes et cooccurrences, à des conclusions voisines de celles du travail pionnier de M. Olsen (1991) sur le corpus Frantext. Mais nous allons prendre le problème par l’autre bout de la lorgnette lexicale. Nous utilisons aujourd’hui des termes génériques, qui évoquent les êtres humains comme un collectif, un ensemble non immédiatement divisé en sexes : humanité, genre humain, espèce humaine. Sont-ils présents, et avec ce sens non discriminant, dans l’Encyclopédie ?

Humanité, genre humain, espèce humaine : constitution d’un sous-corpus

28Ces trois termes figurent-ils dans la nomenclature ? Les entrées ESPÈCE (t. 5, 8 articles) et GENRE (t. 7, 9 articles) ne contiennent pas de spécification par l’adjectif humain(e). Dans ESPÈCE (Hist. nat.), Buffon souligne que « ce n’est ni le nombre ni la collection des individus semblables qui fait l’espèce, c’est la succession constante et le renouvellement non interrompu de ces individus qui la constituent ». Pour ce qui concerne GENRE, Douchet/Beauzée (Grammaire) discutent les rapports sexe/genre dans les langues, Formey (Métaph.) définit cette « notion universelle » à propos des triangles et des chiens, Daubenton (Hist. Nat.) illustre la hiérarchie espèce/genre/classe par l’exemple cheval/solipède/quadrupède. Mais au tome 8 (p. 344-348), immédiatement après l’entrée HUMAIN, on trouve la sous-entrée *HUMAINE ESPÈCE, puis l’entrée HUMANITÉ (sans astérisque, mais reprise dans les œuvres de Diderot), complétée par la sous-entrée HUMANITÉ de Jésus-Christ, due à l’abbé Mallet. Pour ce qui est du texte, Philologic nous donne la fréquence et la localisation des trois expressions. Les résultats sont synthétisés dans le tableau 2.

29Humanité a 600 occurrences, dans 373 articles. Genre humain (380 occurrences, dans 222 articles) est plus rare, Espèce humaine (113 occurrences, dans 63 articles) est encore moins fréquent. L’exploration complète des emplois demanderait la lecture de 573 articles, hors de notre portée pour l’instant. Notons au passage que les balayages réitérés du texte, avec l’édition et la vérification des contextes Kwic, ont mis en évidence un certain nombre d’erreurs résultant de l’informatisation automatisée (attribution du statut d’article à des paragraphes commençant par un mot en capitales), qui donnent des « articles fantômes ». Ces erreurs, que nous avons corrigées pour établir le tableau 2, sont rares (8 « fantômes » pour plus de 1 000 Kwic), mais ce sont elles qui devront être corrigées les premières (avant les rectifications typographiques, beaucoup plus nombreuses). Et aucune segmentation en articles ne peut être entièrement automatisée, car les critères (typographie, nature et forme des signatures) automatisée, car les critères (typographie, nature et forme des signatures) ne sont pas toujours concordants. L’extraction d’un sous-corpus de l’Encyclopédie doit donc toujours obéir à des critères explicites. Donnons ceux qui nous mènent du tableau 2 au tableau 3.

30Nous voulions rassembler un ensemble d’articles qui concentre les occurrences de notre étude sémantique, qui soit assez petit pour se prêter à l’expertise détaillée des problèmes de codage, et assez divers pour illustrer les ressources du logiciel Weblex (voir la contribution de S. Heiden et P. Lafon). Nous avons donc choisi de retenir seulement les articles qui contenaient à la fois humanité, genre humain et espèce humaine dans leur texte : ils sont au nombre de 10. Le tableau 2 les donne, dans l’ordre des tomes, avec leur intitulé, leur indication de domaine, leur auteur, et un titre abrégé en 4 lettres. Avec les articles HUMANITÉ (Diderot et Mallet réunis, 258 occurrences en tout) et HUMAINE ESPÈCE, qui contiennent les termes dans leur titre, ils constituent un sous-corpus « Hugees » de 12 parties. C’est lui qui, après transcodage des balises, a été travaillé avec le logiciel Weblex. Premier résultat : Hugees compte 186 000 occurrences, soit environ un centième de l’Encyclopédie. Quelques autres données et résultats statistiques sont résumés dans le tableau 3.

