Navigation – Plan du site
Varia

L’évolution de la notion d’expérience chez Boullier et Condillac sur la question de l’âme des bêtes

John C. O’Neal

Résumés

Le dualisme métaphysique de Descartes en séparant l’âme du corps comme deux substances distinctes faisait de l’homme un être raisonnable, mais au préjudice des animaux qui s’expliquaient par tout un jeu de mécanismes. Il n’en subsistait pas moins un problème concernant une certaine ressemblance ou analogie remarquable entre les humains et les bêtes. Qu’en était-il du caractère sensible des animaux qui semblait si évident ? On s’est souvent servi au XVIIIe siècle de la notion d’expérience pour justifier l’existence de l’âme des bêtes, ce qui le différencie nettement du siècle précédent, marqué par l’innéisme cartésien. Grâce en grande partie à la propagation des idées de John Locke en France, la notion d’expérience se situera au centre même de la pensée des Lumières et fera partie intégrante de sa nouvelle méthode. L’une des réponses les plus élaborées du XVIIIe siècle au système des animaux­automates de Descartes et au mécanisme de ses successeurs fut proposée par David-Renaud Boullier dans son Essai philosophique sur l’âme des bêtes (1728 ; deuxième édition en 1737). (L’article AME DES BÊTES (1751) de l’abbé Yvon dans l’Encyclopédie reprend par endroits les thèses, voire les exemples, de Boullier presque mot à mot). Étienne Bonnot, abbé de Condillac, écrira son Traité des animaux en 1755. Les uns et les autres croyaient à l’existence de l’âme des bêtes. Mais, de Boullier à Condillac, représentants de courants de pensée majeurs du siècle sur cette question, un changement fondamental s’opère dans la notion d’expérience qui « évolue » entre la première et la deuxième moitié du XVIIIe siècle. Les affinités et les divergences de leurs écrits et finalement leurs approches différentes de la notion d’expérience tournent autour des degrés de complexité, de nécessité et de hiérarchie que les deux auteurs y constatent. On en conclut que leur vision du monde, où la sensibilité ne se limite pas seulement aux hommes, est de plus en plus complexe et commence à être quelque peu problématique (malgré l’occasionalisme des deux auteurs) et de moins en moins hiérarchisée.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

John C. O’Neal, « L’évolution de la notion d’expérience chez Boullier et Condillac sur la question de l’âme des bêtes », Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie [En ligne], 29 | 2000, mis en ligne le 18 juin 2006, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://rde.revues.org/101

Haut de page

Auteur

John C. O’Neal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Propriété intellectuelle

Haut de page
  • Logo CNL
  • Revues.org