Navigation – Plan du site
La "Lettre sur les aveugles"

Qu’appelle-t-on sentir ?

Michèle Crampe-Casnabet

Résumés

La question de la fonction des sens dans les mécanismes de la connaissance est aussi ancienne que la réflexion qu’on appelle philosophique. Avec l’extension des théories qui surtout au Siècle éclairé mettent en interrogation les systèmes abstraits, l’existence des idées innées, affirment le rôle primordial de la sensation dans le procès de connaissance, la question se radicalise : connaître prend sa source dans le sentir. Mais y a-t-il un sens privilégié ? la vue, le toucher... ? Comment les sensations se combinent-elles pour aboutir à la formation des idées ? Si les sensations portent en elles-mêmes la visée d’un objet extérieur, suffisent-elles à prouver l’extériorité — hors de nos représentations — des objets ? Un homme privé d’un sens peut-il accéder à la connaissance ? La question des aveugles nésopérés est ici prégnante. Les philosophies « empiristes » du Siècle éclairé ne sont pas unifiables. Elles conduisent contradictoirement à des conclusions idéalistes ou matérialistes. Les premières peuvent être appelées aveugles, les autres sourdes. Mais on ne sort pas de l’empire des sens.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michèle Crampe-Casnabet, « Qu’appelle-t-on sentir ? », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 28 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2006, consulté le 29 mai 2017. URL : http://rde.revues.org/114 ; DOI : 10.4000/rde.114

Haut de page

Auteur

Michèle Crampe-Casnabet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org