31Les 12 parties du corpus sont ordonnées, par longueur croissante, en 12 colonnes, précédées par la colonne de totalisation, qui fournit la norme interne de tous les calculs statistiques (voir Lafon 1984). La première ligne rappelle leur titre abrégé. La seconde donne leur longueur, en nombre d’occurrences : elle est, on le voit, très variable. Suivent, dans l’ordre des fréquences totales décroissantes, les distributions de 9 mots ou lexies du corpus, soit un très court extrait du tableau du vocabulaire.

32Les 186 000 occurrences du corpus Hugees mobilisent, en effet, un vocabulaire d’environ 17 000 formes graphiques (non lemmatisées). Si on range ces formes par ordre de fréquence décroissante, on obtient une « gamme des fréquences », de structure simple : le produit (rang x fréquence) est une quasi-constante (loi de Zipf). La fréquence la plus grande, rang 1 (ici de, fréquence 8 393) nous permet d’estimer, avant tout décompte, qu’à l’autre bout de la gamme, l’effectif des « hapax », des formes n’apparaissant qu’une fois, sera de l’ordre de 8 000 (en fait 9 000, soit la moitié du vocabulaire). En tête de liste, on trouve d’abord des mots- outils (articles, prépositions, adverbes, pronoms de troisième personne, verbes auxiliaires) qui articulent, mettent en discours, et en rapport, les « mots-pleins », situés dans les fréquences moyennes ou basses de la gamme, et gibier habituel des études de sens et de contenu.

33Pour étudier un mot, l’instrument canonique est bien sûr la liste de tous ses contextes : Philologic les donne, sous la forme Kwic, très commode, mais déroule ses listes seulement dans l’ordre d’apparition, alors que Weblex permet des tris selon l’environnement (mots qui précèdent ou suivent le pôle). Ses outils statistiques fournissent en outre d’autres instruments de recherche. Par exemple, la fréquence totale d’un mot donne un moyen d’apprécier ses sous-fréquences : concentrées dans certaines parties du corpus (signe + dans le tableau 3), rares dans d’autres (signe -), elles dessinent des rapprochements et oppositions entre les textes.

34Le mot le plus fréquent, la préposition de, mot-outil par excellence, ne semble pas a priori susceptible de distinguer/opposer des textes ; c’est pourtant un élément objectif du « style » d’un article, puisqu’il présente 5 spécificités (S + dans HESP, THOM, PYTH, ENCY, S - dans OECO). Vient ensuite la distribution du nous, pour rappeler que le concept d’être humain passe par l’énonciation. Ses 695 occurrences en font déjà le premier mot-plein du corpus... et il faudrait encore y ajouter les 96 du Nous en début de phrase, ainsi que les 157 de nos et les 152 de notre (les embrayeurs, éléments fossiles de la langue, ont conservé des traces de déclinaison). Suivent les distributions de genre humain, humanité, espèce humaine (71, 61 et 32 occurrences, soit 15 % du total recensé dans l’Encyclopédie), qui ont servi à constituer le corpus Hugees. Elles sont encadrées par celles des mots homme(s) (429 et 406 occurrences) et femme(s) (20 et 49) : 835 contre 69 : gros déséquilibre, indice de sérieux ?

35Surprise : l’échantillon ouvre des pistes de recherche sur les auteurs et les sources, alors qu’il n’a pas été construit dans ce but. Évoquons les rapidement.

a) Diderot adaptant Brucker (3 articles : THOM, PYTH, ECLC)

36L’Historia critica philosophiae de Brucker (1742-1744) est une source bien connue des articles d’histoire de la philosophie écrits par Diderot. Cela va de la simple mention du nom à la citation directe de passages en latin, en passant par tous les stades de l’adaptation : traduction, citations avec ou sans guillemets, démarquage (voir Longo 1981, Proust 1962). Mais pourquoi, parmi les nombreux articles de cette catégorie, seules ces 3 entrées ont-elles émergé dans Hugees ? Raisons de longueur ? Pour approfondir la question, il faudrait connaître les dimensions des autres articles, constituer le sous-corpus Diderot/Brucker et en faire l’exploration lexicométrique.

