Navigation – Plan du site
La "Lettre sur les aveugles"

La fin du finalisme. Les deux natures : Holmes et Saunderson

Colas Duflo

Résumés

Le débat du finaliste et de l’antifinaliste sur la conception correcte de la nature, et la possibilité de conclure de l’interprétation de la nature à l’existence d’un Dieu créateur, n’est pas nouveau dans l’œuvre de Diderot au moment de la Lettre sur les aveugles. Dans ses précédents textes, il a déjà mis en scène ce conflit. Mais cet échange de raisons n’aboutissait qu’au scepticisme dans la Promenade du sceptique. Qu’est-ce qui fait pencher Diderot en faveur de l’antifinalisme ? Qu’est-ce qui vient s’ajouter d’un côté de la balance des raisons pour rompre cet équilibre sceptique, alors même que la plupart des arguments utilisés ne sont pas nouveaux ? Cet article, par un commentaire du dialogue de Holmes et de Saunderson, essaie de montrer que c’est pour une bonne part la nouvelle théorie de la connaissance mise en œuvre dans la Lettre sur les aveugles qui joue ce rôle déterminant.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Colas Duflo, « La fin du finalisme. Les deux natures : Holmes et Saunderson », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 28 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2006, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rde.revues.org/116

Haut de page

Auteur

Colas Duflo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org