Navigation – Plan du site
Diderot, philosophie, matérialisme

Diderot et la médecine, un matérialisme vitaliste ?

Aurelie Suratteau-Iberraken

Résumés

Nous voudrions montrer comment Diderot puise dans sa culture médicale des arguments en faveur d’un matérialisme axiologique. La norme naturelle propre à conduire l’action du médecin fournit à sa philosophie pragmatique un objet de réflexion sur la référence à la nature dans les opérations de reconnaissance, de définition, de soin et de prévention des maladies. Le statut incertain d’une régulation naturelle des maladies semble décider Diderot à contester autant un relativisme des états qu’un optimisme vide quant aux possibilités d’affranchissement des conditions organiques. Il explore un usage réfléchi d’une normativité biologique afin de mettre au point thérapeutiques et préventions des maux. Diderot met en difficulté les notions de délibération volontaire, de liberté spirituelle et même d’identité personnelle en explorant certaines pathologies. Le décentrement de la subjectivité n’invalide pas pourtant le projet d’une intellection par chaque sujet des états de son corps et de sa puissance. La fragilité des performances intellectuelles et leur conditionnement physiologique ne décide pas Diderot à un réductionnisme ni à un relativisme. En dépit d’une prudence sur la constitution d’unités subjectives aptes à reconnaître leurs troubles et à favoriser leurs guérisons, Diderot promeut l’identification de critères naturels de discrimination du malheur et du bonheur, et cherche à penser les conditions matérielles propres à favoriser le bonheur. L’usage pervers de normes naturelles dans la distribution des fonctions dans la société et d’une assistance rationnelle lui fait préférer une normativité biologique. Celle-ci émerge de réflexions sur les conditions de l’égalité positive. Elles consistent en puissances d’échanges entre les corps, en inventions intuitives contre les données « héréditaires », en rupture avec une promotion des latents, des tours de main comme pratiques d’affaiblissement de soi.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurelie Suratteau-Iberraken, « Diderot et la médecine, un matérialisme vitaliste ? », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 26 | avril 1999, mis en ligne le 04 août 2007, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://rde.revues.org/1171 ; DOI : 10.4000/rde.1171

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org