b) Boulanger (3 articles : GUEB, OECO, VINT)

37N.-A. Boulanger (1722-1759, voir Proust 1962, Sadrin 1986) est un encyclopédiste peu connu, que nous n’aurions pas découvert sans les « nouveaux atours » numérisés. Les questions sont en partie les mêmes que précédemment (sources, recopiage, adaptation, longueur de l’entrée VINGTIÈME). Mais, si 3 des 6 contributions de Boulanger à l’Encyclopédie se retrouvent dans Hugees, c’est certainement aussi pour une raison de thème. Boulanger développe, sur l’histoire de l’humanité après le déluge dont elle serait rescapée, et sur l’étape « théocratique » de toutes les civilisations, des idées qui nous changent (agréablement) des trois formes canoniques de gouvernement selon Montesquieu, et de la théorie rousseauiste du contrat social. ŒCONOMIE POLITIQUE, t. 11, de Boulanger, s’oppose à ÉCONOMIE POLITIQUE, t. 5, de Rousseau... et aucun des deux articles n’a grand’chose à voir avec ce qu’on entend aujourd’hui par ce terme (voir la communication de M.-F. Piguet). De telles recherches en identification d’auteurs constituent un thème de choix pour l’exploration textuelle informatisée. Nous ne les aborderons pas ici, car elles conduiraient d’abord à la constitution de corpus adéquats, dans (et hors) l’Encyclopédie. Revenons donc au sous-corpus Hugees comme concentré d’énoncés encyclopédistes sur le genre humain, et à nos moutons sémantiques.

Genre/espèce : une synonymie réservée aux humains

38La prise en compte de l’ensemble des êtres humains peut-elle nous renseigner sur la place qu’occupent les femmes au sein de cet ensemble ? Ce collectif peut être appréhendé par le biais de quelques lexies : les hommes, les (êtres) humains, la nature humaine (« nous disons la nature humaine, entendant par là généralement tous les hommes qui ont une âme spirituelle & raisonnable », article NATURE, t. 11, p. 40), le genre humain, l’espèce (espece) humaine. Nous nous sommes limitées à ces deux dernières, les moins ambiguës a priori, auxquelles nous avons ajouté l’humanité, terme dont le sens paraît si clair aujourd’hui. Rappelons que ces trois lexies ont servi à constituer le corpus Hugees.

39En regardant le tableau 3 selon l’angle de notre interrogation, c’est-à- dire le statut pouvant être accordé aux femmes, un court article, HUMAINE ESPÈCE (HESP, 4 020 occurrences), se détache nettement de tous les autres. Il concentre les emplois de femmes (18 occurrences, S +). Dans quel contexte ces occurrences apparaissent-elles ? Diderot passe en revue les différents peuples de la terre, en commençant chaque fois par décrire les caractéristiques physiques « des hommes » (hommes, fréquence 22, est également S +). Il signale parfois, pour certains peuples, leur caractère, leurs coutumes. Et ensuite, mais pas toujours, il note les caractéristiques de « leurs » femmes. Le possessif apparaît 7 fois devant femmes, et on peut ajouter à cette collocation le groupe nominal « les femmes des Hottentots ». La femme est d’abord la femme de quelqu’un, fait linguistique régulièrement observé (voir Olsen 1991). Les femmes apparaissent le plus souvent comme des objets : objets manipulés (on les offre aux étrangers, on déforme leurs pieds) ou objets de désir : belles ou laides, lascives, renommées pour leur charme, etc.

