Navigation – Plan du site
La "Lettre sur les aveugles"

Une philosophie d’aveugle : la matière fait de l’esprit

Annie Ibrahim

Résumés

Le projet de constituer un matérialisme métaphysique « véritable », à l’encontre des anciens systèmes et des abstractions vides, trouve dans la Lettre sur les aveugles le lieu de sa première élaboration, de sa mise en « chantier ». Quatre problèmes, apparemment distincts — une anthropologie d’aveugles, une anti-prosopopée des merveilles de la Nature, les limites et les incertitudes de la vicariance des sens, une méditation sur le problème de Molyneux — convergent en réalité vers une seule et même remise en question, celle de la métaphysique du point d’équilibre ou du principe d’harmonie. Soutenue par l’affirmation de la nécessaire instance de la pratique dans la théorie, de l’importance de l’action motrice et de l’histoire du sujet, une logique de l’antagonisme et de la crise antagonique autorise Diderot à conjecturer une autre métaphysique et un autre matérialisme, où la puissance de l’événement et la force de la singularité peuvent régler des mondes. L’invocation d’un principe d’ équilibre métastable et de l’idée d’un écart fondateur œuvre déjà dans la Lettre à jeter les bases de cette innovation philosophique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Ibrahim, « Une philosophie d’aveugle : la matière fait de l’esprit », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 28 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2006, consulté le 19 août 2017. URL : http://rde.revues.org/117 ; DOI : 10.4000/rde.117

Haut de page

Auteur

Annie Ibrahim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org