Navigation – Plan du site
Varia

Le lien et la ficelle. Diderot, le lien social et les pantins

Colas Duflo

Résumés

L’objet de cet article est de comprendre la théorie du lien social de Diderot. Bien que celle-ci ne s’exprime pas en forme et de façon suivie dans un endroit déterminé du corpus, pour des raisons qu’on cherche ici à élucider, il est possible de la reconstituer à l’aide des indications éparses qui sont données un peu partout. Deux formulations doivent attirer particulièrement l’attention, l’une dans l’article DROIT NATUREL, avec la notion de « volonté générale », l’autre dans Les Bijoux indiscrets, qui présente la société des pantins. Il s’agit ici de montrer que ces deux formulations à première vue difficilement compatibles révèlent, correctement analysées, la profonde cohérence de la pensée diderotienne. Pour ce faire, on montre la continuité de la théorie du déterminisme biologique et de la pensée politique. Ce qui permet l’affirmation de la naturalité du lien social, qui s’inscrit littéralement dans l’être biologique de l’homme. Le lien social est sexuel.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colas Duflo, « Le lien et la ficelle. Diderot, le lien social et les pantins », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 25 | 1998, mis en ligne le 04 août 2007, consulté le 29 mars 2017. URL : http://rde.revues.org/1231 ; DOI : 10.4000/rde.1231

Haut de page

Auteur

Colas Duflo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org