40Venons-en aux lexies genre humain, espèce humaine. La consultation des concordances (tableaux 4 et 5) nous fournit seulement trois énoncés concernant directement les femmes. Dans le premier, — périphrase galante ? —, l’unité de l’espèce et sa partition selon l’affect du « nous » sont données d’un même mouvement ; les femmes sont « la partie de l’espece humaine à laquelle nous craignons le plus de déplaire » (ECLC, tableau 4, ligne 32). Le second évoque « cette faible moitié du genre humain qu’ils [les Orientaux] enferment dans leurs sérails » (OECO, tableau 5, ligne 20). Selon le troisième, l’espèce humaine se distingue des autres par la permanence du « penchant d’un sexe vers l’autre » (VINT, tableau 4, ligne 30).

41Dans tous les autres contextes, c’est l’ensemble des êtres humains qui est pris en compte, et non les groupes qui, selon divers points de vue comme le sexe, le statut social, la race, constituent ce collectif. Le critère racial (voir Thomson 1999) est abordé dans la conclusion de l’article HUMAINE ESPÈCE, mais pour être évacué :

Tout concourt donc à prouver que le genre humain n’est pas composé d’especes essentiellement différentes. [...] Il n’y a donc eu originairement qu’une seule race d’hommes, qui s’étant multipliée & répandue sur la surface de la terre, a donné à la longue toutes les variétés dont nous venons de faire mention (HESP, tableau 5, ligne 63).

42Diderot affirme, s’agissant de l’humanité, la synonymie des termes genre/espèce/race ; mais la présence des adverbes « essentiellement », « originairement », signale bien que l’unicité du genre humain n’est pas si évidente à dégager de toutes ses « variétés ».

43Les concordances, classées selon les contextes droits ou gauches, permettent de repérer rapidement les schémas lexicaux et syntaxiques dominants. Notons, — sans vouloir faire de la ponctuation un substitut de la syntaxe et du sens ! —, que espèce humaine est, une fois sur deux, à la fin d’un syntagme ou suivi d’une ponctuation (tableau 4, lignes 1-17) et que genre humain est, dans la même proportion, complément dans un syntagme nominal en du (tableau 5, lignes 3-38). L’humanité est considérée dans ce qu’elle est ou ce qu’elle subit, elle est rarement sujet d’une action. Les mots qui lui sont associés sont le plus souvent négatifs. Avec genre humain apparaissent les substantifs maux (4), malheurs (3), calamité, fléau, misère, ruine, ennemi(s), les verbes affliger, exterminer, ruiner, détruire, léser, ou lorsque genre humain est sujet de périr ; avec espece humaine : destruction, destructeur, ruiner, condamner au malheur, dépouiller de ses droits, ou souffrir de grandes réductions / un dépérissement. Les contextes à connotation positive sont peu nombreux. On trouve un restaurateur du genre humain (mais pas d’ami(s) ni de bienfaiteur(s)), bonheur associé à reté et repos (mais ils sont à conquérir) ; il est question d’agir pour l’utilité du genre humain, de considérer son intérêt, ce qui est utile, intéressant pour lui/elle, pour sa conservation. Le genre humain veut se rendre heureux. Le positif ne l’est pas vraiment puisqu’il reste à construire. Seule compensation, « l’espece humaine se reproduit avec une prodigieuse abondance » (POPU, tableau 4, ligne 29), ce qui lui permet de ne pas disparaître complètement sous tous les maux qui l’accablent !

44Il faut noter qu’espece, employé seul, peut signifier espece humaine. Pour avoir un rapide aperçu de ses emplois dans notre corpus, nous pouvons recourir au lexicogramme de ses cooccurrences (tableau 6).

45Weblex permet d’explorer les principales associations d’une forme avec son environnement lexical. A partir d’une double segmentation en phrases puis en unités lexicales, le calcul d’une statistique permet d’établir un classement des couples de formes co-occurrentes basé sur la fréquence des mots et des couples et sur le nombre de phrases. Les relations entre les formes peuvent être visualisées selon trois points de vue : liste des couples co-occurrents, lexicogrammes, graphiques de lexicogrammes récursifs. Sur le lexicogramme, les couples co-occurrents peuvent être classés selon la fréquence de la forme co-occurrente au pivot (f), la fréquence de leur rencontre (cf), la probabilité de leur association (p), la distance moyenne entre les deux formes (dm).

46Weblex crée les index gauche et droit des phrases qui contiennent le pôle espèce (124 ocurrences dans Hugees). Puis il sélectionne les formes qui, étant donné leur fréquence en corpus (t), et leur co-fréquence au voisinage du pôle (cf) apparaissent comme statistiquement attirées par lui (P). Les cooccurrents principaux d’espece sont à droite humaine, puis entière, à gauche multiplication et propagation (de l’espèce, distance dm = 2). Ces substantifs n’apparaissent pas avec la lexie complète espece humaine, mais on retrouve le thème de l’énoncé cité plus haut.

Humanité, un sens en pointillé ?

47Nous avons laissé de côté jusqu’ici humanité car le mot n’est pas monosémique. L’article HUMANITÉ de l’Encyclopédie donne les sens : « sentiment de bienveillance » (Diderot) et « nature humaine » (Mallet). Le troisième sens, le collectif singulier objet de notre enquête, n’est pas mentionné. S’il faut attendre Littré pour que cet emploi entre dans un dictionnaire, il est attesté dès 1450 mais semble peu courant jusqu’au XIXe siècle (voir Arnold 1999, Duranton 2000). Qu’en est-il dans l’Encyclopédie, et comment retrouver ces emplois dans un corpus numérisé ?

48Grâce au tableau des concordances, on peut éliminer un certain nombre de traits syntaxiques ou sémantiques qui renvoient aux deux sens les plus courants à l’époque.

49— le syntagme humanité de (qqn) correspond à nature humaine ou bienveillance ;

50— l’absence d’article (dans sentiment/principe d’h-) correspond à bienveillance ;

51— la coordination à des termes ayant des traits sémantiques communs, opposés ou voisins d’un des deux sens : bienveillance/douceur/justice/vertu/raison ou barbare/sauvage, en rapport avec bienveillance ; bestialité, en rapport avec bienveillance ou nature.

52Deux lexies correspondraient d’emblée au sens recherché : humanité entière (comme on a espece entière), partie de l’humanité (comme partie du genre humain)... mais il n’y a aucune occurrence de ces lexies dans notre corpus (ni dans toute l’Encyclopédie).

53En revanche, certains schémas syntaxiques semblent renvoyer, avec plus ou moins de certitude, au sens collectif :

54— avec un adjectif temporel : primitive humanité (que l’on peut rapprocher de annales/histoire du genre humain ;

55de l’humanité, complément de termes d’action, de sentiment, d’état (efforts, opprobre, terreur, fraude, imposture, luxe ;

56pour le bien / en faveur de l’humanité, fatal / funeste / utile à l’humanité (collocations déjà rencontrées avec genre humain ou espece humaine ;

57— avec les verbes frémir, gémir, on peut également penser à des emplois du sens collectif.

58Tous ces énoncés sont à étudier de plus près. Sur les 60 occurrences de notre corpus (dont 1 hamanité) moins de 15, selon les critères retenus ci-dessus, pourraient référer au sens collectif. Le recours à un contexte plus large ne permet pas toujours de trancher, et on doit se méfier, s’agissant de sens « en émergence » devenus courants par la suite, des illusions sémantiques rétrospectives....

59La quasi-totalité des énoncés examinés ici portent non pas sur la définition du collectif humain, ni sur l’articulation de ses diverses parties, mais sur ce qu’il vit ou plutôt subit : catastrophes naturelles, maladies, guerres, famines. Sa survie dépend de sa capacité à se reproduire. Il n’est pas maître de son histoire. Dans cette logique, on peut comprendre qu’il ne soit pas encore question du statut particulier de certains de ses membres. On peut tout de même s’étonner que le siècle des Lumières en reste à cette représentation de l’histoire et du monde, comme si celui-ci sortait du déluge !

60Il semble donc, au terme de cette exploration, que la définition du collectif humain ne soit pas un bon objet épistémologique de notre corpus (de l’Encyclopédie ?)... sauf, et d’une manière paradoxale, dans l’article DROIT NATUREL. Cette communauté, Diderot l’élargirait volontiers, pour bien établir la « volonté générale », seule propre à définir « les notions de la morale » et en particulier « le droit naturel » :

Si les animaux étoient d’un ordre à-peu-près égal au nôtre ; s’il y avoit des moyens sûrs de communication entr’eux et nous ; s’ils pouvoient nous transmettre leurs sentiments & leurs pensées, & connoitre les nôtres avec la même évidence : en un mot s’ils pouvoient voter dans une assemblée générale [...] la cause du droit naturel ne se plaideroit plus par-devant l’humanité, mais par devant l’animalité (tableau 7, ligne 20).

61Diderot cherche à imaginer une instance non religieuse, laïque, de validation du droit naturel. S’il pense — merci pour eux ! — aux animaux, il n’a jamais, à notre connaissance, écrit que les femmes, — dotées de sentiments, de pensées et de moyens de les transmettre — pourraient « voter dans une assemblée générale »... Le nous masculin, soi-disant universel, est un sujet aveugle au moins sur un point : sa propre définition comme sujet.

Conclusion

62La numérisation ne nous donne pas seulement une mémoire infaillible, ce qui est déjà beaucoup. Elle nous donne aussi et surtout la possibilité d’employer de nouveaux instruments de recherche. L’Encyclopédie devient un gigantesque puzzle, indéfiniment démontable et remontable.

63Il faut d’abord, évidemment, que les quelque 18 millions de pièces, les mots, soient tous nets et bien taillés : la précision des décomptes statistiques ne saurait s’exercer sur du flou. Les corrections à faire pour que l’Encyclopédie numérisée soit aussi (et d’abord) la reproduction de l’originale, représentent un gros travail, mais il en vaut la peine. Croyons en Le Roi qui affirme, à propos des bêtes — dont nous sommes —, que « leurs lumières s’augmentent en raison des obstacles qu’elles ont à surmonter » (article INSTINCT, t. 8, p. 157) !

64Avons-nous trouvé, au terme de l’enquête lexicale, une réponse à la question initiale ? Non. L’enquête elle-même est incomplète, bien sûr. Il faudrait recenser par exemple tout ce qui, en dehors de genre ou de droit, est qualifié d’humain ou de naturel. Mais, en rapprochant quelques morceaux du puzzle, nous avons pu entrevoir la complexité du montage idéologique de l’Encyclopédie, l’hétérogénéité des discours qu’elle juxtapose, et l’ampleur de ce qui échappe à l’argumentation explicite et à la discussion logique :

combien de difficultés imprévues, quand il s’agit de fixer le sens des expressions les plus communes ? On éprouve à tout moment que celles qu’on entend le moins sont aussi celles dont on se sert le plus (Diderot article ENCYCLOPÉDIE, t. 5, p. 635).

65C’est que tous les sens sont historiques, et toujours liés à des jugements de valeur. L’unité du genre humain n’a pas la même fonction selon le domaine idéologique auquel on l’applique : elle vaut comme argument dans la discussion sur les races et l’esclavage des nègres, elle reste une évidence, mais sans conséquence, dans la discussion sur les sexes et sur l’esclavage des femmes. L’argumentation, avec la revendication d’égalité, ne prendra sa cohérence qu’à la fin du XVIIIe siècle (voir Geffroy 1999). Quant au concept d’humanité, en cours de mutation sémantique, il n’a encore qu’une fonction de démarcation. Pour mettre de côté la divinité, c’est-à-dire se mettre à l’abri (autant que faire se peut) de la censure religieuse, et ouvrir un domaine socialement autorisé d’exploration et de critique. Pour exclure, de l’autre côté, l’animalité. L’usage du concept est contenu dans des bornes classiques, entre « l’ange et la bête », et dans des fonctions d’exclusion logique, de définition négative. La signification positive, englobante, courante aujourd’hui, n’a pas encore trouvé sa place.

Tableau 1 :femme(s) et homme(s) dans la nomenclature de l' Encyclopédie

Tableau 2 : humanité, genre humain, espèce humaine dans l’Encyclopédie

Tableau 3 : le corpus « Hugees »

Tableau 4 : concordances de espece humaine. Classement selon contextes droits

Tableau 5 : concordances de genre humain. Classement selon contextes gauches

Tableau 6 : lexicogramme du pôle espece

Tableau 7 : concordances de humanité.Classement selon contextes droits

Haut de page

Bibliographie

Nicole Arnold, « Humanité et révolution », dans Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), fasc. 6, « Notions pratiques », Klincksieck, 1999, p. 51-80.

Henri Duranton, « Humanité », dans R. Reichardt et H.-J. Lüsebrink (dir.) Handbuch politisch-sozialer Grundbegriffe in Frankreich 1680-1820, Heft 19-20, Munich, R. Oldenburg Verlag, 2000, p. 11-51 (en français).

FRANTEXT, base de données textuelles, disponible (moyennant abonnement) sur internet, http://www.inalf.fr/atilf.

Jeannette Geffriaud-Rosso, « La représentation encyclopédiste de la femme », dans SVEC, 193, 1981, p. 1892-1893 (Actes du 5e CI des Lumières, 1979).

Annie Geffroy (dir.), « Le nous politique », Mots, n° 10, mars 1985.

Annie Geffroy, « Leçons sur l’(in)égalité des sexes (Frantext 1789-1820) », dans P. Fiala (dir.), In/égalité/s. Usages lexicaux et variations discursives (XVIIIe- XXe siècles), L’Harmattan,1999, p. 43-69.

Serge Heiden, WebLex, en ligne sur internet : http://lexico.ens-lsh.fr.

Frank et Serena Kafker, The encyclopedists as individuals, Oxford, SVEC, 257, 1988.

Pierre Lafon, Dépouillements et statistiques en lexicométrie, Genève-Paris, Slatkine-Champion, 1984.

Mario Longo, « Illuminismo e storiografia filosofica : Brücker e l’Encyclopédie », dans SVEC, 191, 1981, p. 581-587 (Actes du 5e CI des Lumières, 1979).

Mark Olsen, « Gender representation and histoire des mentalités : language and power in the TLF », Histoire et mesure, VI-3/4, 1991, p. 349-372.

Jacques Proust, Diderot et l’Encyclopédie, Paris, 1962/rééd. Albin Michel, 1995.

Paul Sadrin, N.A. Boulanger (1722-1759) ou avant nous le déluge, Oxford, SVEC, 240, 1986.

Schwab, Rex, Lough, Inventory of Diderots Encyclopedie, 1 et 2, Oxford, SVEC, 80 et 83, 1971.

Ann Thomson, « Diderot, le matérialisme et la division de l’espèce humaine », RDE 26, 1999, p. l97-211.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Tableau 1 :femme(s) et homme(s) dans la nomenclature de l' Encyclopédie
URL http://rde.revues.org/docannexe/image/126/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Tableau 2 : humanité, genre humain, espèce humaine dans l’Encyclopédie
URL http://rde.revues.org/docannexe/image/126/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Tableau 3 : le corpus « Hugees »
URL http://rde.revues.org/docannexe/image/126/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Tableau 4 : concordances de espece humaine. Classement selon contextes droits
URL http://rde.revues.org/docannexe/image/126/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Tableau 5 : concordances de genre humain. Classement selon contextes gauches
URL http://rde.revues.org/docannexe/image/126/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Tableau 6 : lexicogramme du pôle espece
URL http://rde.revues.org/docannexe/image/126/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Légende Tableau 7 : concordances de humanité.Classement selon contextes droits
URL http://rde.revues.org/docannexe/image/126/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole Arnold et Annie Geffroy, « Les femmesdel’Encyclopédie font-elles partie du genre humain ? », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie, 31-32 | 2002, 71.

Référence électronique

Nicole Arnold et Annie Geffroy, « Les femmesdel’Encyclopédie font-elles partie du genre humain ? », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 31-32 | Avril 2002, mis en ligne le 03 octobre 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/126 ; DOI : 10.4000/rde.126

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org